Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 11:00

Lettre de François Ier préservant les droits de la Bretagne lors de l'Union avec la France

François, par la grâce de Dieu Roi de France, père et légitime administrateur et usufruitier des biens de notre très cher et très aimé fils le Dauphin, Duc et propriétaire des pays et Duché de Bretagne, à tous présents et à venir, salut.

Comme en la présente assemblée des États desdits pays et Duché tenus et assemblés, nous et notre dit fils le Dauphin présents en nos personnes en cette ville de Vannes, lesdits gens desdits États nous ayant très humblement suppliés et requis que, unissant perpétuellement à toujours ce pays et Duché de Bretagne à nos Royaumes et Couronne de France, notre bon plaisir soit de les entretenir, garder et observer dans leurs privilèges, franchises, libertés et exemptions anciennement octroyées et accordés par les Ducs de Bretagne nos prédécesseurs, et dont ils ont toujours joui, tant en, l'état de l'Église, noblesse et peuple dudit pays, qu'en la Justice, villes, lieux et communautés de celui-ci, et de ces privilèges, exemptions, franchises et libertés leur octroyer et concéder nos lettres de confirmation, et sur ce leur impartir nos grâces et libéralité; savoir faisons que nous, voulant et désirant de tout notre cœur gratifier et favorablement traiter des gens desdits trois États, en considération également de l'entière obéissance, singulier amour, loyauté et fidélité qu'ils nous ont toujours portés et portent, et semblablement notre fils le dauphin leur Duc propriétaire, afin qu'en ces loyauté et fidélité ils continuent et persévèrent comme nos bons, loyaux, fidèles sujets, au bien dudit pays et de toute la chose publique de celui-ci, à ces gens des trois États, pour ces causes et autres bonnes et grandes considérations qui nous y incitent, nous avons continué, confirmé, loué, ratifié et approuvé, et par la teneur de ces présentes, de notre grâce spéciale, pleine puissance et autorité Royale et Ducale, nous confirmons, louons, ratifions et approuvons tous et chacun lesdits privilèges, exemptions, franchises et libertés à eux octroyés et concédés, comme il est dit, par nos dits prédécesseurs Ducs de Bretagne, et dont ils ont toujours joui en chacun desdits États, et pareillement au fait et administration de la Justice, villes, lieux et communautés de ces pays et Duché, voulant qu'ils en jouissent dorénavant et par la suite perpétuellement et toujours, ainsi et dans la forme et de la manière qu'ils ont antérieurement bien et dument fait, jouissent et usent encore à présent, réservé toutefois ce que les gens mêmes desdits États nous pourrons requérir être réformé ou changé pour le bien, profit et utilité dudit pays.

Aussi nous ordonnons par ces mêmes présentes ) nos aînés et fidèles les lieutenant Général et Gouverneur audit pays, présent et à venir, gens tenant notre Parlement et conseil de Bretagne, sénéchaux, alloués, et à tous nos autres justiciers, officiers et sujets desdits pays et duché, que de nos présentes grâces, ratification, approbation et confirmation ils fassent, souffrent et laissent les gens desdits trois États jouir et user pleinement et paisiblement, sans leur faire, mettre ou donner, ni souffrir être fait, mis ou donné aucun trouble ou empêchement contraire; car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit toujours chose ferme et stable, nous avons fait mettre notre scel à cesdites présentes, sauf en autres choses notre droit et l'autrui en toutes.

Donné à Vennes au mois d'Août l'an de grâce 1532, et de notre règne le dix-huitième.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 19:39

 

Geoffroy de Monmouth

(XIIe s.)

Jean de Saint-Paul

(XVe s.)

