Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 12:41

couteau

couteau pliant

11cm

FAIGUET PLOEUC

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 12:19

1.JPG

Bouquetière en forme de lys

Armes de Ploeuc, surmontées de murailles

2

Dessin : lys (jaune/orange) et hermines (noir et bleu/vert)

3.JPG

Signature : Alcide Chaumeil

 

Alcide Chaumeil est un céramiste parisien du début du XXème, dont les décors sont reconnaissables grâce aux fleurs de lys (jaune/orange) et hermines (noir et vert/bleu), et dont l'émail est souvent craquelé. Les productions d'Alcide Chaumeil sont assez proches de celles de Malicorne ou de Desvres

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 09:15

Berthelot : Le Coudray, Brangolo. d'azur à trois têtes de léopards jessants de lys d'or.

Boulongier (Le) : Launay (Launay-Costio ?)

Coligny (de) : Le Vauclair. de gueules à l'aigle d'argent, couronnée, becquée et membrée d'azur.  

Coniac (Le) : Le Bouillon. d'argent à l'aigle au vol abaissé de sable.

Doüarain (Le) : La Bréhaudière. d'azur au pal d'hermines.

Frion : La Vaupatry. Réformations et montres de 1425 à 1513. d'azur à six macles d'or, au franc quatier de sable chargé d'un croissant d'argent.

Gourdel : Les Aulneaux ou Ormeaux.  de gueules au croissant d’argent, accompagné de trois quintefeuilles du même, posées deux et un.

Gouycquet : Le Vaupatry. d'azur à la croix engreslées d'argent cantonnée de quatre roses du même

Gouyon : La LandeBrangolo, Le Vauby, Le Val, La Ville-Norme. d'argent au lion de gueules, couronné, lampassé et armé d'or.

Herry : Launay (Launay-Costio ?)

Huet : Launay-Costio.

Isle (de L') : La Noë

Jouan : Le Drévy

Launay (de) : Brangolo. Réformations et montres de 1425 à 1513. de gueules à une fasce de vair.

Lorans : Le Drévy

Madeuc : La Ville-Mentet. de sable au léopard d'argent, accompagné de six coquilles du même.

Métayer (Le) : Runello. d'azur à la croix d'or, cantonnée de quatre fleurs de lys d'argent.

Mintier (Le) : La Ville-Norme. Réformations et montres de 1423 à 1535. de gueules à la croix engreslée d'argent.

Morel : Launay-Costio. Réformations et montres de 1448 à 1513. d'argent au léopard de gueules.

Motte (de La) : Le Vauclair, Baillebois. Réformations et montres de 1442 à 1533. de gueules à trois bandes engreslées d'argent.

Noir (Le) : Brangolod'azur à trois chevrons d'or, au franc quartier de gueules chargé d'une fleur de lys d'argent.

 Noüe (de La) : La Ville-Norme. d'azur à la croix d'argent, cantonnée de quatre gerbes de blé d'or.

Pallier (Le) : Bellevue, Le Closneuf, La Noë. d'azur à la fasce d'or, chargée de trois pommes de gueules et accompagnée de trois têtes de lapin d'argent.

Parc (du) : Réformations et montres de 1423 à 1543. d'argent à trois jumelles  de gueules.

Pellan (de) : Carnais. d'azur au soleil d'or, alias, d'hermines à deux haches d'armes adossées de gueules.

Rieux (de) : Le Vauclair. d'azur à neuf besants d'or, posés trois, trois et trois.

Rosmadec (de) : Le Vauclair. palé d'argent et d'azur de six pièces.

Touz (Le) ou Touzé (Le) : La Lande : de gueules à la fasce d'or, accompagnée de trois besants d'argent, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.

Yvignac : Brangolo. d'argent à deux fasces de sable.

 

Le Vauclair, La Ville-Norme & Launay-Costio : haute, basse et moyenne justice.

Brangolo : moyenne justice.

