Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 07:45

Très loin de Ploeuc et de sa région, mais à garder dans nos mémoires : Nancy Wake, dite "la souris blanche", vient de s'éteindre à 99 ans.

Nacy Wake était la résistante la plus décorée de la Seconde Guerre Mondiale...

suite sur le lien : Nancy Wake

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 21:28

Après avoir fabriqué les drapeaux nantais "Bro an Naoned" et vannetais "Bro Wened", puis le drapeau historique de la Bretagne "kroaz du", la société EMSAVER lance une souscription pour le drapeau des Ducs "Hermine plain"

 

 

EMSAVER : nouvelle marque bretonne, est une marque de vêtement et d'accessoires, destinée aux bretons et aux passionnés de la péninsule armoricaine aux couleurs de la Bretagne. A travers ses modèles, Emsaver, rappelle la Bretagne riche de son identité culturelle, de ses traditions et de ses valeurs de solidarité dans la lutte et de fierté qui ont fait d'elle une nation florissante et prospère.

 Pour plus d'informations : EMSAVERblog d'EMSAVER

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 15:43

Dans la famille des généalogistes, il y a le fils aîné, le généalogiste familial, né sous la royauté, qui aide les particuliers à retrouver leurs ancêtres et constituer leur arbre. Mais il y a aussi le cadet, le généalogiste successoral, né au XIX e siècle, chargé de son côté de trouver coûte que coûte l'ensemble des héritiers lorsqu'un ou plusieurs d'entre eux manquent à l'appel. Ce qui est le cas dans 2 à 3 % des successions.

 

phpThumb_generated_thumbnail.jpeg

Leur point commun ? Ils farfouillent, sans relâche, dans les archives municipales, les listes d'état-civil, les fichiers fiscaux, pour trouver des indices et identifier le chaînon manquant. Mais la ressemblance s'arrête là. D'abord, les successoraux sont avant tout des juristes qui connaissent sur le bout des doigts le droit de la succession. « Nous n'avons pas le même métier, même si nous utilisons en partie le même matériau, explique Dominique Masson (notre photo), dont l'étude est à Lille. Le généalogiste familial explore un temps plus ancien. Nous, on remonte jusqu'à six degrés de parenté, qui est le maximum légal pour hériter. On se limite donc aux arrière-grands-parents. » 

Le mythe de l'oncle d'Amérique 
Ce qui n'empêche pas qu'il y ait un côté détective chez le généalogiste successoral qui, dans 99 % des cas, est saisi par un notaire qui a un doute sur le nombre d'héritiers. « C'est sûr qu'il faut aimer fouiner, et on ne sait jamais sur quoi on va tomber, mais c'est compliqué d'identifier l'ensemble des héritiers et ensuite de trouver leur adresse. On fait d'ailleurs parfois appel à des agences de détectives », souligne Dominique Masson. Il y a des cas où c'est même très difficile, comme lorsqu'il s'agit de trouver les héritiers d'une famille de bateliers...
Et de nous montrer le résultat d'une des enquêtes de son cabinet, résumée sur une feuille A4. Avant d'exhiber la matière première qui a servi à la concocter : des dizaines de mètres d'arbre généalogique. « On ne peut pas se permettre de se tromper, il faut explorer toutes les pistes même si on n'a pas d'obligation de résultat », poursuit Dominique Masson.
Et dans cette enquête, qui dure en moyenne un à deux ans, et parfois jusqu'à cinq ans, les généalogistes successoraux sont amenés à aller aux quatre coins de la France, mais aussi dans le monde entier. Nathan Van Waas, qui dirige l'étude Exode à Aubry-du-Hainaut, dans le Valenciennois, est allé la semaine dernière chez des Anglais dont une partie de la famille avait vécu au Canada et une autre en France. Il va aussi régulièrement en Pologne, avec le nombre important d'immigrés de ce pays présents dans la région.
Et dans cette quête d'héritiers, les « successoraux » peuvent à la fois apporter une bonne nouvelle ou au contraire réveiller des souvenirs enfouis ou des histoires douloureuses... « Des conflits peuvent remontent à la surface, estime Nathan Van Waas. Et il est toujours difficile d'annoncer à quelqu'un, malgré un lien rompu, qu'un parent est décédé, surtout quand il s'agit d'un père ou d'une mère. » 

