Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 07:32

Armorial Général de Bretagne, relevé des diverses réformations de la noblesse de cette province depuis 1400 jusqu’à 1668 L. BRIANT de LAUBRIERE, Paris, 1844.

Plœuc (de)1 : – du Timeur. – du Breignou. – de Kerharo. – de Quilguifin. – du Val. – de Kergorlay.

D’hermines, à trois chevrons de gueules. Devise : L’âme et l’honneur.

1. La seigneurie du Timeur fut érigée en marquisat, en novembre 1616, en faveur de messire Sébastien de Plœuc, chevalier, baron de Kergorlay.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 07:30

Annuaire de la Noblesse de France et des Maisons souveraines de l’Europe – M. BOREL d’HAUTERIVE, Paris, 1871-1872.

PLOEUC. Cette famille bretonne, qui paraît être un ramage (branche cadette) de Poher, est issue de Tanguy, qui épousa, vers le fin du XIIIe siècle, Jeanne, fille et unique héritière des anciens seigneur de Plœuc, à la condition que leurs descendants relèveraient le nom et les armes de la maison de leur mère. Guillaume de Plœuc fut un des signataires de la ratification du traité de Troyes en 1427. Jean, son frère, élu évêque de Tréguier le 4 mars 1442, érigea en collégiale, par l’ordre du pape Eugène IV, l’église paroissiale de Tanguedec. Il mourut le 7 avril 1453 et eut pour successeur Jean de Coetquis.

Charles de Plœuc, marié vers 1568 avec Marie de Saint-Gouesnou, dame de Breignou, dont il eut : 1° Vincent de Plœuc, auteur de la branche du Timeur, qui s’est fondue en 1673 dans celle de Percin, et dont les biens ont passé aux Ferret et aux la Bourdonnaye-Blossac ; 2° Jean de Plœuc, commissaire de l’arrière-ban de la noblesse du comté de Cornouailles, marié vers 1598 à Anne de Tivarlen. Leur descendance a donné : Suzanne, abbesse de la Joie (1688-1705) ; François-Hyacinthe, né en 1662, évêque de Cornouailles en 1707, décédé le 6 janvier 1739, et deux conseillers au parlement de Rennes en 1730 et 1759.

La seigneurie de Plœuc a été érigée en comté par lettres patentes de 1696, en faveur de la maison de la Rivière, dont la branche s’est fondue dans celle de Coetrieux et dont l’autre a fini en 1754 par mariage dans la maison des Motier de la Fayette.

Le marquis de Plœuc, nommé sous-gouverneur de la Banque en 1868, a été appelé à succedere à M. Rouland, pour sa conduite énergique pendant le règne de la Commune. La marquise de Plœuc est née du Plessis.

Armes : d’hermine, à trois chevrons de gueules (voyez pl. 2). – Devise : l’ame et l’honneur.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 07:28

Nobiliaire de Bretagne, ou Tableau de l’Aristocratie Bretonne depuis l’établissement de la féodalité jusqu’à nos jours. troisième édition – Pol POTIER de COURCY. Rennes.

Plœuc (de) (ramage de Poher), Sr dudit lieu, par. de ce nom, – du Plessix, par. d’Ergué-Armel, – marquis du Timeur en 1616, par. de Poullaouën, – Sr de Kervéguen, par. de Scaër, – de Poulmic, par. de Crozon, – vicomte de Coëtquénan, par. de Plouguerneau, – Sr de Coëtcanton, par. de Melguen, – baron de Kergorlay, par. de Motreff, – Sr du Breignou, par. de Plouvien, – de Kernuz, par. de Plobannalec, – de Kerharo, par. de Beuzec-Cap-Sizun, – de Guilguiffin, par. de Landudec, – du Val, – de Talvern, par. de Pluméliau, – de Guimilfern et du Vern, par. de Kergoff.

Anc. ext. chev., réf. 1671. neuf gén. ; réf. et montres de 1423 à 1562, par. de Plœuc, év. de Saint-Brieuc ; Poullaouën, Kergoff et Scaër, év. de Cornouaille.

D’hermines à trois chevrons de gueules. Comme Cillart ; alias, écartelé de Kergorlay. Devise : L’âme et l’honneur.

Cette ancienne maison, alliée à celles de Penhoët, Quélen, du Chastel, du Juch, Rosmadec, Goulaine, Rieux, etc., remonte à Juhaël, sire de Plœuc, vivant en 1202, aïeul de Guillaume, marié vers 1269 à Constance de Léon, dont Jeanne, fille unique et héritière, qui épousa vers 1292 Tanguy, juveigneur de Kergorlay, à condition que leurs descendants prendraient les nom et armes de Plœuc ; Guillaume, tué à la bataille d’Auray en 1364 ; Guillaume, petit-fils du précédent, ratifie le traité de Troyes en 1427 ; Jean, son frère, évêque de Tréguier, + 1453 ; Charles, Sr du Timeur, chevalier de l’ordre en 1568, épouse vers 1548 Marie de Saint-Goueznou, dame du Breignou, dont : 1° Vincent, chevalier de l’ordre en 1580, auteur des marquis du Timeur ; 2° Jean, commissaire de l’arrière-ban de cornouaille, marié en 1598 à Anne de Tivarlen, dame de Kerharo et de Guilguiffin.

Cette dernière branche, qui existe encore, a produit un chevalier de l’ordre en 1619, une abesse de la Joie en 1689, un évêque de cornouaille en 1707, + 1739, et deux conseillers au Parlement en 1730 et 1759.

La seigneurie de Plœuc a été érigée en comté en 1696, en faveur du Sr de la Rivière, voyez Rivière (de la).

La branche du Timeur s’est fondue en 1673 dans Percin, d’où le marquisat du Timeur a passé par acquêt en 1686 aux Ferret, puis par alliance en 1713 aux la Bourdonnaye-Blossac.


Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 07:27
Armorial Breton, contenant par ordre alphabetique et methodique les Noms, qualitez, armes & Blasons des nobles et Eueschez de Treguier, & de Leon, auec plusieurs autres familles externes tant à raison de leurs parentez & Alliances, que pour les Terres & Seigneuries qu’elles y possedent, ensemble de plusieurs grandes & illustres Maisons de cette prouince mesme du royaume, & autres Pays estrangers au Frontispice de chaque Lettre, & de plus un Abregé de la Science du Blason Guy Le BORGNE, Rennes, M.DC.LXVII.

 

de Ploeuc près de Quintin C. maintenant au Tymeur près Carhaix, qui fut érigé en Tiltre & dignité de Marquifat au mois de Nouembre 1616. verifié en Iuin l’an 1618 en faueur de Meffire Sebaftien Seigneur de Ploeuc & du Tymeur, Baron, de Kergorlay, &c. qui portoit efcartelé au premier & 4. Cheuronné d’Hermines & de gueulles de fix pièces, qui eft de Ploeuc, au 2 && 3. vairé d’Or  & de gueulles, qui eft Guergorlay, auec cette deuife, l’ame & l’honneur.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 07:26

Histoire de Bretagne, avec les chroniques des maisons de Vitré, et de Laval par Pierre Le Baud, chantre et chanoine de l'eglise collegiale de Nostre-Dame de Laval, tresorier de la Magdelene de Vitré, conseiller & aumosnier d'Anne de Bretagne reine de France. Ensemble quelques autres traictez servans à la mesme histoire. Et un recueil armorial contenant par ordre alphabetique les armes & blazons de plusieurs anciennes maisons de Bretagne. Comme aussi le nombre des duchez, principautez, marquisats, & comtez de cette province. Le tout nouvellement mis en lumiere, tiré de la bibliotheque de monseigneur le marquis de Molac, & à luy dedié: par le sieur d'Hozier, gentil-homme ordinaire de la Maison du roy, & chevalier de l'ordre de sainct Michel – Pierre Le BAUD, Paris, M. DC. XXXVIII

Le Tymeur, erigé en Nouembre 1616. verifié en Parlement en Iuin 1618 en faueur de Sebastien Seigneur de Ploeuc, du Tymeur, & de Kergorlay, qui porte escartelé au 1.&4. chevronné d’hermines & de gueulles de six pièces, qui est Ploeuc, & au 2.&3. vairé d’or et de gueulles, qui est de Kergorlay.

