Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 17:50

 croix-protestante-or-3

 

I. Alain Gouicquet, écuyer, seigneur du Vaupatry en Plémy, épouse Marie Bouëxel, dont :

1) Pierre Gouicquet, écuyer, seigneur de Plaineville-Gouicquet en la paroisse Saint-Michel de Saint-Brieuc ;

2) Ollivier Gouicquet, qui suit.

 

II. Ollivier Gouicquet, écuyer, seigneur du Vaupatry, employé dans la Réformation de 1444, épouse Olive Chierdel, dont :

 

III. Rolland Gouicquet, écuyer, seigneur du Vaupatry, né au Vaupatry vers 1435, gouverneur de Moncontour en 1487, épouse Thomine Le Moyne, dont :

 

IV. François Gouicquet, écuyer, seigneur de La Mare en Ploeuc (depuis Gausson) et du Vaupatry en Plémy, épouse Catherine Journault, dont :

1) Jacques Gouicquet, écuyer, seigneur du Vaupatry, épouse Françoise Visdelou, fille de Jean Visdelou, écuyer, seigneur du Pont-à-L’Asne en Ploeuc, dont postérité ;

2) François Gouicquet, qui suit.

 

V. François Gouicquet, écuyer, seigneur du Tertret en Plœuc, sénéchal des baronnies de La Hunaudaye en Plédéliac, de Montafilant en Corseul et de Plancoët, épouse Avoye du Rouveray, dont :

 

VI. Jacques Gouicquet, écuyer, seigneur du Tertret, épouse Jeanne du Hardaz, dont :

 

VII. Isaac Gouicquet, écuyer, seigneur du Tertret, baptisé à La Moussaye en Plénée-Jugon le 21 octobre 1619, réfugié à Jersey en décembre 1685 pour cause de protestantisme, épouse en 1651 ou 1652 Jeanne Doudart, née à Rennes le 6 octobre 1630, décédée le 30 mai 1676 et inhumée à L’Hermitage, fille de Maurice Doudart, sieur de L’Isle, et de Marie (de) Ravenel, dont : 

1) Suzanne, baptisée au Temple de Cleusné à Rennes le 1er janvier 1664 et décédée à Portarlington le 10 novembre 1743, épouse à Hungerford en Angleterre le 2 décembre 1703 Antoine Hullin d’Orval, dont postérité  ;

2) Isaac Gouicquet, qui suit ;

3) Esther Gouicquet, réfugiée à Jersey en 1685, épouse le 29 janvier 1700 Charles Le Blanc fils de Pierre Le Blanc de Beaulieu, conseiller à Sedan ;

4) Jeanne Gouicquet, réfugiée à Jersey en 1685 ;

5) N Gouicquet ;

6) N Gouicquet ;

7) N Gouicquet ;

8) N Gouicquet.

 

VIII. Isaac Gouicquet, écuyer, seigneur de Saint-Eloy en Plœuc, né à Plémy, réfugié à Jersey avec sa famille, capitaine dans le Régiment du comte de Bath en 1689, naturalisé par acte du Parlement du 24 mars 1698, propriétaire du manoir de Sunbury en Sunbury-on-Thames dans le Middlesex (aujourd'hui Surrey) par acquêt de 1703 (revendu en 1718), épouse Marguerite Le Blanc, fille de Pierre Le Blanc de Beaulieu, conseiller à Sedan, dont :

1) Jeanne-Marguerite Gouicquet, baptisée au temple de Cleusné de Rennes le 30 juin 1685 ;

2) Peter St-Eloy, qui suit ; 

3) John St-Eloy, écuyer, vivant à Londres à Borad Street en 1762, épouse Mary Houssaye, fille d’Isaac Houssaye ; 

4) Charles St-Eloy, écuyer, décédé le 29 mai 1755, notaire et procureur, clerc de la cour de Canterbury, épouse en la chapelle Saint-George de Hyde Park Corner le 17 septembre 1742 Marie Arnaud ; 

5) Mose St-Eloy, écuyer, vicaire de Langford, épouse en premières noces à Saint-Benet de Londres le  30 avril 1724 Ester Andrewes, et en secondes noces Catherine N, sans postérité des deux lits.

 

IX. Peter St-Eloy, écuyer, né en Flandres vers 1692 et inhumé à Merton entre 1760 et 1762, naturalisé en 1698, vivant en la paroisse de Mitcham, procureur, épouse en premières noces Judith Sayer, inhumée à Merton le 22 mars 1733, en secondes noces le 12 octobre 1736 Mary Witaker, décédée avant 1738, fille de Samuel Whitaker, capitaine et porte-étendard de l’amiral Cloudesley Shovel, en troisièmes noces N, inhumée à Merton le 2 août 1751, et en quatrième noces Henrietta Margret Tenison, fille du Révérend Edward Tenison, baptisé à Norwich le 3 avril 1673 et décédé en 1735, archidiacre de Carmarthen jusqu'en 1727, évêque d’Ossory en Irlande de 1731 à 1735, et d'Ann Searl, dont du premier lit :

1) N St-Eloy, inhumée à Merton le 12 mars 1741 ;

2) Esther Ann St-Eloy, inhumée à Merton le 18 juin 1742 ;

Du troisième :

3) Peter St-Eloy, né vers 1750 et inhumé à Merton le 15 mars 1758 ;

Et du quatrième :

4) Edward St-Eloy ;

5) Henry St-Eloy, qui suit.

 

X. Révérend Henry St-Eloy, écuyer, recteur d’Edermine, épouse en premières noces N, et en secondes noces Susanna Nonn, fille de John Nunn.

 

 

Sources :

Jean-Baptiste Daniel Deshaye-Doudart (1731-1803) - Frédéric Saulnier, Revue de Bretagne, janvier 1910, Vannes/Paris, MDCCCX.

Huguenot family of Gouyquet de St-Eloy - Miscellanea Genealogica et Heraldica, 4th series, vol. 1, Elibron classics.

Huguenot pedrigrees - Charles E. Lart, vol. 1.

Journals of of the House of Lords, vol. XXVIII.

Whitaker : Dictionnary of national biography, vol.61.

An historical account of those parishes in the county of Middlesex - Daniel Lysons, London, MDCCC.

Sunbury manor scholl.

Gouicquet : d'azur, à la croix engeslée d'argent, accompagné de quatre rose du même.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 11:49

Jehan de Coëtmeur, écuyer, seigneur du Liez en Kergrist où il fit exempter un métayer en 1426 et est cité lors de la Réformation du 3 septembre 1444, dont :

 

N de Coëtmeur, dame du Liez, épousa Eon Marigo, chevalier, seigneur de Kerguiffiau en Kergrist-Moëlou, mentionné dans la Réformation de Neulliac de 1426, dont :

Jean Marigo, écuyer, seigneur du Liez et de Kerguiffiau, cité à Kergrist lors de la Réformation du 3 septembre 1444, père de :

 

Yvon Marigo, écuyer, seigneur du Liez en et de Kerguiffiau, cité en 1480, épousa Catherine Le Bourgeois, dont :

 

Charles Marigo, écuyer, seigneur du Liez et de Kerguiffiau, présent à Kergrist pour la Réformation de 1536, épousa Marie du Hencoët, dont :

 

Louis Marigo, écuyer, seigneur du Liez, de Kerguiffiau et de Suylerharf en Saint-Aignan, déclaré défaillant à la montre faite à Quimper pour les paroisses de Neulliac et de Saint-Caradec les 15 et 16 mai 1562, épousa en premières noces Simone du Spernouët, dame dudit lieu en en Kergrist, et en secondes noces Jeanne de Kermellec, dont du premier lit :

Jean Marigo, écuyer, seigneur du Liez et de Kerguiffiau, épouse Guillemette de Quenec’hquivilly, sans postérité.

 

Jacques Marigo [fils puîné de Louis Marigo et de Simone du Spernouët], écuyer, seigneur du Liez et du Spernouët en Kergrist, de Kerguiffiau en Kergrist-Moëlou et de Suylerharf en Saint-Aignan, décédé avant 1602, épousa Guillemette Le Mézec, dame de Quénément en Kergrist dont elle rendit aveu en 1602, dont :

 

 

Jean Marigo, écuyer, seigneur du Liez qu’il réédifia en 1608 et de Suylerharf, inhumé dans l’enfeu du Liez de l’église trèviale de Kergrist le 24 juillet 1615, épousa vers 1600 Marguerite de La Couldraye, inhumé en l’église trèviale de Kergrist le 9 juillet 1645, dont :

 

François Marigo, chevalier, seigneur du Liez où il fit construire en 1615 une chapelle placée sous le vocable de Saint-Joseph, de Suylerharf et autres lieux, né vers 1600-1603 et inhumé en l’église trèviale de Kergrist le 24 octobre 1665, chevalier dans l'Ordre Royal de Saint-Michel, épousa Anne Gourmil, dame de Kergal en Kergrist, décédée le 10 février 1695, sans postérité.

 

Louis Marigo [fils puîné de Jean Marigo et de Catherine de La Couldraye], écuyer, seigneur de Saint-Massen puis de Suylerharf, baptisé à Neulliac le 10 août 1604 et inhumé en l’église trèviale de Kergrist le 25 novembre 1667, épousa Françoise Moro, dont :

 

Marie-Anne Marigo, dame de Suylerharf et du Liez, née à Kergal en Kergrist le 5 juillet 1657 et baptisée à Kergrist le 10, épousa à Kergrist le 26 juillet 1676 Jérôme des Portes, écuyer, seigneur de Saint-Nudec en Caudan, baptisé en la paroisse Saint-Gilles d'Hennebont le 9 octobre 1645, fit enregistrer son armoirie en 1696, dont :

Jean-Baptiste des Portes, écuyer, seigneur du Liez, de Saint-Nudec et de Suylerharf, né le 18 avril 1678 et baptisé à Caudan le 18 juillet suivant, décédé en 1720, épousa au Faouët le 26 novembre 1715 Marie-Catherine de Kersaintgilly, née à Saint-Pol-de-Léon le 4 février 1686, dont :

 

Charlotte des Portes, dame du Liez et de Saint-Nudec, baptisée à Caudan le 28 octobre 1717, épousa en 1736 Jacques-Pierre du Bouëtiez, chevalier, seigneur de Kerlain en Pleyben, baptisé en la paroisse Saint-Gilles d'Hennebont le 2 septembre 1708 et décédé le 19 février 1783, page du Roi le 1er avril 1725, capitaine au Régiment de Navarre, dont postérité.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 16:19

Suylerharf - Suilherf - Suillerf 

Seigneurie appartenant à la famille Marigo dès le XVIème siècle.

Nobiliaire de Bretagne. (1668-1671). Tome III. M-Y ; et Supplément (fol. 387) – BnF. Ms. Fr. 8319. - Dudit Jacques premier puiné et de Guillemette le Mezec de la Maison de Penhoet issurent François Marigo Sieur de Kguiffin ainé et Janne Marigo qui épousa Ollivier Seré Sieur de la Salle, dudit François Marigo et de Magdeleine de Kel issut Yves Marigo Sieur de Kguiffin qui en Xbre 1602 épousa Damoiselle Catherine de Kmellec dont issurent Jan Marigo Sieur de Quevement deffendeur, dudit Claude Marigo ainé et d’Olive Bellec sa compagne est issu ledit Hierosme Marigo sieur de Kguiffin et du Spernoet fils unique et seul héritier dudit Louis Marigo Sieur de Suilharff fils puiné d’autre Louis Marigo Sieur de Kguiffin, et de Janne de Kmellec issut Jan Marigo Sieur du Lyé et de Suilharf, et de Claude Marigo Sieur de Vileneuve, dudit Jan Marigo ainé et de Marguerite de la Couldraye issut François Marigo Sieur du Lyé chevalier de l’Ordre du Roi, duquel et de Damoiselle Anne Gourmil ayeul enfant. Louis Marigo Ecuyer Sieur de Saint Masson et de Suilharf puiné épousa Françoise Moro dont issut Marie Anne Marigo seul héritiere dudit Charles Marigo sieur de Villeneuve fils puiné dudit Louis Marigo et de Janne de Kmelec, et de Louise Nocolazo sa compagne de la Maison de Kimault issut Jan Marigo ainé qui épousa Marie Anne Caillebotte héritière de la Maison de Kaudon dont est issu lecit Claude Marigo Ecuyer Sieur de la Villeneuve deffendeur.

 

Jacques Marigo, écuyer, seigneur du Liez et du Spernouët en Kergrist, de Kerguiffiau en Kergrist-Moëlou et de Suylerharf en Saint-Aignan, décédé avant 1602, épousa Guillemette Le Mézec, dame de Quénément en Kergrist dont elle rendit aveu en 1602, dont :

 

Jean Marigo, écuyer, seigneur du Liez qu’il réédifia en 1608 et de Suylerharf, inhumé dans l’enfeu du Liez de l’église trèviale de Kergrist le 24 juillet 1615, épousa vers 1600 Marguerite de La Couldraye, inhumé en l’église trèviale de Kergrist le 9 juillet 1645, dont :

 

François Marigo, chevalier, seigneur du Liez où il fit construire en 1615 une chapelle placée sous le vocable de Saint-Joseph, de Suylerharf et autres lieux, né vers 1600-1603 et inhumé en l’église trèviale de Kergrist le 24 octobre 1665, chevalier dans l'Ordre Royal de Saint-Michel, épousa Anne Gourmil, dame de Kergal en Kergrist, décédée le 10 février 1695, sans postérité.

 

Louis Marigo [fils puîné de Jean Marigo et de Catherine de La Couldraye], écuyer, seigneur de Saint-Massen puis de Suylerharf, baptisé à Neulliac le 10 août 1604 et inhumé en l’église trèviale de Kergrist le 25 novembre 1667, épousa Françoise Moro, dont :

 

Marie-Anne Marigo, dame de Suylerharf et du Liez, née à Kergal en Kergrist le 5 juillet 1657 et baptisée à Kergrist le 10, épousa à Kergrist le 26 juillet 1676 Jérôme des Portes, écuyer, seigneur de Saint-Nudec en Caudan, baptisé en la paroisse Saint-Gilles d'Hennebont le 9 octobre 1645, fit enregistrer son armoirie en 1696, dont :

 

Jean-Baptiste des Portes, écuyer, seigneur de Saint-Nudec et de Suylerharf, né le 18 avril 1678 et baptisé à Caudan le 18 juillet suivant, décédé en 1720, vendit la seigneurie de Suylerharf par acte passé à Pontivy le 20 février 1715 "circonstances et dépendances, aïant droit de paccage en la forêt de Quénécan, avec les hommes vassaux et rentiers en dépendants moïennant une somme de 2 875 livres tournois à la charge audit seigneur acquéreur de tenir et posséder les droits à devoir de rachat sous son altesse monseigneur le duc de Rohan et de relever de la principauté de Guémené pour les hommes et vassaux". Il avait épousé au Faouët le 26 novembre 1715 Marie-Catherine de Kersaintgilly, née à Saint-Pol-de-Léon le 4 février 1686, dont postérité.