Secrets de famille 
Et ce n'est pas si rare puisque les enfants en ligne directe représenteraient un tiers des personnes recherchées. Dans ce cas de figure, Dominique Masson a une règle : ne pas annoncer la nouvelle par courrier et éviter de le faire par téléphone. Parfois, son intervention peut aussi révéler des secrets familiaux, toujours complexes à aborder, comme celui des enfants naturels. « Une fois, je cherchais les héritiers d'une dame qui vivait seule avec sa fille, raconte Dominique Masson. On a trouvé d'autres frères et soeurs. Il se trouvait qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette femme avait quitté son foyer car elle était enceinte d'un officier allemand. On a plein d'autres histoires comme ça. Et c'est toujours difficile de découvrir qu'un parent avait un pan de vie caché. » Mais le généalogiste successoral est parfois accueilli à bras ouverts. Comme lorsqu'il apprend à un héritier la mort d'un parent qu'il n'appréciait guère. Ou parce qu'il lui révèle qu'il devient millionnaire, avec le vieux mythe de l'oncle d'Amérique. « Ça m'est arrivé une fois ; avec le décès du dernier membre d'une riche lignée française de médecins, se souvient Nathan Van Waas. Je suis allé à l'étranger après avoir découvert un neveu éloigné, à l'époque, il avait touché neuf milliards de francs... » Et puis tout simplement, il peut aussi y avoir le plaisir de découvrir une famille dont on ignorait l'existence. D'ailleurs, c'est ce que préfère Dominique Masson dans son métier : « Quand on raconte à quelqu'un une histoire qui le concerne et qu'il ne connaissait pas, c'est clairement le moment le plus agréable. »

Article du Nord Eclair

Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 19:34

Les ruines de Rustéphan en Nizon (29)


 

UN CRI D’ALARME


 

Tous les ans et inlassablement depuis 15 ans, je lance – en vain - un cri d’alarme sur l’état de plus en plus critique des ruines du manoir de Rustéphan à Nizon.

J’ai multiplié des actions dans tous les sens pour alerter les élus, mais aucune n’a ébranlé les municipalités successives de Pont-Aven, pourtant directement et seules responsables du sort de ce monument historique en grand péril.

 

 

La Bretagne est très riche de son patrimoine architectural, mais rien dans toute la diversité de ce patrimoine, n’a d’équivalent avec ces célèbres et tragiques ruines. Depuis au moins trois siècles, le manoir d’origine ne connaît que destructions et pillages de ses pierres. Mais force est de constater avec respect que, de nos jours, les majestueuses ruines de cet ancien édifice du début de la Renaissance (1480) résistent toujours courageusement. S’il est vrai qu’il ne reste plus que deux fragments de l’ensemble (1/10e du tout : ce qui est peu), ils portent en eux un immense potentiel de rêve et d’émotion qui attire irrésistiblement des visiteurs passionnés d’Histoire et de vieilles pierres enchantées. L’erreur souvent commise est d’imaginer la reconstruction de l’édifice alors que se sont les ruines, en tant que telles, qui possèdent une force indescriptible comme l’avait exprimé l’historien CAMBRY en 1794.

Elles sont la plus ancienne et plus belle page de l’histoire des habitants de la commune.

 


Des proches voisins m’ont signalé que depuis quelque temps, ils entendent régulièrement des pierres tomber du haut de l’édifice.

 

C’est nouveau et très inquiétant à ce rythme soutenu.

 

À chaque poussée de vent, le hurlement sourd et lugubre des murs qui tremblent s’amplifie inexorablement.

 

Il y a danger en la demeure. Grand danger pour le public qui fréquente les lieux. Grand danger pour la survie de ce petit bout de choux du patrimoine architectural breton : le chouchou des anciens habitants de Pont-Aven, de Nizon et d’ailleurs, considéré aujourd’hui par les décideurs de la commune comme un vulgaire tas de cailloux : je ne cesse de le répéter.

 

Gérard BERTHELOM 

A lire :

Article OUEST-FRANCE du 17 mai 2011 : Le manoir de Rustéphan dans une situation critique.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Le manoir de Rustéphan attend un miracle.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Gérard Berthelom tire la sonnette d'alarme.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Isabelle Biseau : "une impasse juridique"

 

 

rust1.JPG
Le Rustéphan, reconstitution faite par l'architecte Bigot en 1884
rust3.jpg
vers la fin du XIXème
rust4-copie-1.JPG
au siècle dernier
rust2.jpg
de nos jours...
rust5.jpg
Pont-Aven. - Ruines de Rustéphan
Collection Amaury de la Pinsonnais
Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 07:50
Joseph Stéphaux, le dernier résistant, s'est éteint - Ploeuc-sur-Lié
vendredi 06 mai 2011
Joseph vient de recevoir sa médaille de porte-drapeau en mai 2009.