Ploeuc, C[Maison d'ancienne Chevalerie], cheuronné d'hermines & de gueulles de six pieces.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 21:53

Consultation des archives

En règle générale, tous les documents de plus de 30 ans sont consultables, avec des exceptions destinées à protéger la sûreté de l'État et la vie privée :

  • 60 ans : Dossiers politiques des cabinets préfectoraux, documents fiscaux
  • 100 ans : État civil, dossiers judiciaires, enregistrement, minutes notariales, registres matricules
  • 120 ans : Dossiers de personnel ( à compter de la date de naissance de l'intéressé)
  • 150 ans : Dossiers médicaux ( à compter de la date de naissance de l'intéressé)

Délivrance d'un extrait avec filiation : décret de 1962 modifié en 1997

Source : "Instruction générale sur l'Etat civil" du 11 mai 1999 parue au Journal Officiel du 28 juillet 1999 (pages 50003 à 50035).

Actes de naissance ou de mariage

Seules les personnes suivantes peuvent obtenir un extrait avec filiation d'un acte de naissance ou de mariage :

  • L'intéressé lui-même, à condition qu'il soit majeur
  • Les ascendants ou descendants majeurs en ligne directe de la personne que l'acte concerne
  • Le conjoint majeur de la personne que l'acte concerne (le concubin n'est pas assimilé au conjoint).
  • Le représentant légal de la personne que l'acte concerne
  • Les mandataires expressément désignés à cet effet par l'une des personnes ci-dessus désignées
  • Les avocats, avoués, notaires
  • Le procureur de la République, le greffier en chef du Tribunal d'instance ainsi que les administrateurs publics dans les cas où les lois et les règlements les y autorisent
  • Les héritiers majeurs de la personne dont l'acte est demandé, justifiant de leur qualité d'héritiers

Il faut fournir l'indication des noms et prénoms usuel des parents de la personne.

Les autres personnes (mineur non émancipé, concubin, frères et soeurs mêmes héritiers de la personne que l'acte concerne) ne peuvent recevoir ces actes qu'en vertu d'une autorisation du procureur de la République.

Actes de décès

Les copies d'actes de décès peuvent être délivrées à toute personne.

Délivrance d'un extrait sans filiation

Toute personne peut obtenir un extrait sans filiation d'un acte de naissance ou de mariage.

Instruction générale relative à l'état-civil, Titre II, Chapitre III, section 3, sous-section 2 :

Règles spéciales à l'extrait pouvant être délivré à tout requérant

Article 10 du décret n° 62-921 du 3 août 1962, modifié par le décret n° 97- 852 du 16 septembre 1997:
" Les dépositaires des registres sont tenus de délivrer à tout requérant des extraits des actes de naissance et de mariage.
Les extraits d'acte de naissance indiqueront, sans autres renseignements, l'année, le jour, l'heure et le lieu de naissance, le sexe, les prénoms et le nom de l'enfant tels qu'ils résultent des énonciations de l'acte de naissance ou des mentions en marge de cet acte. En outre, ils reproduiront éventuellement les mentions de mariage, de divorce, de séparation de corps et de décès. En cas de pluralité d'unions, l'officier de l'état civil n'y fait figurer que la mention du dernier mariage à l'exclusion des mariages et divorces antérieurs, sauf demande expresse du requérant.
Les extraits d'acte de mariage indiqueront, sans autres renseignements, l'année, le jour du mariage, ainsi que les noms et prénoms, dates et lieux de naissance des époux, tels qu'ils résultent des énonciations de l'acte de mariage ou des mentions portées en marge de cet acte. En outre, ils reproduiront les énonciations et mentions relatives au régime matrimonial ainsi que les mentions de divorce et de séparation de corps.
Les mentions relatives à la nationalité française qui auraient été portées en marge de l'acte de naissance ne seront reproduites sur l'extrait d'acte de naissance que dans les conditions prévues à l'article 28-1 du code civil. "
Bien que le texte ne vise pas le mois, il est évident qu'il doit figurer dans les extraits d'actes.
Les extraits sans filiation doivent être délivrés à toute personne sans que celle-ci ait à justifier des motifs de sa demande.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Documentation
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 12:10

Messire François-Hyacinthe de Plœuc, chevalier, né à Landudec le 16 avril 1661, décédé le 18 janvier 1739 et inhumé dans l’église, évêque de Quimper du 19 juin 1707 à son décès, député des Etats de Bretagne pour le clergé en 1712, consacra l’église Saint Pierre et Saint Paul de Spézet le 9 juillet 1719 [Anno M.D.CCXIX Die IX Mensis Iulii. D. D. Ill(Ustrissi)mus et R. R. Fr. Hyac. de Ploeuc epus et comes Cornub. Hanc ecclesiam dedicavit et consecravit], fils de Messire René de Plœuc, chevalier, seigneur du Val, du Questel en Pouldergat par acquêt 1661, de Kergart en Landudec par acquêt de 1657, de Kerdané, de Laëguel et du Stang Corzou Bras en Landudec par acquêt de 1659, de Kerélan en Landudec par acquêt de 1662, de Kerandraon en Landudec en 1663, de Kerviher en Landudec de 1671 et autres lieux, chevalier de l’Ordre du Roy, maintenu noble d’ancienne extraction en 1671, et de Dame Marie Gourcun, dame de Méroc. 

 

L’Eglise de Bretagne, depuis ses commencements jusqu’à nos jours, ou, Histoire des siéges épiscopaux, séminaires et collégiales, abbayes et autres communautés régulières et séculières de cette province – M. l’abbé TRESVAUX, Paris, M DCCC XXXIX.

François Hyacinthe de Ploeuc du Timeur, né le 16 avril 1662, d’une famille ancienne et noble de Bretagne, était le fils du seigneur de Guelguifin en Landudec. Il étudia à Paris et revint ensuite à Quimper, où son mérite n’étant pas connu, il se trouva pendant assez longtemps sans bénéfice et dans une position peu aisée. Le P. Lachaise ayant entendu parler de lui d’une manière avantageuse, le désigna à Louis XIV, qui le choisit pour successeur à M de Coetlogon [François de Coëtlogon, 1631-1666-1706]. Sacré évêque de Quimper le 26 décembre 1707, il fit son entrée solennelle dans sa ville épiscopale au mois d’août de l’année suivante. Il se montra par son zèle digne de remplacer le digne prélat qui occupait le siège et qui avait laissé après lui une mémoire si honorable. Afin de rendre plus fructueux son ministère pastoral, il publia en 1710 des statuts qui sont encore en vigueur dans ce diocèse. Mais il ne se contenta pas de donner à son clergé de srègles de conduite, il lui servit en même temps de modèle. Le culte divin fut l’objet particulier de sa sollicitude, et il en augmenta la pompe. Attentif aux besoins spirituels de son troupeau, il le visita assidument pendant toute ka durée de son épiscopat, et s’appliqua surtout à donner aux paroisses de bons parteurs. Le séminaire de Quimper lui dut une belle église qui manquait à cet établissement. Comme MM. Du Louet et de Coetlogon, M. de Plœuc favorisa les missions et augmenta les bâtiments de la maison de retraite de Quimper. Sa tendresse pour les pauvres se manifesta par l’intérêt qu’il portait aux hôpitaux et par ses abondantes aumônes. Chéri de son clergé et de son peuple, estimé de Louis XV, qui connaissait son mérite, ce vénérable prélat passa du temps à l’éternité le 6 janvier 1739, à l’âge de soixante-dix-sept ans. Il fut inhumé dans son église, et l’on plaça sur sa sépulture un obélisque, qu’on y voit encore et qui porte son épitaphe.

 

Biographie Bretonne, recueil de notice sur tous les Bretons qui se sont fait un nom, soit par leurs Vertus ou leurs crimes, soit dans les Arts, dans les Sciences, dans les Lettres, dans la Magistrature, dans la Politique, dans la Guerre, etc., depuis le commencement de lère chrétienne jusqu’à nos jours – P. LEVOT, Vannes, 1857.