 
Archives Départementales du Morbihan - 3 P 246/7 - Section C de Bot-Plançon, 2e feuille, échelle 1/2 500, parcelles n° 24-276 [1836]

Archives Départementales du Morbihan - 3 P 246/7 - Section C de Bot-Plançon, 2e feuille, échelle 1/2 500, parcelles n° 24-276 [1836]

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2021 1 25 /01 /janvier /2021 11:02

Olivier Lamouroux, écuyer, seigneur de Bot-Pléven, cité lors de l'enquête des exemptes de fouage de 1448, père ou frère de :

 

Yvon Lamouroux, écuyer, seigneur de Bot-Pléven, épousa Jeanne du Pou, dont :

 

Yvon Lamouroux, écuyer, seigneur de Bot-Pléven, épousa le 27 février 1478 Marguerite de Kerguiris, dont :

 

Louise Lamouroux, dame de Bot-Pléven, épousa Olivier d’Arradon, chevalier, seigneur de Kerdréan en Plougoumelin et de Kerat en Arradon, dont :

 

Olivier d’Arradon, chevalier, seigneur de Kerdréan et de Kerat en Arradon, de Bot-Pléven en Saint-Aignan, de Kergal en Brandivy dès 1482 et autres lieux, capitaine du ban et de l’arrière-ban de l’évêché de Vannes, commandant du rôle des nobles de l’évêché de Vannes en juin 1554, épousa Catherine de Longuesnoës, dame du Quinipily en Baud, dont :

 

René d’Arradon, chevalier, seigneur de Bot-Pléven en Saint-Aignan, de Kerdréan en Plougoumelin, de Kerat en Arradon, de Camors audit lieu, de Quinipily en Baud, du Plessix en Caudan et autres lieux, fondateur en 1557 du collège Saint-Yves de Vannes, présent aux Etats tenus à Nantes le 5 novembre 1569, chevalier dans l’Ordre Royal de Saint-Michel, épousa Claude de Gueho, dame de La Grandville en Brandivy, dont :

 

Françoise d’Arradon, dame de Bot-Pléven, épousa Jean de Belloüan, chevalier, seigneur de La Ville-Fief en Augan, dont :

 

Claude de Belloüan, dame de Bot-Pléven et de La Ville-Fief, inhumée à Augan le 9 juin 1629, épousa François de La Fresnaye, chevalier, seigneur dudit lieu  et de La Minière en Réminiac, de La Pommerais en Caro et autres lieux, inhumé à Réminiac le 22 juin 1617, dont :

 

Isabeau de La Fresnaye, dame de Bot-Pléven, baptisée à Réminiac le 12 janvier 1598, épousa en 1610 François de La Villéon, chevalier, seigneur du Bois-Feuillet en Pluduno, de Kergarentel en Gausson, de La Ville-Audren en Cadélac, de Launay-Mûr en Mûr-de-Bretagne, dont postérité.

 

Mathurin de La Villéon, écuyer, seigneur de Bot-Pléven, du Bois-Feuillet, de Kergarentel, de La Ville-Audren, de Launay-Mûr, dont postérité.

Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 345 à 352 - [Manoir de Bot-Pléven] Paul Lotz. [1890-1910]
Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 345 à 352 - [Manoir de Bot-Pléven] Paul Lotz. [1890-1910]
Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 345 à 352 - [Manoir de Bot-Pléven] Paul Lotz. [1890-1910]
Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 345 à 352 - [Manoir de Bot-Pléven] Paul Lotz. [1890-1910]
Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 345 à 352 - [Manoir de Bot-Pléven] Paul Lotz. [1890-1910]

Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 345 à 352 - [Manoir de Bot-Pléven] Paul Lotz. [1890-1910]

Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 228-229-351-362 [Manoir de Bot-Pléven, intérieur du château] / Paul Lotz. [1890-1930]
Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 228-229-351-362 [Manoir de Bot-Pléven, intérieur du château] / Paul Lotz. [1890-1930]
Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 228-229-351-362 [Manoir de Bot-Pléven, intérieur du château] / Paul Lotz. [1890-1930]
Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 228-229-351-362 [Manoir de Bot-Pléven, intérieur du château] / Paul Lotz. [1890-1930]

Archives Départementales du Morbihan - 8 Fi 228-229-351-362 [Manoir de Bot-Pléven, intérieur du château] / Paul Lotz. [1890-1930]

Archives Départementales du Morbihan -  3 P 246/16 - Section F du Corbulo, 4e feuille, échelle 1/2 500, parcelles n° 643-813 [1836]

Archives Départementales du Morbihan - 3 P 246/16 - Section F du Corbulo, 4e feuille, échelle 1/2 500, parcelles n° 643-813 [1836]

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 07:29

Maupetit

I. Jean Maupetit, écuyer, père de :

 

II. Ollivier Maupetit, épousa Jeanne de Saint-Guestas, dont :

 

III. Guillaume Maupetit, épousa Marguerite Le Métaër, partagée par acte du 18 mai 1467, fille de Alain Le Métaër, écuyer, seigneur du Hourmelin en Planguenoual, et de Thomine Simon, dont :

 

IV. Jean Maupetit, épousa Bertranne des Noës, dont :

 

V. François Maupetit, épousa  Aliéonor de La Vigne, dont :

 

VI. Louis Maupetit, épousa Marguerite Le Moyne (Moënne), dame de La Touche, présente au baptême de sa petite-fille en 1625, dont :

1. Jacques Maupetit, qui suit ;

2. Marguerite Maupetit, dame de La Touche-aux-Moines, qui fit un procès avec son frère à Claude de La Fruglaye, seigneur du Bohignault en Plurien, dont l'arrêt fut jugé le 30 juin 1629.

 

VII. Jacques Maupetit, écuyer, seigneur de Montanguy, épousa Julienne de Carmené, dame de La Ville-Amaury en Trédaniel, dont :

1. Jean Maupetit, qui suit ;

2. Françoise Maupetit, baptisée à Trédaniel le 14 février 1625.

 

VIII. Jean Maupetit, écuyer, sieur de La Touche-aux-Moines, baptisé à Ploeuc le 10 mai 1626, épousa Marie de Kergoët, dame du Runello et de Cosperec en Langonnet et de Kergoët qui furent saisies sur arrêt du 30 octobre 1664 et restituées par arrêt du 2 mars 1711, née vers 1632 et décédée à Ploeuc le 19 juillet 1678, interloquée sur la noblesse le 21 mai 1670 et maintenu par arrêt du 18 décembre suivant, fille de Bertrand de Kergoët, écuyer, seigneur du Runello, et de Jeanne de Cossenac, dont :

1. Yvonne Maupetit, dame de La Touche-aux-Moines et de Runello (dont elle obtient la jouissance de 1704 à 1721), baptisée à Ploeuc le 24 octobre 1657, épousa à Duault le 12 décembre le 12 décembre 1689 Yves-Joseph Thomas, chevalier, seigneur du Treusvern en Plougonver, de Kerrivoalen en Duault, de Kerdaniel en Plourac'h, de Penpoul, du Cosquer, fils de Yves Thomas, écuyer, seigneur de Treusven, et de sa seconde épouse Marie de Keranflec'h, sans postérité ;

2. N Maupetit, baptisé à Ploeuc le 5 novembre 1658 ;

2. N Maupetit, baptisé à Ploeuc le 6 mars 1661 ;

3. Pierre Maupetit, écuyer, baptisé à Ploeuc le 23 février 1666 et décédé à Lespoul en Duault le 10 novembre 1689 ;

4. Louise-Emmanuelle Maupetit, dame du Runello, née à Ploeuc le 5 novembre 1658 et baptisée (suppléments de cérémonie de baptême) le 10 juillet 1685, y décède le 16 novembre 1738, épousa François Le Métayer, écuyer, seigneur du Vau-Boissel en Saint-Carreuc, baptisé à Saint-Carreuc le 4 mars 1669, fils de François Le Métayer, écuyer, seigneur du Vau-Boissel et de La Ville-Gourio, baptisé à Trégomeur le 11 février 1637, et de Renée Busnel, baptisée en la paroisse Saint-Etienne de Rennes le 8 avril 1643, dont postérité.

 

 

Maupetit : d'azur, à la tour crénellée d'or, alias, la porte de gueules

 

 

 

Références :

*Dossiers Bleus, mémoires, notes et documents généalogiques classés par ordre alphabétique des noms de personnes, au Cabinet des titres, dans le cours du XVIIIe siècle. Mauny-Maure (St-) - BnF. Ms. Fr. 29981 (dossiers bleus 436). 

*Pièces originales du Cabinet des titres, provenant des anciennes archives de la Chambre des Comptes. Mauperche-Maureillan - BnF. Ms. Fr. 28382 (Pièces originales 1898).

Mémoires généalogiques des familles de la noblesse de Bretagne, de la refformation de la noblesse faitte dans cette province en exécution de la... (lisez : des lettres patentes) du Roy de l'année 1668, à quoy on a adjouté plusieurs familles considérables qui n'ont point produit lors de la refformation. Par ordre alphabétique des noms de famille - BRM. Ms. Fr. 0505.

*Vte Albert Révérend - Armorial du Premier Empire, titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, Paris 1894.

Archives Départementales des Côtes d'Armor

Archives Départementales des Côtes d'Armor

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 11:43

croquis

Etude généalogique sur la maison Le Nepvou, de l'évêché de Saint-Brieuc,

par le Vte René Le Nepvou de Carfort, Saint-Brieuc, 1913.

 

Rolland Le Nepvou, écuyer, cité en 1249, épousa peut-être une demoiselle de Crenan, dame dudit lieu au Foeil :

 

Olivier Le Nepvou, écuyer, seigneur de Crapado et de Crenan, clerc, cité en 1271 et 1319, père de :

 

Eon Le Nepvou, chevalier, seigneur de Crapado, de Crenan et des Boullayes, sénéchal du sire de Quintin, cité en 1311 et 1349, épousa Adélice de Coëtquen, fille de Guillaume de Coëtquen et d’Adélice Gouyon, et en secondes noces Marguerite Le Josson, fille de Guillaume Le Josson, écuyer, seigneur de La Couldraye, dont :

 

Sylvestre Le Nepvou, écuyer, seigneur de Crapado, épousa en premières noces Jacqueline du Bournay, fille de Jérôme du Bournay, écuyer, seigneur de La Salle du Bournay, et d’Amice de Châteaubriant, dont :

 

Alain Le Nepvou, chevalier, seigneur de Crapado, né vers 1346 et décédé vers 1422, ratifia le traité de Guérande à Saint Brieuc le 29 avril 1381, secrétaire du Duc Jean V en 1408, épousa Nicole de Kerahuys, fille d’Olivier de Kerahuys, écuyer, seigneur du Coudray, et de Claude de Kercabin, dont :

 

Margilie Le Nepvou, dame de Crapado, née vers 1372, présente parmi les nobles de Trégomeur le 14 juillet 1427, épouse vers 1390 Eon de La Hermoët [Harmoye], écuyer, seigneur dudit lieu, fils de Rolland de La Hermoët, écuyer, seigneur dudit lieu, et de Marguerite de La Garenne, dont :

Jeanne de La Hermoët, dame de Crapado, épousa Olivier de Pontcallec, chevalier, seigneur des Isles en Kergrist-Moëllou, fille de Pierre de Pontcallec, écuyer, seigneur des Isles, décédé le 26 août 1464, et de Marguerite de Quelen, dont :

Aliette de Poncallec, dame de Crapado, épousa Jean de La Rivière, chevalier, seigneur dudit lieu en Auverné, de La Chauvelière en Joué, du Houssay et de La Junière en Trans, décédé en juillet 1504, maître d'hôtel ordinaire de la Reine Anne, fils de Gilles de La Rivière, chevalier , seigneur dudit lieu, décédé en 1494, dont :

Jeanne de La Rivière, dame dudit lieu, de La Chauvelière, de Crapado, du Houssay et de La Juinière, épousa Jean Anger [Anger ou Angier], écuyer, seigneur du Plessix-Anger en Lieuron, décédé en 1525, fils de Jean Anger, écuyer, seigneur du Plessix-Anger, de Montrelais audit lieu, de La Hervetière en Ancenis, de La Grée en Saint-Heblon et autres lieux, décédé le 22 juin 1475, et de Mahaut de Maillé, décédée en 1473, dont :

 Histoire généalogique des maisons de Lohéac et du Pleseix-Anger, composée par le Révérend Père Du Pas, fol. 413 et suivants, Inventaires des meubles et des archives de diverses princesses et princes français. (XVe-XVIIe siècle), BnF, Ms Fr 22335.

Histoire généalogique des seigneurs du Plessis-Anger, page 656 et suivantes, Augustin du Paz, Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, Paris, MDCXIX. 

