Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 05:00

Olive du Chastellier.

Jehan Aiguillon, de l’ordonnance.

Antoine de Bréhant, par Hilaire Eveillart.

Alain Le Moënne, par Charles Le Moënne.

Guillaume et Léonard Visdelou.

Rolland Riou.

Olivier Visdelou, par Olivier son fils.

Jean de Bréhant.

Guillaume Roulle, par Olivier Roulle.

Alain Guéhenneuc et Aliette de Bocenit, sa femme.

Jean Budes, fils Guillaume, mineur.

Guillaume Hus, en brigandine, voulge et gorgerette.

Guillaume Bernard, pour Geffroy Bernard, à pied, non armé.

Matheline Morel, par Pierre Cadin.

L’héritier Guillaume Morel.

Guillaume Chesnet.

Jean Penthièvre, de l’ordonance.

Pierre Budes, par Olivier Martin.

Jean Visdelou.

Me Jean Hamon.

Guillaume de Ploeuc.

Pierre Juhel.

Guillaume Penréal.

Tristan de Bréhant et Peronnelle de Robien sa mère.

Geffroi et Alain Visdelou, par Guillaume Visdelou.

Guillaume Normand.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 05:00


Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 05:00


Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 05:00



Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 05:00



Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 05:00



Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 05:00



Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 05:00

La lignée de J.-B. ILLIO vient de Joseph-François ILLIO qui naquit le 05/07/1736 à Gausson, devenu tisserand,il se marie à Isabelle CLEMENT (filandière,19 ans) le 26/07/1760. Ils eurent 9 enfants de 1763 à 1779, dont Julien-François, né le 11/01/1779 .

 

Julien-François ILLIO est l'arrière grand-père de J.-B. ILLIO. Il devient laboureur et tisserand, se marie à Perrinne GALLAIS (rectifiée en CALLEC en 1816) née à Gausson en 1780. Le mariage a lieu le 01/10/1803. Ils eurent 8 enfants dont Joseph le grand-père de J.-B. ILLIO .

 

Joseph ILLIO, né le 21/10/1816, est devenu laboureur et charpentier, se maria à Anne LEBRETON, ménagère, en 1845. Elle est domiciliée à Gausson, née en 1815 et décédée en1875 à La Roncière. Joseph décéda en 1848, écrasé par un pont. 2 enfants sont nés:

 

1) Jean-Marie (père de J.-B. ILLIO) né le 30/12/1845 à Gausson.

2) Ange né en 1848 à La Roncière. C'est à cette période que la famille vint habiter à cet endroit, après la mort du père. Ange mourut en 1885 par noyade. Il eut 2 enfants.

 

Jean-Marie ILLIO, le père de J.-B. ILLIO, tisserand, puis employé des chemins de fer, se maria à Pélagie GEORGELIN le 26/12/1872. Pélagie est née le 15/10/1849 à La Roncière et décédée le 29/12/1900 à Saint-Brieuc. 8 enfants sont nés de cette union. Jean-Baptiste, né le 18/11/1873 à La Roncière était l'ainé. Resté célibataire, il est décédé en 1963 à Saint-Brieuc.

 

SA VIE: né le 18 novembre 1873 à Ploeuc (22)-Bachelier avec la mention « très bien » sténographe à l'Agence HAVAS à Paris, jusqu'en 1909 - sténographe du Conseil Général des Côtes du Nord de 1909 à 1934 - sténographe de la Chambre d'Agriculture de 1927 à 1940 - professeur de sténographie aux cours professionnels de Saint-Brieuc depuis leur création 1919, Jusqu'en 1933 - Conseiller municipal de Saint-Brieuc, de 1912 à 1935 - Membre de la commission de la bibliothèque municipale de Saint-Brieuc depuis 1919. Croix de guerre, croix du combattant 1914-1918 .

 

LES OEUVRES : Histoire de St. Brieuc, avec illustrations, 360 pages

conan de Prépéan, père de la sténographie française, 26 pages

Cours complet de sténographie, 72 pages

Ploufragan (22) autrefois et aujourd'hui, 80 pages

Ploeuc (22) autrefois et aujourd'hui, 100 pages

Les rues de St-Brieuc,leur histoire, leurs curiosités, 64 pages

Les deux voies, poésies, 185 pages

Mes souvenirs de guerre 1914-1918, 120 pages

Jean-Baptiste Illio, raconté par lui-même, 90 pages

Il est l'auteur d'une demi-douzaine de brochures sur divers sujets,et d'environ un millier d'articles dans les journaux politiques, littéraires et sténographiques .

 

 

Monique Le Charpentier

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 05:00
Charles Eliot était laboureur à Locmalo près de Guémené sur Scorff vers 1680, son fils Guillaume (1706-1746), mesuisier, porta le nom de son père puis celui d’Illiot. 