PLŒUC du TIMEUR (François-Hyacinthe de), – issu d’une famille d’ancienne extraction de l’évêché de Saint-Brieuc, qui portait d’hermines à trois chevrons de gueules, était fils du seigneur du Guilguiffin, en Landudec, et marquis du Timeur. Il naquit le 16 avril 1662. Après avoir terminé ses études et reçu les ordres à Paris, il revint à Quimper, où son mérite n’étant pas connu, il resta sans bénéfice, jusqu’à ce que le P. Lachaise, qui avait entendu parler de lui d’une manière avantageuse, l’eût désigné ppour l’évêché de Quimper, auquel il fut nommé au mois de décembre 1707. C’est lui qui fit construire la belle église du séminaire de cette ville. La discipline et la liturgie de son église lui doivent : I. Statuts et réglements synodaux de Quimper. Quimper, Perrier, 1710, in-12. II. Proprium sanctorum diœcesis Leonensis. Saint-Pol-de-Léon, Le Sieur, 1736, in-12. Ce propre, réimpression de celui que Hardouin avait publié à Quimper, en 1660, est encore en vigueur dans le diocèse, ainsi que les statuts mentionnés plus haut. C’est aussi par les soins, et sous la direction de ce vénérable prélat, que fut publié le Recueil des actes de Nosseigneurs les cardinaux archevêques de France, pour l’acceptation de la constitution, avec le mandement de Mgr l’évêque de Quimper. Quimper, 1714, in-12. Il mourut dans cette ville, le 6 janvier 1739, et fut inhumé dans son église. On y voit encore un obélisque sur lequel est gravée son épitaphe.

 

Les Hôpitaux de Quimper – M. FATY, Société Archéologique du Finistère, Quimper, 1883.


François-Hyacinthe de Plœuc, évêque de Quimper (1707-1739)
Site Mairie de Quimper

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 07:32

Mélanges d’histoire et d’archéologie bretonnes

Histoire et Archéologie Bretonnes, Rennes, Paris, 1855.

 

Notice sur Jean de Plœuc ou de Plouec, évêque de Tréguer – Il gouverna l’église de Tréguer pendant onze ans, de 1442 à 1453, - et c’est à peu près là tout ce que nous apprennent sur son compte D. Morice et le P. Albert. Cet évêque méritait mieux ; car il a été véritablement par ses fondations, ses travaux, sa charité, l’un des plus grands bienfaiteurs de l’Église et de la ville de Tréguer au XVe siècle : comme on l’apprend d’une notice latine, écrite, semble-t-il, peu de temps après sa mort et insérée dans un ancien catalogue des évêques de Tréguer. Ce catalogue, dont j’ai retrouvé dernièrement une copie à la Bibliothèque Impériale, est dit avoir été pris d’un livre ancien estant aux archives de l’eglise de Treguer, parlant des benefices et dignitez de ceste eglise. Tout ce que je vais dire de Jean de Plœuc est résumé ou traduit de ce catalogue.

Cet évêque naquit au Tymeur, paroisse de Poullaonen, diocèse de Quimper. Il était docteur ès-lois quand il faut élu d’une voix unanime par le Chapitre de Tréguer pour remplir le siège épiscopal de cette église, le 4 mai 1442 et la même année le pape Eugène IV confirma cette éléction par ses bulles datées de Florence.

Jean de Plœuc s’occupa en premier lieu de rehausser l’éclat et la dignité du culte dans son église cathédrale. Comme elle n’avait point encore de psalette, il en fonda une, composée d’un maître et de six enfants de chœur : pour assurer l’avenir de cet utile établissement, il y attacha à perpétuité plusieurs dîmes en Penguénan et la plus grande partie de celles de Pédernec ; mais la psalette n’ayant pas pu joinr effectivement de ces dîmes que dix ans après son institution, c’est Jean de Plœuc lui-même qui pendant tout ce temps pourvut à son entretien de ses propres deniers.

C’est lui qui procura l’établissement des douze vicariats et du sacriste de la cathédrale de Tréguer, et qui y fit annexer à perpétuité l’église paroissiale de Tredarzec [Le texte latin présente ici quelque obscurité, mais nous publierons le document original en entier à l’appendice de notre volume de Mélanges : Manuscrit n° 1056 du fonds Saint-Germain français, à la bibliothèque impériale – B (Fol. 183 1442-1453) Johannes de Plouec].

En reconnaissance de ces fondations importantes, chaque jour après Complies, les enfants de la psalette faisaient, au tombeau de Jean de Plœuc, la recommandation des âmes des fidèles défunts, avec un De profundis et les collectes des morts. Ce tombeau était situé à l’entrée du chœur, et devant le jubé de la cathédrale de Tréguer. Chaque jour aussi, avant chacun de leurs repas, au Benedicite et aux grâces, les enfants de la psalette faisaient mémoire de leur premier fondateur en priant pour son âme.

Jean de Plœuc ne s’occupa pas seulement des cérémonies du culte, mais aussi de l’édifice qui en était le théâtre. Les travaux que lui attribue notre catalogue sont véritablement considérables. C’est lui, en effet, qui fit commencer et achever ce cloître si élégant que les artistes et les archéologues admirent encore aujourd’hui au Nord de la cathédrale de Tréguer ; il construisit une sacristie ou revêtuaire (revestiarium), et au-dessus une bibliothèque pour le chapitre. L’intérieur de la cathédrale était alors fort mal décoré et même par endroits assez délabré ; elle n’avait point de pavé ; le maître-autel était pauvre, les murailles nues, et quelques fenêtres sans vitraux de couleur, etc. Jean de Plœuc pava l’église ; il fit peindre les voûtes et les parties supérieures des murs, où l’on vit, grâce à lui, resplendir les effigies des anges, des patriarches et des prophètes. Il fit placer à ses propres frais une grande verrière dans la fenêtre du transept méridional, fit refaire le grand-autel avec son retable et toute sa décoration ; fit réparer les grandes orgues de la cathédrale et y en établit de petites qui n’existaient point auparavant. Il fit transcrire à ses frais, à Avignon, et apporter de là à Tréguer un grand Commentaire sur le droit-canon, dont il dota la bibliothèque du Chapitre. Il donna à la fabrique de la cathédrale un drap de soie d’un grand prix, de couleur pourpre, tissu de fil d’or et brodé de figures, qu’il avait aussi tiré d’Avignon pour faire sa chapelle épiscopale ; il y ajouta des tapisseries pour tendre le chœur aux grandes fêtes.

On pense bien que notre évêque n’oublia point saint Yves, si cher aux Bretons et surtout au diocèse de Tréguer ; Jean de Plœuc, en effet, fit faire à ses frais la grande verrière de l’église Saint-Yves de Kermartin, où se dessert aujourd’hui, si je ne me trompe, la paroisse du Minihy-Tréguer.

Il mena aussi à bien une affaire qui n’était point de petite conséquence pour l’honneur de son église et de sa ville épiscopale. Jean V, duc de Bretagne, avait exprimé par son testament la volonté d’avoir sa tombe dans la cathédrale même de Tréguer, non loin de celle du glorieux saint Yves ; mais à l’époque de sa mort, survenue en 1442, la chapelle où devait reposer son corps n’étant point encore prète à le recevoir, les restes mortels du prince furent déposés provisoirement dans la cathédrale de Nantes. Une fois en possession de ce dépôt, les Nantais se sentirent pris d’un vif désir de le garder, et trouvèrent mille prétexes pour ne le point rendre. Jean de Plœuc comprit que le meilleur moyen de vaincre leur résistance était d’achever entièrement le tombeau et la chapelle du duc, afin d’ôter tout motif plausible à cette mauvaise volonté. C’est ce qu’il fit, et le résultat répondit à son attente : en 1452 selon le manuscrit que nous suivons, en 1451 selon Albert-Le-Grand, le corps de Jean V fut enfin solennellement inhumé dans l’église cathédrale de Tréguer.

Jean de Plœuc ne s’occupait pas que de son église , et c’est à lui que Tréguer dut, on peut le dire, sa place centrale, la place de la Ville (platea villa), comme l’appelle notre manuscrit : elle existait déjà cependant ; mais notre prélat la fit élargir et aplanir à ses frais, opération qui nécessita l’enlèvement d’une masse énorme de terres : cette place n’avait non plus jamais eu de pavé ; il en donna un à toute la partie comprise entre la cathédrale, la Cohue et la porte de l’évêché.

Le manoir épiscopal lui dut aussi les accroissements considérables : Il fit construire, dit notre manuscrit, la grande tourelle (magna cochleam) de ce manoir avec les habitations et les divers bâtiments qui y touchent, et aussi les grandes étables, la grande grange et le grand puits de l’évêché.