Pierre Le Baud

(1504)

Alain Bouchart

1514)

Bertrand d’Argentré

(1582)

Dom Morice

(1750)

I

Conan Mériadec

Conan Mériadec

Conan Mériadec

Conan Mériadec

(386-392)

Conan Mériadec

(383-393)

Conan Mériadec

(383-421)

III

 

Grallon

Grallon

Grallon

(392-405)

Grallon

(393-405)

Salomon Ier

(421-435)

III

 

Salomon Ier

Salomon Ier

Salomon Ier

(405-412)

Salomon Ier

(405-412)

Grallon

(435-445)

IV

Audren

Audren

Audren

Audren

(412-422)

Audren

(412-438)

Audren

(445-464)

V

Budic

Budic

Budic

Budic

(422-448)

Budic

(438-448)

Erec

(464-472)

VI

Hoël Le Grand

Hoël Le Grand

Hoël Le Grand

Hoël Le Grand

(448-505)

Hoël Le Grand

(448-484)

Eusébius

(472-490)

VII

Hoël II

Hoël II

Hoël II

Hoël II

(505-554)

Hoël II

(484-560)

Budic

(490-509)

VIII

Alain Ier

Alain Ier

Alain Ier

Alain Ier

(554-593)

Alain Ier

(560-594)

Hoël Le Grand

(509-545)

IX

Hoël III

Hoël III

Hoël III

Hoël III

(593-612 ou 622)

Hoël III

(594-640)

Hoël II

(545-547)

X

Salomon

Salomon II

Salomon II

Judicaël

(612 ou 622-627)

Salomon II

(640-660)

Alain Ier

(547-594)

XI

Alain II

Alain II

Alain II

(mort vers 690)

Salomon II

(627-654)

Alain II

(660-690)

Hoël III

(594-612)

XII

 

Conober

 

Alain II

(654-682)

 

Salomon II

(612-630 ou 632)

XIII

 

7 rois de Domnonée

 

Riwal, Déroc’h, Riathan

Jona, Judual, Judhaël, Judicaël

 

 

 

Judicaël

(630 ou 632-638 ou 642)

XIV

 

 

 

 

Alain II

(638 ou 642-690)

Extrait : Les Rois de Bretagne, IVe - Xe siècle - Philippe Tourault - Pour l'histoire, Perrin, 2005

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 06:00

Déchu, prisonnier au Temple, Louis XVI appelé par dérision Louis Capet, est accusé de "conspiration contre la liberté publique " et jugé par la Convention. Ses défenseurs : Malesherbes, Tronchet et Romain de Séze ne peuvent le sauver .

Après un simulacre de procès, sa culpabilité fut reconnue à la majorité. Condamné à mort, il fut exécuté sur la place de la Révolution actuellement place de la Concorde le 21 janvier 1793


mais qu'a t-il fait durant son règne ?

1774 Louis XVI décida de soulager son peuple en le dispensant du « droit de joyeux avènement », impôt perçu à chaque changement de règne.

1776 Louis XVI créa le corps des pompiers ; permit aux femmes d’accéder à toutes les maîtrises.

1777 Louis XVI autorisa l’installation de pompes à feu pour approvisionner Paris en eau de manière régulière ; créa un mont-de-piété à Paris pour décourager l’usure et venir en aide aux petites gens.

1778 Louis XVI abandonna aux équipages de ses vaisseaux le tiers de la valeur des prises qui lui était réservées en temps de guerre ; décida d’aider l’abbé de l’Epée dans son œuvre pour l’éducation des « sourds-muets sans fortune » auxquels il enseignait un langage par signes de son invention (Le Roi lui versa alors une pension de 6000 livres sur sa propre cassette, contre l’avis de l’archevêché qui soupçonnait cet homme de jansénisme) ; dota l’école de Valentin Hauÿ pour les aveugles.

1779 Louis XVI donna l’ordre à ses commandants de vaisseaux de ne point inquiéter les pêcheurs anglais et obtint la réciprocité pour les pêcheurs français ; donna le droit aux femmes mariées et aux mineurs de toucher eux-mêmes leurs pensions sans demander l’autorisation de leur mari ou tuteur ; employa le premier l’expression de « justice sociale ».