 


Ledit Guillaume eut plusieurs enfants :

Mathurine (1735-1736) et Joseph-François (°1736) furent déclarés sous le nom d’Illiot ;

Olivier-François (°1739) : Lio ;

Pierre (°1743) et Jacques (1745-1745) : Illio ;

Marie-Rose (°1746) : Ilio.

 

C’est sous Joseph-François Illiot, tisserand, que le nom perdit son « T » pour devenir Illio. Patronyme porté par sa descendance jusqu’à notre Jean-Baptiste Illio (1873-1963). 

   

Quant à Olivier-François Lio (°1739), il eut une descendance sous le nom de Lio.

 

 

D’après les recherches de Monique Le Charpentier

Repost 0
Published by F du Fou - dans Documentation
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 05:00

En breton, le mot binioù kozh signifie « vieille cornemuse », par opposition à la cornemuse écossaise importée en Bretagne au début du XXème siècle ; toutefois, d’autres noms étaient attribués à la cornemuse bretonne : on parlait de poach-binioù, sac’h-binioù ou encore binioù bihan (petite cornemuse).

En français, le mot binioù désigne généralement le binioù-kozh.

Le binioù-kozh est sans aucun doute l’instrument le plus traditionnel et le plus populaire de Basse-Bretagne. Il en existait dès la fin du XVIIIème siècle, et probablement antérieurement aussi. Des gravures anciennes montrent le kozh avec un grand lévriad, ce qui attesterait qu’il a autrefois joué à la même hauteur que les bombardes.

Mais dès le début du XIXème siècle, le lévriad devient subitement beaucoup plus réduit et prend sa taille actuelle : le son en devient donc beaucoup plus aigu, et le binioù-kozh joue ainsi une octave plus haut que la plupart des très nombreuses cornemuses existant de par le monde.

Le binioù-kozh est composé d’une poche en peau de vache ou de mouton, d’un sutell pour envoyer l’air dans la poche, d’un bourdon donnant en continu la note correspondant à la tonalité de l’instrument, et du lévriad, grâce auquel le sonneur peut jouer la mélodie. Les pièces de bois (sutell, levriad, bourdon) étaient faites autrefois en buis, et depuis peu en ébène.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Documentation
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 05:00

Le mot  bombarde  provient du latin bombus, signifiant « bruit sourd »

La bombarde fait partie des instruments à anche double (comme les hautbois elle fait partie de la famille des chalémis) dont on trouve des traces anciennes partout en Europe et au Moyen-Orient.

Les plus anciennes traces que l'on ait en Bretagne sont des sculptures ou des tableaux religieux datant du XVIè siècle, où la bombarde et le biniou sont montrés comme des instruments diaboliques. Mais le terme bombart apparaît pour la première fois dans le "Catholicon Breton de Jehan Lagadeuc en 1499. 

Au moyen-âge cet instrument était joué dans toute la france mais n'a subsisté qu'en Bretagne. 

De nos jours, en Europe occidentale, la bombarde est utilisée essentiellement en Bretagne, mais elle a de nombreux cousins en Espagne (la dolçaina), en Europe de l'Est, en Orient et en Afrique du Nord. 

A l'origine c'était un instrument diatonique (qui ne peut jouer qu'une octave, une série de sept notes), la deuxième octave n'étant apparue qu'en 1830. Actuellement la bombarde est toujours diatonique, toutefois le chromatisme peut existé sur des airs lents par le jeux sur l'anche, les fourches(doigté particulièrement difficile et périlleux) ou les clés. 

En Bretagne, l'influence des caractères et tempéraments divers a amené de nombreuses variantes dans l'instrument. Ainsi en basse Cornoüaille, on a eu des petites bombardes en ut, qui s'adaptaient très bien au jeu brillant des sonneurs et à la vigueur des danses. Au contraire en Vannetais, la bombarde, plus grave (en la) faisait évoluer des gens beaucoup plus calmes et plus nobles aussi.

La bombarde n'est quasiment jamais employée seule car elle demande un effort physique nécessitant des temps de repos. Elle est accompagnée de diverses manières, soit par des binious coz (vieux biniou, petite cornemuse), soit par des binious braz (grand biniou) ou d'autres bombardes.

Sa vocation première est d'être un instrument à danser. Quand on voit des peintures anciennes montrant une foule nombreuse dansant en plein air au son de la bombarde et du biniou, on comprend que l'on ait cherché à en faire un instrument puissant.
Repost 0
Published by F du Fou - dans Documentation
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 05:00
L'histoire de la harpe celtique en Bretagne s'écrit véritablement à partir du XIXème siècle. Il y aurait certes bien des choses à dire sur la question de la présence ancienne de semblable instrument en ce pays. Les quelques éléments dont on dispose (représentations picturales et plastiques, allusions littéraires en breton et en français) ne sont jamais que quelques pièces d'un puzzle auquel toute vraisemblance fera toujours défaut  ce qui est ensentiel à l'écriture d'une l'histoire : des dates et des documents écrits précis.