Sa charité pour son peuple se manifesta de plus d’une manière. Une fois, dans une année de disette et de cherté des grains, au temps des semailles, il fit distribuer aux pauvres et aux laboureurs tous les blés qu’il avait dans ses greniers, et se trouva ainsi réduit à en emprunter lui-même du Chapitre pour son entretien et celui de sa maison.

Je ne dis rien de ses aumônes continuelles ni des messes qu’il faisait dire incessamment pour les pauvres gens qui n’auraient pu les payer. Mais je ne puis omettre le trait suivant qui se rapporte à un usage particulier de cette époque. La pénitence publique était alors et depuis longtemps tombée en désuétude ; mais certaines cérémonies en dérivant continuaient à subsister. Ainsi, l’on avait encore coutume de prononcer le mercredi des Cendres l’exclusion hors l’église des personnes coupables de certains péchés graves et publics, et ces personnes n’étaient ensuite admises à la communion pascale qu’avec des lettres d’absolution scellées du sceau de l’évêque ; pour ces lettres comme pour tous les actes ainsi scellés, le secrétaire de l’évêché avait un droit de sceau, assez peu considérable, mais onéreux néanmoins pour le petit peuple. Que faisait alors notre bon prélat ? Il déposait, pendant la semaine sainte, son sceau épiscopal chez le portier de l’évêché, qui scellait gratis toutes les lettres d’absolution.

Son austérité égalait sa charité et croissait en quelque sorte avec l’âge. Dans les dernières années de sa vie, il jeûnait presque continuellement et s’abstenait entièrement de manger de la chair ; ce ne fut que dans sa dernière maladie, sur les conseils répétés de ses confesseurs et de ses médecins, qu’il consentit à rompre cette abstinence pendant un peu de temps.

Il fut pris de cette maladie : les médecins lui ayant ordonné de changer d’air, on le transporta au manoir de Coadélan (in manerio de Coatezlan), d’où Dieu, qu’il avait servi avec tant de zèle, le rappela à lui le 6 juin. Il y avait à son lit de mort un grand concours de peuple de toute condition, et un plus grand encore, le lendemain à ses funérailles, quand on rapporta son corps dans son église cathédrale, où il fut enterré, comme je l’ai déjà dit, à l’entrée du chœur, devant le jubé.

L’auteur anonyme que nous suivons résume en ce squelques lignes l’épiscopat de Jean de Plœuc : Il défendit eet exerça louablement l’autorité ecclésiastique de sa charge qu’il transmit pleine et entière à ses successeurs, sans avoir craint cependant de s’en servir lui-même contre les grands et les puissants, quand ils le méritaient pas leurs fautes. Il mit un zèle tout spécial à protéger, entre toutes sezs ouailles, les clercs et les pauvres, et aima toujours au plus haut point sa cité épiscopale.

J’ai cru qu’une telle vie, si pleine de vertus, de bonnes œuvres et de beaux travaux, méritait mieux que la sèche mention à quoi se sont bornés jusqu’à présent nos histoires, j’espère que le lecteur ne me démentira point. A. L. B.

B. (fol. 183) 1442-1453. Joannes de Plouec, legum doctor, Corisopitensis diocesis, du Tymeur, parochiæ de Plouelauyen, qui fuit electus unanimi consensu per capitulum Trecorense, 4a die mensis Maii anno Domini 1442, quibus die et anno fuit etiam per dominum nostrum Eugenium papam IV, elctus, confirmatus seu pronuntiatus in episcopum Trecorensem Florentiæ. Et die Mercurii 6a mensis Junii, obiit in manerio de Coatezlan, ubi pro mutione aeris, propter infrmitates quibus detinebatur, declinaverat. Cujus corpus die Jovis sequenti fuit delatum ad ecclesiam Trecorensem, et fuit sepultum in introitu chori, a parte superiori ejusdem ecclesiæ, ante pulpitum, anno Domini 1453.

Hic episcopus fundavit psalletam sex puerorum cum magistro suo et cet. (?) hujus ecclesiæ, qua penitus caruerat per antea, procuravit sibi decimas seu magnam partem decimarum de Pedernec cum certis decimis de Penguenan, priusquam hujusmadi unio sortiretur effectum, tenuit et sustentavit circiter per decem annos expensis propriis, ita plenarie sicut a viginti annis et penitus fundata et continuata existit. Fecitque pariter imptrari, ad securiorem et laudabiliorem cultus divini continuationem cum sacrista et ecclesiam parrochialem de Tredarzec sibi unitam et in perpetuum annexam, reservata sibi eorum cantoris et capituli ejusdem ecclesie, cum omnimoda dispositione, provisione et regimine prefatorum magistri el sex puerorum psallette in posterum plenarie pertinere, ut constat in provisionibus apostolicis, super hoc salutarem fit continuo ad ipssius pretactum (sic) sepulchrum, post completorium, per pueros ipsius psallette quotidiana recommendatio fideluim deffunctorum cum De profundis et collectis mortuorum. Unde etiam consueverunt ipsi pueri, ad benedictionem ipsorum mense et cibi assumpti regratiationem, ipsius quondam episcopi, primi sui fundatoris, in Domino salubriter memorari.

Ille laudabiliter deffendit et conduxit jurisdictionem ecclesiasticam, sanamque integram et plenam successoribus commisit ; eam etiam contra majores et potentiores delinquentes direxit ipsam ; clerum et miserabiles personas, inter ceteras oves suas, deffendes ; summopereque dilexit et civitatem istam.

Item, inter alia gesta ipsius recommendabilia, ordinavit primo incipi et edificari fecit claustrum istius ecclesiæ, et fecit ad perfectum conduci, vita comite; ac revestiarium et librariam desuper pariter radicitus fieri fecit; fecitque scribi illam magnam lecturam Bellemere (sic) Avenione et defferri sumptuose, cujus major pars est in eadem libraria. Item fecit mundari et totaliter devote et ornate honestari totam presentem ecclesiam, per antea multum ab intus minus nonestam et deformem, fecitque fieri ejus pavimentum quo ex toto caruerat, magnum altare cum tabula et reliquo ipsius apparatu. Fecit etiam ecclesiam depingere desuper cum angelis, patriarchis et prophetis. Item fecit reparare magna organa et parva de novo fieri. Item magnum vitum australe ipsius ecclesiæ fieri fecit et de proprio solvit. Item similiter magnum vitrum Sancti Ivonis de Villa Martini. Item donavit fabricæ istius ecclesiæ pannum sericum purpureum magni pretii auro contextum et figuratum, quem Avenione detulit pro capella sua integra et tapeta paramenti chori et cet.

Fecit etiam multum aperte planare plateam Ville, unde fecit ad ipsius magnum decorem removere inestimabilem quantitatam terræ, et ejusdem pavimentum, quod nunquam habuerat, fieri, et signanter inter ecclesiam et polydomum et portam episcopalem. Item magnam cochleam cum habitationibus seu estagiis sibi inherentibus et magna stabula seu magnam grangiam et magnum puteum episcopale. Procuravit cum hoc continuare et perficere capellam domini Ducis parumper antea aliquantulum incœptam, ac ad eam cum magnis difficultatum questionibus fecit defferri et in eadem solemniter inhumari corpus quondam domini Joannis ducis Britanniæ, anno Domini 1452, qui decesserat anno Domini 1442 [apud Nannetas] et fuit ibidem ex tunce sepultum seu veracius depositum in ecclesia Sancti Petri corpus ejus, quia hic elegerat sepeliri : quod com magna fieri potuit difficultate.

 

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 20:27

Un catalogue des Evêques de Tréguier

rédigé au XVe siècle

Société d’Emulation des Côtes du Nord, Saint Brieuc, 1930

Par

René COUFFON

Johannes de Plœuc, legum doctor, corisopitensis diocesis, du Tymeur, parochiæ de Plœlavyen, qui fuit electus unanimi consensu per capitulum trecorense quarta die mensis maii anno domini millesimo quadringentesimo quadragesimo secundo, quibus die et anno fuit etiam per dominum nostrum Eugenium papam quartum electus, confirmatus seu pronuntiatus in episcopum trecorensem Florientiæ et die mercurii sexta mensis junii obiit in manerio de Coatezlan ubi pro mutatione aeris propter infirmitates quibus detinebatur declinaverat cujus corpus, die jovis sequentis, fuit delatum ad ecclesiam Trecorensem et fuit sepultum in introïtu chori a parte superiori ejusdem ecclesiæ ante pulpitum anno domini 1453 [54].