 

 

Nécrologie

Avec la disparition de Joseph Stéphaux, rue de la Gare, à l'âge de 86 ans, c'est le dernier grand résistant local et une véritable figure ploeucoise qui vient de nous quitter. Apprenti à la boucherie Boudet avant de tenir la sienne au Bourgneuf, il entre aux salaisons Guilmoto et terminera sa carrière à Sambre et Meuse. Joseph était surtout connu comme sportif, licencié à Quessoy, pendant des décennies. Les Ploeucois ont vu la silhouette gracile de notre crossman parcourant à l'entraînement les routes de la commune.

Mais la notoriété de Joseph est due à son passé de résistant. Entré au bataillon de Valmy, il fut l'un des premiers à libérer Lorient. Autre fait marquant, il fut chargé de porter les plis entre les maquis de la région. Son titre de circulation lui permettait de rouler librement et notre homme dissimulait les messages dans le cadre de sa bicyclette, sous la selle : un endroit qui n'attira jamais l'attention des Allemands. Naturellement le porte-drapeau des anciens combattants était bardé de médailles qu'il arborait lors des cérémonies.

Les Ploeucois garderont de lui le souvenir d'un homme intègre, boute-en-train, au commerce agréable, jamais avare d'un bon mot : Joseph, enfin était le météorologue local et en début d'année il avait prévu un printemps chaud et un été caniculaire.

Ses obsèques seront célébrées samedi 7 mai, à 10 h 30, en l'église de Ploeuc-sur-Lié.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 07:20

En réalisant une imposante monographie communale de Saint-Jean- Kerdaniel, de 1789 à 1978, Jean-YvesLe Goff et Stéphane Barbier ne s'attendaient pas à exhumer les pittoresques aventures du curé Kerambrun.

1.000 photos, 1.700 manuscrits, des dizaines de cartes et coupures de presse... et 5.000heures de travail. C'est le temps qu'il a fallu à Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier pour réaliser une oeuvre colossale: un double DVD retraçant 200ans d'histoire de Saint-Jean-Kerdaniel, via 2.900documents légendés, classés en 64albums. 

Sauver la mémoire 

«C'est en 1998 que je me suis dit que, bientôt, il n'y aurait plus d'anciens pour indiquer qui se trouve sur les vieilles photos. J'ai donc commencé un travail de collectage dans les familles pour recueillir les témoignages et récupérer les boîtes de photos qui, souvent, partent à la poubelle lors des héritages», explique Jean-Yves Le Goff. Une exposition suivra. Puis, de la rencontre avec Stéphane Barbier, ingénieur informaticien, naîtra l'idée d'un DVD. Clé d'accès à un voyage à travers les âges, il offre l'occasion de mesurer l'évolution des paysages, du patrimoine, des modes et, plus largement, des us et coutumes de l'époque. «Sur ce point, les mariages sont un précieux indicateur. Ainsi, avant guerre, coiffes du Trégor et du "châté" se côtoient, ce qui n'a rien de surprenant dans ce secteur à la frontière du pays bretonnant et du pays gallo. Puis, elles disparaissent petit à petit du paysage». 

 

 

Proche de la comtesse 

Ces passionnantes chroniques communales et paroissiales révèlent aussi un sacré «tempérament»:le curé Kerambrun. Nommé en 1886 à Saint-Jean pour arrondir les angles, il va, en fait, entrer en conflit contre le châtelain pendant de longues années. Ses prédécesseurs ont à peine tenu six mois. Pendant huit ans, tout se passe à merveille. Mais, en 1894, à la mort de la comtesse dont le recteur était le confesseur très proche, les relations se dégradent. Décoration de l'église pour les funérailles puis horaires des messes... tout est prétexte pour opposer ces deux figures de Saint-Jean-Kerdaniel. Une guerre de tranchées sur fond de missives et de déplacements à l'évêché, au grand dam de la hiérarchie du recteur. Les hostilités ne cesseront qu'à la mort du comte, en 1900. 

