Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 19:30

stmathurin2.jpg

 

stmathurin3.jpg

 

stmathurin-copie-1.jpg

Partager cet article

26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 15:52

I. Messire Isaac-Toussaint de Goyon, écuyer, seigneur de La Sauldraye en Saint-Pôtan, né à La Sauldraye le 8 février 1648 et baptisé le 22 février 1650, inhumé à Saint-Malo le 23 décembre 1689, maintenu noble d'ancienne extraction par arrêt de la cour de réformation du 25 février 1669, épousa MarieLe Grand, dame des Préaux en Landéhen,, fille de Jacques Le Grand, seigneur du Grand-Chemin en Ruca, et de Jacquette de Launay, dont :

  1. Michelle de Goyon, baptisée à Saint Pôtan le 9 octobre 1668 ;
  2. Mathurin de Goyon, qui suit ;
  3. Françoise de Goyon, baptisée à Saint Pôtan le 13 janvier 1674 ;
  4. Jacquemine de Goyon, née à Saint Pôtan le 3 juillet 1677 et baptisée le 8 ;
  5. Mathurine de Goyon, née à Saint Pôtan le 15 mai 1683 et baptisée le 7 juin suivant.


II. Messire Mathurin de Goyon, écuyer, seigneur des Préaux, baptisé à Saint-Pôtan le 10 octobre 1670, épousa Marie-Françoise Le Touz ou Le Touzé, dame de La Vieuxville et de La Lande en Plémy, née vers  1663 et décédée le 5 avril 1743, fille de Mathurin Le Touz et d'Isabelle Favigot, dame de Kerério en Plémy, dont :

  1. Marie-Jeanne-Mathurine de Goyon, dame de La Lande, née à Plémy le 3 septembre 1711 et décédée à Planguenoual le 14 octobre 1743, épouse à Plémy François-René du Gourlay, fils de René-Christophe du Gourlay et de Françoise Collet, dont postérité ;
  2. Jean-Baptiste de Goyon, qui suit ;
  3. Charlotte de Goyon, épouse Jean-Baptiste Christophe Micault de Soulleville, capitaine garde-côte de la Compagnie d'Hillion au combat de Saint-Cast, avocat au Parlement de Bretagne.


III. Messire Jean-Baptiste de Goyon, écuyer, seigneur de La Lande, du Vauby, du Val et de La Ville-Norme en Plémy, baptisé à Plémy le 24 juin 1714, y épousa le 4 juin 1734 Julienne Proffict, dame de Kerilan en Plessala, née à Kerilan le 4 janvier 1716 et décédée à Plémy le 14 mai 1787, fille de Pierre Proffict, sieur des Aunais en Hénon, et de Marguerite Le Tourneur, dame de Kerilan, dont :

  1. Marguerite-Jeanne de Goyon, dame de La Lande, née à Brangolo en Plémy et baptisée à Plémy le 16 juillet 1735, décédée au Val le 20 mars 1797, épousa à Plémy le 12 janvier 1773 Jean Berthelot, écuyer, seigneur du Chesnay en Plœuc, né en 1733 et décédé sans postérité vers 1773, fils de Jean-Baptiste Berthelot, écuyer, seigneur des Vergers en Plœuc, baptisé à Plœuc le 9 novembre 1673, décédé avant 1773, et de Marie-Anne Gourdel, sans postérité ;
  2. Louis-Marie-Joseph de Goyon, né à Brangolo le 20 décembre 1736, vivaire-général et archidiacre de Rouen en 1779, abbé commendataire de Saint-Victor en Caux du 17 janvier 1786 jusqu'en 1790 ;
  3. Jean-Baptiste Mathurin de Goyon, né à La Lande le 4 juin 1738 ;
  4. Pierre de Goyon, baptisé à Plémy le 5 juillet 1739 et décédé le 7 octobre 1743 ;
  5. Nymphe-Ariane de Goyon, née à Plémy le 17 décembre 1741, religieuse Ursulines sous le nom de Soeur Colette de Saint Michel, incarsérée durant la révolution et libérée le 22 novembre 1794 ;
  6. Marie Anne Julienne de Goyon, baptisée à Plémy le 21 juillet 1743, épouse à Plémy le 6 juillet 1773 René-Pierre du Gourlay ;
  7. Michelle-Marie-Jeanne de Goyon, née à Plémy le 3 octobre 1744 ;
  8. Catherine-Emmanuelle de Goyon, dame de Kerilan, née à Brangolo le 6 avril 1747 et baptisée le lendemain, décédée le 16 mars 1805, épouse à Plémy le 29 octobre 1771 Godefroy Le Nepvou, écuyer, seigneur de Kerilan, fils de Jacques Le Nepvou, chevalier, seigneur de Berrien puis de Carfort par acquêt, baptisé en la paroisse Saint-Michel de Saint-Brieuc le 6 février 1709 et décédé au Colombier en Saint-Brieuc le 3 février 1785, siègea aux Etats tenus à Saint Brieuc le 12 décembre 1768 et à Rennes le 12 septembre 1769, épousa à Plérin le 12 février 1735 Catherine Bourgault, née vers 1718, dont postérité ;
  9. Mathurine-Françoise de Goyon, née à Plémy le 16 février 1749 et décédée de maladie à La  Lande le 3 janvier 1767 ;
  10. Pétronille-Gilette de Goyon, née à La Lande le 3 octobre 1750 et y décède de maladie le 19 septembre 1768 ;
  11. Joseph-Marie de Goyon, dit le Chevalier de Goyon, né à Plémy le 2 mai 1752 et baptisé le lendemain, décédé à l'hospice de Saint-Méen le 9 avril 1813, engagé dans l'Armée le 10 août 1769 comme lieutenant au Régiment de Bretagne-Infanterie, capitaine commandant le 10 mai 1789, chevalier dans l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis en mai 1791, démissionnaire le 1er mai 1792, arrêté au village de La Picaudé par les bleus le 17 Thermidor An et déporté ;
  12. Jérôme Ier de Goyon, qui suit.