 

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 10:32

029.JPG

028.JPG

033.JPG

032.JPG

Monseigneur François-Hyacinthe de Plœuc, chevalier, né à Landudec le 16 avril 1661, décédé le 18 janvier 1739 et inhumé dans la cathédrale, évêque de Quimper du 19 juin 1707 à son décès, député des Etats de Bretagne pour le clergé en 1712, consacra l’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Spézet le 9 juillet 1719 [Anno M.D.CCXIX Die IX Mensis Iulii. D. D. Ill(Ustrissi)mus et R. R. Fr. Hyac. de Ploeuc epus et comes Cornub. Hanc ecclesiam dedicavit et consecravit], fils de Messire René de Plœuc, chevalier, seigneur du Val, du Questel en Pouldergat par acquêt 1661, de Kergart en Landudec par acquêt de 1657, de Kerdané, de Laëguel et du Stang Corzou Bras en Landudec par acquêt de 1659, de Kerélan en Landudec par acquêt de 1662, de Kerandraon en Landudec en 1663, de Kerviher en Landudec de 1671 et autres lieux, chevalier de l’Ordre du Roy, maintenu noble d’ancienne extraction en 1671, et de Dame Marie Gourcun, dame de Méroc. 

 

Photographies : Alain Billard

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 19:00


flh.pngLe club de Hénon est le 6ème du département. Il a pour projet d'obtenir dans le futur la labellisation "Ecole d'escrime française". Actuellement il n'y a que 2 clubs à l'avoir en Bretagne (Saint-Brieuc et Dinan).

 

Le club a démarré avec une section d'adultes motivés et ouvrira une section enfants sur les horaires du vendredi soir. Le club est ouvert à tous (communes voisines sans limites) à partir de 6 ans avec certificat médical (de moins d'un mois).


La première séance se déroulera dans le complexe multi-sports de Hénon le vendredi 10 septembre 2010 à 19h00. Elle sera encadrée par un maître d'armes et par un initiateur fleuret diplômés.


Enfants : de 19h à 20h, 100 euros/an, hors licence

Adultes : de 20h à 22h, 180 euros/an, hors licence


Agréments ANCV, coupons sports.


Pour plus d'infos : http://flh.jimdo.com

 

 

Les Fines Lames Hénonnaises

Association loi de 1901

Siret : 518 243 365 000 13

1, rue de L'Armel

22150 Hénon

Tél. : 06.0821.72.15 ou 06.25.40.07.27

 


 

Repost 0
Published by ... - dans Presse
commenter cet article
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 18:50

.../...

D'autres fosses communes de prisonniers souvent torturés ne furent découvertes qu'après la Libération à Lannion et à l'Hermitage-Lorges dans des camps allemands.c Ainsi 34 corps sont exhumés au camp d'aviation de Lannion-Servel (26 résistants, souvent des maquisards FTP condamnés à mort par le tribunal militaire de Guingamp et 8 otages). A la Butte rouge dans l' forêt de l'Hermitage et à Uzel, des centres de détention et de torture fonctionnent pendant cette période. Cinquante-quatre corps y sont retrouvés dont ceux de Mireille Chrisostome, agente de liaison du FN, d'un parachutiste SAS, de maquisards de la région de Ploeuc-Plouguenast et de 19 personnes raflés à Ploufragan le 6 mai. La découverte de ces fosses provoqua une intense émotion dans les premiers jours d'août 1944 et donna lieu à des obsèques nationales à l'Hermitage-Lorges en novembre 1944...

 

Extrait :

Le choc de la guerre dans les Côtes-du-Nord 1939-1945

Christian Bougeard

Collection Terre des Celtes

Editions Jean-Paul Gisserot

Avril 1995

 

Mireille Chrisostome : article de Wikipédia

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 13:19

affiche1.JPG

Repost 0
Published by F du Fou - dans Affiches
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 13:22

affiche2.JPG

Repost 0
Published by F du Fou - dans Affiches
commenter cet article
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 11:00

Lettre de François Ier préservant les droits de la Bretagne lors de l'Union avec la France

François, par la grâce de Dieu Roi de France, père et légitime administrateur et usufruitier des biens de notre très cher et très aimé fils le Dauphin, Duc et propriétaire des pays et Duché de Bretagne, à tous présents et à venir, salut.