«L'inventaire sacrilège» 

Mais le curé, lui, restera dans la commune jusqu'en 1922, son caractère et ses combats divers ne plaidant pas en faveur de son avancement. De fait, il se fera aussi remarquer lors de la séparation de l'État et de l'Église, notamment via un violent réquisitoire, en 1905, contre «l'inventaire sacrilège». Par ailleurs, pour récupérer l'héritage de son frère, marié à une lady britannique, il ira jusqu'à faire intervenir le duc d'York via un ami curé devenu cardinal. En vain. Il vivra donc pauvre jusqu'en 1935. Il sera enterré à Tréguier à l'issue d'une vie riche en aventures en pays gallo. PratiqueCommandes sur www.saintjeankerdaniel.com ou à jy.legoff@orange.fr.

  • Hervé Queillé

Article du Télégramme du 18 avril 2011

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/saint-jean-kerdaniel-les-tribulations-d-un-cure-de-choc-18-04-2011-1272179.php

Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier ont compilé 200 ans d'histoire de la commune de Saint-Jean Kerdaniel dans un double DVD. Photo Christian Hamonou

Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier ont compilé 200 ans d'histoire de la commune de Saint-Jean Kerdaniel dans un double DVD. Photo Christian Hamonou

Partager cet article
Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 07:08
Ouest-France / Bretagne / Saint-Brieuc / Plœuc-sur-Lié / Archives du mercredi 06-04-2011
L'atelier de la tapissière bien fréquenté - Ploeuc-sur-Lié
mercredi 06 avril 2011
Le maire et les élus locaux sont admiratifs devant le travail de Patricia.

 

 

Organisée dans le cadre des Journées des métiers d'art, la porte ouverte organisée de conserve avec M. Caillet, ébéniste, restaurateur à L'Hermitage, a été très courue : « Je suis la première surprise du résultat et naturellement des retombées qui ne vont pas manquer », précisait Patricia au soir de la 3 e journée. Les visiteurs ont apprécié le travail de ces artistes qui ont de l'or dans les doigts.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 13:21

Michèle Harzo (à gauche et Monique Le Charpentier) sont fidèles parmi</P><P>les fidèles.</P>

 

 

Depuis un peu plus de deux ans, Monique Le Charpentier, Mireille Gouard, Michel Harzo, Alain Billard, Michel Gorin et François du Fou, font le relevé informatique des actes pour les transmettre au site internet du conseil général, Généarmor. Un travail colossal.

Une idée qui a germé au cours d'une marche

C'est au cours d'une randonnée organisée par les marcheurs de l'amitié, qu'Alain Billard, Mireille Gouard et Monique Le Charpentier ont émis cette idée d'aller à la recherche de leurs racines. Ainsi est né le groupe généalogie dans le cadre de l'association l'AAMY, Association, activités, mieux être, yoga, qui par ailleurs organise tous les deux ans l'exposition très prisée Les Talents divers.

Plus de 40 000 actes

Après deux ans de recherches, le défi de relever les actes à partir des différents registres est en voie d'achèvement : « Encore six mois environ et nous serons arrivés au bout de nos peines », commente Alain Billard. Cela représentera plus de 40 000 actes qui pourront être consultés sur internet. S'y ajouteront les recherches personnelles, les arbres généalogiques de célébrités locales comme Jean-Baptiste Illio, écrivain d'origine ploeucoise, proche parent de Pierre Georgelin de La Gabegie et de Mme Le Charpentier.

Un travail méticuleux

À raison de quatre heures par semaine, les jeudi et samedi, dans la salle des archives de la mairie, de 10 h à 12 h, ces passionnés s'adonnent à ces recherches, courbés sur les registres, déchiffrant sans cesse. A la question : « Cette tâche n'est-elle pas un peu rébarbative ? », ils répondent en choeur : « Quand on aime on ne compte pas ». La preuve, c'est qu'ils n'hésitent pas à prolonger les permanences où ils se feront un plaisir de vous accueillir.

 

Ouest-France du 10/12/10 

 

PS : A été oublié Catherine Bréhault qui participe à ce travail colossal.

Merci Alain !

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 11:13

hb1.jpg

hb2.jpg

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 19:00


flh.pngLe club de Hénon est le 6ème du département. Il a pour projet d'obtenir dans le futur la labellisation "Ecole d'escrime française". Actuellement il n'y a que 2 clubs à l'avoir en Bretagne (Saint-Brieuc et Dinan).

