Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 12:27

 

CHAPITRE XV

I

Erquy

De Pléneuf à Erquy, il faut compter une heure et demie de voiture, à moins qu’on ne veuille tenter de s’y rendre à pied par la grève, en partant de la Ville-Pichard. Si l’on est un marcheur ordinaire, il ne faut guère plus d’une heure par cette voie directe. On peut aussi, quand la marée ne le permet pas, suivre le chemin du littoral par Saint-Pabu et Saint-Mathurin, deux hameaux avec leurs chapelles, dont nous nous bornerons à faire mention.

Avant d’être Reghinœa, Erquy aurait été déjà port et centre important de population curiosolite. Suivant l’abbé Deric (Hist. eccl.), il tirerait son nom de deux mots celtiques : Er eau et Kil port. Nos connaissances ne vont pas jusqu’à nous permettre de contrôler cette étymologie. Contentons-nous de souligner, pour Erquy, comme pour Pléneuf, la vaillance héréditaire de cette population maritime qui continue à fournir à la flotte d’excellents marins.

A proximité de ce bourg, on trouve des vestiges de l’occupation romaine. L’abbé Ruffelet, dans ses Annales de 1771, écrivait que « les antiquités nouvellement découvertes en cet endroit en attestaient l’ancienne célébrité. Ces antiquités consistaient en plusieurs restes d’anciens murs, des médailles, un ouvrage à la mosaïque dont les couleurs paraissaient très bien conservées ».

L’origine d’Erquy a été longtemps contestée. Dom Morice lui-même se refusait à y voir l’ancienne Reghinœa, mais dit encore Ruffelet « les découvertes faites depuis peu de temps à Corseul et aux environs ne permettent point de douter aujourd’hui que ce Reghinœa ne soit Erquy, petit port de mer à 4 lieues N. E. de la ville de Saint-Brieuc ». On se fonde, pour le démontrer, sur la distance de l’Itinéraire de Peutinger : du temple de Mars (Fanum Martis) à Reghinœa (XIV) c’est-à-dire 14 milles et (XXV Condate) 25 milles du même temple à Rennes, Ces distances ont été vérifiées exactes.

Des fouilles, dans les villages avoisinants, notamment au Passoir et au lieu dit la Cité, à côté du sémaphore, ont été pratiquées depuis l’époque à laquelle l’abbé Ruffelet se livrait à ses doctes dissertations : elles ont amené la découverte de toutes sortes de monnaies romaines et même de pièces gauloises. M. le Conseiller Fornier a bien voulu, dans son intéressante brochure sur les fouilles de la Ville-Pichard, parler d’une pièce de monnaie curiosolite, en argent, trouvée de ce côté, et que nous avions été heureux de pouvoir lui offrir.

« Des deux grandes voies romaines qui traversaient ce pays, l’une allait de Carhaix (Vorganium) à Saint-Servan (Alet), l’autre de Rennes (Condate) à Erquy (Reghinœa). Ces deux voies se creusaient un peu au sud du village de La Bouillie ».

A l’abri des vents du N. 0., au pied de la haute falaise de Tu ès-Roc, sur le sommet duquel est le sémaphore, Erquy est à la fois port et plage. Il a ses villas et ses baigneurs. Parmi ceux-ci, il compta Louis Veuillot. Son église est entourée de quelques beaux arbres et leur conservation fait honneur à l’intelligente municipalité du bourg.

Le granit des « Garennes », dit pierre d’Erquy, légèrement teinté, serait parfait si le minerai qu’il contient ne le rendait accessible à la rouille. Il est l’objet d’une exploitation importante : on l’emploie en coins et en pavés, et on l’expédie au loin en pierres de taille.

L’Abbaye, en Erquy, avait retenu le nom « d’Abbaye » qu’elle devait aux Religieux de Saint-Jacut et leur continuait des rentes en froment. Le comte de Rieux, quand il traita avec le seigneur de Bienassis, en réserva la mouvance à qui de droit.

II

Bienassis

La route que le courrier prend, en se dirigeant sur Erquy, passe à côté des bois précédant un château dont il vient d’être maintes fois question, d’abord dans des discussions de fondations à Saint-Jacques et à Saint-Alban avec les sires du Vaucler, ensuite dans les guerres de la Ligue où il fut pris et pillé (1590).