Comme en la présente assemblée des États desdits pays et Duché tenus et assemblés, nous et notre dit fils le Dauphin présents en nos personnes en cette ville de Vannes, lesdits gens desdits États nous ayant très humblement suppliés et requis que, unissant perpétuellement à toujours ce pays et Duché de Bretagne à nos Royaumes et Couronne de France, notre bon plaisir soit de les entretenir, garder et observer dans leurs privilèges, franchises, libertés et exemptions anciennement octroyées et accordés par les Ducs de Bretagne nos prédécesseurs, et dont ils ont toujours joui, tant en, l'état de l'Église, noblesse et peuple dudit pays, qu'en la Justice, villes, lieux et communautés de celui-ci, et de ces privilèges, exemptions, franchises et libertés leur octroyer et concéder nos lettres de confirmation, et sur ce leur impartir nos grâces et libéralité; savoir faisons que nous, voulant et désirant de tout notre cœur gratifier et favorablement traiter des gens desdits trois États, en considération également de l'entière obéissance, singulier amour, loyauté et fidélité qu'ils nous ont toujours portés et portent, et semblablement notre fils le dauphin leur Duc propriétaire, afin qu'en ces loyauté et fidélité ils continuent et persévèrent comme nos bons, loyaux, fidèles sujets, au bien dudit pays et de toute la chose publique de celui-ci, à ces gens des trois États, pour ces causes et autres bonnes et grandes considérations qui nous y incitent, nous avons continué, confirmé, loué, ratifié et approuvé, et par la teneur de ces présentes, de notre grâce spéciale, pleine puissance et autorité Royale et Ducale, nous confirmons, louons, ratifions et approuvons tous et chacun lesdits privilèges, exemptions, franchises et libertés à eux octroyés et concédés, comme il est dit, par nos dits prédécesseurs Ducs de Bretagne, et dont ils ont toujours joui en chacun desdits États, et pareillement au fait et administration de la Justice, villes, lieux et communautés de ces pays et Duché, voulant qu'ils en jouissent dorénavant et par la suite perpétuellement et toujours, ainsi et dans la forme et de la manière qu'ils ont antérieurement bien et dument fait, jouissent et usent encore à présent, réservé toutefois ce que les gens mêmes desdits États nous pourrons requérir être réformé ou changé pour le bien, profit et utilité dudit pays.

Aussi nous ordonnons par ces mêmes présentes ) nos aînés et fidèles les lieutenant Général et Gouverneur audit pays, présent et à venir, gens tenant notre Parlement et conseil de Bretagne, sénéchaux, alloués, et à tous nos autres justiciers, officiers et sujets desdits pays et duché, que de nos présentes grâces, ratification, approbation et confirmation ils fassent, souffrent et laissent les gens desdits trois États jouir et user pleinement et paisiblement, sans leur faire, mettre ou donner, ni souffrir être fait, mis ou donné aucun trouble ou empêchement contraire; car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit toujours chose ferme et stable, nous avons fait mettre notre scel à cesdites présentes, sauf en autres choses notre droit et l'autrui en toutes.

Donné à Vennes au mois d'Août l'an de grâce 1532, et de notre règne le dix-huitième.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 17:17

 010

Façade principale

015

Linteau : 1611 - 1688

014

Cadran solaire : 1800 ... MOY

001

Cheminée rez-de-chaussée

002

Cheminée du 1er étage

006 003

Le grenier et les deux conduits de cheminée

Historique :

1611 : construction de la maison principale (linteau 1611 - 1688).

10 août 1777 : fondation et dotation de l'établissement par le comte de La Rivière. Autorisation par lettres patentes du 10 juillet 1774 et enregistrées en Parlement le 7 juillet 1775.

Vers 1850 : vente de ce premier établissement pour 2150 francs, autorisée par ordonnance royale du 18 janvier 1848.

26 juin 1851 : acquisition de l'établissement actuel pour 4200 francs par la Communauté des Filles du Saint-Esprit devant Maître Savenay, notaire à Ploeuc, autorisée par décret du 28 avril 1851.