 

Le club a démarré avec une section d'adultes motivés et ouvrira une section enfants sur les horaires du vendredi soir. Le club est ouvert à tous (communes voisines sans limites) à partir de 6 ans avec certificat médical (de moins d'un mois).


La première séance se déroulera dans le complexe multi-sports de Hénon le vendredi 10 septembre 2010 à 19h00. Elle sera encadrée par un maître d'armes et par un initiateur fleuret diplômés.


Enfants : de 19h à 20h, 100 euros/an, hors licence

Adultes : de 20h à 22h, 180 euros/an, hors licence


Agréments ANCV, coupons sports.


Pour plus d'infos : http://flh.jimdo.com

 

 

Les Fines Lames Hénonnaises

Association loi de 1901

Siret : 518 243 365 000 13

1, rue de L'Armel

22150 Hénon

Tél. : 06.0821.72.15 ou 06.25.40.07.27

 


 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 06:31

caravaningbulleSpécialiste de l'entretien écologique des équipements de loisirs (bateau, caravane, camping-car, maison et jardin), Green Plaisance a ouvert ses portes le 5 juin 2009, date symbolique de la Journée mondiale de l'environnement. Green Plaisance s'intéresse à l’ensemble des pratiques et des solutions bio-écologiques destinées à réduire les effets induits par les activités de loisirs (nautisme, caravaning, activités de plein air, piscine, jardinage,...) tant sur l’environnement que sur la santé même des plaisanciers.

Green Plaisance - 8, rue de la Gare - 22150 Ploeuc sur Lié

Pour plus d'info : http://www.green-plaisance.com

Partager cet article
Repost0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 08:57

Article extrait du magazine "Notre temps", septembre 2009

1

 2

3

4

Partager cet article
Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 08:00
La complicité avec le siège...
L'invitation ne manque pas de piquant : ressorts apparents, semence, clous et agrafes.
C'est ici que les chaises et fauteuils fatigués, croulant sous le poids des ans et des kilos, viennent s'offrir un rajeunissement à l'ancienne.
A leur chevet, Patricia travaille en efffet comme au temps des tapissiers de Louis XIV.
Garnissage traditionnel avec du crin végétal, coupe, assemblage et pose de l'étoffe, habillage du siège... Une garantie de deux à trois cent nouvelles années.
Jusqu'aux agrafes de la finition, qui, si elles ne sont pas d'époque, réduisent le temps de travail et le poids de la facture.

Dans un fauteuil...
Installée à Ploeuc, Patricia assoit aujourd'hui sa position.
Après avoir quitté les bancs du lycée technique de Tréguier où elle fait une formation tapissière de trois ans, Patricia est allée enrichir ses compétences lors d'une autre formation complémentaire de tapissier au lycée Bertrand Duguesclin pendant deux autres années à Auray.

Vient ensuite le véritable apprentissage sur le tas, en entreprise, pendant seize années : le temps de confirmer son tour de main.

Son atelier ne manque pas d'allure avec une élégante cohabitation de
fauteuils d'époque et de mobilier contemporain.

Un aperçu de l'aspect clinique des assises de l'histoire !

Si elle privilégie le siège, le chirurgien des lieux étend son activité aux rideaux, coussins, et pourquoi pas, imaginons des décors d'abajours, de nappes, etc.

Pour Patricia, qu'une seule solution : s'installer à son compte. Un rêve qui devient réalité.






Partager cet article
Repost0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 06:00
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 05:00
La 25ème édition des journées du Patrimoine se déroulera les 20 et 21 septembre 2008 sur le thème "Patrimoine et Création"

Sur Plœuc, nous comptons outre l'église, le four à ban, la chapelle Saint Just (calvaire et lavoir), les Trois Croix, la croix Marie Ecobichon, celle des Martyrs ainsi qu'une multitude d'autres croix, le presbytère (privé), une maison de 1624 abritant P4 sur la place des Fontaines ainsi qu'une autre petite maison sur la même place datant de 1642 (privé), le site de Saint Eloy (croix, fontaine, ancien château, privé mais visible de la route)....
Beaucoup de choses à découvrir ou à redécouvrir.


Partager cet article
Repost0

Studio Sauvage

Agence de création graphique en communication

http://www.studio-sauvage.fr/

Recherche

Ecole Sainte-Anne

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc-sur-Lié

02.96.42.10.26

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

château de Quintin

Château de Quintin - Quintin

https://www.chateaudequintin.fr/

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).