IV. Messire Jérôme Ier de Goyon, écuyer, né à La Lande le 7 novembre 1754 et baptisé le lendemain, décédé à plémy le 12 février 1811, sous-lieutenant au Régiment de Bretagne-Infanterie le 17 juillet 1775, Chouan sous les ordres de Boishardy, arrêté comme chef Chouan le 13 janvier 1796, épousa  le 27 août 1776 Marie-Jeanne de Haye-Durand, dame de La Perrière, née le 4 août 1757 et décédée le 15 Vendémiaire An XI, fille de Jacques de Haye-Durand, écuyer, seigneur de La Fresche, et de Mathurine-Louise de Trémaudan, dame du Fresne, dont :

  1. Jacques-Jérôme de Goyon, né à Plémy le 26 septembre 1779 et baptisé le lendemain, décédé à Plémy le3 octobre suivant ;
  2. Emmanuelle-Jacquemine-Mauricette de Goyon, née à La Lande le 18 septembre 1780 ;
  3. Françoise-Jacquemine-Mauricette de Goyon, née à La Lande le 3 octobre 1781 et décédée le 14 novembre suivant ;
  4. Céleste-Mathurine de Goyon, jumelle de la précédente, décédée le 20 novembre 1781 ;
  5. Jérôme II de Goyon,  qui suit ;
  6. Joseph-Jean-Marie-Louis-François-César-Auguste de Goyon de Kerilan, né à La Lande le 22 mai 1785, épouse en premières noces à Plémy le 21 février 1813 Françoise-Mathurine boishardy, née à Trédaniel le 29 avril 1785 et décédée le 3 mars 1831, dont postérité, en secondes noces à Langast le 23 juillet 1833 Marie-Jeanne Devaux, née le 8 avril 1793, dont postérité, et en troisièmes noces à Langast le 26 janvier 1836 Marie Français, née le 8 décembre 1803, dont postérité ;
  7. Jeanne-Marie-Julienne-Pélagie de Goyon, née à La Lande le 9 septembre 1787 et décédée le 2 février 1824, épouse le 5 janvier 1810 N Jouan, né à Plémy le 20 avril 1790 ;
  8. Louise-Françoise de Goyon, née à La Lande le 10 novembre 1789, épouse à Plémy le 21 février 1810 Louis Tirel, né à le 13 mai 1769 ;
  9. Céleste-Louise de Goyon, née à La Lande le 16 Floréal An II.


V. Messire Jérôme II Guillaume de Goyon de Kerilan, écuyer, né le 29 juin 1783 et baptisé le lendemain aux Salles en Plémy, décédé aux Granges-Godin en Hénon le 16 juillet 1861, Chouan, cultivateur au Chêne-Loyo en Hénon, épousa à Hénon le 15 novembre 1810 Jeanne-Marie boishardy, fille de Joseph boishardy et de Louise Oisel, dont :

  1. Joseph-Denis de Goyon, né au Chêne-Loyo le 9 octobre 1811 et décédé aux Granges-Godin le 16 mars 1830 ;
  2. Jeanne-Marie-Françoise de Goyon, née au Chêne-Loyo le 9 septembre 1813 et décédée le 10 février 1886, épouse à Hénon le 28 octobre 1834 Jean-Barthélémy Hervé, au Pré-Guyot en Hénon le 9 octobre 1798 et décédé à Bréhand le 24 juin 1883, laboureur à La Chesnay en Bréhand, dont postérité ;
  3. Jérôme III de Goyon, qui suit ;
  4. Mathurin de Goyon, né le 9 octobre 1817 et décédé le 26 septembre 1863, épouse Jeanne LeMarchand, dont postérité ;
  5. Mathurine de Goyon, née à Trédaniel en 1819 et décédée à La Vigne en Hénon le 23 novembre 1869, dont postérité ;
  6. Jean-Baptiste de Goyon, né aux Grange-Godin le 5 février 1820 et y décède le 28 août 1867 ;
  7. François-René-Marie de Goyon, né à Hénon le 2 avril 1822 ;
  8. Louis-Marie de Goyon, né à Hénon le 17 juin 1827.


VI. Messire Jérôme III Alexandre-Pierre de Goyon , écuyer, né au Chêne-Loyo le 27 septembre 1815 et décédé aux Granges-Godin le 9 février 1872, cultivateur, épousa à Hénon le 11 novembre 1840 Marie-Françoise Davy, née à Hénon le 17 septembre 1812 et décédée le 4 mars 1851, dont :

  1. Jérôme-Pierre-Marie de Goyon, né aux Grange-Godin le 20 février 1842 et y décède le lendemain ;
  2. Joseph de Goyon, qui suit ;
  3. Adèle-Marie de Goyon, née aux Grange-Godin le 17 avril 1845 et décédée en avril 1932, épouse à Hénon le 13 juin 1867 Louis Boinet ;
  4. Jérôme de Goyon, né le 7 mai 1847 et décédé le 5 avril 1854.


VII. Messire Joseph-Pierre-François de Goyon, écuyer, né aux Granges-Godin le 24 février 1843, épousa à Plémy le 6 février 1870 Marie Couvran, dont :

  1. Joseph-Marie-Jérôme de Goyon, né aux Grange-Godin le 8 janvier 1872 et y décède le 17 novembre 1874 ;
  2. Jérôme IV de Goyon, qui suit ;
  3. Louis-Marie-Joseph de Goyon, né le 31 janvier 1876 et décédé le 17 septembre 1909, épouse le 11 février 1906 Jeanne-Marie Nivet.


VI. Messire Jérôme IV Jacques-Marie de Goyon , écuyer, né aux Granges-Godin le 24 février 1874 et décédé à Plémy avant novembre 1905, épouse à Plémy le 21 juillet 1901 Félicité Moisan, fille de Mathurin Moisan et de Catherine Doré, dont :

  1. Jérôme V de Goyon, né au Launay-Madeuc en Bréhand le 10 novembre 1902, épouse Françoise Jehan, née à Bréhand le 26 mai 1904, fille de Mathurin Jehan et de Marie Saint-Nivet, dont postérité ;
  2. Marie de Goyon, née au Launay-Madeuc le 1er mai 1904, épouse Mathurin Rebours, dont postérité ;
  3. Joseph de Goyon, né au Launay-Madeuc le 14 novembre 1905.



Goyon (
de) d'argent au lion de gueules, couronné, armé et lampassé d'or.

Du rocher de La Latte au rocher de Monaco, les Gouyon Matignon, huit siècles d'histoire, leurs juveigneurs, leurs alliances et leurs demeures - Mériadec de Goüyon, Editions Régionales de l'Ouest, Mayenne, 2007.