1780 Louis XVI ordonna aux hôpitaux militaires de traiter les blessés ennemis « comme les propres sujets du Roi », 90 ans avant la première convention de Genève ; décida d’abolir le servage et la main-morte dans le domaine royal et le droit de suite qui permettaient aux seigneurs de faire poursuivre les serfs ou mains-mortables qui quittaient leurs domaines ; ordonna l’abolition de la question préparatoire et préalable (torture) ; fit construire à ses frais des infirmeries « claires et aérées » dans les prisons ; supprima de très nombreuses charges de la maison du Roi (plus du tiers).

1781 Louis XVI finança tous les aménagements de l’Hôtel-Dieu pour que chaque malade ait son propre lit individuel ; fonda un hôpital pour les enfants atteints de maladies contagieuses, aujourd’hui nommé Hôpital des Enfants Malades.

1782 Louis XVI créa le musée des Sciences et Techniques, futur Centre National des Arts et Métiers.

1783 Louis XVI fonda l’Ecole des Mines ;finança sur ses propres fonds les expériences d’aérostation des frères Montgolfier ; finança également les expériences de Jouffroy d’Abbans pour l’adaptation de la machine à vapeur à la navigation.

1784 Louis XVI exempta les juifs du péage corporel et d’autres droits humiliants ; fit construire les synagogues de Nancy et Lunéville, et permit aux juifs d’avoir accès à toutes les maîtrises dans le ressort du Parlement de Nancy ; accorda sept millions aux victimes du froid excessif ; accorda des pensions de retraite à tous ceux qui exerçaient une profession maritime.

1785 Louis XVI demanda l’établissement annuel de la balance du commerce.

1786 Louis XVI créa le droit de propriété des auteurs et compositeurs de musique.

1787 Louis XVI accorda l'etat-civil aux prostestants.

1788 Louis XVI s'inquieta du sort qui était réservé aux prisonniers détenus en préventive de par leur inculpation, avant leur procès ; décida de leur accorder une indemnité ainsi qu'un droit d'annonce dans le cas où leur innocence serait reconnue lors de leur procès.

1789 Louis XVI accorda le premier le droit de vote aux femmes dans le cadre de l'élection des députés de l'Assemblée des Etats Généraux ; créa l'Ecole de musique et de danse de l'Opéra de Paris, et le Musée du Louvre.
Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 06:00
Pélagie Rose Ollive Hervé, née à Plœuc le 29 avril 1780
fille de Louis-Joseph Hervé, sieur du Lorin, et de Charlotte-Nicole Pinault de La Touche
épouse de Louis-Mathurin Radenac
Repost 0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 06:00
Louis-Mathurin Radenac, né à Plœuc le 29 novembre 1781,
fils de Julien Radenac et de Marie-Jeanne Ruellan
époux de Pélagie Hervé
Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 06:00
Suite de la page 1
Le ministère avait donc accordé une subvention de 18.000 francs pour aider la commune dans la reconstruction de son église. La participation de la commune était lourde, mais il n'a pas été possible de retrouver les
conditions de l'emprunt qui avait été réalisé ni ce que les annuités correspondantes représentaient dans le budget communal de ces années 1880.

Le projet était bâti selon le style de l'époque, une époque marquée par de vive concurrence entre les pouvoirs public et ceux de l'Eglise : c'était àaurait bâti les construction les plus hautes, les plus imposantes ; c'est pourquoi nous avons à Ploeuc une église imposantes et une mairie qui essaye de soutenir la compraison.