En revanche, le passage de Thomas Price par la Bretagne en 1829 est bien avéré. Le pasteur gallois, barde Carnhuanawc, y était venu superviser la première traduction bretonne de la Bible. Il était de surcroît bon connaisseur de la harpe, instrument national de son pays, à laquelle il s'était quelque peu adonné dans sa jeunesse.

Bien des éléments font donc penser qu'il fut le tout premier à s'interroger sur une hypothétique harpe bretonne. "Depuis quand la harpe était-elle passée d'usage en Bretagne ?" écrivait-il en effet en 1827 au vicomte Hersart de La Villemarqué qui mettait alors la dernière main à la première édition du Barzaz Breiz.

On ignore s'il y eut réponse de sa part. On sait toutefois que séjournant dix ans pls tard au Pays de Galles, La Villemarqué fait connaissance de Thomas Gruffyd, qu'il entend à la harpe triple. Celui-ci l'impressionne suffisamment pour qu'il l'invite à se produire pendant le premier congrès celtique international organisé à Saint-Brieuc en 1867. Gruffyd devient ainsi le premier harpiste de tradition celtique à se faire entendre depuis bien longtemps en Bretagne.

Il faut ensuite attendre les premières années du XXème siècle pour que se révèle le premier harpiste breton de l'ère moderne (Pol Diverrès, médecin originaire de Lorient).

La Harpe Celtique,
L'anthologie Vol1.
Editions Coop Breizh.
Repost 0
Published by F du Fou - dans Documentation
commenter cet article
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 05:00
Cadastre de La Roncière - 1842
Archives Départementales des Côtes d'Armor
Repost 0
Published by F du Fou - dans Documentation
commenter cet article
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 05:00
François-Hyacinthe de Plœuc,
né à Landudec le 16 avril 1661
décédé le 18 janvier 1739 et inhumé en la cathédrale de Quimper,
évêque de Quimper du 19 juin 1707 au 18 janvier 1739

+
FRANC HYACINTHE DE PLOEVC
ILLYSTRISSIMO GENERE XVI APRILIS MDCLXIINATVS
EPISCOPVS CORISOPITENSIS XXVI DECEMBRIS MDCCVII CONSECRATVS
FORMA GREGIS EX ANIMO FACTVS
SACRARVM DISCIPLINARVM ET DIVINI CVLTVS ZELATOR
VASTAM DIOE CESIM PER ANNOS XXXII SEDVLO VISITAVIT
ADITVM NOVITATIS APVD SVOS PRAECLVSIT
PAROCHIIS OPTIMOS PASTORES PRAEFECIT CLERVM NVLLI SECVNDVM FORMAVIT
SEMINARIVM MVNIFICENTISSIMVS AMPLIFICAVIT INSIGNI BASILICA DECORAVIT
VIROS APOSTOLICOS AERE ADJVVIT VERBO ET EXEMPLO ANIMAVIT
XENODOCHIA DOMOS ASCETICAS INSTAVRAVIT ET AEDIFICAVIT
SIBI PARCVS IN PAVPERES LARGVS SE SVAQVE IMPENDIT
PLENVS DIERVM ET MERITORVM DILECTVS DEO ET HOMINIBVS POPVLO NOSTRO ET PRINCIPI...
OBIIT DIE VI JANVARII ANNO MDCCXXXIX
CLERO SVO DEDITVS PVRGAVIT FILIOS LEVI ET COLAVIT...
ET FVERVNT DOMINO OFFERENTES SACR...

Photo Alain Billard
Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 05:00
Le Dictionnaire d'histoire de Bretagne fut lancé, il y a une dizaine d'années, par une équipe comprenant Jean-Christophe CASSARD, Alain CROIX, Jean-René LE QUEAU et Jean-Yves VEILLARD. Ce projet s'inscrivit naturellement dans les programmes des éditions Skol Vreizh.

Le
Dictionnaire d'histoire de Bretagne est maintenant sur le point de paraître. Cet ouvrage monumental de 950 pages aura mobilisé 101 auteurs, qui auront écrit 910 articles, accompagnés de 434 illustrations et de 64 cartes originales. Il aura bénéficié du soutien du Conseil régional de la Bretagne administrative, du Conseil général du Morbihan, du Conseil général de Loire-Atlantique et de la communauté d'agglomération de Rennes-Métropole.
Sa parution, dans le courant du mois d'octobre, sera un événement. Il sera notamment présenté à Carhaix les 25 et 26 octobre dans le cadre du Festival du livre en Bretagne.
Cet ouvrage sera vendu en librairie au prix de 89 €, mais on peut le commander actuellement au prix de souscription de 76 € (+ 4 € pour les frais d'envoi).

Les commandes sont à adresser aux :
Éditions Skol Vreizh,
41 quai de Léon,
29600 Morlaix
Téléphone : 02.98.62.17.20
Adresse électronique :
skol.vreizh@waadoo.fr
Site : www.skolvreizh.com
Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

La Belle du Lié

Fête de la Pomme de Terre

9/10 septembre 2017

http://www.belledulie.fr/

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).