A celle époque « cette terre était possédée par la maison de Visdelou, où elle était entrée par le mariage de Françoise de Quélénec, dame de Bienassis, avec Gilles de Visdelou, seigneur de la Goublaye. Elle passa dans celle de La Marck par le mariage de Marie-Hyacinthe de Visdelou, héritière de Bienassis, avec le comte de La Marck. Louise-Marguerite, leur fille unique, l’apporta au prince d’Aremberg, son mari, qui la vendit en 1765 à M. de la Villethéart-Visdelou ».

En 1768, la chapelle de Bienassis existait encore. Il s’y trouvait un curieux vitrail aux armes des Visdelou de Quélénec et remontant à Hyacinthe Visdelou, époux d’Anne Salou. Ce fut, nous le répétons, Hyacinthe qui reconstruisit le château après la Ligue, XVIIe ou plutôt fin du XVIe siècle. (Voir Chapitre X, Il).

Les armes de cette maison (Visdelou alias Visdeloup) se trouvent encore dans la grande salle.

La grande salle, le bel escalier de granit, tout ce rez-de-chaussée aux hautes et larges proportions, dont une pièce, à côté du salon, aurait été affectée au service de police du seigneur haut justicier ; l’immense vestibule où l’on rêve de gardes, la hallebarde au bras, après avoir traversé la cour d’honneur que devance une muraille crénelée, à l’aspect féodal ; la façade, imposante elle aussi, avec les deux tours dont elle est flanquée à ses extrémités : cet ensemble, en un mot, a grand air ; il marque bien l’état de repos dont on jouit après la Ligue, la fin des nécessités de défense et le commencement de la vie élégante et facile du siècle où Bienassis fut rebâti. Ce château a toujours ses douves et ses larges avenues.

La période révolutionnaire, en l’enlevant à ses maîtres, ne lui a pas imposé d’autres sacrifices : l’âme des revenants qui, assure-t’on, hante nos vieilles demeures, et que ni nos discordes civiles, ni les expropriations qui en sont la suite ne sauraient atteindre, doit s’y retrouver encore comme au temps des Quélénec, de La Marck et des Visdelou.

FIN


Et maintenant, touristes, vous que l’entassement des « Services publics » n’épouvante pas à l’excès, je vous souhaite, pour traverser notre Baronnie, autre chose que cette affreuse « voiture jaune », si spirituellement maudite par M. F. Coppée dans son « Voyage en Bretagne » … en Basse-Bretagne (ne confondons pas).

Il est néanmoins prudent, dans la Haute où nous sommes, de flairer le « conducteur en ribote qui s’arrête à chaque cabaret pour faire ses commissions » et de ne se risquer nulle par aux « pyramides branlantes de malles et de colis que de maigres chevaux tirent comme des rats ».

Couleur de voiture à part, ces sortes de pyramides, de cochers et de haridelles sont un peu de tous pays ; mais rassurez-vous, il y a des loueurs consciencieux à Pléneuf et à Lamballe.

Erquy, canton de Pléneuf, 2,901 habitants, à 12 kilomètres du Val-André.

M. Fornier. — Enceinte gauloise de la Ville-Pichard, en Pléneuf.

A visiter à mer basse la grotte de Galimoux ou la Goule.

A 5 kilomètres plus loin, sur la route de Fréhel : Plurien (1,500 habitants). Visiter l’église et le vieux château de Léhen.

Ruffelet. — Annales.

C’est à la bienveillance de Madame la générale de la Motte-Rouge que nous devons ces détails.

M. de Visdelou, comte de la Villethéart, s’en vil déposséder à la Révolution. Aliéné par l’Etat, puis revendu, Bienassis a été très légitimement acquis par ses propriétaires actuels, Madame de Kerjegu , veuve de l’Amiral, Sénateur des Côtes-du-Nord, et son fils. Quoique ce château soit d’Erquy, il est beaucoup plus près de Pléneuf dont il est à moins de 3 kilomètres. (A 4 kilom. du Val-André).

F. Coppée. — Voyage en Bretagne. — Henri Gautier, Paris.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

La Belle du Lié

Fête de la Pomme de Terre

9/10 septembre 2017

http://www.belledulie.fr/

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).