 

René Angier, écuyer, seigneur de La Chauvelière, de La Rivière, de Crapado, du Houssay, de La Juinière, né vers 1521, épousa vers 1530 Louise de Scepeaux, dame e Châteaubriant en Piré, fille de Guy de Scepeaux, écuyer, seigneur dudit lieu en Astillé, baron de Saint-Brice audit lieu, seigneur de Landivy audit lieu, de Mausson en Landivy, décédé en 1605, capitaine de 50 hommes d'armes, et de Jeanne de Longwy, dont :

 

Claude Angier, chevalier, baron de Crapado, seigneur de La Chauvelière, de La Rivière, de La Hermoët, des Isles en Kergrist-Moëllou, du Houssay jusqu'en 1576, de La Juinière, baron de Châteaubriant en Piré, décapité à Rennes le 3 février 1593 et inhumé dans les Cordeliers, gouverneur de Rennes, gentilhomme de la Chambre du Roi et chevalier de l’Ordre du Roi en 1575, présida les Etats de Vannes en 1581 et de Rennes en 1592, ligueur voulant livrer Rennes au duc de Mercoeur, épousa en 1578 Marguerite Le Roux, décédée en 1614, fille de Jean Le Roux écuyer, seigneur de La Roche des Aubiers, de La Tour-de-Ménive, décédé en 1524, et de Catherine de Saint-Aignan, dont :

 

Claude Angier, écuyer, baron de Crapado, seigneur de La Chauvelière, de La Rivière, de La Hermoët, des Isles et autres lieux, inhumé à Joué le 2 septembre 1639, chevalier de l'Ordre du Roi en 1626, épousa en premières noces Charlotte-Marie d'Arconnais, et en secondes noces Diane de Brinou, inhumée à Joué le 22 mars 1661, dont du second lit :

 

François Angier, écuyer, baron de Crapado et de Lohéac, seigneur de La Chauvelière, de La Rivière, de La Hermoët, des Isles et autres lieux, inhumé à Joué [CY GIST HAUT ET PUISSANT SEIGNEUR MESSIRE FRANCOIS ANGIER VIVANT BARON DE CRAPADO], épousa par contrat du 27 juillet 1642 Renée de La Corbinaye, fille de François de La Corbinaye, écuyer, seigneur de Bourgon audit lieu, et de Perrine du Chastellier, dont :

 

Henri-Albert Angier, écuyer, seigneur de Crapado, inhumé à joué le 3 avril 1688, épousa vers 1671 Louise du Chastelier, baptisée en la paroisse Saint-Etienne de Rennes le 29 septembre 1649 et y est inhumée 20 avril 1705, fille de François du Chastellier, écuyer, seigneur de La Haultaye en Tresboeuf, et de Louise de Perrien, dont :

 

Donatien-Rogatien Angier de Lohéac, marquis de Crapado, seigneur de La Chauvelière, né à Ancenis le 27 septembre 1680 et décédé à La Chauvelière le 4 mai 1742, épousa à Corps-Nuds le 1er juillet 1706 Elisabeth-Charlotte-Françoise du Chastellier, dame dudit lieu, née à Rennes le 21 décembre 1678, décédée en la paroisse Saint-Sauveur de Rennes le 27 septembre 1765 et inhumée à Corps-Nuds le 29, fille de Charles du Chastellier, chevalier, seigneur dudit lieu en Corps-Nuds, et de Françoise Lefebvre, dame de Laubrière en La Roë, dont :

 

Charlotte-Hermine-Gédéone Angier de Lohéac, décédée le 27 septembre 1765, épouse à La Chevelière le 22 avril 1746 Jean-Amaury Gouyon, comte de Marcé, seigneur de Nort, né et ondoyé le 25 mai 1720, baptisé le 2 juin suivant, décédé en 1785, autorisé par lettres patentes de décembre 1745 à prendre et porter en toutes occasions le noms et armes d'Angier de Lohéac, fils d'Amaury-Charles Gouyon, baron de Marcé, né en 1688 et décédé en 1740, et de Marguerite-Françoise Boschier,, dont postérité. 

 

 

 

crapado.jpg

Archives Départementales des Côtes d'Armor

Section B, feuille 7, 1841

________________________________________________________________

 

Conspiration du baron de Crapado

Histoire de ce qui s'est passé en Bretagne durant les Guerres de la Ligue et particulièrement dans le diocèse de Cornouaille, par M. le chanoine Jean Moreau, Brest, 1836.

 

Environ ce temps, le prince étant à Auray découvrit une entreprise sur sa personne par une lettre qui fit trouvée sur un religieux cordelier qui allait et venait souvent de Vannes à Auray et de l'un à l'autre, ce qui le fit suspect, et étant fouillé, on lui trouve une lettre de quelqu'un du parti du duc de Mercoeur par laquelle l'on découvrait l'entreprise contre ledit prince. La lettre s'adressait au sieur de Rascol, de Léon, qui était auprès du prince pour le tuer. Ledit sieur de Rascol* est aussitôt appréhendé, et soit qu'il fût coupable ou non, il eut la tête tranchée et le moine fut pendu. 

Cette même année, si bien me souviens, fut aussi découverte une entreprise sur la ville de Rennes, de laquelle le seigneur de Crapado** était le chef, qui était de rendre la ville au seigneur de Mercoeur en saisissant la porte de Toussaint. Les troupes de l'union s'avançaient vers Rennes par divers endroits, et dans vingt-quatre heures se devait jouer la tragédie, lorsque quelqu'un découvrit le tout. Le sieur de Crapado est saisi, mis prisonnier, et la chose étant avérée, il fut trouvé coupable et comme tel condamné à être traîné sur une claie, à la queue d'un cheval, jusque au Champ-Jacquet, et là y avoir la tête tranchée, ce qui fut exécuté. Et encore que l'offense fut grande, néanmoins plusieurs en eurent compassion de voir traîner un vieillard de quatre-vingts ans, des meilleures familles de France, et qui même touchait de parenté au seigneur de Dombes, qui assista à sa mort, auquel il reprocha qu'il le traitait en faquin, quoiqu'il fut son parent, et ne se plaignait pas tant de mourir que d'être ainsi traîné en chemise, pieds et tête nus ; mais le prince ne s'en émut pas pour toute cette remontrance, aussi n'était-il qu'un enfant de vingt ans. Ce qui plongea ce seigneur en ce malheur sur ses vieux jours, ce fut la nécessité, qui est un mal extrême en une personne de condition : voilà cependant la fin de ce brave seigneur.

Notes :

* Le sieur de Rascol se nommait Keraldanet ; cette famille, assez puissante dans l'évêché de Léon, fut éteinte par sa mort.

**Le baron de Crapado se nommait Angier de Lohéac. Il était député de la noblesse des états de Bretagne vers le roi lorsqu'il fut arrêté et jugé par un conseil de guerre. Il avait été chargé de porter au roi les plaintes de la noblesse contre le prince de Dombes. La condamnation du baron de Crapado, prononcée par un conseil de guerre, souleva toute la Bretagne d'indignation lorsque Henri IV l'apprit, il blâma hautement ce déni de justice.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 19:31

Recherche informations sur la famille de Montbeille, fieffée sur Boistrudan (35), Moulins (35), Issé (44), Ossé (35) et Bais (35) au XVème

 

 

Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclesiastique et civile de Bretagne

tome 3, - Dom Morice, MDCCXLVI

-Extrait des comptes de Jehan de l’Epinay, trésorier général institué le 14 avril 1488 finissant jusqu’environ le mois de décembre 1491, que fust conclu & consommé le mariage de la Duchesse avec le Roy. Les 100 hommes d’armes gentilshommes de la maison de la Reyne.

Georges de Montbeille.

-Extrait du compte de Gilles le Breton et Jehan de Ros trésoriers des guerres de Bretagne 1498.

Georges de Montbeille, chevalier.

-Extrait du cinquième compte d’Olivier Baud trésorier des guerres. Gens d’armes & archiers qui ont vacqué à la garde de la Guerche jusques au 1 janvier 1464.

Bertran de Monbeille.

-Extrait du second compte d’Yvon Million commis de Pierre Landoys à l’exercice de la trésorerie des guerres depuis son derier compte fait le 4 décembre 1481. Les 200 lances & 300 archiers qui furent choisis pour être de la garde du Duc.

George de Monbeille.

-Extrait du registre de la Chancellerie de Bretagne cotté 1486 qui est aussi l’année où commence le registre.

Bertran de Montbeille, lieutenant du prévost de l’hôtel du Duc, 1487.

- Vivres fournies au camp du Duc par les habitans de Guingamp.

Bertrand de Montbeil, provost, 3 may 1488

 

Réformation de la noblesse de Bretagne. (1426-1513). BnF. Ms. Fr. 8311

Moulins. 1427. Jean de Monbeille

Moulins. 1513. Georges de Montbeille possède le manoir du Tertre

Ossé. 1427. Jean de Monbeille, Sieur du manoir de la Grée

Ossé. 1513. Messire Georges de Monbeille, chevalier, et de Catherine Dupan sa compagne.

Piré. 1513. Noble Chevalier Georges de Monbeille, seigneur dudit lieu.

 

Anne de Bretagne et ses souvenirs réunis au Musée Dobrée

Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et de Loire-Atlantique - Janvier 1926

C'est une procuration donnée par le sire d'Avaugour à ses très chers et aimés conseillers " maître Jehan Brete, docteur en théologie, trésorier et vicaire de Tours ; Anthoine de Guise, seigneur de Germigny ; Olivier de Clisson, seigneur de Kerfault ; Bertrand de Montbeille, seigneur de Villiers ; Pierre Becdelièvre, seigneur du Haultboys " les chargeant de faire une protestation au nom dudit sire par devant les Etats et Parlement tenant actuellement à Nantes (Catal. n°162) [Acte daté de Vitré, du 23 septembre 1486]

 

 

Histoire de Bretagne : composée sur les titres & les auteurs originaux,

Volume 2, Dom Lobineau, MDCCVII

- Extrait des comptes de Jehan Mauléon trésorier de l’espargne, & receveur général des profits des Monnoys de Moncontour, & des taux & rachats du ressort de Goello ; depuis son dernier compte en juin MCCCCXIV jusqu’au XXI mars MCCCCXXI.

Jehan de Montbeille, gentilhomme de la garde, 1419

 

 

Recherches sur la chevalerie du duché de Bretagne, suivies de notices concernant les grands officiers de la couronne de France qu'a produits la Bretagne ; les grands officiers du duché de Bretagne, ainsi qu'un grand nombre de chevaliers bretons

Couffon de Kerdellec’h, 1877.

Messire Georges de Montbeille, chevalier, est mentionné parmi les hommes d’armes de la compagnie de Jacques Guybé, chevalier, sr. de la Chesnaye, en 1498. On trouve Georges de Montbeille au nombre des cent gentilshommes de la garde de la duchesse Anne, en 1490, mais dans le rôle de cette montre, il n’est pas qualifié chevalier. Nous trouvons aussi, dans les Preuves de l'Histoire de Bretagne de Dom Morice, Jean de Montbeille compris parmi les gens d’armes qui accompagnèrent Richard de Bretagne en France, en 1419 ; Bertrand, en 1487, lieutenant du prévôt de l'hôtel du duc, et l’année suivante, prévôt de l'hôtel. Nous ne connaissons rien, avant l’an 1419, de relatif à la famille de Montbeille, dont le nom ne figure dans aucun Nobiliaire, mais qui, si elle n’est pas d’origine bretonne, était établie en Bretagne dès le commencement du XVème siècle.

 

 

Archives Départementales d’Ille et Vilaine

BB28, 1488-1557

Titres concernant les connétables de la ville de Rennes - Brevet de la charge de connétable donnée par Madame Louise, régente en France, à Arthur de Montbeille (1524). - Délibération au sujet du logement accordé au sieur de Monbeille à la Tour Saint-Georges.

 

 

Cartulaire de l’abbaye Saint-Georges de Rennes

… pecierunt nomine venerabilium dominorum capituli ecclesie Redonensis a religiosa domina Johanna de Montbeille dieti monasterii celeraria tune ibidem presenti…

 

 

Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne

Jean-Baptiste Ogée, 1778-1780.

Ossé. Le Plessix d'Ossé était la maison seigneuriale de la paroisse. En 1440, le duc Jean V régla un différend survenu au sujet du droit de sépulture en l'église d'Ossé entre le sieur du Pan, seigneur du Plessix, et le sieur de Montbeille, seigneur des Grées. 

L'ancien manoir des Grées. Propriété successive des familles de Montbeille (en 1427), Thierry, seigneurs du Boisorcant (en 1513), de Robien (avant 1602), Bonnier, seigneurs de la Gaudinaye (en 1602), Rosmadec (vers 1638), le Gras, seigneurs de Charot (en 1678 et 1755).

Moulins. L'ancien manoir du Tertre. Propriété de la famille de Mombeille (1513).

Réformation de 1427 : Jean de Monbeille (Mombeille).

Issé. Réformation de 1427 Jean de Monbeille, sr du manoir des Grées.

Boistrudan : l'ancien manoir de Mombeille. Propriété successive des familles Mombeille (en 1428), Rosnyvinen, seigneurs du Plessis-Guériff (en 1536), Glé, seigneurs de la Costardaye (en 1560), Jonchères (en 1636), la Valette (en 1662), l'Espinay, Colliot, seigneurs du Fresne (en 1679), Berthelot (vers 1692), Baratte, sieurs de la Godelinière (vers 1718) ; 

L'ancien manoir de la Motte de Connay. Propriété successive des familles Mombeille (en 1405 et 1441), la Marzelière (en 1528), Boulay (en 1551), Préauvé (en 1557), Chastellier (en 1636 et 1679). 

 

 

Rennes, naissance d'une capitale provinciale (1491-1610)

Mathieu Pichard-Rivalain, 2014.

En plus des maisons dans lesquelles ils pouvaient vivre intra-muros, les capitaines, lieutenants et connétables ont occupé au XVIe siècle les tours de la ville. Outre la tour aux Foulons qui devient la propriété du capitaine Boisorcant en 1551, Artur de Monbeille, connétable de 1525 à 1534, a occupé dès son arrivée à la charge la tour et le portail de Saint-Georges sur autorisation du corps de ville à qui il l’avait demandé (Archives Municipal de Rennes, BB 465, f° 237)

 

 

 

Carentoir

Réformation de 1536

La [Haute] Guischardaye que tient la veufve du sieur de Monbeille.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2018 2 06 /03 /mars /2018 15:45

I

Olivier Guéguen

Olivier Guéguen, écuyer, seigneur du Clos, décédé à la Saint Bernard (20 aôut) 1422, père de :

1- Jehan Guéguen, écuyer, a présenté le rachat dû au décès de son père au receveur de Jugon à la Saint-André 1422 (AD44 B116),  et décédera  en mai 1456, son rachat sera présenté au receveur ducal de Jugon en juillet 1456 par Thomas Fretray garde de ses enfants, héritiers dudit Gueguen ;

Et peut être

2- Guillaume Guéguen, qui suit.

 

II

Guillaume Guéguen

&

N de La Soraye

Soraye (de La)

Guillaume Guéguen, écuyer, seigneur du Clos, cité à Ruca lors de la Réformation du 8 janvier 1428, vivant en 1449, épousa une demoiselle de La Soraye, fille du seigneur de La Soraye en Quintenic, dont :

 

 

 

III

Bertrand Guéguen

&

Guyonne Gilbert

Gilbert

Bertrand Guéguen, écuyer, seigneur du Clos, receveur de Goëllo en 1483-1845, homme d’armes de la Reine Anne, vivant en 1504 (à cette époque en tant que seigneur du Clos, il possède les droits de prééminence dans l'église, droit de quilllage sur la grève d'Hillion, droit de queslage sur les bateaux qui échouent à la mare d'Hillion au port de la Grâce, droit sur les bêtes qui traversent la grève, droit de moulin à eau sur la rivière qui descend au Pont-Neuf, droit sur tout oiseau de passage et droit de colombier), épousa Guyonne Gilbert, peut être issue des seigneurs de Kerjagu en Yffiniac, dont :

1- Jehan Guéguen, qui suit ;

2- Guillaume Guéguen, auteur de la branche du Clos (IVbis) ;

Et peut être :

3- François Guéguen, clerc du diocèse de Saint-Brieuc résidant à Rome, nommé curé de Saint-Vincent de Nantes en 1519 ;

4- Olive Guéguen, dame de Neufvilles, présente à la Réformation du 9 mars 1536 pour sa seigneurie de Neufvilles.