Hic episcopus fundavit psalletam sex puerorum cum magistro ; et ut hujus ecclesiæ quæ penitus caruehat per antea procurat sibi decimas seu magnam partem decimarum de Pledernec cum certis decimis de Penguenan assignari et unri in perpetuum quam inchoando priusque hujus modi unio sortiretur effectum, tenuit et sustentavit circiter per decem annos expensis propriis ita plenarie sicuti a viginti annos et penitus fundada continuata existis ; fecitque pariter impetrari ad securiorem et laudabiliorem cultus divini continuationem cum augmento duodecim vicariatus ejusdem ecclesiæ cum sacristu, et ecclesiam parochialem de Tredarzec sibi unitam et in perpetuum annexam reservata sibi eorum institutione et tunc ad presentationem dominorum cantoris et capituli ejusdem ecclesiæ cum omnimodo dispositione, provisione et regione prefatorum magistri el sex puerorum psallettæ in posterum plenarie pertinere ut constat in provisionibus apostolicis salubriter super hujus expeditionem, in quorum commemorationem salutarem fuit continue ad ipsius pretectum sepulchrum per pueros ipsius psalettæ quotidinana recommandatio fidelium deffunctorum cum de profundis et collectis mortuorum. Unde etiam consueverunt ipsi pueri, ad benedictionem ipsorum mense sibi assumpti regratiationem ipsius quondam episcopi primi sui fundatoris, in domino salubriter memorari [55].

Iste laudabiliter deffendit et conduxit juridictionem ecclesiasticam sanamque et integram et plenam successoribus commisit. Eam etiam contra majores et potentiores deliquentes direxit ipsam, clerum et miserabiles personas inter ceteras oves suas defendens summopereque dilexit et civitatem istam.

Item, inter alia gesta ipsius recommandabilia, ordinavit primo incipi et edificari fecit claustrum istius ecclesiæet fecit ad perfectum conduci vita commite ac reverstiarum et librariam desuper pariter radicines fieri fecit et perfecit ; fecit que scribi illam magnam lecturam Bellevacen. Avenione et deferi sumptuosa cujus major pars est in eadem libraria [56].

Item fecit mundare et totaliter devote et ornate honestari totam presentem ecclesiam per antea multum ab intus minus honestamet deformens, fecitque fieri ejus pavementum quo ex toto caruebat, magnum altare cum tabula et reliquo ipsius ornamenti apparatu. Fecit etiam ecclesiam depingere desuper angelis, patriarchis et prophetis. Item fecit reparare magna organa et parva de novo fieri.

Item magnum vitrum australe ipsius ecclesiæ fieri fecit et de propriis solidis ita similiter magnum vitrum de Sancti Yvonis de villa Martini.

Item donavit fabricæ istius ecclesiæ pannum sericum purpureum magni pretii auro contextum et figuratum quem Avenione detulit pro capella sua integra isti ecclesiæ data et tapeta paramenti chori, etc. [57].

Fecit etiam multum aperte planare plateam villae unde fecit ad ipsius magnum decorem removere inestimabilem quantitatem terræ et ejusdem pavementum quod nunquam habuerat fieri et signanter inter ecclesiam Polydonius et portem episcopalem. Item magnam cochleam cum habitationibus seu estagiis sibi inherentibus et magna stabula seu magnam grangiam et magnum puteum episcopales.

Procuravit com hoc continuare et perficere capellam domini ducis parumper antea aliquantulum incœptam ac ad eam cum magnis difficultatum quaestionibus fecit deferi et in eadem solemniter inhumari corpus quondam domini Johannis ducis Bretanniæ anno domini 1452 qui decesserat anno domini 1442 et fuit ibidem extune sepultum seu veracius depositum in ecclesia sancti Petri corpus ejus quia hic eligerat sepeliri quod cum magna fieri potuit difficultate.

Iste quondam J. de Plœuc, tempore famis et caritatis et denudationis bladorum fecit dari totum frumentum sui horrei per modum mutui coloniis et pauperibus.

Nulla unquam sequita solutione mundana unde opportuit ipsum accomodare a fratris suis de capitulo et suis officiariis provisionem residui anno domus suæ.

Item ultra et prætermissas et elemoninas per ipsum coutume fieri ordinatas fecit quandoque in septimana sancta ad clamorem pauperum pieta motus dari sigillum suum custodi portæ suæ ad sigillandum gratias pro deo omnes litteras absolutionum.

Item jeunbat per majorem partem temporis, annis ultimis suæ vitæ ab usu carnis penitus abstinendo præterquam in infirmitate sua ultima de consilio confessorum et medicorum pravo tempore.

Et ista de multis gestr suis laudabilibus hic signantur initio recolenda ad laudem Dei et salutem animarum et in caudam suis successoribus in exemplum salutare.

Obiit die septima mensis aprilis post Pascha anno domini 1453, præsentibus inter ceteros, magistricis Prigentio Barbuti thesaurenci, Joanne Johannin, Aufredo de Coatqueveran canonicis ejustem ecclesiæ, ipsius quondam domini Johannis episcopi contemporaneis et toto cursu suo temporali concomitantibus dum agebat in humanis et testibus ad ipsa cum populo.

Denuus per decessum dicti de Plouec, sexto calend. Augusti ejusdem anni 1453, fuit per Nicolaum papam quintum provisus huie ecclesiæ Trecorensi in episcopum domino revendissimo magistro Joanne Coatquis, ejusdem diocesis, tune episcopo Rhedonensi et ad istam ecclesiam translato ; et, die martis 26e mensis martii obtinuit possessum hujus ecclesiæ vigore provisionis apostolicæ per procurationem ; die Jovis undecima aprilis post judica me celebrant, ejus Johannis adventum ut moris est.


[54]
L’évêque Jean de Plœuc, sur lequel ce catalogue donne tant de précieux détails, était le second fils de Jean, sr du Tymeur, en Poullaouen, et de Jeanne du Chastellier, fille elle-même de Jean et de Blanche de Rochefort. Ses armes sont : chevronné d’hermines et de gueules de six pièces, se voient encore au tympan de la fenêtre de la sacristie actuelle et en brosse dans le cloître avec les armes de ses successeurs, Jan de Coetquis et Christophe du Chastel, armoiries malheureusement très martelées, mais reconnaissables cependant [v. croquis dans Chardin : loc.cit., p. 74].

En dehors des faits signalés, rappelons que, le 17 août 1447, par mandat du pape Eugène IV, il érigea l’église paroissiale de Tonquédec en collégiale. Dans les statuts de 1450, les seuls qui nous soient parvenus [D. Martène, p. 1152, et D. M., Pr. II, 1522], l’évêque, voyant que les fêtes chômées du diocèse étaient une charge trop grande pour le peuple, permit pour vingt-deux d’entre elles de vacquer aux affaires, après la messe, comme à l’ordinaire. Il maintint cependant la fête de Saint-Georges dans les paroisses de Plougasnou et de Pleubian, celle de Saint-Gonéry à Plougrescant, la fête de Saint-Maudet à Hangoat, celle de Saint-Eutrope à Plougonven, enfin celle de Saint-Briac à Bourbriac. Ces statuts réglaient également les formalités pour le changement de domicile.

[55] La psalette de Tréguier a fait l’objet d’une étude de Lamarre présentée en 1863 à la Société d’Emulation, qui, malheureusement, n’en à publié qu’un compte rendu sommaire.

Lapsalette, institué par acte du vendredi 5 ami 1544, fut dotée des fruits d’un canonicat, de l’émolument de la chape de la fondation ducale enfin de cinquante livres de rentres dues à la chapellenie Saint-Nicolas, fondée autrefois par Catherine de Troguindy, dame de La Rochejagu, et annexée à la spalette par consentement des héritiers d’Alain du Parc en date du 18 janvier 1443. Les titres de cette chapellenie font connaître que cette fondation était assise sur les dîxmes en Penvénan, Plouguiel et Plougrescant. Le pape Nicolas V confirma la fondation, par bulle du 27 juin 1449 ; et, quelques années plus tard, par acte du 6 février 1453, le duc Pierre déchargea les havres et port de La Roche-Derrien des 500 livres de rentes dues au chapitre pour la fondation de son père et donna en échange ses droits sur les paroisses de Plouguiel et Plougrescant, qui relevèrent ainsi totalement du chapitre. Par autre bulle du 30 avril 1451 , le même pape avait conféré à Pierre de la Chapelle la paroisse de Pommerit-Jaudy, valent cent livres tournois, suspendant ainsi, indiquait-il, l’union, à la spalette nouvellement institué, d’une des quatre paroisses dont les revenus lui étaient attribués. Les trois autres étaient : Pédernec, Louargat et Pommerit-le-Vicomte [Registres du Vatican, 471, fol. 220, v°, et Registres de Latran, 482, fol. 53, v°].