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Filiation
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 15:24

marche3.jpg

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 19:29

portedames.jpg

 

dames.jpg

Partager cet article

26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 13:34

I. N Gles, épouse Périne Le Cocq, décédée à Saint-Thélo le 11 avril 1641, dont :

 

II. Honorable Homme Ollivier Glais, épouse à Saint-Thélo le 29 janvier 1618 Yvonne Le Deist, décédée à Saint-Thélo le 26 avril 1654, dont :

  1. Marie Glais, née à Saint-Thélo le 3 novembre 1619 ;
  2. Mathurin Gles, né à Saint-Thélo le 1er avril 1621 ;
  3. Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 1er octobre 1622 ;
  4. Jean Glais, né à Saint-Thélo le 12 avril 1625 ;
  5. Marie Glais, épouse à Saint-Thélo le 16 février 1640 Maury Raoul, fils de Julien Raoul ;
  6. Mathurin Glais, né à Saint-Thélo le 12 mars 1627 ;
  7. Pierre Glais, né à Saint-Thélo le 25 avril 1633 ;
  8. Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 4 juin 1635 ;
  9. Jeanne Glais, née à Saint-Thélo le 25 mai 1638 ;
  10. Alain Glais, né à Saint-Thélo le 3 juin 1640 ;

 

III. Honorable Homme Guillaume Glais, sieur de La Ville-au-Pré en Saint-Thélo, né en 1628 et décédé à Saint-thélo le 19 avril 1714, épouse Marguerite Blanchard, dont :

  1. Olive Glais, née vers 1660, épouse à Saint-Thélo le 16 juillet 1680 René Collin, né au Quillio ; 
  2. Yves Glais, auteur de la branche du du Rodoué, IVbis ;
  3. Olivier Glais, qui suit ;
  4. Marguerite Glais, née à Saint-Thélo le 20 juillet 1665 ;
  5. Pierre Glais, né à Saint-Thélo le 21 septembre 1667, prêtre ;
  6. Jean Glais, né à Saint-Thélo le 1er février 1670, décédé jeune ;
  7. Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 5 août 1674 et y décède le 17 décembre 1675 ; 
  8. Jeanne Glais, née à Saint-Thélo le 3 août 1676 et y décède le lendemain ;
  9. Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 16 septembre 1677, éopuse en premières noces N, et en secondes noces à Saint-Thélo le 12 février 1707 Antoine Borel, originaire de Puginier, fils de Germain Borel et de Jeanne Moisset  ;
  10. Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 10 avril 1679, religieuse ursuline à Pontivy ;
  11. Marie Glais, née à Saint-Thélo le 9 novembre 1681.

 

IV.  Olivier Glais, sieur de La Ville-au-Pré, né à Saint-Thélo le 5 mars 1663 et y décède le 7 avril 1711, marchand de toiles fines, épouse à Allineuc le 4 février 1692 Mathurine Boscher, dont :

  1. François Glais, qui suit ;
  2. Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 23 novembre 1694 ;
  3. Anne Glais, née à Saint-Thélo le 23 novembre 1694 ;
  4. Olivier Glais, auteur de la branche de L'Abbaye, IVbis ;
  5. Julienne Glais, née à Saint-Thélo le 31 août 1702 ;
  6. Jeanne-Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 10 février 1700 et y décède le 10 octobre 1747, épouse au Quillio le 19 janvier 1721 Olivier Le Deist, sieur de Kerivallant, négociant de toiles à Quintin, fils de Thomas Le Deist, sieur de Lanénot, marchand de toiles fines au village de Kerivallant au Quillio, et de Marie Le Franc, née en 1656, dont postérité ;
  7. Suzanne Glais, née à Saint-Thélo le 24 avril 1704, décédée à Saint-Hervé le 10 mars 1773 et inhumée le lendemain, épouse Olivier-François Martin, né en 1710 et décédé avant 1755, négociant à Saint Thélo, fils de René Martin, et de Julienne Le Breton, dont postérité ;
  8. Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 21 janvier 1707, épouse  N Digautray.


IV. François Glais, sieur de La Ville-au-Pré, né à Saint-Thélo le 19 octobre 1692 et y décède le 23 décembre 1771, épouse en premières noces Anne Le Deist, décédée à Saint-Thélo le 20 septembre 1731, et en secondes noces à Merléac le 27 juillet 1733 Suzanne-Rose-Angélique Priat, fille de Julien Priat, sieur de Bizoin, et de Marie Gestin, dont du premier lit :

  1. François-Thomas Glais, décédé à Saint-Thélo le 31 mars 1722 ;
  2. N Glais, décédé à Saint-Thélo le 19 août 1723 ;
  3. N Glais, décédé à Saint-Thélo le 11 août 1724 ;
  4. Suzanne-Marie Glais, née à Saint-Thélo le 2 février 1727 ;
  5. François-Jean Glais, né à Saint-Thélo le 23 mars 1722 ;
  6. François-Jean Glais, né à Saint-Thélo le 11 septembre 1735 et y décède le 13 ;

Et du second :

  1. François-Julien Glais, né à Saint-Thélo le 13 juin 1734 et y décède le 24 septembre 1740 ;
  2. Guillaume-Julien Glais, né à Saint-Thélo le 27 juin 1735 ;
  3. Joseph-Marie Glais, né à Saint-Thélo le 12 septembre 1736 et y décède le 13 mars 1764, épouse à Saint-Thélo le 23 janvier 1764 Marie-Mathurine Choesmel, née à Saint-Brieuc, fille de Mathurin-Hilarion Choesmel et de feu Jeanne-Anne Joesny ;
  4. N Glais, décédé à Saint-Thélo le 10 août 1737 ;
  5. Marie-Rose Glais, née à Saint-Thélo le  9 septembre 1738 et y décède le 8 septembre 1740 ;
  6. Pierre-Mathurin Glais, né à Saint-Thélo le 2 mars 1740  et y décède le 15 septembre suivant ;
  7. François-Marc Glais, né à Saint-Thélo le 3 mars 1741 ;
  8. Jeanne-Rose Glais, née à Saint-Thélo le 19 juillet 1742, épouse à Saint-Thélo le 6 février 1759 Ollivier-Marc Glais, sieur de L'Abbaye, fils d'Olivier Glais, sieur de L'Abbaye, et de Catherine Guilloux, dont postérité ;
  9. Ollivier-François Glais, sieur de Bisoin, né à Saint-Thélo le 15 septembre 1743 et décédé à Merléac le 3 mai 1801, épouse à Quitin le 24 janvier 1769 Louise-Mathurine Digaultray, fille de François-Julien Digaultray et de Mathurine Glais ;
  10. Louis-Augustin Glais, né à Saint-Thélo le 9 juin 1745 et y décède le 27 septembre 1758 ;

 

 

Branche du Rodoué

IVbis. Honorable Homme Yves Glais, sieur du Rodoué, né à Saint-Thélo le 5 juillet 1661 et y décède le 5 octobre 1714, épouse Julienne Laisné, dont :

  1. Jeanne-Julienne Glais, décédée à Saint-Thélo le 1er mai 1742, épouse à Saint-Thélo le 26 juin 1713 Jean Taillart, sieur des Guer, fils de feu Julien Taillart, et de Périne Le Franc ;
  2. Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 25 mai 1704 ;
  3. Jean-François Glais, né à Saint-Thélo le 20 juillet 1708, prêtre ;
  4. René Glais, qui suit ;
  5. Yves-Guillaume Glais, auteur de la branche de La Ville-Blanche, Vbis.