1894 : construction de deux classes.

1905-06 : fenêtres abaissées, préau agrandi, puits approfondi.

2 janvier 1906 : ouverture de l'école libre.

1924 : construction d'une garderie et d'un ouvroir (transformé en classe en 1927).

1960 : surélévation de la classe enfantine.

1963 : réfection de la toiture et aménagement de l'intérieur.

1964 : garage et wc neufs.

1969 : nouvelles classes maternelles

1970 : projet de chauffage central.

 

 

 

ecole1842.jpg

Cadastre de 1842

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 14:55

tiss.jpg

Du 13 juillet au 21 août 2010

Mardi, mercredi, vendredi & samedi : de 14h à 19h

Jeudi : de 10h à 12h et de 15h à 18h

003 

Dans la maison de tisserand (ex Puissance 4), place des Fontaines 

Exposition sur le travail des champs, les machines agricoles, les outils et objets fabriqués de la main d'Eugène Gouédard.

 

002.JPG

Repost 0
Published by ... - dans Exposition
commenter cet article
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 13:50

gallo.jpg

 

Gallo, du celte gall. Il désigne, en Bretagne, celui qui utilise la langue romane de la Haute-Bretagne distincte du gallo. 

Au XIIIéme siècle, dans la Chronique de Saint-Denis, est indiquée «Icelle gent retient encor la langue des anciens Bretons, et cette gent sont ore celles qui sont appelées Bretons bretonnants» (Publié par Hersart de La Villemarqué)

Au siècle suivant, on voit apparaître les termes de Bretaigne gallou et Basse Bretaigne (Dom Morice) ; Bretaigne bretonnante et Bretagne galo (M. Jones).

Le gallo est issu du latin de Gaule avec des influences gauloise, germanique, scandinave et bretonne.(Le gallo et les langues celtiques - L. Fleuriot, 1988) 

Repost 0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 13:18

 

Comptes du duc de Bretagne

1420-1433

D'après les copies manuscrites

texte établi par Hervé Torchet

Les Editions de La Pérenne

 

Les historiens Dom Morice et Dom Lobineau, voici trois cents ans, n'ont publié qu'un peu moins de 20 % des extraits des comptes ducaux de Bretagne pour la période 1420-1433 dont ils disposaient. Il était temps que cette omission soit réparée, c'est ce que j'ai voulu faire avec ce livre dont voici la couverture :

Comptescouverture.png

 Format in 8° (15,5 cm x 23,5), 264 pages, sur papier bouffant. Mon imprimeur est une société coopérative et a reçu le label Imprim'vert.

 

Les comptes sont accompagnés de nombreuses notes et annotations d'identification des personnages mentionnés dans les comptes et de deux index, des personnages et des lieux.

Il est possible de le commander en envoyant un chèque et le bulletin de souscription joint ici aux Éditions de la Pérenne, l'ouvrage est imprimé et vous sera adressé aussitôt. Pour recevoir la version pdf par courriel en plus de la version papier, il suffit d'inscrire une adresse courriel sur le bulletin. S'il y a des candidats pour la version pdf seule, nous en discuterons.

 

  

      commande.jpg

 

 

 Site : http://www.laperenne-zine.com

Du même auteur aux Éditions de La Pérenne :

Les sept fils du sire de Pont-l’Abbé, 2001

La Réformation des Fouages de 1426 (ancien diocèse de Cornouaille), 2001

La Réformation des Fouages de 1426 (ancien diocèse de Tréguier), 2003

Réformer l’Ancien Régime au bout de la Bretagne, 2005-2006

La Réformation des Fouages de 1426 (ancien diocèse de Saint-Malo), 2006

L’histoire de Bretagne, des rois, princes, ducs et comtes d’icelle, première réédition de l’oeuvre de Bertrand d’Argentré (1582), 2007

Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 06:31

La nature des services particuliers rendus par M. Baron Dutaya au canton qu'il habite, rentrant plutôt dans les attributions de notre section que dans celles d'aucune autre, il s'ensuit que c'est nous qui sommes chargés de venir vous en rendre compte.