Mais il ne suffisait pas de construire une église neuve : qu'allait devenir l'ancienne ? Selon les photographies que nous possédons, elle n'avait guère de caractère et nous n'avons pas à la regretter (1). Par lettre du 5/9/1886, le Préfet précisait que, "d'après la jurisprudence du Conseil d'Etat, les églises abandonnées par l'Etat pour le service du Culte, en exécution de la loi du 18 Germinal an X (2), sont la propriété des communes. La commune de Ploeuc a donc le droit de disposer de l'ancienne église devenue inutile pat la construction de la nouvelle". Quant aux objets de décoration... il pourrait être convenable  de les abandonner à la Fabrique qui pourrait en faire un emploi utile. C'est ainsi que, par délibération du 9/11/1886, le Conseil Municipal décida la vente des matériaux de l'ancienne église (après autorisation préfectorale).

Extrait du bulletin municipal

(1) Ces propos  n'engagent, bien évidemment, que l'auteur de ces lignes.
(2) 8 avril 1802
Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 06:00
M. Henri Bozec, maire, et M. Robert Guyony, secrétaire, ont retrouvé des choses intéressantes sur cette construction.
Par exemple, le 5 avril 1881, le préfet autorisait le conseil municipal à se réunir en séance extraordinaireà ce sujet. Puis, le principe de la construction admis, restait la phasse de la réalisation avec ses complications : l'un des propriétaires du terrain nécessaire adressait une lettre à M. Radenac, maire à cette époque, lettre dont voici un extrtait : "pour le terrain que nous avons convenu, mes enfants me disent que ce serait faire tort à notre propriété. Donc ils ne peuvent convenir pour la somme que nous avons convenue. Ensuite, nous avons parlé aux parents, qui doivent se présenter pour le conseil de famille, mais ils ne veulent qu'une somme supérieure à celle qui a été prévue..." Comme on le voit, le "marchandage "a toujours existé.
Néanmoins, l'adjudication eut lieu le 15 mars 1884 et la première pierre était posée en mars 1885. Les plans étaient de M. Guépin, architecte et le coût de l'opération s'éleva à environ 170.000 francs anciens, bien sur, mais surtout des "francs or" d'avant la première guerre mondiale.
Dans les documents de l'époque apparaissent les signatures de M. Amédée Radenac, maire, et de son frère Victor, entrepreneur à Paris. En souvenir de ces deux frères étroitement liés à la vie de Plœuc, l'une de nos rues s'apelle "rue des Frères Radenac".
Notons aussi que, dans une lettre du 17 septembre 1884, M. le préfet informe le maire de Plœuc d'un courrier du ministre des Cultes. C'était en effet avant la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Dans cette lettre, le préfet informait le maire de l'imputation, sur les fonds du Budget des Cultes de l'exercice en cours, de la somme de 18.000 francs, montant du secours alloué à la commune de Plœuc pour l'aider dans la dépense de reconstruction de son église.

à suivre
Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 06:00

Le dix huit Mai mil sept cent soixante huit sousigné
Recteur de ploeuc Gausson Jai solemnellement beni
suivant Les Ceremonies Du Rituel Romain une Cloche
Destinée au service De La Chapelle de Ste Marguerite
Laquelle on a nommé Marguerite Louise florence
Dont ont eté parain et maraine honorables gens
florent Quemar et Louise Rault epouse de yves
Alo Le parain a fait offrande De quarante huit
... Le soulagement De La fabrique et La maraine
Cent livres en foi De tout quoi jai signé avec le
parain et plusieurs assistans a La Ceremonie a ploeuc
Ledit jour et an que Devant
Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 06:00


Noble & venerable  & discret missire Louis de bosquien En son
vivant s(ieu)r. rect(eu)r de La paroisse de ploeuc decedé de hier
apres avoir receu Les S(ain)ts sacrements aagé de trante cinq ans
a Esté Ensepulturé En Leglise de ploeuc En pres(enc)e de Jan
Robin guillaume Le ribaut & plusieurs autres qui ne
signent ce trezieme iour de Janvier mil six cent quatre
vingt quatorze.          L. Ruellan
Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 06:00