 

V. Honorable Homme René Glais, sieur du Rodoué, décédé à Saint-Thélo le 17 octobre 1763, épouse Marguerite-Thérèse Rolland, dont :

  1. Suzanne-Rose Glais, née à Saint-Thélo le 11 juillet 1700 ;
  2. Marguerite Glais, née à Saint-Thélo le 20 octobre 1702 ;
  3. Mathurin-Charles Glais, né à Saint-Thélo le 14 avril 1706 ;
  4. Elisbeth-Rose Glais, née à Saint-Thélo le 20 juillet 1710 ;
  5. Estiennette-Périne Glais, née à Saint-Thélo le 12 février 1714 ;
  6. René Glais, né à Saint-Thélo le 5 avril 1724 ;
  7. Françoise-Marguerite Glais, née à Saint-Thélo le 22 novembre 1725 ;
  8. Yves-Hervé Glais, né à Saint-Thélo le 14 décembre 1726 ;
  9. Marie-Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 8 décembre 1727 et y décède le 28 ;
  10. Suzanne-Marguerite Glais, née à Saint-Thélo le 8 décembre 1727 et y décède le 25 février 1728 ;
  11. Marie-Jeanne Glais, née à Saint-Thélo le 15 novembre 1729 et y décède le 31 juillet 1733 ;
  12. Pierre Glais, né à Saint-Thélo le 15 janvier 1732 et y décède le 24 juillet 1733 ;

 

Branche de La Ville-Blanche

Vbis. Honorable Homme Yves-Guillaume Glais, sieur de La Ville-Blanche, décédé à Saint-Thélo le 9 juillet 1735, épouse à Saint-Thélo le 30 avril 1726 Suzanne Le Deist, fille de Thomas Le Deist, sieur de Lanénot, marchand de toiles fines au village de Kerivallant au Quillio, et de Marie Le Franc, née en 1656, dont :

  1. Suzanne Glais, née à Saint-Thélo le 26 décembre 1727 ;
  2. Jeanne-Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 30 mars 1729 ;
  3. René-Yves Glais, né à Saint-Thélo le 31 août 1732 ;

 

Branche de L'Abbaye

IVbis. Honorable Homme Olivier Glais, sieur de L'Abbaye, né à Saint-Thélo le 29 août 1697 et y décède le 19 avril 1774, épouse à Loudéac le 26 juin 1732 Catherine-Françoise Guilloux, dont :

  1. Ollivier-Marc Glais, sieur de L'Abbaye, né à Saint-Thélo le 16 mai 1733 et y décède le 14 auût 1772, épouse à Saint-Thélo le 6 février 1759 Jeanne-Rose Glais, née à Saint-Thélo le 19 juillet 1742, fille de François Glais, sieur de La Ville-au-Pré, né à Saint-Thélo le 19 octobre 1692, et de Suzanne Rose Angélique Priat ;
  2. Jeanne-Françoise-Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 28 mai 1734 et y décède le 1er septembre suivant ;
  3. François-Joachim Glais, né à Saint-Thélo le 27 septembre 1735 et y décède le 14 août 1736 ;
  4. Guillaume-François Glais, qui suit ;
  5. François-Marc Glais, né à Saint-Thélo le 31 décembre 1737 et y décède le 19 avril 1738 ;

 

V. Honorable Homme Guillaume-François Glais, né à Saint-Thélo le 19 novembre 1736, épouse à Quintin le 24 janvier 1769 Louise-Mathurine Digaultray, fille de François-Julien Digaultray et de Mathurine Glais, dont :

  1. François-Julien Glais, né à Quintin le 4 novembre 1769 ;
  2. Mathurine-Françoise Glais, née à Quintin le 28 janvier 1770 ;
  3. François-Ollivier Glais, né à Quintin le 25 janvier 1771 ;
  4. Françoise-Mathurine Glais, née à Quintin le 10 mai 1772 ;
  5. Louise-Charlotte Glais, née à Quintin le 8 octobre 1773 ;

 

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Filiation
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 07:22

 

Albert Camus, L’homme révolté, La Pléïade, p. 528-529.

Le 21 janvier, avec le meurtre du Roi-prêtre, s’achève ce qu’on a appelé significativement la passion de Louis XVI. Certes, c’est un répugnant scandale d’avoir présenté, comme un grand moment de notre histoire, l’assassinat public d’un homme faible et bon. Cet échafaud ne marque pas un sommet, il s’en faut. Il reste au moins que, par ses attendus et ses conséquences, le jugement du roi est à la charnière de notre histoire contemporaine. Il symbolise la désacralisation de cette histoire et la désincarnation du Dieu Chrétien. Dieu, jusqu’ici, se mêlait à l’histoire par les Rois. Mais on tue son représentant historique, il n’y a plus de roi. Il n’y a donc plus qu’une apparence de Dieu relégué dans le ciel des principes.

 

Les révolutionnaires peuvent se réclamer de l’Evangile. En fait, ils portent au Christianisme un coup terrible, dont il ne s’est pas encore relevé. Il semble vraiment que l’exécution du Roi, suivie, on le sait, de scènes convulsives, de suicides ou de folie, s’est déroulée tout entière dans la conscience de ce qui s’accomplissait. Louis XVI semble avoir, parfois, douté de son droit divin, quoiqu’il ait refusé systématiquement tous les projets de loi qui portaient atteinte à sa foi. Mais à partir du moment où il soupçonne ou connaît son sort, il semble s’identifier, son langage le montre, à sa mission divine, pour qu’il soit bien dit que l’attentat contre sa personne vise le Roi-Christ, l’incarnation divine, et non la chair effrayée de l’homme. Son livre de chevet, au Temple, est l’Imitation de Jésus-Christ. La douceur, la perfection que cet homme, de sensibilité pourtant moyenne, apporte à ses derniers moments, ses remarques indifférentes sur tout ce qui est du monde extérieur et, pour finir, sa brève défaillance sur l’échafaud solitaire, devant ce terrible tambour qui couvrait sa voix, si loin de ce peuple dont il espérait se faire entendre, tout cela laisse imaginer que ce n’est pas Capet qui meurt mais Louis de droit divin, et avec lui, d’une certaine manière, la Chrétienté temporelle. Pour mieux affirmer encore ce lien sacré, son confesseur le soutient dans sa défaillance, en lui rappelant sa « ressemblance » avec le Dieu de douleur. Et Louis XVI alors se reprend, en reprenant le langage de ce Dieu : « Je boirai, dit-il, le calice jusqu’à la lie ». Puis il se laisse aller, frémissant, aux mains ignobles du bourreau.