Le point sur lequel nous appellerons d'abord votre attention est l'introduction de la culture du Lin dans la région centrale du département des Côtes-du-Nord. Avant cette introduction, en effet, l'intérieur de ce département était tributaire de la région du littoral pour l'achat des Lins ; les transports, qui s'effectuaient à dos de cheval, les dépenses énormes que les marchands de Lin étaient obligés de faire en doublaient le prix, et les malheureuses fileuses étaient forcées de réduire leur main-d'œuvre à un prix fabuleusement bas pour trouver des débouchés à leurs fils.

Dès 1823, M. Dutaya, voulant obvier à cet abus, fit essayer la culture du Lin dans quelques communes de l'intérieur; les épreuves constatées en 1824 démontrèrent que le sol n'était pas rebelle à cette culture, et qu'elle était susceptible d'y prospérer. En effet, en 1843, lorsqu'il reprit cette question, dont il avait été détourné pendant longtemps, il trouva les mêmes communes toujours en possession de cette culture. Le moment devenait critique ; le département du Finistère, qui organisait une filature considérable, menaçait d'enlever au pays une grande partie des Lins du littoral. M. Dutaya jugea le moment favorable pour donner une forte impulsion à cette culture dans l'intérieur. Il écrivit au ministre et au préfet des Côtes-du Nord ; il obtint quelques secours, tenta de nouveaux essais qui réussirent complètement, et prouvèrent que les Lins de l'intérieur du département produisaient autant que ceux du littoral et qu'ils étaient plus doux.

Enfin, en 1847, il fonda le comité linier d'Uzel, dont le premier soin fut de s'occuper de la culture du Lin. Bientôt des graines furent distribuées et des encouragements donnés à onze cantons qui ont adopté cette culture, et où elle est maintenant implantée d'une façon permanente, mais insuffisante encore pour les besoins du pays.

Le zèle et le dévouement à ses compatriotes, qui caractérisent M. Baron Dutaya, ne se bornèrent pas à installer la culture du Lin ; toute l'industrie linière attira son attention. Quand, en 1843, elle fut complètement ébranlée à la suite de plusieurs crises commerciales, la misère était à son comble, et une population de 30,000 fileuses et de 10,000 tisserands le trouvait sans ouvrage. M. Dutaya se dévoua avec ardeur à la tâche de réorganiser cette industrie ; il sentait bien qu'il y avait des remèdes à cet état de souffrance, que ce commerce, qui possédait tous les éléments de vie dans son sein, pouvait se relever; mais il fallait, pour cela, de grands sacrifices, et la tâche semblait accablante pour un homme isolé et ne possédant qu'une modique fortune. Bien persuadé que le moyen de réussir était de reprendre cette industrie dans tous ses détails et de les suivre pied à pied, il fit plusieurs voyages, un entre autres, en Belgique, d'où il rapporta des instruments meilleurs, quoique peu différents de ceux qui étaient employés par les ouvriers bretons, qui les adoptèrent immédiatement. Il fit confectionner d'excellents tissus en fil de main, qu'il put donner au commerce, à peu de chose près, aux prix des tissus mécaniques, dont la durée est toujours moindre.

Il avait reconnu qu'une des grandes causes de l'irrégularité des tissus provenait de ce que les fileuses, ayant peu de ressources, ne pouvaient acheter qu'une fort petite quantité de Lin, souvent mal trié, et qu'elles se trouvaient forcées de vendre leur fil toutes les semaines, ce qui occasionnait au fabricant des difficultés énormes pour assortir ces fils, et qu'il se voyait ainsi obligé de faire entrer dans la même toile des fils de différentes mains. Pour faire cesser cet inconvénient, le comité a installé des ateliers où le Lin est acheté en gros et, par conséquent, à prix réduit, et, après essais, il est donné, à prix coûtant, aux fileuses qui apportent leur fil à ces ateliers. Des avances leur sont faites, afin de les mettre à même de ne vendre que lorsqu'elles ont filé la quantité nécessaire pour confectionner une pièce de toile. Toutes les mesures sont prises pour empêcher la fraude, de quelque nature qu'elle soit. Les instruments sont fournis par l'atelier et confectionnés d'après ses modèles.