Enfin, par bulle du XII des calendes de février 1456, le pape Calixte III confirma aux seigneurs, chantre et chanoine du chapitre, le droit de nommer, instituer, déposer et révoquer les sacriste, recteurs, vicaires, maître et enfants de la spalette fondée durant le siège épiscopal de feu de bonne mémoire Jean de Plœuc, évêque de Tréguier, sans attendre le consentement ni l’appel du seigneur évêque.

Comme le mentionne le catalogue, le sacriste était en même temps recteur de Trédarzec et devait donc, en principe, résider en cette dernière paroisse. Il fut recnnu que pour la conservation du trésor, ministration du trésor et autres fonctions, il était nécessaire qu’il demeura à la cathédrale ; aussi, par acte du 24 septembre 1474, le grand vicaire de l’évêque Christophe du Chastel, l’exempta-t-il de résider à Trédarzec à condition de constituer à sa place, en cette dernière paroisse, un prêtre capable de célébrer la messe, d’administrer les sacrements et de remplir les autres fonctions curiales [A. C.-d-N., G. 118].

[56] Voir à ce sujet : de la Borderie : La Bibliothèque du chapitre de Tréguier au XVe siècle [Archives du bibliophile breton : Rennes, 1907, T. IV, p. 33 et suiv.].

Le catalogue original, conservé aux Archives des Côtes-du-Nord, mentionne bien entre autres : Speculum naturale domini Vincencii Belvacen. in XVIII libris.

[57] Voir inventaire de la sacristie de l’église cathédrale de Tréguier en 1626 : Une lampe d’argent à trois petits couneaux armoiés au bas des armes du Sr évèque de Plouec, à trois chevrons rompus semés d’ermines et une chappe de drap d’or à fond de velours rouge cramoisy, avec une chasuble, deux tunicques, une estolle et un fanon de mesme parure, armoyé des armoiries du seigneur évêque de Ploec [Mémoires de la Société archéologique des C.-d.-N., T. II, 2e série, p. 17].
Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 20:21

La cathédrale de Tréguier
Recueil de peintures et sculptures héraldiques
Bulletin monumental de la Société d’Archéologie, Paris, 1886
Par
M. P. CHARDIN

Cœur de la cathédrale.
Jean de Plœuc, qui fut évêque de Tréguier, de 1442 à 1453, était inhumé à l’entrée du chœur : et fuit sepultum in introïtu choris, a parte superiori ejusdem ecclesiæ, ante pulpitum, anno Domini 1453. (Manuscrit, fonds français, 18697. Bibliothèque Nationale).
D’après ce que rapporte le manuscrit que nous venons de citer, cet évêque fut le principal bienfaiteur de la cathédrale, qu’il s’efforça d’enrichir et de décorer. Ainsi il fonda une psalette, composée de six enfans de chœur et d’un maître de chapelle ; porta le nombre de vicaires à douze, fit éléver un maître-autel magnifique. En outre, il fit remanier et compléter le dallage de la cathédrale, orna les murailles de peintures représentant des anges, des patriarches et des prophètes, répara les orgues, dota de verrières la partie est de la cathédrale et la chapelle Saint-Yves, fit construire le cloître, la sacristie et la bibliothèque.
Il étendit ses bienfaits à la ville, qu’il fit aplanir et paver, particulièrement entre la porte épiscopale et l’église Polydonius.
Enfin, il acheva la chapelle du duc et y fit déposer en grande pompe le corps de Jean V, en 1442. Il mourut l’année suivante, le 7 avril, parès Pâques, assisté de Prigent Barbu, trésorier, de Jean Jeanin et d’Auffray de Coatquénéran, chanoines…


Chapelle Saint-Nicolas.
Cette chapelle, dont les vitres appartenaient au sieurs de La Roche-Jagu, paroisse de Ploëzal, et la suivant (Saint-Martin), sont enclavées dans la sacristie actuelle, et nous pensons que la dernière renfermait la tombe de l’évêque Jean de Plœuc, mort en 1456. Effectivement, la fenêtre de la sacristie conserve un fragment de vitrail de cet évêque : d’hermines à trois chevrons de gueules. Il existe dans les Archives du chapitre, à la date du 5 mai 1444, un acte de fondation, par l’évêque Jean de Plœuc, d’un maître de psalette et de enfants de chœur, ladite fondation dotée d’un canonicat et prébende de 50 livres de rente, due à la chapellenie de Saint-Nicolas, fondée à la cathédrale par les sieurs de Troguindy.
Nous voyons aussi que le même évêque, ayant remarqué que certains gentilshommes avaient fait graver ou peindre leurs armes en lisière autour des églises, en concluaient qu’ils pouvaient se dirent seigneurs propriétaires desdits lieux, fit une ordonnace pour réprimer cet abus…

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 20:01

I Messire Juhaël, sire de Plœuc, issu en juveigneurie de la Maison de Poher, chevalier, vivant en 1202, père de :

II Messire Maingot, sire de Plœuc, chevalier, épousa peut-être une demoiselle du Plessis, dame dudit lieu en Ergué-Armel, dont :

III Messire Guillaume Ier, sire de Plœuc, chevalier, épousa en 1270 Constance ou Jeanne de Léon, dame de Plouyé, fille d’Hervé, vicomte de Léon, dit Le Simple, décédé vers 1264, et de Marguerite, dont :

1) Jehanne de Plœuc, dame dudit lieu et de Plouyé audit lieu, épousa en 1292 [à condition que les enfants qui naitraient de leur mariage prendraient les nom et armes de Plœuc] Tanguy de Kergorlay, chevalier, seigneur du Tymeur en Poullaouën, peut-être fils puîné de Pierre de Kergorlay, seigneur dudit lieu en Motreff, sénéchal de Cornoüaille, fit parti des quatre seigneurs qui portaient la chaise de l’évêque, et de Thomasse de Lanvaux, dont postérité.

Il existe à la même époque que Juhaël un Herué Sire de Ieuc, cité en 1203 par Pierre Le BAUD dans son Histoire de Bretagne, avec les chroniques des Maisons de Vitré et de Laval, Paris, M.DC.XXXVIII.





Plœuc (de) : d'hermines à trois chevrons de gueules.
 

 

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 19:39

B. 72. (Registre.) — In-folio, papier, 280 feuillets.

1660-1661. — Insinuation des contrats et actes méritant appropriement. — Donation d'une rente annuelle et viagère de 400 livres faite par haute et puissante dame Mauricetle-Renée de Plœuc, veuve de messire Donatien de Maillé, au sieur Vareillas, docteur en théologie, historiographe du duc d'Orléans, en récompense des services qu'il a rendus à la maison de Maillé, etc.

 

B. 230. (Liasse.) — 125 pièces, papier.

1740-1766 — Rébellion contre le sieur Le Mezec, sergent général et d'armes, chargé de faire la vente, dans la ville de Plœuc, des effets mobiliers saisis chez Yves-Gabriel Bahezre, sieur de Penanech.

 

B. 619. (Liasse.) — 143 pièces, papier.

1727-1729 — Procédures concernant : Yves Thomas, condamné à la même peine pour avoir volé, pendant la nuit, avec effraction, 82 livres de fil dans l'écurie de la Corne-de-Cerf, et, au marché de Plœuc un cheval vendu par lui, le lendemain, 24- livres à la foire de Jugon.

 

B. 1013. (Cahiers.) — In-4°, papier, 25 feuillets.

1680-1682— Audiences tenues par maître Hervé, sénéchal, au bourg de Plœuc. — Tutelle des enfants de Mathurin Beloeil et d'Anne Tunnel. — Émancipation de Perrine Robindaine. — Avis des parents pour faire décréter le mariage de Charles Noury et de Jeanne Tardivel. — Condamnation de François Chapron à payer sa quote-part de la pension due à sa mère Renée Rouillird. — Décret d'ajournement personnel contre Anne Abreiiamet converti, par défaut de comparution, en prise de corps, etc.