 

 

l1.jpg

Adieux de Louis XVI à sa famille au Temple, par Charles Benazech

 

l3.jpg

La Famille royale à la prison du Temple, par Edward Matthew Ward

 

Régne de Louis XVI

 

1774 Louis XVI décida de soulager son peuple en le dispensant du « droit de joyeux avènement », impôt perçu à chaque changement de règne.

1776 Louis XVI créa le corps des pompiers ; permit aux femmes d’accéder à toutes les maîtrises.

1777 Louis XVI autorisa l’installation de pompes à feu pour approvisionner Paris en eau de manière régulière ; créa un mont-de-piété à Paris pour décourager l’usure et venir en aide aux petites gens.

1778 Louis XVI abandonna aux équipages de ses vaisseaux le tiers de la valeur des prises qui lui était réservées en temps de guerre ; décida d’aider l’abbé de l’Epée dans son œuvre pour l’éducation des « sourds-muets sans fortune » auxquels il enseignait un langage par signes de son invention (Le Roi lui versa alors une pension de 6000 livres sur sa propre cassette, contre l’avis de l’archevêché qui soupçonnait cet homme de jansénisme) ; dota l’école de Valentin Hauÿ pour les aveugles.

1779 Louis XVI donna l’ordre à ses commandants de vaisseaux de ne point inquiéter les pêcheurs anglais et obtint la réciprocité pour les pêcheurs français ; donna le droit aux femmes mariées et aux mineurs de toucher eux-mêmes leurs pensions sans demander l’autorisation de leur mari ou tuteur ; employa le premier l’expression de « justice sociale ».

1780 Louis XVI ordonna aux hôpitaux militaires de traiter les blessés ennemis « comme les propres sujets du Roi », 90 ans avant la première convention de Genève ; décida d’abolir le servage et la main-morte dans le domaine royal et le droit de suite qui permettaient aux seigneurs de faire poursuivre les serfs ou mains-mortables qui quittaient leurs domaines ; ordonna l’abolition de la question préparatoire et préalable (torture) ; fit construire à ses frais des infirmeries « claires et aérées » dans les prisons ; supprima de très nombreuses charges de la maison du Roi (plus du tiers).

1781 Louis XVI finança tous les aménagements de l’Hôtel-Dieu pour que chaque malade ait son propre lit individuel ; fonda un hôpital pour les enfants atteints de maladies contagieuses, aujourd’hui nommé Hôpital des Enfants Malades.

1782 Louis XVI créa le musée des Sciences et Techniques, futur Centre National des Arts et Métiers.

1783 Louis XVI fonda l’Ecole des Mines ;finança sur ses propres fonds les expériences d’aérostation des frères Montgolfier ; finança également les expériences de Jouffroy d’Abbans pour l’adaptation de la machine à vapeur à la navigation.

1784 Louis XVI exempta les juifs du péage corporel et d’autres droits humiliants ; fit construire les synagogues de Nancy et Lunéville, et permit aux juifs d’avoir accès à toutes les maîtrises dans le ressort du Parlement de Nancy ; accorda sept millions aux victimes du froid excessif ; accorda des pensions de retraite à tous ceux qui exerçaient une profession maritime.

1785 Louis XVI demanda l’établissement annuel de la balance du commerce.

1786 Louis XVI créa le droit de propriété des auteurs et compositeurs de musique.

1787 Louis XVI accorda l'etat-civil aux prostestants.

1788 Louis XVI s'inquieta du sort qui était réservé aux prisonniers détenus en préventive de par leur inculpation, avant leur procès ; décida de leur accorder une indemnité ainsi qu'un droit d'annonce dans le cas où leur innocence serait reconnue lors de leur procès.

1789 Louis XVI accorda le premier le droit de vote aux femmes dans le cadre de l'élection des députés de l'Assemblée des Etats Généraux ; créa l'Ecole de musique et de danse de l'Opéra de Paris, et le Musée du Louvre.

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 22:40

« Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Evelyn Beatrice Hall, "The friends of Voltaire",1906

 

« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »

Déclaration universelle des droits de l'homme, Article 19

François-Marie Arouet, dit Voltaire

François-Marie Arouet, dit Voltaire

Partager cet article

Published by F du Fou
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 06:42
L'histoire ne le dit pas, mais l'histoire ne peut pas tout dire. Le quatrième Roi venait d'encore plus loin que les trois autres Rois. Il arrivait de l'extrémité des Gaules, autrement dit du bout du monde, d'un pays nommé Pelloc'hoaz. Plus loin que son royaume, il n'y avait plus que la mer, et quelques îles, où criaient des nuées de goélands, des îles où l'on disait que s'arrêtaient les âmes des défunts avant que les anges de Dieu ne les appellent pour le ciel.

Or le Roi de Pelloc'hoaz ayant été averti en songe de la venue sur la terre du Roi des Rois, que le monde entier attendait, décida de se mettre aussitôt en route vers le lieu qu'une Etoile nouvelle, soudainement apparue, et d'une brillance sans pareille, lui montrerait. Le Roi choisit, pour l'offrir à l'Enfant-Dieu, trois perles rares, les plus précieuses de tous les trésors hérités de ses pères.

L'une était semblable à la nacre rose. Elle avait l'éclat et la délicatesse de tons que l'on voit à la mer au lever du jour, devant Carantec et Callot, dans cette partie de la baie de Morlaix qui se nomme le Paradis. La perle était en forme de coeur et en elle palpitait tout ce qui fait la joie et la douleur du monde. C'était une perle vive, et, en l'offrant, le Roi de Pelloc'hoaz voulait offrir ce qu'il avait le plus à coeur, ses affections et ses soucis, ses bonheurs les plus intenses et ses souffrances les plus secrètes.