 

IV

Jehan Guéguen,

Magdeleine de Bréhant

&

Jacquette de La Bouxière

Bréhant (de)

Jehan Guéguen, écuyer, seigneur de La Motte (Motte-Gouranton en La Poterie) et du Clos en Hillion, de La Ville-Gouranton et des Portes en Maroué, décédé avant 1524, cité à Hillion lors de Réformation de 1479 avec 50 livres de revenu (porteur d’une brigandine et comparait en archer), et avec Pierre de Kergoët en 1520, épousa en premières noces Magdeleine de Bréhant, fille de François de Bréhant, écuyer, seigneur de La Roche-Bréhant en Yffiniac, et de Jacquemine de La Bouxière, dame de Launay-Baudouin en Muel, et en secondes noces Jacquette de La Bouxière, dont du premier lit :

1- Thébaud Guéguen, qui suit ;

2- Madeleine Guéguen, dame de La Ville-Pierre en Hillion, fit aveu le 19 novembre 1559 pour le rachat du au décès de sa mère de pièces de terres sises en Maroué.

 

*Supplément à la généalogie de la maison de Bréhant en Bretagne, imprimée en 1867 : suivi d'un index alphabétique général des noms propres / [par le marquis N.-C.-B. de Bréhant]

1525, 24 janvier. Mme de Bréhand, dame de La Motte, femme de Louis du Gouray, seigneur de Launay, reconnait qu'on a laissée jouir du rachat dû par le décès de Jean de quéauguen, son premier mari, du tuers des héritages, terres et rentes dont était propriétaire ledit de Queauguen, et ce à raison du douaire de ladite de Bréhand (Lamballe, aux hommages classés au Supplément.)

*La Poterie, hier et autrefois, Marcel Hamon, Les Presses Bretonnes, 1969. 
Un « minu » (acte de vente) signale qu'elle a été vendue en 1406 par François Troussier à Jean de Quéanguen — en 1538, elle appartient à Thébault de Quéanguen
Elle cite « les maisons, manoir et domaine et mestairie de la Poterie (ce sont les Portes) contenant tant en maisons, jardrins, bouais, anciens et terres gaignables trente journeaulx de terre ou environ, et joignant d'une part à terre Jéhan de Quéanguen, seigneur de la Motte Gouranton.
Maison noble et la mestairie des Portes joignent à terre de Thébault de Quéanguen (la Motte Gouranton).

*ADCA - E173. - 1406-1652 - Contrats de vente, échanges, constitutions de rente, transactions relatifs à des terres relevant de la seigneurie de Lamballe et portant plusieurs paroisses. - Vente du manoir et métairie de La Motte, par François Troussier à Jean de Gueauguen.

*ADCA - E211. - 1555-1583 - Paroisse de Maroué. - Hommages par Magdeleine de Bréhant, pour les maisons et terres de La Ville-Gouranton et des Portes.

*ADCA - 1E520. - Table des Applications de la paroisse de Maroué. Métairie des Portes-Gouranton. Enumération générale des titres.
Hommage. Reg. 1555. Dlle Magdelaine de Bréhant.
Aveu. 1er May 1556. Dlle Magdelaine de Bréhant.
Minu. 3 May 1560. Ecuyer Raoul de Quéauguen, sieur de la Motte, pour le rachat de Dlle Magdelaine de Bréhant.
Minu. 24 8bre 1570. Dlle Marguerite Leblanc, Dame des Bandes, pour le rachat de Dlle Catherine de Quéauguen.

*ADCA - 1E520. - Table des Applications de la paroisse de Maroué. Métairie de La Ville-Gouranton. Enumération générale des titres.
Hommage. 17 Mars 1536. Louis du Gouray & Magdelaine de Bréhant.
Hommage. Reg. de 1555. Magdelaine de Bréhant.
Aveu. 1er May 1556. Magdelaine de Bréhant.
Minu. 3 May 1560. Raoul de Quéauguen, sieur de la Motte, pour le rachat de Dlle Magdelaine de Bréhant.

 

V

Thébaud Guéguen

&

Françoise Poullain

Poullain

Thébaud Guéguen, écuyer, seigneur de La Motte, de La Ville-Gouranton et des Portes en Maroué, et autres lieux, présent à Maroué lors de la Réformation du 8 mars 1536 pour ses maisons nobles de La Ville-Gouranton et des Portes, épousa vers 1543 Françoise Poullain, dame de La Ville-Bio en Morieux et de La Ville-Salmon en Coëtmieux, fille de Guillaume Poullain, écuyer, seigneur de Licantois en Hillion, de La Ville-Samon et de La Ville-Neuve en Coëtmieux et des Tronchais en Morieux, et de Jeanne Bourdon, dame de Mauny en Landéhen, dont :

1- Raoul de Quéauguen, qui suit ;

2- Jehan Guéguen, écuyer, seigneur de Carbien en Hillion en 1577, inhumé aux Cordeliers des Rennes le 15 juin 1596, avocat du Roi au présidial de Rennes, conseiller au Parlement de Bretagne le 24 février 1568.

 

*Édits, déclarations et lettres patentes du Roy et règlemens concernant le parlement de Bretagne, depuis son érection en 1554 jusqu'en 1754, Rennes, MDCCLIV.

Conseiller. 24 février 1568. Jehan Gueguen (p.24)

 

VI

Raoul de Quéauguen

&

Françoise Jocet

Jocet ?

Raoul Guéguen, écuyer, seigneur de La Motte, de La Ville-Salmon, de La Motte-Gouranton en La Poterie, des Portes-Gouranton et de La Ville-Gouranton en Maroué, des Tronchais et de Largentaye en Morieux et autres lieux, absent lors de la montre de la Noblesse de l'évêché de Saint-Brieuc du 21 juin 1554, cité en 1560, 1579, 1583, 1585 et 1592, épousa Françoise Jocet, dont :

1- Jean de Quéauguen, qui suit ;

2- Gilette de Quéauguen, dame de La Ville-Gouranton, épouse en 1593 Gilles Le Corgne, écuyer, seigneur de Launay en Maroué, de La Noë-Haslé en Coëtmieux, de La Ville-Corhen en Andel, de Treselin et autres lieux, fils de Jehan Le Corgne, écuyer, seigneur de Launay en Maroué, et de Jacquette de Lesmeleuc, dont postérité ;

3- Jeanne de Quéauguen, dame des Tronchais, des Portes, de La Ville-Salmon, épouse en premières noces à Lamballe le 28 avril 1592 Alain Le Picart, écuyer, seigneur de La Fosse-Davy en Bréhand, alloué à la cour de Lamballe, fils de Thibault Le Picart, écuyer, seigneur de La Fosse-Davy, et de Catherine Poullain, et en secondes noces Julien Le Noir, écuyer, seigneur de Carlan en Meslin, fils de Gilles Le Noir, écuyer, seigneur de Carlan, et de Renée Bertho, dont postérité des deux lits ;

4- Catherine de Quéauguen, dame des Portes-Gouranton, épouse N Le Blanc, écuyer, seigneur des Bandes en Bréhand, dont postérité. (famille établie à La Roche-Martin en Hillion).

 

*Supplément à la généalogie de la maison de Bréhant en Bretagne, imprimée en 1867 : suivi d'un index alphabétique général des noms propres / [par le marquis N.-C.-B. de Bréhant]
1560, 3 mai, Maroué. Minu par Raoul de Quéauguen, sieur de la Motte, pour le rachat de Madeleine de Brehant, pour la Ville-Gouranton, et les Portes-Gouranton (Lamballe, 79, B, 13.)
1583, 6 juin. Hommage de Raoul de Quéauguen et de Françoise Jorel, sa femme, sieur et dame de la Motte, pour les maisons des Tronchais, Largentais, etc. Plus les maisons des Conche et de la Plesse en Meslin (Lamballe, 22, B, 90.)
Assignation de Raoul de Quéauguen, sieur de la Motte, pour procéder sur les lettres d'appel prises par Mme de Martignes.
1585, 15 septembre. Assignation au même pour s'entendre condamner à la saisie féodale faute d'aveu.
1592. Minu de Raoul de Quéauguen, sieur de la Motte, la Ville-Salmon, et les Tronchais, pour le rachat de Françoise Poullain, dame de la Villebio, sa mère
(Lamballe, 135, B, 7, paroisse de Morieux)

*Commentaire sur les Coustumes de la Prévosté et vicomté de Paris, Volume 3. MDCLXII. - Arrest du 13. Aoust 1576. au profit de Raoul de Quéauguen, contre l'Evesque de Dol qui demandoit comme Seigneur censier d'une de ses terres les lods & vente.

*ADCA - E138. 1583 - Aveux par Raoul de Quéauguen et Françoise Jorel, sa femme, pour les maisons et métairies des Tronchais, avec moyenne justice ; de Largentaye, avec droit de pêcherie ; de La Marre et de La Ville-Tanguy en Morieux.

*ADCA. -E208. - 1551-1708 - Paroisse de Maroué. - Minus fournis pour le rachat de Madeleine de Bréhant, par Raoul de Quéauguen.

*ADCA. - E220. - 1436-1499 - Paroisse de Maroué. - Vente de la maison de La Motte par Raoul de Quéauguen à Jean Maupetit.

*ADCA - E229. 1555-1774 - Paroisse d'Andel. Afféagements, à Raoul de Quéauguen, de 3 journaux de terre, pour une rente de 6 perrées de froment (la perrée valant 11 décalitres, 8 litres 6 décilitres). - à Jacquemine Gueguen, de 65 cordes de terre (la corde étant 1/80 de journal, ou 48 ares 62 centiares), pour une rente d'un quart de seigle.

*ADCA - 1E302. - 1570-1684. Seigneurie de Lamballe, paroisse de Morieux, procédures et accords. Procédure entre Raoul de Quérauguen, sieur de La Motte et des Tronchais, et le comte de Penthièvre au sujet de droits honorifiques prétendus dans l'église de Morieux, 1570-1578.

1570 : procédure entre Raoul de Quérauguen, sieur de La Motte et des Tronchais, et le comte de Penthièvre au sujet de droits honorifiques prétendus en l'église de Morieux.
Instance concemant le droit d'escabeau, bancs, vitres, annoiries, enfeux et autres prééminences que Raoul de Quérauguen sieur de La Motte prétendait en l'église de Morieux, à laquelle prétention madame de Martigues s'opposait soutenant que cette église était prochement tenue du duché de Penthièvre et qu'ainsi à elle seule appartenait le droit d'y concéder de pareilles prééminences.
18 mai 1572 : procédure entre Raoul de Quérauguen, sieur de La Motte et des Tronchais, et le comte de Penthièvre au sujet de droits honorifiques prétendus en l'église de Morieux.
De tout temps immémorial, les dits feus seigneur et dame du dit lieu des Tronchays ont fait et font en commun possession et jouissance paisible de jouir du tout du dit choeur et chanceau de la dite église de Morieuc et d'une chapelle appelée la chapelle de Largentaye étant en la dite église, ayant ceinture d'écussons à l'entour d'icelui choeur et chapelle armoiriée des armes des dits sieur et dame des Tronchays comme aussi sont en la grande vitre du dit choeur et en la vitre de la chapelle de Largentaye avec tous droits se sépulture prohibitifs et défensifs et toutes autres prééminences prérogatives, tombes, escabeaux, chaires, accoudoirs amoiriés de leurs dites armes, et que à présent le sieur de La Motte est venu à nouvelle appréhension de la dite terre et seigneurie avec toutes ses dépendances, secondement des dits devoirs et prééminences ci-dessus décrites, et à présent la dite ceinture du dit chanceau, les dits écussons, armes et armoiries des dits sieur et dame des Tronchays y étant sont presque toutes effacées et à peu près dedans peu de temps le dit sieur désirerait pour la mutation des noms et formes des armes qui y sont à présent en préservation de ses droits faire rafraîchir la dite ceinture et en outre icelle y faire mettre ses armes toutes pleines ou en alliance comme il verra bon tant aux vitres, ceinture, tombes, chaires, escabeaux que accoudoirs, et en l'endroit de laquelle remontrance le dit sieur de La Motte a apparu. 
(Qu') Il fasse mettre et apposer ceintures et écussons de ses armes soit toutes pleines ou
alliance partout aux endroits où étaient celles des sieur et dame des Tronchays aux dits chanceau et chapelle, sans toutefois toucher à la chapelle et enfeu du dit sieur du Tertre ni à  la clôture de bois d'icelle qui est au haut de la dite église du côté devers l'Evangile, et que s'il voit bon il fasse vis-à-vis du grand autel de la dite église pour leurs sépultures, tombes de
pierre ou de bois amoriées de ses armes comme de tout temps aurait eu coutume y en avoir une de bois aux dits sieur et dame des Tronchays.