 

B. 1069. (Liasse.) — 150 pièces, papier.

1774-1776. —Scellés, inventaires, partages et ventes concernant les successions mobilières : de maître Philippe Garnier, avocat, sénéchal du comté de Plœuc, décédé en la ville d'Uzel, etc.

 

Plœuc B2895, pièces

Repost 0
Published by F du Fou - dans Archives
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 19:28

2 C 5424-5438 Insinuations suivant le tarif 1705-1791

5424.                16 mars 1705 - 28 mai 1720                         1

5425.                23 août 1720 - 16 mai 1727                         1bis

5426.                17 mai 1727 - 6 avril 1730                            2

5427.                6 avril 1730 - 26 janvier 1733                     3

5428.                27 janvier 1733 - 12 août 1735                   4

5429.                22 août 1735 - 22 janvier 1739                   5

5430.                23 janvier 1739 - 5 août 1742                     6

5431.                6 août 1742 - 14 août 1747                         7

5432.                15 août 1747 - 21 mars 1753                      8

5433.                22 mars 1753 - 8 août 1758                        9

5434.                9 août 1758 - 5 juin 1764                           10

5435.                6 juin 1764 - 23 septembre 1771               11

5436.                24 septembre 1771 - 20 février 1778        12

5437.                20 février 1778 - 17 février 1784               13

5438.                19 février 1784 - 24 septembre 1791        14

 

2 C 5439-5503 Centième denier 1705-1791

5439.                1er mars 1705 - 10 juin 1707                        1

5440.                10 juin 1707 - 10 février 1716                       2

5441.                10 février 1716 - 1er juin 1719                     3

5442.                1er juin 1719 - 30 juin 1720                          4

5443.                3 juillet 1720 - 20 novembre 1720               5

5444.                23 novembre 1720 - 26 avril 1723               6

5445.                30 avril 1723 - 23 mars 1725                        7

5446.                26 mars 1725 - 30 novembre 1725              8

5447.                1er décembre 1725 - 27 août 1726              9

5448.                28 août 1726 - 13 septembre 1727              10

5449.                14 septembre 1727 - 17 juillet 1728            11

5450.                18 juillet 1728 - 16 mai 1729                        12

5451.                17 mai 1729 - 22 mars 1730                          13

5452.                23 mars 1730 - 1er novembre 1730             14

5453.                2 novembre 1730 - 27 décembre 1731        15

5454.                28 décembre 1731 - 19 octobre 1732          16

5455.                19 octobre 1732 - 27 mai 1733                     17

5456.                28 mai 1733 - 18 janvier 1734                       18

5457.                19 janvier 1734 - 20 octobre 1734               19

5458.                21 octobre 1734 - 10 juin 1735                    20

5459.                10 juin 1735 - 31 janvier 1736                      21

5460.                1er février 1736 - 12 septembre 1736          22

5461.                13 septembre 1726 - 6 avril 1737                 23

5462.                6 avril 1737 - 12 décembre 1737                  24

5463.                12 décembre 1737 - 17 août 1738                25

5464.                18 août 1738 - 23 juillet 1739                       26

5465.                23 j uillet 1739 - 16 mai 1740                        27

5466.                16 mai 1740 - 23 décembre 1740                 28

5467.                24 décembre 1740 - 7 juin 1741                  29

5468.                8 juin 1741 - 20 février 1742                        30

5469.                20 février 1742 - 13 septembre 1742          31

5470.                13 septembre 1742 - 4 juillet 1743              32

5471.                4 juillet 1743 - 9 mars 1744                          33

5472.                9 mars 1744 - 21 juillet 1745                        34

5473.                22 juillet 1745 - 27 janvier 1747                  35

5474.                28 janvier 1747 - 4 janvier 1748                  36

5475.                4 janvier 1748 - 20 septembre 1748            37

5476.                21 septembre 1748 - 16 septembre 1749    38

5477.                16 septembre 1749 - 24 août 1750              39

5478.                25 août 1750 - 29 juillet 1751                       40

5479.                30 juillet 1751 - 10 juillet 1752                     41

5480.                11 juillet 1752 - 2 juillet 1753                       42

5481.                2 juillet 1753 - 23 mai 1754                           43

5482.                23 mai 1754 - 25 avril 1755                           44

5483.                25 avril 1755 - 11 mars 1756                         45

5484.                12 mars 1756 - 16 janvier 1757                    46

5485.                17 janvier 1757 - 4 février 1758                   47

5486.                5 février 1758 - 18 décembre 1758              48

5487.                19 décembre 1758 - 6 juillet 1760                49

5488.                7 juillet 1760 - 18 février 1762                      50

5489.                19 février 1762 - 5 février 1764                    51

5490.                5 février 1764 - 19 mars 1766                       52

5491.                20 mars 1766 - 31 janvier 1768                    53

5492.                1er février 1768 - 10 mars 1770                   54

5493.                10 mars 1770 - 11 mars 1772                        55

5494.                11 mars 1772 - 11 octobre 1773                  56

5495.                12 octobre 1773 - 23 juillet 1775                 57

5496.                24 Juillet 1775 - 4 juin 1777                         58

5497.                4 juin 1777 - 12 décembre 1779                  59

5498.                13 décembre 1779 - 1er novembre 1781    60

5499.                1er novembre 1781 - 9 septembre 1783     61

5500.                9 septembre 1783 - 2 juin 1785                   62

5501.                2 juin 1785 - 15 décembre 1786                   63

5502.                16 décembre 1786 - 6 octobre 1788            64

 

2 C 5504-5505 Petit scel : rôles des tailles et fouages 1697-1787

5504.                20 août 1697 - 28 juin 1706                 1

5505.                28 juin 1706 - 31 mars 1787                 2

 

2 C 5506-5528 Décrets volontaires 1728-1791

5506.                2 janvier 1728 - 20 avril 1730                                 1

5507.                24 avril 1730 - 30 novembre 1732                         2

5508.                4 juin 1736 - 25 septembre 1741                            4

5509.                25 septembre 1741 - 7 septembre 1744                6

5510.                27 septembre 1744 - 27 novembre 1747               7

5511.                2 décembre 1747 - 16 janvier 1751                        8

5512.                28 janvier 1751 - 21 avril 1753                               9

5513.                25 avril 1753 - 25 avril 1755                                   10

5514.                25 avril 1755 - 9 avril 1757                                     11

5515.                9 avril 1757 - 4 août 1759                                       12

5516.                6 août 1759 - 17 mai 1761                                      13

5517.                22 mai 1761 - 7 juin 1763                                       14

5518.                7 juin 1763 - 2 mai 1765                                         15

5519.                10 mai 1765 - 31 août 1767                                    16

5520.                31 août 1767 - 23 août 1769                                  17

5521.                25 août 1769 - 8 mars 1771                                   18

5522.                8 mars 1771 - 26 juillet 1772                                 19

5523.                26 juillet 1772 - 6 mai 1774                                   20

5524.                16 mai 1774 - 1er avril 1776                                  21

5525.                1er avril 1776 - 28 août 1778                                22

5526.                28 août 1778 - 19 juillet 1781                               23

5527.                19 juillet 1781 - 30 novembre 1785                     24

5528.                30 novembre 1785 - 16 juin 1791                        25

 

2 C 5529 Saisies réelles 1727

5529.                31 mars novembre 1727 - 29 décembre 1727

 

2 C 5530-5531 Bourse commune des huissiers et sergents 1705-1727

5530.                1er septembre 1705 - 8 octobre 1716

5531.                25 mai 1724 - 12 novembre 1727 Lac. : folios 1-6

 

2 C 5532 Exploits, saisies et bourse commune 1787-1791

5532.                30 septembre 1787 - 4 octobre 1791

 

2 C 5533 Extraits mortuaires 1767-1774

5533.                7 janvier 1767 - 21 janvier 1774

Paroisses de Gausson, Plédran, Plœuc, Saint-Carreuc.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Archives
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 19:23

REGISTRES

2 C 5334-5423 Contrôle des actes des notaires et des actes sous seing privé 1694-1791

5334.                17 février 1694 - 7 août 1695                                         1

5335.                30 août 1696 - 5 juin 1697                                              3

5336.                7 juin 1697 - 25 avril 1698                                              4

5337.                14 mars 1701 - 8 octobre 1702                                      7