La deuxième perle était de couleur verte. Comme les prairies de Trogriffon dans un matin de givre, ou le val de Bigodou, sous le soleil d'octobre. En elle se miraient la campagne et les fleurs, la vie animale et la douceur des choses. En l'apportant au Fils de dieu, le Roi voulait lui faire remise de toutes ses possessions terrestres, non seulement ses propres richesses, mais encore la création tout entière, ce que de son donjon surplombant les flots, ils pouvait admirer à loisir. Le Roi se disait que si les remous de la mer sont si puissants, et si grandioses les couchers de soleil entre Kerrec-Hir et l'Ile de la Vierge, combien plus somptueux encore étaient les hauts-fonds où des poissons zébrés d'or et d'argent frétillaient entre les algues de soie vivante, battant comme bannières au vent parmi d'étincelants trésors oubliés. La perle aux irisations vertes chantait les splendeurs du monde visible et celles de l'invisible, et le Roi voulait la donner parce qu'en elle il restituait au Créateur amour pour amour.

La troisième perle était blanche. Ou plutôt elle était transparence. Elle n'était pas la lumière, mais elle diffusait la lumière. En la regardant, on était éclairé. On voyait le chemin qu'il convenait de prendre, le conseil que l'on pouvait proposer, la solution que depuis longtemps l'on cherchait. Au moyen de cette perle, la vie devenait simple, les choses trouvaient leur place et les rapports entre les êtres, leur limpidité originelle. En la présentant au Nouveau-Né, le Roi désirait lui remettre toute sa sagesse, son intelligence et son esprit.

Donc, serrant dans sa cassette ces trois perles uniques, le Roi de Pelloc'hoaz se mit en marche. Le voyage, vous le pensez bien, fut très très long et, plus d'une fois, le cortège dût s'arrêter en chemin, à cause d'événements imprévisibles. Lorsqu'enfin il arriva dans le pays où l'étoile s'arrêta, le Roi perçut une étrange clameur qui s'élevait des villes et des villages. C'était comme un immense pleur que rien ne pouvait consoler. Le Roi en eut le cœur déchiré et il se demandait ce que cela pouvait être, lorsque l'un de ses hérauts vint lui dire qu'un ordre barbare, émanant d'Hérode, avait répandu la mort dans les maisons des Israëlites, en massacrant tous les petits garçons de moins de deux ans. A peine le héraut avait-il achevé son effrayant récit, qu'une femme au visage décomposé par l'horreur, fit irruption dans la salle de l'auberge où le Roi s'était arrêté. Elle serrait sur son cœur un enfant aux yeux affolés et elle se disait poursuivie par les tueurs d'Hérode.

En effet, à la porte , arrivèrent les mercenaires d'Hérode, des hommes à la face de bêtes, tenant des épées rougies par le sang. Ils poursuivaient la jeune mère et avaient ordre de mettre à mort le petit juif. Le Roi de Pelloc'hoaz leur fit face. Les brutes ne voulaient pas démordre: il leur fallait l'enfant. Alors le Roi se fit apporter sa cassette et il en sortit la perle rose. Si rare était sa beauté que les mercenaires aussitôt jugèrent qu'ils ne trouveraient pas au monde une occasion de ce prix et qu'ils pouvaient subir jusqu'à la fin les ordres d'Hérode sans recevoir jamais pareille récompense. Ils se saisirent de la perle et laissèrent leurs épées sur le seuil de l'auberge.

Le Roi de Pellôc'hoaz poursuivit son chemin, espérant découvrir l'Enfant-Dieu. Comment s'y prit-il et pourquoi l'étoile cessa-t-elle de briller au-dessus de sa tête? Il ne comprit pas. Toujours est-il qu'une fois, entrant dans un village, il croisa un cortège insolite : une escouade de soldats emmenait un jeune homme, qui se débattait et criait. Derrière eux venait un groupe de personnes entourant une femme d'âge, sans doute la mère du prisonnier. L'homme qu'on emmenait, en effet, était son seul fils, et elle était veuve. Il avait commis un vol, en effet, car ils étaient pauvres, et n'avaient plus rien pour vivre. En com prenant cela, le Roi de Pelloc'hoaz fut ému, et, bien qu'il ne pût approuver le vol, il n'approuvait pas plus la brutalité des gardes qui emmenaient l'homme, et il leur demanda de laisser libre le voleur. Comme les soldats refusaient, le Roi leur proposa un grand prix pour rançon du prisonnier. Les soldats refusaient toujours. Alors le Roi ouvrit sa cassette et en sortit la perle aux tons verts. Les gardes, subjugués, évaluèrent sur-le-champ la fortune que représentait le joyau et acceptèrent de rendre le jeune homme à sa mère.

Le Roi n'avait plus désormais à offrir au Fils de Dieu, que la seule perle blanche. Il chercha et chercha longtemps l'enfant pour lequel il avait quitté son château près de la mer, son pays fleuri de bruyère, posé au bout du monde, il chercha bien pendant trente ans, dans la région où l'étoile l'avait conduit.

Un jour qu'il approchait de la Cité de Paix, il vit accourir à lui une toute jeune fille qui se jeta dans ses bras. Elle fuyait devant des hommes qui l'assaillaient de coups de pierre, car ils l'accusaient d'avoir trahi son père alors que ses parents, des gens très pieux, l'avaient promise en mariage à un riche vieillard de leur parenté. La jeune fille ne voulait pas mourir et elle suppliait le Roi de Pelloc'hoaz de lui sauver la vie. Le Roi eut beau présenter aux poursuivants toutes les raisons de ne pas frapper la jeune fille avant de s'être assuré que leurs dires étaient justes et non des accusations fausses portées par des jaloux, rien n'y fit. Les accusateurs étaient d'autant plus féroces qu'ils avaient la loi pour eux et que certains faisaient profession de justice. Alors le Roi de Pelloc'hoaz résolut de se défaire de la dernière perle ...

Lorsqu'il la montra aux furieux, ceux-ci reculèrent, stupéfaits. Leurs yeux flambaient de convoitise devant la perle lumineuse que le Roi tenait entre ses doigts. "Allez!" leur dit-il, en leur remettant le trésor, tandis que la jeune fille, haletante, s'évanouissait entre ses bras.

C'est à ce moment-là que le Roi entendit une rumeur qui provenait d'une ruelle au bas de la cité. C'était des cris, des vociférations, des sifflets, accompagnant la montée d'un condamné à mort que l'on traînait hors les murs de la ville pour le supplice de la croix. Le répugnant cortège approchait. Le Roi de Pelloc'hoaz vit l'homme que l'on menait à la mort. Et l'Homme tourna vers lui son visage, Il posa sur lui son regard. Et le Roi sut que c'était lui. C'était l'Enfant qu'il avait si longtemps cherché!... Voilà ce que les hommes en avaient fait!...