1576 : procédure entre Raoul de Quérauguen, sieur de La Motte et des Tronchais, et le comte de Penthièvre au sujet de droits honorifiques prétendus en l'église de Morieux, mémoire du comte de Penthièvre.
Et outre soutient la dite dame demanderesse qu'il n'y a point d'autres fondateurs en la paroisse et église de Morieuc que la dite dame au dit nom, qu'elle est dame supérieure en fief et juridiction en la dite paroisse, laquelle paroisse relève entièrement de la cour et juridiction de Lamballe, à la dite dame au dit nom appartenant.
Qu'anciennement, il n'y avait aucun qui eut en la dite paroisse et église de Morieuc armes ni armoiries, soit en peinture ou élevées en bosse, hors et réservé les seigneurs de Penthièvre et Lamballe, prédécesseurs de la dite dame au dit nom, qui avaient leurs armes accoutumées, savoir d'hermines en la principale vitre de la dite église de Morieux, sans que les prédécesseurs et prétendus auteurs du dit défendeur y eussent aucune tombe ni écusson, armoiries ou autres semblables marques de prééminences d'église.
Que si de ce jour ou depuis quelque peu de temps, il se trouve en la dite église quelques écussons d'argent à feuilles de houx de sinople avec une croix engrêlée, que le dit défendeur dit être les armes de La Ville Salmon et de ses auteurs, tels écussons y ont été mis depuis les soixante ans et non de temps immémorial ainsi que le veut et prétend faire voir le dit défendeur, et a été par usurpation et entreprise qu'ont fait ceux qui les ont mis et apposés, étant le dit seigneur duc et ses prédécesseurs absents et ne résidant sur les lieux empêchés à la poursuite de la restitution de leur comté du dit Penthièvre, et les officiers de la dite cour de Lamballe peu curieux et vigilants à la conservation des droits du dit seigneur, et à donner empêchement à icelles entreprises.
Et ne se peut le dit défendeur excuser d'impudence et de trop grande entreprise de se vouloir dire fondateur de la paroisse et église de Morieuc, pour n'avoir le dit défendeur ni ses prédécesseurs aucune marque soit de qualité ou autre dont on peut juger de tels droits lui être dûs et appartenir.
Et tout ce que le dit défendeur a pu ou peut avoir en la dite paroisse ne lui est venu ni à ses
prédécesseurs que depuis les soixante ans demiers, et n'y avait rien anciennement, soit en fief, juridiction ou domaine sinon depuis quelques acquêts qu'ils firent de la maison des Tronchays, les seigneurs de laquelle, quels le dit défendeur dit être ses auteurs, ne prétendaient aucun droit ou autres prééminences, comme aussi ils ne baillèrent jamais leurs
tenues et aveux avec de tels prétendus droits et prééminences.
Aussi n'a-t-il été fait fondation ni dotation de leur part en la dite église de Morieuc par laquelle ils eussent pu prétendre, ni le dit défendeur se disant leur successeur et cause ayant, aucun droit d'armoiries ou autres prééminences en la dite église.

27 octobre 1577 : transaction entre Raoul de Quérauguen, sieur de La Motte et des Troncháis, et le comte de Penthièvre au sujet de droits honorifiques prétendus en l'église de
Morieux.
Pour à tout quoi obvier et surtout se transiger et pacifier après que le dit de Gueauguen a très humblement supplié et requis la dite dame au dit nom lui permettre le tout ou partie de son intention, ayant la dite dame égard à la requête et supplication du dit sieur de La Motte, la dite dame gratifiant à icelui de Gueauguen, a concédé, permis, concède et permet au dit de Gueauguen et à ses hoires, successeurs ou causayants sieurs de La Villesalmon et des Tronchais, jouir à jamais sous l'autorité et supériorité de la dite dame au dit nom, prohibitivement à tous autres hors ma dite dame et ses successeurs ducs de Penthièvre, et avoir et faire apposer le dit de Gueauguen ses armes et écussons en la grande vitre de l'église du dit Morieuc au-dessous des armes de la seigneurie de Penthièvre, et même avoir ses armes, écussons et prétentions en une chapelle appelée Largentaye, descendue des Clisson, et avec pouvoir et permission de rafraîchir les présentations, escabeaux et armes qui sont en la dite église et chapelle, et au lieu d'iceux y mettre les siennes, soit pleines ou alliances, comme il verra l'avoir à faire, avec réservation faite par la dite dame de toutes souverainetés et premières prérogatives, prééminences, pour elle et ses successeurs ducs de Penthièvre en la dite église paroissiale de Morieuc, privativement au dit de Gueauguen et de tous autres de quelque condition qu'ils puissent être.

*ADCA - 1E514. - Table des Applications de la paroisse de Hillion. Seigneurie de La Villesalmon. Enumération générale des titres.
Aveux. 11 Juin 1583. Raoul de Quéauguen et sa femme
Procédures. 7 Juillet 1577. Assignation a Raoul de Quéauguen
Hommages. Registre de 1583. Raoul de Quéauguen.

*ADCA - 1E520. - Table des Applications de la paroisse de Maroué. Métairie des Portes-Gouranton. Enumération générale des titres.
Hommage. Reg. 1555. Dlle Magdelaine de Bréhant.
Aveu. 1er May 1556. Dlle Magdelaine de Bréhant.
Minu. 3 May 1560. Ecuyer Raoul de Quéauguen, sieur de la Motte, pour le rachat de Dlle Magdelaine de Bréhant.
Minu. 24 8bre 1570. Dlle Marguerite Leblanc, Dame des Bandes, pour le rachat de Dlle Catherine de Quéauguen.

*ADCA - 1E520. - Table des Applications de la paroisse de Maroué. Métairie de La Ville-Gouranton. Enumération générale des titres.
Hommage. 17 Mars 1536. Louis du Gouray & Magdelaine de Bréhant.
Hommage. Reg. de 1555. Magdelaine de Bréhant.
Aveu. 1er May 1556. Magdelaine de Bréhant.
Minu. 3 May 1560. Raoul de Quéauguen, sieur de la Motte, pour le rachat de Dlle Magdelaine de Bréhant.

*ADCA - 1E525. - Table des Applications de la paroisse de Morieux. Maison de La Marre. Enumération générale des titres.
Hommage. Reg. 1583. Raoul Queauguen.
Aveu. 11 Juin 1583. Noble Homme Raoul de Queauguen & Dlle Françoise Josel
Procès. 4 7bre 1585. Assignation à Raoul de Queauguen.

*ADCA - 1E525. - Table des Applications de la paroisse de Morieux. Maison de Largentaye. Enumération générale des titres.
Minu. Reg. 1583. Raoul Queauguen.
Aveu. 11 Juin 1583. Noble Homme Raoul de Queauguen & Dlle Françoise Jozel
Procès. 4 7bre 1585. Raoul de Queauguen.

*ADCA - 1E525. - Table des Applications de la paroisse de Morieux. Maison de Beauvais. Enumération générale des titres.
Vente. 13 Avril 1628. Ecuier Allain de Quenguen, sr de La Villegourio à Dlle Anne Regnaut Dame de La Villeneuve

*ADCA - 1E525. - Table des Applications de la paroisse de Morieux. Maison de La Villebio. Enumération générale des titres.
Minu. 12 Juin 1592. Noble Homme Raoul de Queauguen sieur de La Motte pour le rachat de Dlle Françoise Poulain Dame de La Villebio sa mère.
Aveu. 24 Juin 1583. Dlle Françoise Poulain Dame de La Villebio.
Hommage. 5 Juin 1583. Dlle Françoise Poulain Dame de La Villebio, aux droits de Jean Poullain et de Françoise de La Motte
Le Clos de La Ville. Minu. 12 Juin 1592. Noble Homme Raoul de Queauguen.
La Pièce sous la Ville.  12 Juin 1592. Noble Homme Raoul de Queauguen.

*Le Corgne - La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, t. IV, p. 108-117. - Ledict Gilles le Corgne, escuyer, avoit espousé laditte Gillette de Queauguen, quy estoit pareillement damoizelle d'extraction, feille de nobles homs Raoul de Queauguen et de dame Françoise Jocet, sieur et dame de la Motte-Gouranton, la Villesalmon, les Tronchays et la Villedelays.

*Le Noir - La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, tome III, p. 556-571. - Gilles [Julien], espouza en premieres nopces damoiselle Hellainne de la Bouexiere, de la maison de la Tousche, et en seconde nopces damoiselle Janne de Queauguen, herittiere des Tronchays.

*Les plus solemnels arrests et reglemens donnez au Parlement de Bretagne, Volume 1. MDCCXXXVII - Raoul le Queauguen est reconnu à presme la terre de la Ville de Salmon que le sieur du Bignon avoit acquis. Ladite connoissance néanmoins faire au nom de Gillette de Queauguen, laquelle fait déclaration que latite reconnoissance est tourner au profit dudit Sieur de Queauguen sondit frère, & qu'elle n'a moyen de le rembourser.

*Acte de vente en date du 9 octobre 1579 par Raoul de Queauguen et demoiselle Françoise Jorel sa femme à noble homme Jean Maupetit, seigneur de la Guérande, indique la maison et métairie de la Motte, bois de haute futaie, seigneurie et fief, juridiction haute et moyenne, moulin à eau, étang, colombier, chapelle et autres dépendance du dit lieu de la Motte, et dans les landes de Lanjouan une mazière et maison avec dépendance, un fief s’étendant au village de la Potterie. 

VII

Jean de Quéauguen

Jean de Quéauguen, écuyer, seigneur des Tronchais, cité dans une sentence du 4 août 1606, peut être père de :

1- Suzanne de Quéauguen, épouse à Morieux le 12 février 1614 Guy Couriolle.

 

 

 

 

*Le Corgne - La noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation 1668-1671 - Comte de Rosmorduc, 1896, t. IV, p. 108-117. - Unne sentence obtenue en la juridiction de Moncontour, de la part desdictz Gilles le Corgne et Gillette de Queauguen, contre escuyer Jan de Queauguen, sieur des Tronchays, fils aisné et heritier principal et noble dudit Raoult de Queauguen, touchant la succession, du 4e aoust 1606.

*ADCA - 1E509. - Table des Applications de la paroisse de Andel. Seigneurie de la Villesalmon. Enumération générale des titres.
Clos Gueguen. Aveu. 6 juin 1691. Jean Gueguen cause-ayant d'Yves Huet doit à la seigneurie des Tronchais.

Les Tronchays - Le Pays de Lamballe - M. de La Messelière

Les Tronchays - Le Pays de Lamballe - M. de La Messelière

Guéguen, Hillion
Guéguen, Hillion
Guéguen, Hillion

Branche du Clos

 

IVbis

Guillaume Guéguen

&

Françoise de La Villéon

Villéon (de La)

Guillaume Guéguen, écuyer, seigneur du Clos et de La Ville-Elenel (ou Hôtel Ethrel) en Hillion, dont les prééminences supérieures dans l’église Saint-Jean d’Hillion furent confirmées en 1525, présent à Hillion lors de la Réformation du 9 mars 1536 pour ses maisons nobles du Clos et de La Ville-Elenel, épousa Françoise de La Villéon, dont :

 

 

1- Julien Guéguen, qui suit.

 

V

Julien Guéguen

Julien Guéguen, écuyer, seigneur du Clos dont il rendit aveu, cité en 1556, peut être père de :

 

 

 

 

1- Georges Guéguen, qui suit.

 

*ADCA. - E590. 1477-1786. - Paroisse de Hillion. Aveux par Julien Gueguen, écuyer, pour la maison et métairie du Clos.

*Archives de Nantes. II. 116. 1337-1788. Sentence sur procès entre Julien Gueguen, fils de feu Guillaume Gueguen, sr du Clos, et Françoise de la Villéon sa mère, d'une part, et Christophe de Sesmaisons et Françoise de Brehant sa femme, comme héritiers de Jean de Pledran, doyen de Nantes, d'autre part : procès en reddition du compte de tutelle des biens de feu Bertrand Gueguen, père du susdit Guillaume et de la succession du feu Guillaume Gueguen, évêque de Nantes (1556).

 

VI

Georges Guéguen

&

Catherine Rouxel

Rouxel ?

Georges Guéguen, écuyer, seigneur du Clos, qui rendit hommage en 1583 pour les maisons et métairies nobles du Clos, de Neufvilles et de Sallescourt, épousa Catherine Rouxel, dont :

 

 

 

1- Alexandre Guéguen, qui suit.

 

*ADCA. - 1G138. Le Clos en Saint-Michel : hommage (1571) ; requête de Monseigneur Nicolas Langelier, évêque de Saint-Brieuc adressée au Parlement contre Jean Guéguen, curateur de son neveu Georges Guéguen, sieur du Clos prétendant ériger en châtellenie ladite terre (1575) ; transport (1664) ; tenue (1678).

*ADCA. - E255. 1583. Paroisse de Hillion. Hommage de Georges Gueguen, pour les maisons et métairies nobles du Clos, de Neufvilles et de Sallescourt.

 

VII

Alexandre Guéguen

Alexandre Guéguen, écuyer, seigneur du Clos.

 

 

 

 

--------------------

Notes communiquées par Hervé Torchet

Les enfants Olivier Gueguen devaient 5 sous à la recette de Lamballe sur une maison qui fut Perrot Gueguen à Morieux en 1410.
Berthelin Gueguen avait une terre à Hillion en mars 1418(9).
Olivier Guéguen est mort à la Saint Bernard 1422 et son fils et héritier principal Jehan a présenté son rachat au receveur ducal de Jugon à la Saint André 1422.
Rolland Gueguen est tuteur de Mathelin Gueguen héritier de Thomine Coulon, âgé de onze ans, et présente le rachat de celle-ci en Hillion en juillet 1426.
Mathelin Gueguen prêtera serment au duc parmi les nobles de la châtellenie de Lamballe en octobre 1437632. Il sera recensé à Hillion en janvier 1441(2). Il signera une quittance à Lamballe en 1450375.
Olivier Gueguen sera recensé à Ruca en mars 1449(50).
Jehan Gueguen périra en mai 1456 et son rachat sera présenté au receveur ducal de Jugon en juillet 1456 par Thomas Fretray garde de ses enfants, héritiers dudit Gueguen.

--------------------

Armoirie : d’argent à l'olivier de sinople, alias, d’argent à l'olivier de sinople (qui est Guéguen), au franc-quartier d'hermines chargé de deux haches d'armes de gueules en pal (qui est La Soraye), sceau de 1504Elle est visible au Clos-Guéguen à Carbien et dans l'église d'Hillion

 

--------------------

De cette famille est issu Guillaume Guéguen, né à Hillion, évêque de Saint-Brieuc de 1297 à 1298. (d’argent à l'olivier de sinople).

--------------------

D'après les recherches de François Hervé :

Mathelin Guéguen, écuyer, seigneur du Clos, fils de N Guéguen et de Thomine Coulon, décédée en mars 1426, né vers 1415 et décédé avant 1488, fut mis sous la tutelle de Rolland Guéguen à la mort de sa mère, puis est déclaré majeur dans le compte de 1429-1431, épousa Guillotte Gourichon, dont :

1- Olive Guéguen, citée dans un contrat de prisage de 1504, épousa Rolland Olivrit, dont postérité ; 

2- Jehan Guéguen, écuyer, cité en 1480 et décédé en 1504 ;

3- Bertrand Guéguen, écuyer, seigneur du Clos, cité en 1480, épousa Guyonne Gilbert, dont postérité ;

4- Guillaume Guéguen, écuyer, né à Lamballe vers 1440, décédé à Nantes le 23 novembre 1506 et inhumé en la chapelle Sainte-Magdeleine de la cathédrale, évêque de Nantes et vice-chancelier de Bretagne.