Le coeur de hault & puissan Sebastien
de ploeuc vivan marquis du timeur Seigneur
de cette parouasse
  & à este enfoui en la ...
de ploeuc a ploeuc ce 24eme de may 1648

Il s'agit de Sébastien, sire de Plœuc, chevalier, marquis du Tymeur par lettres patentes de novembre 1616, baron de Kergorlay, vicomte de Coëtquénan, seigneur de Plouyé et autres lieux, né en 1585 et décédé en 1648, enseigne de la Compagnie des Gendarmes du duc de Vendôme, et autorisé par le Roy à tenir 4 foires et un marché sur la place du bourg de Plœuc dès 1628.
Fils de Vincent IV, sire de Plœuc, chevalier, seigneur du Tymeur, du Breignou et de Plouyé, chevalier de l’Ordre de Saint Michel le 20 mai 1570, capitaine du ban et arrière-ban de l’évêché de Léon, et de Mauricette de Goulaine, dame de Coëtquénan en Plouguerneau.
Il épousa en la chapelle du château de Brest le 8 janvier 1617 Marie de Rieux, décédée en 1628, fille de Guy de Rieux, marquis de Sourdéac et de l’île d’Ouessant, né en 1548 et décédé à Assé le 4 décembre 1628, et de Suzanne de Saint Mélaine, dame de Boulevesque, du Pin en Anjou, de Montmartin et autres lieux, décédée à Brest le 22 mars 1616, dont postérité.
Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 06:00
Lors de la compétition de tir à l'arc du 25 octobre dernier à la Côtes des Halles (site Henri Bozec), deux tireurs portaient des kilts... et bretons de surcroît.

D'où ma question : quelle en est l'origine ?

Marie Stuart (née le 8 décembre 1542 et décapitée le 8 février 1587), Reine d'Ecosse du 14 décembre 1542 au 24 juillet 1567, avait fait appel aux archers Bretons pour combattre les Anglais. En remerciement des services rendus et de leur dévouement, elle les aurait autorisés à porter le tartan aux couleurs de la Bretagne (noir et blanc)... les Bretons étaient bien là, mais pour le reste ce n'est que légende, jolie je vous l'accorde mais légende tout de même.




Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 06:00

I Messire Louis-Ignace de Kerouallan, écuyer, décédé avant 1753, épouse Marguerite-Joseph Galoys, dont :

II Messire Louis-Ignace de Kerouallan, écuyer, seigneur de Lesmeur, né à Saint Brandan en 1718, épouse Plœuc le 22 août 1753 Marie-Rose de Guéhenneuc, dame de La Roncière, baptisée à Plœuc le 27 mars 1725, vivante en 1800, fille de Louis de Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, né à Bréhan-Loudéac en 1689, épouse à Gausson le 8 avril 1720 Rose-Françoise Le Febvre, née à Gausson en 1695, dont :

1) Louise-Rose de Kerouallan, dame de La Roncière, née à Saint Brandan le 29 mai 1754 et y décède le 29 janvier 1805, racheta La Roncière comme bien national le 12 fructidor An IV, épouse à Saint Brandan le 29 juillet 1789 Charles-Théodore Le Marchand, né à Quintin, fils de feu Etienne-Philippe Le Marchand, seigneur de Launay, et de feu Elisabeth Bourbon ;

2) Agathe-Anne de Kerouallan, née à Saint Brandan le 27 mai 1755, épouse en premières noces Joseph Le Vicomte, en secondes noces à Saint Brandan le 19 juillet 1800 Joseph Gouyon, né à Plémy en 1752, fils de feu Jean-Baptiste Gouyon, écuyer, seigneur de La Lande, de La Ville-Norme, du Vauby et du Val en Plémy et autres lieux, baptisé à Plémy le  24 juin 1714 et décédé le 31 octobre 1783, et de feu Julienne Proffict, dame de Kerilan en Plessala, née à Kerilan le 4 janvier 1716 ;

3) Rose-Marguerite de Kerouallan ;

4) Louis-Pierre de Kerouallan, né à Saint Brandan le 7 janvier 1757 et y décède le 20 ;

5) Pauline-Marie de Kerouallan, née à Saint Brandan le 18 février 1763 ;

 6) Louis-François de Kerouallan, quit suit.