Le bienfait de cette institution ne s'est pas fait attendre : le commerce des toiles s'est relevé avec vigueur et a pris un giand développement; de tous côtés on est en instance pour ifonner de l'extension à l'institution des ateliers, qui aujourd'hui occupent un grand nombre de fileuses.

Après avoir, pendant cinq ans, fait confectionner d’excellents tissus, qui lui valurent, aux expositions départementales de 1843, 1846 et 1849, trois médailles d'argent, M. Dutaya laissa à des négociants éclairés le soin de continuer cette œuvre.

Les services éminents que M. Dutaya a rendus à cette partie de la Bretagne par son infatigable dévouement et ses innovations pour l'industrie linière suffiraient bien certainement pour lui faire obtenir la distinction que nous vous demandons pour lui ; nous y ajouterons cependant un de ses titres les plus importants.

L'institution des comices agricoles cantonaux en Bretagne est due à M. Dutaya : c'est dans les années 1820 et 1821 qu'il fonda le comice de Plœuc, le premier qui ait existé en Bretagne et un des premiers de France. Une circulaire du ministre de l'intérieur, M. Siméon, donna l'idée des comices cantonaux, et, le 10 novembre de la même année, une lettre de M. le maire de Plœuc constate qu'il vient de faire publier ce projet d'association. Le 8 janvier 1821, une souscription est ouverte à Plœuc, et la date de la première réunion est le 13 août de la même année ; c'est à cette réunion que furent adoptés les statuts. M. Dutaya présida ce comice depuis sa fondation jusqu'en 1837, époque à laquelle, obligé de s'éloigner momentanément du canton, la présidence fut donnée à l'un de ses membres, qui ne l'accepta qu'à la condition que M. Dutaya en conserverait la présidence honoraire.

Les statuts du comice de Plœuc servirent de base à une grande quantité d'associations de ce genre. C'est ainsi qu'un de ses membres, qui fut plus tard nommé préfet de plusieurs départements du centre et du midi de la France, les propagea dans ces contrées, où ils s'organisèrent en grand nombre.

Les travaux agricoles proprement dits de M. Dutaya lui ont déjà valu, dès 1824, une médaille d'or de notre Société et, plus tard, le litre de membre correspondant; il a, depuis, continué d'une manière remarquable dans cette voie, marchant toujours à la tête des perfectionnements dans un canton qu'il a, en quelque sorte, régénéré; mais aujourd'hui c'est plus spécialement pour les succès obtenus dans l'introduction de la culture du Lin, et pour la lutte courageuse qu'il a soutenue dans la vue de mettre l'industrie des toiles en état de soutenir la concurrence des tissus mécaniques, que nous venons vous proposer d'accorder à M. Dutaya votre médaille d'or à l'effigie d'Olivier de Serres.

Ces conclusions sont adoptées.

Mémoires d'agriculture, d'économie rurale et domestique – par l’Académie de l’Agriculture de France, Paris 1852.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Documentation
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 06:31

caravaningbulleSpécialiste de l'entretien écologique des équipements de loisirs (bateau, caravane, camping-car, maison et jardin), Green Plaisance a ouvert ses portes le 5 juin 2009, date symbolique de la Journée mondiale de l'environnement. Green Plaisance s'intéresse à l’ensemble des pratiques et des solutions bio-écologiques destinées à réduire les effets induits par les activités de loisirs (nautisme, caravaning, activités de plein air, piscine, jardinage,...) tant sur l’environnement que sur la santé même des plaisanciers.

Green Plaisance - 8, rue de la Gare - 22150 Ploeuc sur Lié

Pour plus d'info : http://www.green-plaisance.com

Repost 0
Published by - dans Presse
commenter cet article

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

Manoir de La Mare

Mare 6838
Mariages et festivités familiales
Séminaires et événements professionnels
Stages et expositions
Concerts et spectacles

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).