Le Roi de Pelloc'hoaz ouvrit les mains: il n'avait plus rien, plus rien à offrir en échange de la vie du Fils de l'Homme. Il avait tout donné en route. Alors sur le visage indescriptible de Jésus, le Roi vit ses trois perles. Elles brillaient, intactes, plus riches et lumineuses que dans l'écrin de la cassette, et comme vibrantes, toutes les trois, de ce qu'il avait voulu apporter à l'Enfant. Il entendit une voix qui lui disait : "Va en paix, ton offrande, je l'ai bien reçue! "
 
Le Roi de Pelloc'hoaz comprit que tout ce qu'il avait fait pour les hommes au long du chemin, c'était à Dieu qu'il l'avait fait.
 
L'adoration des Mages f. 64v
Extrait des Grandes Heures d'Anne de Bretagne "casi-original"
Avec l'aimable autorisation de M. Moleiro

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Documentation
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 06:41
MS 80 - Horae, cum calendario - Médiathèque Moulins Communauté, fol. 59r

MS 80 - Horae, cum calendario - Médiathèque Moulins Communauté, fol. 59r

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Manuscrit Epiphanie
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 19:28

martray.jpg

Partager cet article

1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 09:13
Médiathèque de Moulins, Ms1. Bible de Souvigny

Médiathèque de Moulins, Ms1. Bible de Souvigny

Partager cet article

Published by F du Fou
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 08:00

Au nom de la très Sainte Trinité, du Père, du fils et du Saint Esprit. Aujourd’hui vingt-cinquième de décembre mil sept cent quatre vingt douze. Moi, Louis, XVIème du nom, Roi de France, étant depuis plus de quatre mois enfermé avec ma famille dans la Tour du Temple à Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même depuis le onze du courant avec ma famille. De plus impliqué dans un Procès dont il est impossible de prévoir l’issue à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune loi existante, n’ayant que Dieu pour témoin de mes pensées, et auquel je puisse m’adresser. Je déclare ici en sa présence, mes dernières volontés et mes sentiments.

 

Je laisse mon âme à Dieu mon créateur, et je le prie de la recevoir dans sa miséricorde, de ne pas la juger d’après ses mérites, mais par ceux de Notre Seigneur Jésus Christ qui s’est offert en sacrifice à Dieu son Père, pour nous autres hommes, quelque indignes que nous en fussions, et moi le premier.

 

Je meurs dans l’union de notre sainte Mère l’Église Catholique, Apostolique et Romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de Saint Pierre auquel Jésus-Christ les avait confiés. Je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole et les commandements de Dieu et de l’Église, les Sacrements et les Mystères tels que l’Église Catholique les enseigne et les a toujours enseignés. Je n’ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d’expliquer les dogmes qui déchirent l’Église de Jésus-Christ, mais je m’en suis rapporté et rapporterai toujours, si Dieu m’accorde vie, aux décisions que les supérieurs Ecclésiastiques unis à la Sainte Église Catholique, donnent et donneront conformément à la discipline de l’Église suivie depuis Jésus-Christ. Je plains de tout mon coeur nos frères qui peuvent être dans l’erreur, mais je ne prétends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jésus-Christ suivant ce que la charité Chrétienne nous l’enseigne.

 

Je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés, j’ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester et à m’humilier en sa présence, ne pouvant me servir du Ministère d’un Prêtre Catholique. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite, et surtout le repentir profond que j’ai d’avoir mis mon nom, (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l’Église Catholique à laquelle je suis toujours resté sincèrement uni de coeur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution où je suis, s’il m’accorde vie, de me servir aussitôt que je le pourrai du Ministère d’un Prêtre Catholique, pour m’accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence.

 

Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadvertance (car je ne me rappelle pas d’avoir fait sciemment aucune offense à personne), ou à ceux à qui j’aurais pu avoir donné de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu’ils croient que je peux leur avoir fait.

 

Je prie tous ceux qui ont de la Charité d’unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés.

Je pardonne de tout mon coeur à ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en aie donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même que ceux qui par un faux zèle, ou par un zèle mal entendu, m’ont fait beaucoup de mal.

Je recommande à Dieu, ma femme, mes enfants, ma Soeur, mes Tantes, mes Frères, et tous ceux qui me sont attachés par les liens du sang, ou par quelque autre manière que ce puisse être. Je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma soeur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce s’ils viennent à me perdre, et tant qu’ils resteront dans ce monde périssable.

 

Je recommande mes enfants à ma femme, je n’ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux ; je lui recommande surtout d’en faire de bons Chrétiens et d’honnêtes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde ci (s’ils sont condamnés à les éprouver) que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire solide et durable de l’Éternité. Je prie ma soeur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de mère, s’ils avaient le malheur de perdre la leur.

 

Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu’elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrais lui avoir donnés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher.

Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu’ils doivent à Dieu qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu’elle se donne pour eux, et en mémoire de moi. Je les prie de regarder ma soeur comme une seconde mère.

 

Je recommande à mon fils, s’il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu’il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu’il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j’éprouve. Qu’il ne peut faire le bonheur des Peuples qu’en régnant suivant les Lois, mais en même temps qu’un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son coeur, qu’autant qu’il a l’autorité nécessaire, et qu’autrement, étant lié dans ses opérations et n’inspirant point de respect, il est plus nuisible qu’utile.

 

Je recommande à mon fils d’avoir soin de toutes les personnes qui m’étaient attachées, autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c’est une dette sacrée que j’ai contractée envers les enfants ou les parents de ceux qui ont péri pour moi, et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu’il y a plusieurs personnes de celles qui m’étaient attachées, qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles le devaient, et qui ont même montré de l’ingratitude, mais je leur pardonne, (souvent, dans les moment de troubles et d’effervescence, on n’est pas le maître de soi) et je prie mon fils, s’il en trouve l’occasion, de ne songer qu’à leur malheur.

 

Je voudrais pouvoir témoigner ici ma reconnaissance à ceux qui m’ont montré un véritable attachement et désintéressé. D’un côté si j’étais sensiblement touché de l’ingratitude et de la déloyauté de gens à qui je n’avais jamais témoigné que des bontés, à eux et à leurs parents ou amis, de l’autre, j’ai eu de la consolation à voir l’attachement et l’intérêt gratuit que beaucoup de personnes m’ont montrés. Je les prie d’en recevoir tous mes remerciements ; dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître.

 

Je croirais calomnier cependant les sentiments de la Nation, si je ne recommandais ouvertement à mon fils MM de Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi avait portés à s’enfermer avec moi dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes. Je lui recommande aussi Cléry des soins duquel j’ai eu tout lieu de me louer depuis qu’il est avec moi. Comme c’est lui qui est resté avec moi jusqu’à la fin, je prie MM de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse, et les autres petits effets qui ont été déposés au Conseil de la Commune.