III Messire Louis-François de Kerouallan, chevalier, seigneur de La Roncière, né à Saint Brandan le 11 avril 1759 et décédé à Londres en juillet 1796, émigré, épouse à Saint Brandan le 21 janvier 1787 Adélaïde Marie Jeanne de Châteaubriand, née à Saint Malo le 7 septembre 1762 et décédée à Londres le 10 décembre 1796, fille de Pierre-Anne de Châteaubriand, chevalier, seigneur du Val en Créhen, né aux Touches en Guitté le 23 janvier 1727 et décéedé à Saint Malo le 20 août 1794,  et de Marie-Jeanne Bignon, dame du Plessis, née à Saint Malo le 6 avril 1737 et y décède le 20 août 1794 .



Kerouallan (de) : olim Dando, d'azur à trois pommes de pin d'or.

Philippe Dando, qui serait originaire de Venise et aurait suivi le sire de Guémené, est anobli en 1478. Il épousa Marguerite Le Courhin, peut-être dame de La Villeneuve en Lignol. Sa postérité s'installa à Kerouallan en Lignol, et fut autorisée par lettres de 1515 de changer leur nom Dando en Kerouallan.
Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 05:00
I Messire Roland Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière en Plœuc, présent à Plœuc lors de la Réformation du 7 octobre 1426, épouse en premières noces Piotte Guillard, et en secondes noces Marie de Launay,dont du premier lit :
1) Alain Guéhenneuc, qui suit ;
Et du second :
2) Olivier Guéhenneuc ;

II Messire Alain Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, prèsent aux montres de 1469 et de 1480, épouse Aliette du Bocenic, dont :

III Messire Jehan Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, épouse Catherine de Carmené, dont :
1) François Ier Guéhenneuc, qui suit ;
2) Julien Guéhenneuc ;
3) Mathurin Guéhenneuc ;
Et peut-être :
4) Olivier Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Mare-Jouan et de La Grasaulnay, présent lors de la réformation du 4 mars 1536.

IV Messire François Ier Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, présent lors de la réformation du 4 mars 1536, épouse Jehanne Chatton, dont :
1) François II Guéhenneuc, qui suit ;
2) Julien Guéhenneuc, écuyer, dont postérité ;
3) Mathurin Guéhenneuc, écuyer, épouse Toussainte Bruslon, dont postérité.

V Messire François II Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, épouse en août 1586 Guillemette de La Vigne, dont :

VI Messire François III Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, épouse Marguerite du Boisjagu, dame dudit lieu en Mauron et de Coathuan en Bréhan-Loudéac, dont :
1) Charles Guéhenneuc, qui suit ;
2) Marie Guéhenneuc, baptisée à Plœuc le 8 avril 1634 ;
3) Jean Guéhenneuc, né à Plœuc en avril 1635 et baptisé le 1er septembre suivant ;
4) Jullien Guéhenneuc, baptisé à Plœuc le 22 mai 1636 ;
5) Amaurye Guéhenneuc, baptisée à Plœuc le 25 mai 1639 ;