Le Clos-Guéguen - AD22 - Plans de Penthièvre - Feuille 1 parcelle 1-418

Le Clos-Guéguen - AD22 - Plans de Penthièvre - Feuille 1 parcelle 1-418

Le Clos-Guéguen
Le Clos-Guéguen
Le Clos-Guéguen
Le Clos-Guéguen

Le Clos-Guéguen

Sceaux de Bretagne d’après Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne (1742-1744)

Sceaux de Bretagne d’après Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne (1742-1744)

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 16:32
Jean-Baptiste Thérin, prêtre, curé de Dontilly
Partager cet article
Repost0
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 12:31

 

I. Olivier Le Deist, laboureur, épouse Denise Cadoret, dont :

 

II. Yvon Le Deist, laboureur au Quillio, épouse Marguerite Rault, dame de Botidoux en Saint-Thélo, fille de Jean Rault, né en 1594 et décédé en 1664, et de Marie Rolland dame de Botidoux, dont :

 

III. Thomas Le Deist, sieur de Lanegot, marchand de toiles fines au village de Kerivallant au Quillio, épouse en 1675 Marie Le Franc, née en 1656, fille de Thomas Le Franc, né en 1612 et décédé en 1694, et de Marie Le Mercier, dont :

  1. Julien Le Deist, né au Quillio le 16 mars 1683 ;
  2. Suzanne Le Deist, né au Quillio le 29 novembres 1688 ;
  3. Olivier Le Deist, qui suit  ; 
  4. François Le Deist, né à Kerivallant le 13 mars 1692 et y décède le 15 avril suivant ;
  5. Anne Le Deist, né à Kerivallant le 14 février 1693 ;
  6. René Le Deist, né au Quillio le 7 mars 1695 ;
  7. Hervé Le Deist, né au Quillio le 20 septembre 1696 et y décède le 30 ;
  8. Pierre Le Deist, né à Lanegot le 28 août 1698 et y décède le 3 novembre suivant ;

 

IV. Olivier Le Deist, sieur de Kerivallant, négociant de toiles à Quintin, né au Quillio le 21 janvier 1690 et y décède le 20 novembre 1723, épouse au Quillio le 19 janvier 1721 Jeanne-Mathurine Glais, née à Saint-Thélo en 1700 et décédée en 1747, fille d’Olivier Glais, sieur de La Ville au Pré, marchand de toiles fines, et de Mathurine Boscher, dont :

  1. Thomas-Olivier Le Deist, né au Quillio le 4 août 1722 ;
  2. Guillaume-François Le Deist, né au Quillio le 

 

V. Messire Guillaume-François Le Deist, écuyer, seigneur dudit lieu en Saint-Thélo, de L'Hôtellerie en Ploufragan et de La Ville-au-Grand, puis de Quénécunan au Quillio par acquêt de 1777, né au Quillio le 30 juillet 1723 et décédé à Saint-Hervé le 18 février 1782, secrétaire du Roy, contrôleur de la chancellerie prés du Parlement de Bretagne en 1759 et l’un des dix associés de l’évêché de Saint-Brieuc pour la Société d’Agriculture, du Commerce et des Arts de Bretagne, épouse à Saint-Hervé le 25 novembre 1755 Suzanne-Françoise Martin, dame de La Vieuville, née à Saint-Hervé le 20 mars 1740 et baptisée le lendemain, décédée en 1768, fille d’Olivier-François Martin, né en 1710 et décédé avant 1755, négociant à Saint-Thélo, et de Suzanne Glais, dont :

  1. Olivier-François Le Deist, né au Quillio vers 1757, y décède le 13 septembre 1762 et inhumé le lendemain ;
  2. Marie-Hyacinthe Le Deist de Botidoux, dame de La Vieuville en 1792 ;
  3. Jean-François Le Deist de Botidoux, écuyer, seigneur de Quénécunan, né à Beauregard en Saint-Hervé le 31 août 1762 et décédé à Saint Brieuc le 19 novembre 1823, élu député-suppléant aux Etats généraux par le Tiers-état de la sénéchaussée de Ploërmel le 17 avril 1789 et siégea le 14 février 1790, enrôlé dans l'Armée du Nord avec le grade de capitaine au 34ème Régiment de Ligne et démissionna vers juillet 1792, président du club des Marseillais à Paris, commissaire-ordonnateur en chef à l'Armée des Alpes dont il fut destitué le 31 mai 1793, employé dans l’insurrection fédéraliste du Calvados en juillet 1793, devenu royaliste et secrétaire du comité royaliste insurrctionnel du Morbihan en 1794, amnistié en application de la pacification de La Mabilais qu’il ratifia le 2 décembre 1794, professeur à la nouvelle école centrale de Saint-Brieuc en l'An V (elle ne fut ouverte qu'en prairial An VII et fermée en 1803), publia en 1807 une traduction des Commentaires de César, des fagments de l’Art poétique d'Horace en 1812, et des morceaux de Cicéron et de Salluste, puis nommé à la Restauration messager de la Chambre des pairs et admis à l'Académine Celtique ;
  4. Le Deist de Botidoux, frère cadet, négociant en toiles ;
  5. Jeanne-Louise-Olive Le Deist de Botidoux, épousa à Saint-Hervé le 20 avril 1783 et en la paroisse Saint-Sauveur de Rennes le 8 mai suivant Jacques-Marie-Joseph du Bouëtiez, écuyer, seigneur de Kerorguen, né en la paroisse Saint-Gilles d’Hennebont le 31 août 1756 et tué le 22 nivôse An IV, conseiller au Parlement pourvu le 4 mars 1779 et reçu le 19 avril suivant, fils de René-François du Bouëtiez, chevalier, seigneur de Kerorguen, chevalier dans l’Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis, et de Thérèse-Marie-Françoise de Coüessin de La Bérais, dont postérité ;
  6. Mathurine-Julienne-Yvonne Le Deist de Botidoux, décédée après 1825, épousa à Saint-Hervé le 22 novembre 1789 Jean-Baptiste-Marie, comte de Coataudon, né à Guipavas le 24 février 1759 et y décède le 30 novembre 1825, conseiller au Parlement de Bretagne pourvu le 20 juin 1781 et reçu le 10 juillet suivant, fils de Jean-Marie de Coataudon, chevalier, seigneur dudit lieu, de Kermeur, de Kerasnou, de Tromanoir, de Kerdu et autres lieux, commandant de bataillon, chevalir dans l’Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis, et d’Anne-Marie Le Chossec ;
  7. Françoise-Charlotte Le Deist de Botidoux, épousa à Saint-Hervé le 13 avril 1783 Louis Jean Marie de Courtoux ;
  8. Suzanne-Françoise Le Deist de Botidoux, épousa à Saint-Hervé le 28 juillet 1778 Augustin-Jacques Puissant, écuyer, domicilié à Josselin, fils d’Adrien-Jacques Puissant, écuyer, et de feu Marie-Jeanne Sarah Offarelle (O'Farell).

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 15:52

I. Messire Isaac-Toussaint de Goyon, écuyer, seigneur de La Sauldraye en Saint-Pôtan, né à La Sauldraye le 8 février 1648 et baptisé le 22 février 1650, inhumé à Saint-Malo le 23 décembre 1689, maintenu noble d'ancienne extraction par arrêt de la cour de réformation du 25 février 1669, épousa Marie Le Grand, dame des Préaux en Landéhen,, fille de Jacques Le Grand, seigneur du Grand-Chemin en Ruca, et de Jacquette de Launay, dont :

  1. Michelle de Goyon, baptisée à Saint Pôtan le 9 octobre 1668 ;
  2. Mathurin de Goyon, qui suit ;
  3. Françoise de Goyon, baptisée à Saint Pôtan le 13 janvier 1674 ;
  4. Jacquemine de Goyon, née à Saint Pôtan le 3 juillet 1677 et baptisée le 8 ;
  5. Mathurine de Goyon, née à Saint Pôtan le 15 mai 1683 et baptisée le 7 juin suivant.


II. Messire Mathurin de Goyon, écuyer, seigneur des Préaux, baptisé à Saint-Pôtan le 10 octobre 1670, épousa Marie-Françoise Le Touz ou Le Touzé, dame de La Vieuxville et de La Lande en Plémy, née vers  1663 et décédée le 5 avril 1743, fille de Mathurin Le Touz et d'Isabelle Favigot, dame de Kerério en Plémy, dont :

  1. Marie-Jeanne-Mathurine de Goyon, dame de La Lande, née à Plémy le 3 septembre 1711 et décédée à Planguenoual le 14 octobre 1743, épouse à Plémy François-René du Gourlay, fils de René-Christophe du Gourlay et de Françoise Collet, dont postérité ;
  2. Jean-Baptiste de Goyon, qui suit ;
  3. Charlotte de Goyon, épouse Jean-Baptiste Christophe Micault de Soulleville, capitaine garde-côte de la Compagnie d'Hillion au combat de Saint-Cast, avocat au Parlement de Bretagne.


III. Messire Jean-Baptiste de Goyon, écuyer, seigneur de La Lande, du Vauby, du Val et de La Ville-Norme en Plémy, baptisé à Plémy le 24 juin 1714, y épousa le 4 juin 1734 Julienne Proffict, dame de Kerilan en Plessala, née à Kerilan le 4 janvier 1716 et décédée à Plémy le 14 mai 1787, fille de Pierre Proffict, sieur des Aunais en Hénon, et de Marguerite Le Tourneur, dame de Kerilan, dont :

  1. Marguerite-Jeanne de Goyon, dame de La Lande, née à Brangolo en Plémy et baptisée à Plémy le 16 juillet 1735, décédée au Val le 20 mars 1797, épousa à Plémy le 12 janvier 1773 Jean Berthelot, écuyer, seigneur du Chesnay en Plœuc, né en 1733 et décédé sans postérité vers 1773, fils de Jean-Baptiste Berthelot, écuyer, seigneur des Vergers en Plœuc, baptisé à Plœuc le 9 novembre 1673, décédé avant 1773, et de Marie-Anne Gourdel, sans postérité ;
  2. Louis-Marie-Joseph de Goyon, né à Brangolo le 20 décembre 1736, vivaire-général et archidiacre de Rouen en 1779, abbé commendataire de Saint-Victor en Caux du 17 janvier 1786 jusqu'en 1790 ;
  3. Jean-Baptiste Mathurin de Goyon, né à La Lande le 4 juin 1738 ;
  4. Pierre de Goyon, baptisé à Plémy le 5 juillet 1739 et décédé le 7 octobre 1743 ;
  5. Nymphe-Ariane de Goyon, née à Plémy le 17 décembre 1741, religieuse Ursulines sous le nom de Soeur Colette de Saint Michel, incarsérée durant la révolution et libérée le 22 novembre 1794 ;
  6. Marie Anne Julienne de Goyon, baptisée à Plémy le 21 juillet 1743, épouse à Plémy le 6 juillet 1773 René-Pierre du Gourlay ;
  7. Michelle-Marie-Jeanne de Goyon, née à Plémy le 3 octobre 1744 ;
  8. Catherine-Emmanuelle de Goyon, dame de Kerilan, née à Brangolo le 6 avril 1747 et baptisée le lendemain, décédée le 16 mars 1805, épouse à Plémy le 29 octobre 1771 Godefroy Le Nepvou, écuyer, seigneur de Kerilan, fils de Jacques Le Nepvou, chevalier, seigneur de Berrien puis de Carfort par acquêt, baptisé en la paroisse Saint-Michel de Saint-Brieuc le 6 février 1709 et décédé au Colombier en Saint-Brieuc le 3 février 1785, siègea aux Etats tenus à Saint Brieuc le 12 décembre 1768 et à Rennes le 12 septembre 1769, épousa à Plérin le 12 février 1735 Catherine Bourgault, née vers 1718, dont postérité ;
  9. Mathurine-Françoise de Goyon, née à Plémy le 16 février 1749 et décédée de maladie à La  Lande le 3 janvier 1767 ;
  10. Pétronille-Gilette de Goyon, née à La Lande le 3 octobre 1750 et y décède de maladie le 19 septembre 1768 ;
  11. Joseph-Marie de Goyon, dit le Chevalier de Goyon, né à Plémy le 2 mai 1752 et baptisé le lendemain, décédé à l'hospice de Saint-Méen le 9 avril 1813, engagé dans l'Armée le 10 août 1769 comme lieutenant au Régiment de Bretagne-Infanterie, capitaine commandant le 10 mai 1789, chevalier dans l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis en mai 1791, démissionnaire le 1er mai 1792, arrêté au village de La Picaudé par les bleus le 17 Thermidor An et déporté ;
  12. Jérôme Ier de Goyon, qui suit.


IV. Messire Jérôme Ier de Goyon, écuyer, né à La Lande le 7 novembre 1754 et baptisé le lendemain, décédé à plémy le 12 février 1811, sous-lieutenant au Régiment de Bretagne-Infanterie le 17 juillet 1775, Chouan sous les ordres de Boishardy, arrêté comme chef Chouan le 13 janvier 1796, épousa  le 27 août 1776 Marie-Jeanne de Haye-Durand, dame de La Perrière, née le 4 août 1757 et décédée le 15 Vendémiaire An XI, fille de Jacques de Haye-Durand, écuyer, seigneur de La Fresche, et de Mathurine-Louise de Trémaudan, dame du Fresne, dont :

  1. Jacques-Jérôme de Goyon, né à Plémy le 26 septembre 1779 et baptisé le lendemain, décédé à Plémy le3 octobre suivant ;
  2. Emmanuelle-Jacquemine-Mauricette de Goyon, née à La Lande le 18 septembre 1780 ;
  3. Françoise-Jacquemine-Mauricette de Goyon, née à La Lande le 3 octobre 1781 et décédée le 14 novembre suivant ;
  4. Céleste-Mathurine de Goyon, jumelle de la précédente, décédée le 20 novembre 1781 ;
  5. Jérôme II de Goyon,  qui suit ;
  6. Joseph-Jean-Marie-Louis-François-César-Auguste de Goyon de Kerilan, né à La Lande le 22 mai 1785, épouse en premières noces à Plémy le 21 février 1813 Françoise-Mathurine boishardy, née à Trédaniel le 29 avril 1785 et décédée le 3 mars 1831, dont postérité, en secondes noces à Langast le 23 juillet 1833 Marie-Jeanne Devaux, née le 8 avril 1793, dont postérité, et en troisièmes noces à Langast le 26 janvier 1836 Marie Français, née le 8 décembre 1803, dont postérité ;
  7. Jeanne-Marie-Julienne-Pélagie de Goyon, née à La Lande le 9 septembre 1787 et décédée le 2 février 1824, épouse le 5 janvier 1810 N Jouan, né à Plémy le 20 avril 1790 ;
  8. Louise-Françoise de Goyon, née à La Lande le 10 novembre 1789, épouse à Plémy le 21 février 1810 Louis Tirel, né à le 13 mai 1769 ;
  9. Céleste-Louise de Goyon, née à La Lande le 16 Floréal An II.