5338.                12 octobre 1702 - 13 septembre 1704                          8

5339.                13 septembre 1704 - 2 novembre 1709                        9

5340.                3 novembre 1709 - 8 novembre 1712                          10

5341.                9 novembre 1712 - 21 juin 1714                                   11

5342.                21 juin 1714 - 27 mai 1719                                             12

5343.                27 mai 1719 - 30 juin 1720                                             13

5344.                1er juillet 1720 - 26 décembre 1720                              14

5345.                28 décembre 1720 - 8 mai 1722                                     15

5346.                8 mai 1722 - 23 juillet 1723                                            16

5347.                26 juillet 1723 - 2 septembre 1724                                17

5348.                4 septembre 1724 - 25 janvier 1726                             18

5349.                25 janvier 1726 - 11 juillet 1727                                    19

5350.                11 juillet 1727 - 30 décembre 1728                               20

5351.                30 décembre 1728 - 13 avril 1730                                 21

5352.                13 avril 1730 - 20 juillet 1731                                        22

5353.                21 juillet 1731 - 24 novembre 1732                              23

5354.                25 novembre 1732 - 12 février 1734                            24

5355.                12 février 1734 - 29 mai 1735                                        25

5356.                29 mai 1735 - 17 août 1736                                           26

5357.                17 août 1736 - 22 septembre 1737                               27

5358.                22 septembre 1737 - 16 novembre 1738                     28

5359.                17 novembre 1738 - 27 novembre 1739                      29

5360.                28 novembre 1739 - 3 juillet 1740                               30

5361.                4 juillet 1740 - 15 février 1741                                     31

5362.                15 février 1741 - 16 août 1741                                     32

5363.                16 août 1741 - 1er mars 1742                                      33

5364.                2 mars 1742 - 3 octobre 1742                                      34

5365.                4 octobre 1742 - 8 mai 1743                                        35

5366.                8 mai 1743 - 11 février 1744                                        36

5367.                12 février 1744 - 25 novembre 1744                          37

5368.                26 novembre 1744 - 2 septembre 1745                     38

5369.                3 septembre 1745 - 1er juin 1746                              39

5370.                3 juin 1746 - 28 février 1747                                      40

5371.                28 février 1747 - 20 novembre 1747                         41

5372.                21 novembre 1747 - 15 juillet 1748                           42

5373.                18 juillet 1748 - 3 mai 1749                                        43

5374.                4 mai 1749 - 4 janvier 1750                                        44

5375.                5 janvier 1750 - 15 octobre 1750                              45

5376.                16 octobre 1750 - 30 juin 1751                                 46

5377.                1er juillet 1751 - 11 mars 1752                                  47

5378.                12 mars 1752 - 22 novembre 1752                           48

5379.                22 novembre 1752 - 23 juillet 1753                         49

5380.                24 juillet 1753 - H avril 1754                                    50

5381.                12 avril 1754 - 22 décembre 1754                            51

5382.                23 décembre 1754 - 9 septembre 1755                   52

5383.                10 septembre 1755 - 4 mai 1756                              53

5384.                5 mai 1756 - 13 janvier 1757                                    54

5385.                13 janvier 1757 - H octobre 1757                           55

5386.                15 octobre 1757 - 22 juin 1758                               56

5387.                23 juin 1758 - 20 février 1759                                 57

5388.                21 février 1759 - 18 octobre 1759                          58

5389.                19 octobre 1759 - 14 juin 176O                              59

5390.                15 juin 1760 - 3 février 1761                                   60

5391.                4 février 176I - 13 octobre 1761                             61

5392.                14 octobre 1761 - 11 juin 1762                               62

5393.                12 juin 1762 - 16 mars 1763                                    63

5394.                18 mars 1763 - 29 novembre 1763                         64

5395.                30 novembre 1763 - 27 juillet 1764                        65

5396.                28 juillet 1764 - 10 mai 1765                                   66

5397.                10 mai 1765 - 26 mars 1766                                     67

5398.                26 mars 1766 - 9 novembre 1766                           68

5399.                10 novembre 1766 - 16 juin 1767                           69

5400.                18 juin 1767 - 2 mars 1768                                      70

5401.                3 mars 1768 - 19 novembre 1768                           71

5402.                20 novembre 1768 - 10 août 1769                         72

5403.                11 août 1769 - 21 avril 1770                                   73

5404.                21 avril 1770 - 19 décembre 1770                          74

5405.                19 décembre 1770 - 30 août 1771                          75

5406.                31 août 1771 - 11 avril 1772                                   76

5407.                12 avril 1772 - 18 décembre 1772                          77

5408.                19 décembre 1772 - 6 septembre 1773                 78

5409.                7 septembre 1773 - 8 mai 1774                               79

5410.                8 mai 1774 - 7 février 1775                                      80

5411.                8 février 1775 - 17 novembre 1775                        81

5412.                17 novembre 1775 - 16 août 1776                         82

5413.                16 août 1776 - 24 janvier 1778                               83

5414.                25 janvier 1778 - H juin 1779                                 84

5415.                14 juin 1779 - 23 octobre 1780                               85

5416.                24 octobre 178O - 22 mars 1782                            86

5417.                23 mars 1782 - 23 juillet 1783                                 87

5418.                24 juillet 1783 - 1er décembre 1784                       88

5419.                1er décembre 1784 - 21 mars 1786                        89

5420.                22 mars 1786 - 20 juin 1787                                   90

5421.                21 juin 1787 - 23 janvier 1789                               91

5422.                23 janvier 1789 - 24 septembre 1790                   92

5423.                24 septembre 1790 - 17 octobre 1791                  93

 

Repost 0
Published by F du Fou - dans Archives
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 12:50

BUREAU DE PLŒUC

2 C 5315 Vendeurs et anciens possesseurs 1774-1784

5315. 2 janvier 1774 - 16 décembre 1784 + 1 acte du 13 décembre 1773.

 

2 C 5316-5318 Acquéreurs et nouveaux possesseurs 1733-1780

5316. 22 janvier 1733 - H décembre 1753

5317. 27 décembre 1753 - 2 décembre 1771 + 1 acte du 29 novembre 1753.

Lac. : folios 1-9, 11-13, 36, 98 et 99 (lettres A et B en totalité, C, H, J, L, M en partie).

5318. 3 décembre 1771 - M mars I78O

 

2 C 5319-5322 Prise de possession, bannies et droits réservés (ordre alphabétique des acquéreurs) 1722-1786

5319. 2 avril 1722 - 9 novembre 1738

Lac. : lettre A.

5320. 20 novembre 1738 - 11 mars 1754

Lac. : lettre A en totalité, U-V en grande partie.

5321. 22 mars 1754 - 11 mai 1772 Lac. : lettres A et L en partie.

5322. 11 mai 1772 - 2 mars 1786

 

2 C 5323-5326 Baux à ferme (ordre alphabétique des bailleurs) 1741-1784

5323. 6 septembre 1741 - 9 septembre 1753

5324. 12 août 1754 - 10 octobre 1773 (1 feuillet)

5325. Cote réservée.

5326. 27 décembre 1773 - H décembre 1784

+ 49 actes renvoyés du 9 octobre 1785 au 27 juin 1789.

 

2 C 5327-5328 Sépultures et professions en religion 1774-1788

5327. 1er janvier 1774 - 28 décembre 1780

Paroisses de Gausson, Plédran, Plœuc, Saint-Carreuc .

5328. 1er janvier 1781 - 28 mai 1788

 

2 C 5329-5330 Successions collatérales payées (ordre alphabétique des décédés) 1716-1788

5329. 15 décembre 1716 - 15 mars 1779

Lac. : folios 1, 2, 45 et suivants (lettre A en totalité, B, C, L et R en partie).

 

2 C 5330. 7 avril 1779 - 13 mai 1788

 

2 C 5331-5332 Partages (ordre alphabétique des décédés) 1710-1754

5331. 7 août 1710 - 30 décembre 1732 Lac. : lettre A en grande partie.

5332. 19 janvier 1733 - 25 juin 1754

 

2 C 5333 Partages (ordre alphabétique des copartageants)1773-1784

5333. 21 décembre 1773 - 9 décembre 1784

Repost 0
Published by F du Fou - dans Archives
commenter cet article

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

La Belle du Lié

Fête de la Pomme de Terre

9/10 septembre 2017

http://www.belledulie.fr/

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).