VII Messire Charles Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière et de Bayo en Plœuc, du Boisjagu et autres lieux, décédé à Coatuhan le 26 avril 1663, épouse Marie Boussemel, inhumée en l'église Saint Paterne de Vannes le 6 décembre 1679, dont :
1) Jeanne Guéhenneuc, épouse à Plœuc le 12 août 1683 François de Kerémar, écuyer, seigneur de Kerdaniel, né à Plouagat en avril 1632, fils de Jean de Kerémar, écuyer, seigneur de Kerdavy et de Questanguy en Allineuc, et de Marie Le Long ;
2) Mathurine de Guéhenneuc, baptisée à Plœuc le 15 avril 1653 ;
3) Andrée-Renée de Guéhenneuc, dame du Val, née vers 1654 et décédée à Plœuc le 7 octobre 1701, épouse à Plœuc en 1694 Yves Berthelot, écuyer, baptisé à Plœuc le 14 avril 1668 et y décède le 27 août 1737, rendit hommage au nom de sa femme pour la seigneurie de La Roncière au duc de Penthièvre le 18 janvier 1700, fils d’Yves Berthelot, écuyer, seigneur Vergers en Plœuc, baptisé à Plœuc le 18 avril 1629 et décédé entre 1694 et 1696, maintenu dans sa noblesse par arrêt de la Chambre de la Réformation du 15 janvier 1669, et de Marie Hervé, décédée après 1694, dont postérité ;
4) Hélène-Marguerite de Guéhenneuc, baptisée à Plœuc le 13 mai 1659 ;
5) Isaac-Christophe de Guéhenneuc, qui suit ;
6) Joseph-François de Guéhenneuc, né à Bréhan-Loudéac le 25 février 1663.

VIII Messire Isaac-Christophe de Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, baptisé à Plœuc le 23 février 1661, épouse Anne Henry, dont :
1) Alain-Guillaume Jean Guéhenneuc, né vers 1683 ;
2) Bonaventure Guéhenneuc, né à Bréhan-Loudéac le 11 juin 1685, épouse Jacquette-Hyacinthe Henry du Quengo, dont postérité ;
3) Joseph-François Guéhenneuc, écuyer, seigneur de Coatuhan, né à Bréhan-Loudéac le 8 décembre 1686, épouse Rose-Marguerite Connen, dont :
    a) René-Bonaventure Guéhenneuc, née à Plœuc le 21 juillet 1707 et baptisée le 27 ;
4) Louis Guéhenneuc, né à Bréhan-Loudéac le 9 octobre 1687 ;
5) Marguerite Guéhenneuc, née à Bréhan-Loudéac le 10 septembre 1690 ;
6) Jean-René Guéhenneuc, né à Bréhan-Loudéac le 13 avril 1692 ;
7) Louise-Jeanne Guéhenneuc, née à Bréhan-Loudéac le 16 mai 1696 ;
8) Michelle-Françoise Guéhenneuc, né à Bréhan-Loudéac le 29 juin 1698 ;
9) Jean-François Guéhenneuc, né à Bréhan-Loudéac le 18 septembre 1702 ;
Et peut-être :
10) Louis de Guéhenneuc, qui suit.

IX Messire Louis de Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, et de Bayo né à Bréhan-Loudéac en 1689
, décédé à Plœuc le 24 août 1753 et inhumé dans l’enfeu le lendemain, épouse à Gausson le 8 avril 1720 Rose-Françoise Le Febvre, née à Gausson en 1695, décédée à Plœuc le 13 décembre 1751 et inhumée dans l’enfeu joignant la tour de l’église le lendemain, dont :
1) Jeanne-Anne de Guéhenneuc, née à Plœuc le 6 février 1721 et baptisée le surlendemain
, décédée à Plœuc le 30 janvier 1741 ;
2) Mathurin de Guéhenneuc, né à Plœuc le 14 septembre 1722 et baptisé le lendemain ;
3) Isaac-Louis de Guéhenneuc, baptisé à Plœuc le 17 octobre 1723
, décédé à Plœuc innocent dès la naissance le 25 février 1741 et inhumé dans l’église ;
4) Marie-Rose de Guéhenneuc, baptisée à Plœuc le 27 mars 1725, vivante en 1800, épouse à Plœuc le 22 août 1753 Louis-Ignace de Kerouallan, écuyer, seigneur de Lesmeur, né à Saint-Brandan en 1718, fils de feu Louis-Ignace de Kerouallan, écuyer, et de Marguerite-Joseph Galoys, dont postérité :
5) Pierre-François de Guéhenneuc, qui suit;
6) Marie-Françoise de Guéhenneuc, née à Plœuc le 8 décembre 1728 et baptisée le lendemain, y décède le 10 février 1734 et inhumée le surlendemain ;
7) Françoise-Sainte de Guéhenneuc, née à Plœuc le 3 mai 1734 et baptisée le lendemain,
épouse à Plœuc le 3 août 1759 Louis-François Damar, écuyer, seigneur de Douvenant (en Langueux ?), né en 1730, fils de Yves-Pierre Damar, écuyer, seigneur de Douvenant, et de Françoise-Marie Hervé