V. Messire Jérôme II Guillaume de Goyon de Kerilan, écuyer, né le 29 juin 1783 et baptisé le lendemain aux Salles en Plémy, décédé aux Granges-Godin en Hénon le 16 juillet 1861, Chouan, cultivateur au Chêne-Loyo en Hénon, épousa à Hénon le 15 novembre 1810 Jeanne-Marie boishardy, fille de Joseph boishardy et de Louise Oisel, dont :

  1. Joseph-Denis de Goyon, né au Chêne-Loyo le 9 octobre 1811 et décédé aux Granges-Godin le 16 mars 1830 ;
  2. Jeanne-Marie-Françoise de Goyon, née au Chêne-Loyo le 9 septembre 1813 et décédée le 10 février 1886, épouse à Hénon le 28 octobre 1834 Jean-Barthélémy Hervé, au Pré-Guyot en Hénon le 9 octobre 1798 et décédé à Bréhand le 24 juin 1883, laboureur à La Chesnay en Bréhand, dont postérité ;
  3. Jérôme III de Goyon, qui suit ;
  4. Mathurin de Goyon, né le 9 octobre 1817 et décédé le 26 septembre 1863, épouse Jeanne LeMarchand, dont postérité ;
  5. Mathurine de Goyon, née à Trédaniel en 1819 et décédée à La Vigne en Hénon le 23 novembre 1869, dont postérité ;
  6. Jean-Baptiste de Goyon, né aux Grange-Godin le 5 février 1820 et y décède le 28 août 1867 ;
  7. François-René-Marie de Goyon, né à Hénon le 2 avril 1822 ;
  8. Louis-Marie de Goyon, né à Hénon le 17 juin 1827.


VI. Messire Jérôme III Alexandre-Pierre de Goyon , écuyer, né au Chêne-Loyo le 27 septembre 1815 et décédé aux Granges-Godin le 9 février 1872, cultivateur, épousa à Hénon le 11 novembre 1840 Marie-Françoise Davy, née à Hénon le 17 septembre 1812 et décédée le 4 mars 1851, dont :

  1. Jérôme-Pierre-Marie de Goyon, né aux Grange-Godin le 20 février 1842 et y décède le lendemain ;
  2. Joseph de Goyon, qui suit ;
  3. Adèle-Marie de Goyon, née aux Grange-Godin le 17 avril 1845 et décédée en avril 1932, épouse à Hénon le 13 juin 1867 Louis Boinet ;
  4. Jérôme de Goyon, né le 7 mai 1847 et décédé le 5 avril 1854.


VII. Messire Joseph-Pierre-François de Goyon, écuyer, né aux Granges-Godin le 24 février 1843, épousa à Plémy le 6 février 1870 Marie Couvran, dont :

  1. Joseph-Marie-Jérôme de Goyon, né aux Grange-Godin le 8 janvier 1872 et y décède le 17 novembre 1874 ;
  2. Jérôme IV de Goyon, qui suit ;
  3. Louis-Marie-Joseph de Goyon, né le 31 janvier 1876 et décédé le 17 septembre 1909, épouse le 11 février 1906 Jeanne-Marie Nivet.


VI. Messire Jérôme IV Jacques-Marie de Goyon , écuyer, né aux Granges-Godin le 24 février 1874 et décédé à Plémy avant novembre 1905, épouse à Plémy le 21 juillet 1901 Félicité Moisan, fille de Mathurin Moisan et de Catherine Doré, dont :

  1. Jérôme V de Goyon, né au Launay-Madeuc en Bréhand le 10 novembre 1902, épouse Françoise Jehan, née à Bréhand le 26 mai 1904, fille de Mathurin Jehan et de Marie Saint-Nivet, dont postérité ;
  2. Marie de Goyon, née au Launay-Madeuc le 1er mai 1904, épouse Mathurin Rebours, dont postérité ;
  3. Joseph de Goyon, né au Launay-Madeuc le 14 novembre 1905.


 


Goyon (de) d'argent, au lion de gueules, couronné, armé et lampassé d'or.

Du rocher de La Latte au rocher de Monaco, les Gouyon Matignon, huit siècles d'histoire, leurs juveigneurs, leurs alliances et leurs demeures - Mériadec de Goüyon, Editions Régionales de l'Ouest, Mayenne, 2007.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 13:34

I. N Gles, épouse Périne Le Cocq, décédée à Saint-Thélo le 11 avril 1641, dont :

 

II. Honorable Homme Ollivier Glais, épouse à Saint-Thélo le 29 janvier 1618 Yvonne Le Deist, décédée à Saint-Thélo le 26 avril 1654, dont :

  1. Marie Glais, née à Saint-Thélo le 3 novembre 1619 ;
  2. Mathurin Gles, né à Saint-Thélo le 1er avril 1621 ;
  3. Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 1er octobre 1622 ;
  4. Jean Glais, né à Saint-Thélo le 12 avril 1625 ;
  5. Marie Glais, épouse à Saint-Thélo le 16 février 1640 Maury Raoul, fils de Julien Raoul ;
  6. Mathurin Glais, né à Saint-Thélo le 12 mars 1627 ;
  7. Pierre Glais, né à Saint-Thélo le 25 avril 1633 ;
  8. Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 4 juin 1635 ;
  9. Jeanne Glais, née à Saint-Thélo le 25 mai 1638 ;
  10. Alain Glais, né à Saint-Thélo le 3 juin 1640 ;

 

III. Honorable Homme Guillaume Glais, sieur de La Ville-au-Pré en Saint-Thélo, né en 1628 et décédé à Saint-thélo le 19 avril 1714, épouse Marguerite Blanchard, dont :

  1. Olive Glais, née vers 1660, épouse à Saint-Thélo le 16 juillet 1680 René Collin, né au Quillio ; 
  2. Yves Glais, auteur de la branche du du Rodoué, IVbis ;
  3. Olivier Glais, qui suit ;
  4. Marguerite Glais, née à Saint-Thélo le 20 juillet 1665 ;
  5. Pierre Glais, né à Saint-Thélo le 21 septembre 1667, prêtre ;
  6. Jean Glais, né à Saint-Thélo le 1er février 1670, décédé jeune ;
  7. Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 5 août 1674 et y décède le 17 décembre 1675 ; 
  8. Jeanne Glais, née à Saint-Thélo le 3 août 1676 et y décède le lendemain ;
  9. Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 16 septembre 1677, éopuse en premières noces N, et en secondes noces à Saint-Thélo le 12 février 1707 Antoine Borel, originaire de Puginier, fils de Germain Borel et de Jeanne Moisset  ;
  10. Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 10 avril 1679, religieuse ursuline à Pontivy ;
  11. Marie Glais, née à Saint-Thélo le 9 novembre 1681.

 

IV.  Olivier Glais, sieur de La Ville-au-Pré, né à Saint-Thélo le 5 mars 1663 et y décède le 7 avril 1711, marchand de toiles fines, épouse à Allineuc le 4 février 1692 Mathurine Boscher, dont :

  1. François Glais, qui suit ;
  2. Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 23 novembre 1694 ;
  3. Anne Glais, née à Saint-Thélo le 23 novembre 1694 ;
  4. Olivier Glais, auteur de la branche de L'Abbaye, IVbis ;
  5. Julienne Glais, née à Saint-Thélo le 31 août 1702 ;
  6. Jeanne-Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 10 février 1700 et y décède le 10 octobre 1747, épouse au Quillio le 19 janvier 1721 Olivier Le Deist, sieur de Kerivallant, négociant de toiles à Quintin, fils de Thomas Le Deist, sieur de Lanénot, marchand de toiles fines au village de Kerivallant au Quillio, et de Marie Le Franc, née en 1656, dont postérité ;
  7. Suzanne Glais, née à Saint-Thélo le 24 avril 1704, décédée à Saint-Hervé le 10 mars 1773 et inhumée le lendemain, épouse Olivier-François Martin, né en 1710 et décédé avant 1755, négociant à Saint Thélo, fils de René Martin, et de Julienne Le Breton, dont postérité ;
  8. Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 21 janvier 1707, épouse  N Digautray.


IV. François Glais, sieur de La Ville-au-Pré, né à Saint-Thélo le 19 octobre 1692 et y décède le 23 décembre 1771, épouse en premières noces Anne Le Deist, décédée à Saint-Thélo le 20 septembre 1731, et en secondes noces à Merléac le 27 juillet 1733 Suzanne-Rose-Angélique Priat, fille de Julien Priat, sieur de Bizoin, et de Marie Gestin, dont du premier lit :

  1. François-Thomas Glais, décédé à Saint-Thélo le 31 mars 1722 ;
  2. N Glais, décédé à Saint-Thélo le 19 août 1723 ;
  3. N Glais, décédé à Saint-Thélo le 11 août 1724 ;
  4. Suzanne-Marie Glais, née à Saint-Thélo le 2 février 1727 ;
  5. François-Jean Glais, né à Saint-Thélo le 23 mars 1722 ;
  6. François-Jean Glais, né à Saint-Thélo le 11 septembre 1735 et y décède le 13 ;

Et du second :

  1. François-Julien Glais, né à Saint-Thélo le 13 juin 1734 et y décède le 24 septembre 1740 ;
  2. Guillaume-Julien Glais, né à Saint-Thélo le 27 juin 1735 ;
  3. Joseph-Marie Glais, né à Saint-Thélo le 12 septembre 1736 et y décède le 13 mars 1764, épouse à Saint-Thélo le 23 janvier 1764 Marie-Mathurine Choesmel, née à Saint-Brieuc, fille de Mathurin-Hilarion Choesmel et de feu Jeanne-Anne Joesny ;
  4. N Glais, décédé à Saint-Thélo le 10 août 1737 ;
  5. Marie-Rose Glais, née à Saint-Thélo le  9 septembre 1738 et y décède le 8 septembre 1740 ;
  6. Pierre-Mathurin Glais, né à Saint-Thélo le 2 mars 1740  et y décède le 15 septembre suivant ;
  7. François-Marc Glais, né à Saint-Thélo le 3 mars 1741 ;
  8. Jeanne-Rose Glais, née à Saint-Thélo le 19 juillet 1742, épouse à Saint-Thélo le 6 février 1759 Ollivier-Marc Glais, sieur de L'Abbaye, fils d'Olivier Glais, sieur de L'Abbaye, et de Catherine Guilloux, dont postérité ;
  9. Ollivier-François Glais, sieur de Bisoin, né à Saint-Thélo le 15 septembre 1743 et décédé à Merléac le 3 mai 1801, épouse à Quitin le 24 janvier 1769 Louise-Mathurine Digaultray, fille de François-Julien Digaultray et de Mathurine Glais ;
  10. Louis-Augustin Glais, né à Saint-Thélo le 9 juin 1745 et y décède le 27 septembre 1758 ;

 

 

Branche du Rodoué

IVbis. Honorable Homme Yves Glais, sieur du Rodoué, né à Saint-Thélo le 5 juillet 1661 et y décède le 5 octobre 1714, épouse Julienne Laisné, dont :

  1. Jeanne-Julienne Glais, décédée à Saint-Thélo le 1er mai 1742, épouse à Saint-Thélo le 26 juin 1713 Jean Taillart, sieur des Guer, fils de feu Julien Taillart, et de Périne Le Franc ;
  2. Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 25 mai 1704 ;
  3. Jean-François Glais, né à Saint-Thélo le 20 juillet 1708, prêtre ;
  4. René Glais, qui suit ;
  5. Yves-Guillaume Glais, auteur de la branche de La Ville-Blanche, Vbis.

 

V. Honorable Homme René Glais, sieur du Rodoué, décédé à Saint-Thélo le 17 octobre 1763, épouse Marguerite-Thérèse Rolland, dont :

  1. Suzanne-Rose Glais, née à Saint-Thélo le 11 juillet 1700 ;
  2. Marguerite Glais, née à Saint-Thélo le 20 octobre 1702 ;
  3. Mathurin-Charles Glais, né à Saint-Thélo le 14 avril 1706 ;
  4. Elisbeth-Rose Glais, née à Saint-Thélo le 20 juillet 1710 ;
  5. Estiennette-Périne Glais, née à Saint-Thélo le 12 février 1714 ;
  6. René Glais, né à Saint-Thélo le 5 avril 1724 ;
  7. Françoise-Marguerite Glais, née à Saint-Thélo le 22 novembre 1725 ;
  8. Yves-Hervé Glais, né à Saint-Thélo le 14 décembre 1726 ;
  9. Marie-Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 8 décembre 1727 et y décède le 28 ;
  10. Suzanne-Marguerite Glais, née à Saint-Thélo le 8 décembre 1727 et y décède le 25 février 1728 ;
  11. Marie-Jeanne Glais, née à Saint-Thélo le 15 novembre 1729 et y décède le 31 juillet 1733 ;
  12. Pierre Glais, né à Saint-Thélo le 15 janvier 1732 et y décède le 24 juillet 1733 ;

 

Branche de La Ville-Blanche

Vbis. Honorable Homme Yves-Guillaume Glais, sieur de La Ville-Blanche, décédé à Saint-Thélo le 9 juillet 1735, épouse à Saint-Thélo le 30 avril 1726 Suzanne Le Deist, fille de Thomas Le Deist, sieur de Lanénot, marchand de toiles fines au village de Kerivallant au Quillio, et de Marie Le Franc, née en 1656, dont :

  1. Suzanne Glais, née à Saint-Thélo le 26 décembre 1727 ;
  2. Jeanne-Françoise Glais, née à Saint-Thélo le 30 mars 1729 ;
  3. René-Yves Glais, né à Saint-Thélo le 31 août 1732 ;

 

Branche de L'Abbaye

IVbis. Honorable Homme Olivier Glais, sieur de L'Abbaye, né à Saint-Thélo le 29 août 1697 et y décède le 19 avril 1774, épouse à Loudéac le 26 juin 1732 Catherine-Françoise Guilloux, dont :

  1. Ollivier-Marc Glais, sieur de L'Abbaye, né à Saint-Thélo le 16 mai 1733 et y décède le 14 auût 1772, épouse à Saint-Thélo le 6 février 1759 Jeanne-Rose Glais, née à Saint-Thélo le 19 juillet 1742, fille de François Glais, sieur de La Ville-au-Pré, né à Saint-Thélo le 19 octobre 1692, et de Suzanne Rose Angélique Priat ;
  2. Jeanne-Françoise-Mathurine Glais, née à Saint-Thélo le 28 mai 1734 et y décède le 1er septembre suivant ;
  3. François-Joachim Glais, né à Saint-Thélo le 27 septembre 1735 et y décède le 14 août 1736 ;
  4. Guillaume-François Glais, qui suit ;
  5. François-Marc Glais, né à Saint-Thélo le 31 décembre 1737 et y décède le 19 avril 1738 ;

 

V. Honorable Homme Guillaume-François Glais, né à Saint-Thélo le 19 novembre 1736, épouse à Quintin le 24 janvier 1769 Louise-Mathurine Digaultray, fille de François-Julien Digaultray et de Mathurine Glais, dont :

  1. François-Julien Glais, né à Quintin le 4 novembre 1769 ;
  2. Mathurine-Françoise Glais, née à Quintin le 28 janvier 1770 ;
  3. François-Ollivier Glais, né à Quintin le 25 janvier 1771 ;
  4. Françoise-Mathurine Glais, née à Quintin le 10 mai 1772 ;
  5. Louise-Charlotte Glais, née à Quintin le 8 octobre 1773 ;

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 08:24
Martin, sieurs et dames de La Vieuville, Ploeuc

I. François Martin, décédé vers 1630, épouse vers 1600 Nouelle David, dont :

 

II. Olivier Martin, épouse Jeanne Meheust, dont :

  1. Mathurin Martin, qui suit ;
  2. Mathurine  Martin, née vers 1650, épouse en la paroisse Saint-Mathurin de Moncontour le 31 juillet 1670 Gilles Cherdel, née vers 1648, fils de Jacques Cherdel et de Marie Veillon.