 

Je pardonne encore très volontiers à ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. J’ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes, que celles-là jouissent dans leur coeur de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser.

 

Je prie MM de Malesherbes, Tronchet et de Sèze, de recevoir ici tous mes remerciements et l’expression de ma sensibilité pour tous les soins et les peines qu’ils se sont donnés pour moi.

 

Je finis en déclarant devant Dieu et prêt à paraître devant Lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi.

 

Testament de Louis XVI, 25 décembre 1792

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 08:00
Horae ad usum Pictaviensem - BnF, Département des manuscrits, NAL 3191, fol. 48r

Horae ad usum Pictaviensem - BnF, Département des manuscrits, NAL 3191, fol. 48r

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Noël Manuscrit
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 08:24
Martin, sieurs et dames de La Vieuville, Ploeuc

I. François Martin, décédé vers 1630, épouse vers 1600 Nouelle David, dont :

 

II. Olivier Martin, épouse Jeanne Meheust, dont :

  1. Mathurin Martin, qui suit ;
  2. Mathurine  Martin, née vers 1650, épouse en la paroisse Saint-Mathurin de Moncontour le 31 juillet 1670 Gilles Cherdel, née vers 1648, fils de Jacques Cherdel et de Marie Veillon.

 

III. Mathurin Martin, né en la paroisse Saint-Mathurin de Moncontour en 1652, épouse en la paroisse Saint-Mathurin de Moncontour le 15 février 1667 Claude Guiot, fille de Guillaume Guiot, sieur de La Noë, et de Gillette Le Moulnier, dont :

 

IV. René Martin, né à Moncontour, épouse à Trébry le 12 juillet 1695 Julienne Le Breton, dame de La Vieuville en Ploeuc par acquêt du 21 avril 1734 [Pierre-François de Derval, « pere et garde naturel de messire Georges Margueritte Cesar de Derval issu de son mariage avec feue dame anne Denise de Vaucouleurs de Lanjamet et faisant pour demoiselle Louise Elisabeth Marie de Vaucouleurs de Lanjamet sa belle sœur heritiers en partie de feu messire Jean Baptiste Louis de Vaucouleurs », vend « la maison, domaines, mettairies, moulin, fiefs, jurisdiction et dependances de la Vieuville sçituée en la paroisse de Ploeuc » à « noble Ollivier Martin tant en son privé nom que pour demoiselle Suzanne Glais son epouze et pour demoiselle Jullienne Le Breton mere dudit sieur Martin], née à Trébry le 23 mars 1672, fille de Georges Le Breton, né à Trébry le 11 juillet 1642 et y décède le 28 septembre 1720, et de Laurence Le Chapelier, née à Moncontour vers 1650, dont : 

  1. Olivier-François Martin, qui suit;
  2. Charlotte Martin, née vers 1702, épouse en la paroisse Saint-Mathurin de Moncontour le 15 septembre 1723 Jean-François Le Nepvou, né à Plédran vers 1700, fils d'Yves Le Nepvou, et de Claude de Lanloup. 

 

V. Olivier-François Martin, sieur de La Vieuville, né en 1710 et décédé à Saint-Hervé le 18 septembre 1740, négociant à Saint-Thélo, épouse en 1727 Suzanne Glais, dame de La Vieuville, née à Saint-Thélo le 24 avril 1704, décédée à Saint-Hervé le 10 mars 1773 et inhumée le lendemain, fille d’Olivier Glais, sieur de La Ville-au-Pré, né à Saint-Thélo le 5 mars 1663 et y décède le 16 avril 1711, marchand de toiles fines, et de Mathurine Boscher, décédée à Saint-Thélo le 2 janvier 1742, dont : 

  1. Mathurine Martin, née à Saint-Thélo le 8 août 1728 et baptisée le lendemain  ;
  2. Mathurine-Renée Martin, née à Saint-Thélo le 18 août 1729 et ondoyée le 21, baptisée le 25 septembre suivant, y décède le 14 octobre suivant ;
  3. Marie-Françoise-Julienne Martin, née à Saint-Thélo le 14 août 1730 et baptisée le lendemain, y décède le 1er avril 1731 ; 
  4. René-Mathurin Martin, né à Saint-Thélo le 14 septembre 1731 ;
  5. Olivier-François Martin, sieur du « lieu noble et dependances de la Vieuxville située en la paroisse de Ploeuc », né au bourg de Saint-Hervé le 22 juillet 1733 et baptisé le lendemain, décédé le 3 mars 1751 ;
  6. Jeanne-Françoise Martin, née au bourg de Saint-Hervé le 11 septembre 1734 et baptisée le lendemain, décédée à Saint-Hervé le 30 juillet 1736 ;
  7. Jean-René-Mathurin Martin, né à Saint-Hervé le 20 novembre 1735 et baptisé le 27 ;
  8. Marie-Julienne Martin, née à Saint-Hervé le 4 mars 1737 et baptisée le 30 juin suivant, décédée à Saint-Hervé le 14 décembre 1740 ;
  9. N Martin, né et ondoyé à Saint-Hervé le 11 septembre 1738 ;
  10. Suzanne-Françoise Martin, dame de La Vieuville, née à Saint-Hervé le 20 mars 1740 et baptisée le lendemain, décédée à Saint-Hervé le 18 juillet 1768, épouse à Saint-Hervé le 25 novembre 1755 Guillaume-François Le Deist, écuyer, seigneur dudit lieu en Saint-Thélo, de L'Hôtellerie en Ploufragan et de La Ville-au-Grand, puis de Quénécunan au Quillio par acquêt de 1777, né au Quillio le 30 juillet 1723 et décédé à Saint-Hervé le 18 février 1782, secrétaire du Roy, contrôleur de la chancellerie prés du Parlement de Bretagne en 1759 et l’un des dix associés de l’évêché de Saint-Brieuc pour la Société d’Agriculture, du Commerce et des Arts de Bretagne, fils d’Olivier Le Deist, sieur de Kerivallant, négociant de toiles à Quintin, et de Jeanne-Mathurine Glais, née en 1700 et décédée en 1747, dont postérité.

 

Martin, sieurs et dames de La Vieuville, Ploeuc

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Filiation Ploeuc
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 06:10
La place, Ploeuc

Partager cet article

Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

Manoir de La Mare

Mare 6838
Mariages et festivités familiales
Séminaires et événements professionnels
Stages et expositions
Concerts et spectacles

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).