X Messire Pierre-François de Guéhenneuc, écuyer, seigneur de La Roncière, baptisé à Plœuc le 3 avril 1726, épouse à Saint Brandan le 19 septembre 1753 Marie-Maddeleine de Kerouallan, née à Saint-Brandan, fille de Louis-Ignace de Kerouallan, écuyer, et de Marguerite-Joseph Galoys.



Guéhenneuc (de) : d'azur au lion léopardé d'argent surmonté de deux fleurs de lys du même
Les armes Guéhenneuc se voient (pour combien de temps ?) sur une pierre tombale à l'entrée nord de l'église Saint-Pierre de Ploeuc, et sur le calvaire de Chantepie à Ploeuc.
Isaac Christophe Gueheneuc, Ecr Sr. de la Ronsière & Anne Henry sa feme (Armorial Général de France - Hozier - 1696)

Isaac Christophe Gueheneuc, Ecr Sr. de la Ronsière & Anne Henry sa feme (Armorial Général de France - Hozier - 1696)

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 05:00

Charles de Launay, de la maison du Duc.
Me Rolland Le Mintier.
Charles et Pierre Huet.
Guillaume Le Boulangier.
Olivier de Launay,
Alain Henry.
Olivier Lorans.
Michel Jouhan, ennobli.
Guillaume Cadin, ennobli.
Olivier Frion, arbalestrier.
Catherine de Coëtuhan, sa mère.
Guillaume Frion, juveigneur.
Bertrand Gourdel et Guillaume son fils.
Morice de Lisuzen.
Jean Budes, par Jean son fils.
Jean du Parc et Marie Gesril.
Le sire de Vauclair, de 2000 à 3000l. de rente, de la maison de Duc et commissaire de cette Montre.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 05:00

Olive du Chastellier.

Jehan Aiguillon, de l’ordonnance.

Antoine de Bréhant, par Hilaire Eveillart.

Alain Le Moënne, par Charles Le Moënne.

Guillaume et Léonard Visdelou.

Rolland Riou.

Olivier Visdelou, par Olivier son fils.

Jean de Bréhant.

Guillaume Roulle, par Olivier Roulle.

Alain Guéhenneuc et Aliette de Bocenit, sa femme.

Jean Budes, fils Guillaume, mineur.

Guillaume Hus, en brigandine, voulge et gorgerette.

Guillaume Bernard, pour Geffroy Bernard, à pied, non armé.

Matheline Morel, par Pierre Cadin.

L’héritier Guillaume Morel.

Guillaume Chesnet.

Jean Penthièvre, de l’ordonance.

Pierre Budes, par Olivier Martin.

Jean Visdelou.

Me Jean Hamon.

Guillaume de Ploeuc.

Pierre Juhel.

Guillaume Penréal.

Tristan de Bréhant et Peronnelle de Robien sa mère.

Geffroi et Alain Visdelou, par Guillaume Visdelou.

Guillaume Normand.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

Manoir de La Mare

Mare 6838
Mariages et festivités familiales
Séminaires et événements professionnels
Stages et expositions
Concerts et spectacles

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).