 

III. Mathurin Martin, né en la paroisse Saint-Mathurin de Moncontour en 1652, épouse en la paroisse Saint-Mathurin de Moncontour le 15 février 1667 Claude Guiot, fille de Guillaume Guiot, sieur de La Noë, et de Gillette Le Moulnier, dont :

 

IV. René Martin, né à Moncontour, épouse à Trébry le 12 juillet 1695 Julienne Le Breton, dame de La Vieuville en Ploeuc par acquêt du 21 avril 1734 [Pierre-François de Derval, « pere et garde naturel de messire Georges Margueritte Cesar de Derval issu de son mariage avec feue dame anne Denise de Vaucouleurs de Lanjamet et faisant pour demoiselle Louise Elisabeth Marie de Vaucouleurs de Lanjamet sa belle sœur heritiers en partie de feu messire Jean Baptiste Louis de Vaucouleurs », vend « la maison, domaines, mettairies, moulin, fiefs, jurisdiction et dependances de la Vieuville sçituée en la paroisse de Ploeuc » à « noble Ollivier Martin tant en son privé nom que pour demoiselle Suzanne Glais son epouze et pour demoiselle Jullienne Le Breton mere dudit sieur Martin], née à Trébry le 23 mars 1672, fille de Georges Le Breton, né à Trébry le 11 juillet 1642 et y décède le 28 septembre 1720, et de Laurence Le Chapelier, née à Moncontour vers 1650, dont : 

  1. Olivier-François Martin, qui suit;
  2. Charlotte Martin, née vers 1702, épouse en la paroisse Saint-Mathurin de Moncontour le 15 septembre 1723 Jean-François Le Nepvou, né à Plédran vers 1700, fils d'Yves Le Nepvou, et de Claude de Lanloup. 

 

V. Olivier-François Martin, sieur de La Vieuville, né en 1710 et décédé à Saint-Hervé le 18 septembre 1740, négociant à Saint-Thélo, épouse en 1727 Suzanne Glais, dame de La Vieuville, née à Saint-Thélo le 24 avril 1704, décédée à Saint-Hervé le 10 mars 1773 et inhumée le lendemain, fille d’Olivier Glais, sieur de La Ville-au-Pré, né à Saint-Thélo le 5 mars 1663 et y décède le 16 avril 1711, marchand de toiles fines, et de Mathurine Boscher, décédée à Saint-Thélo le 2 janvier 1742, dont : 

  1. Mathurine Martin, née à Saint-Thélo le 8 août 1728 et baptisée le lendemain  ;
  2. Mathurine-Renée Martin, née à Saint-Thélo le 18 août 1729 et ondoyée le 21, baptisée le 25 septembre suivant, y décède le 14 octobre suivant ;
  3. Marie-Françoise-Julienne Martin, née à Saint-Thélo le 14 août 1730 et baptisée le lendemain, y décède le 1er avril 1731 ; 
  4. René-Mathurin Martin, né à Saint-Thélo le 14 septembre 1731 ;
  5. Olivier-François Martin, sieur du « lieu noble et dependances de la Vieuxville située en la paroisse de Ploeuc », né au bourg de Saint-Hervé le 22 juillet 1733 et baptisé le lendemain, décédé le 3 mars 1751 ;
  6. Jeanne-Françoise Martin, née au bourg de Saint-Hervé le 11 septembre 1734 et baptisée le lendemain, décédée à Saint-Hervé le 30 juillet 1736 ;
  7. Jean-René-Mathurin Martin, né à Saint-Hervé le 20 novembre 1735 et baptisé le 27 ;
  8. Marie-Julienne Martin, née à Saint-Hervé le 4 mars 1737 et baptisée le 30 juin suivant, décédée à Saint-Hervé le 14 décembre 1740 ;
  9. N Martin, né et ondoyé à Saint-Hervé le 11 septembre 1738 ;
  10. Suzanne-Françoise Martin, dame de La Vieuville, née à Saint-Hervé le 20 mars 1740 et baptisée le lendemain, décédée à Saint-Hervé le 18 juillet 1768, épouse à Saint-Hervé le 25 novembre 1755 Guillaume-François Le Deist, écuyer, seigneur dudit lieu en Saint-Thélo, de L'Hôtellerie en Ploufragan et de La Ville-au-Grand, puis de Quénécunan au Quillio par acquêt de 1777, né au Quillio le 30 juillet 1723 et décédé à Saint-Hervé le 18 février 1782, secrétaire du Roy, contrôleur de la chancellerie prés du Parlement de Bretagne en 1759 et l’un des dix associés de l’évêché de Saint-Brieuc pour la Société d’Agriculture, du Commerce et des Arts de Bretagne, fils d’Olivier Le Deist, sieur de Kerivallant, négociant de toiles à Quintin, et de Jeanne-Mathurine Glais, née en 1700 et décédée en 1747, dont postérité.

 

Martin, sieurs et dames de La Vieuville, Ploeuc
Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 05:59

I. Guillaume Jarnet, demeurant à La Ville-Jagu en Ploeuc, épouse Guillemette Rogon, dont :

  1. Alain Jarnet, né à Ploeuc le 23 mars 1637 ;
  2. Pierre Jarnet, né à Ploeuc le 25 février 1640 ;
  3. Jeanne Jarnet, née à Ploeuc le 12 mai 1642 ;
  4. Guillaume Jarnet, qui suit.

 

II. Guillaume Jarnet, baptisé à Ploeuc le 3 novembre 1645 et y décède le 25 mars 1698(?), épouse à Ploeuc le 10 mai 1672 Françoise Le Guen, née à Ploeuc le 3 mars 1658 et y décède le 11 juillet 1721, fille de d'Yves Le Guen et de Marguerite Choupault, dont :

  1. Guillaume Jarnet, né et baptisé à Ploeuc le 23 novembre 1684 
  2. Pierre Jarnet, né et baptisé à Ploeuc le 20 mars 1690 ;
  3. Pierre Jarnet, qui suit ;
  4. Guillaume Jarnet, né et baptisé à Ploeuc le 23 février 1697 ;

 

III. Pierre Jarnet, baptisé à Ploeuc le 19 février 1694 et y décède le 3 juillet 1761, épouse à Ploeuc le 6 février 1723 Marguerite Hello, née à Ploeuc le 23 mars 1700 et y décède le 23 décembre 1762, fille de feu Jean Hello et de Françoise Turmel, dont :

  1. Pierre Jarnet, né à Ploeuc le 13 avril 1726 ;
  2. Pierre Jarnet, qui suit ;  

 

IV. Pierre Jarnet, né à Ploeuc le 26 janvier 1728 et décédé à La Ville-Jagu le 19 avril 1799, épouse à Plouguenast le 26 février 1753 Cécile-Angélique Deusset, née à Plouguenast le 22 décembre 1720 et décédée à Ploeuc le 24 mai 1785, fille de Clément Deusset et de Jeanne Flageul, dont :

  1. Marie-Angélique Jarnet, née à Ploeuc vers 1753 et y décède le 9 septembre 1809, épouse  Jean Allo ;
  2. Yves-Joseph Jarnet, qui suit ;
  3. Pierre Jarnet, qui suivra en Vbis ;
  4. Olympe Jarnet, née vers 1760 et décédée à Ploeuc le 21 avril 1834.

 

V. Yves-Joseph Jarnet, né à La Ville-Jagu le 28 août 1754 et y décède le 13 janvier 1823, maire de Ploeuc, épouse à Ploeuc le 2 mars 1791 Jeanne-Marie Jarnet, née à Ploeuc le 21 septembre 1763, fille de Guillaume-Nicolas Jarnet, né à Ploeuc le 22 août 1747 et y décède le 8 février 1820, et de feu Marie-Anne Hamono, dont :

  1. Yves-Pacifique Jarnet, né à La Ville-Jagu le 20 février 1795 ;
  2. Jean-Marie Jarnet, qui suit. 

VI. Jean-Marie Jarnet, né à Ploeuc le 6 septembre 1801 et y décède le 5 décembre 1863,​ épouse à Ploeuc le 17 juillet 1824 Louise-Anne Routier, née à Ploeuc le 6 avril 1806 et y décède le 7 mai 1857, fille de Louis-François Routier et de Françoise Pellé, dont postérité.

-----------------------------------------------------

Vbis Pierre Jarnet, né à Ploeuc vers 1765, épouse à Ploeuc le 25 janvier 1791 Marie-Madeleine Le Nouvel, née à Ploeuc vers 1770, fille de François Le Nouvel et de feu Marie Turmel, dont :

  1. Jean-Baptiste Jarnet, né à La Ville-Jagu vers 1793 et y décède le 12 juillet 1795 ;
Partager cet article
Repost0
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 07:05

I. N Lévesque, père de :

  1. Anne Lévesque, née vers 1630 et inhumée à Brasles le 23 mai 1713 ;

  2. Jacques Lévesques, qui suit.

 

II. Jacques Lévesque, né vers 1637, laboureur, épouse à Brasles le 26 novembre 1669 Madeleine Gaullier, née entre 1638 et 1646, et inhumée dans le cimetière de Brasles le 29 décembre 1729, fille de feu Jacques Gaullier, vigneron tonnelier, et de Charlotte Billion, dont : 

  1. ​Nicolas Lévesque, qui suit ;

  2. Et peut-être : André-Louis Lévesque, qui suivra en IIbis.

 

III. Nicolas Lévesque, vigneron, épouse à Brasles le 8 janvier 1703 Marguerite Gaullier, née vers 1682 et inhumée dans le cimetière de Brasles le 13 juillet 1718, fille de Nicolas Gaullier, inhumé dans le cimetière de Brasles le 31 mars 1705, et de Marguerite Gaillard, et en secondes noces à Brasles le 2 mai 1719 Marguerite Sonnette, née vers 1693, fille de feu Nicolas Sonnette, et de Marie Brisevin, dont du premier lit :

  1. Françoise Lévesque, née vers 1707 et inhumée dans le cimetière de Brasles le 1er juillet 1717 ;

  2. Marguerite Lévesque, épouse à Brasles le 8 janvier 1726 Pierre Boilleau, fils de Pierre Boilleau et de feu Anne Chevallier, dont postérité ;

  3. Marie-Anne Lévesque, épouse à Brasles le 11 janvier 1734 Jacques Guiard, fils de Nicolas Guiard et de Marie Bahin, dont postérité ;

  4. Et du second : Quentin Lévesque, baptisé à Brasles le 23 mars 1727.

-------------------------------------------------------

IIIbis. André-Louis Lévesque, né vers 1679 et décédé en la paroisse Saint-Crépin de Château-Thierry le 27 mai 1727, maître puis directeur des Postes au bureau de Chaury (Château-Thierry), greffier de la justice de Brasles, épouse Anne-Louise Olivier*, dont :

  1. Nicolas-Louis Lévesque, qui suit ;

  2. Jean-Augustin Lévesque, baptisé à Brasles le 21 octobre 1721 ;

  3. André-Nicolas Lévesque, né en la paroisse Saint-Crépin de Château-Thierry le 9 janvier 1724 et décédé à Brasles le 24 février suivant;

  4. Marie-Marguerite  Lévesque, née en la paroisse Saint-Crépin de Château-Thierry le 9 janvier 1724 ;

  5. Gabrielle-Hyppolite Lévesque, baptisée à Brasles le 5 août 1726 et inhumée le 9 octobre suivant.

*Anne-Louise Olivier épousera en secondes noces à Brasles le 13 septembre 1728 Louis Retaux. 


IV. Nicolas-Louis Lévesque, né à Brasles le 12 avril 1719 et baptisé le lendemain, décédé à Ploeuc le 21 mars 1796, receveur des Devoirs au département de Saint-Brieuc, maire de Ploeuc, épouse à Ploeuc le 29 mai 1749 Jeanne-Marie Barre, née et baptisée à Ploeuc le 6 juillet 1714, fille de feu Cyprien Barre, né et baptisé à Ploeuc le 23 mars 1680, et de Jeanne-Thérèse Hervé, dont : 

  1. Yves-Louis Lévesque, né à Ploeuc le 18 septembre 1752 et baptisé le 20 ;

  2. Nicolas-Louis Lévesque, né à Ploeuc le 17 septembre 1754.

Partager cet article
Repost0

Studio Sauvage

Agence de création graphique en communication

http://www.studio-sauvage.fr/

Recherche

Ecole Sainte-Anne

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc-sur-Lié

02.96.42.10.26

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

château de Quintin

Château de Quintin - Quintin

https://www.chateaudequintin.fr/

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).