Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 15:43

Dans la famille des généalogistes, il y a le fils aîné, le généalogiste familial, né sous la royauté, qui aide les particuliers à retrouver leurs ancêtres et constituer leur arbre. Mais il y a aussi le cadet, le généalogiste successoral, né au XIX e siècle, chargé de son côté de trouver coûte que coûte l'ensemble des héritiers lorsqu'un ou plusieurs d'entre eux manquent à l'appel. Ce qui est le cas dans 2 à 3 % des successions.

 

phpThumb_generated_thumbnail.jpeg

Leur point commun ? Ils farfouillent, sans relâche, dans les archives municipales, les listes d'état-civil, les fichiers fiscaux, pour trouver des indices et identifier le chaînon manquant. Mais la ressemblance s'arrête là. D'abord, les successoraux sont avant tout des juristes qui connaissent sur le bout des doigts le droit de la succession. « Nous n'avons pas le même métier, même si nous utilisons en partie le même matériau, explique Dominique Masson (notre photo), dont l'étude est à Lille. Le généalogiste familial explore un temps plus ancien. Nous, on remonte jusqu'à six degrés de parenté, qui est le maximum légal pour hériter. On se limite donc aux arrière-grands-parents. » 

Le mythe de l'oncle d'Amérique 
Ce qui n'empêche pas qu'il y ait un côté détective chez le généalogiste successoral qui, dans 99 % des cas, est saisi par un notaire qui a un doute sur le nombre d'héritiers. « C'est sûr qu'il faut aimer fouiner, et on ne sait jamais sur quoi on va tomber, mais c'est compliqué d'identifier l'ensemble des héritiers et ensuite de trouver leur adresse. On fait d'ailleurs parfois appel à des agences de détectives », souligne Dominique Masson. Il y a des cas où c'est même très difficile, comme lorsqu'il s'agit de trouver les héritiers d'une famille de bateliers...
Et de nous montrer le résultat d'une des enquêtes de son cabinet, résumée sur une feuille A4. Avant d'exhiber la matière première qui a servi à la concocter : des dizaines de mètres d'arbre généalogique. « On ne peut pas se permettre de se tromper, il faut explorer toutes les pistes même si on n'a pas d'obligation de résultat », poursuit Dominique Masson.
Et dans cette enquête, qui dure en moyenne un à deux ans, et parfois jusqu'à cinq ans, les généalogistes successoraux sont amenés à aller aux quatre coins de la France, mais aussi dans le monde entier. Nathan Van Waas, qui dirige l'étude Exode à Aubry-du-Hainaut, dans le Valenciennois, est allé la semaine dernière chez des Anglais dont une partie de la famille avait vécu au Canada et une autre en France. Il va aussi régulièrement en Pologne, avec le nombre important d'immigrés de ce pays présents dans la région.
Et dans cette quête d'héritiers, les « successoraux » peuvent à la fois apporter une bonne nouvelle ou au contraire réveiller des souvenirs enfouis ou des histoires douloureuses... « Des conflits peuvent remontent à la surface, estime Nathan Van Waas. Et il est toujours difficile d'annoncer à quelqu'un, malgré un lien rompu, qu'un parent est décédé, surtout quand il s'agit d'un père ou d'une mère. » 

Secrets de famille 
Et ce n'est pas si rare puisque les enfants en ligne directe représenteraient un tiers des personnes recherchées. Dans ce cas de figure, Dominique Masson a une règle : ne pas annoncer la nouvelle par courrier et éviter de le faire par téléphone. Parfois, son intervention peut aussi révéler des secrets familiaux, toujours complexes à aborder, comme celui des enfants naturels. « Une fois, je cherchais les héritiers d'une dame qui vivait seule avec sa fille, raconte Dominique Masson. On a trouvé d'autres frères et soeurs. Il se trouvait qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette femme avait quitté son foyer car elle était enceinte d'un officier allemand. On a plein d'autres histoires comme ça. Et c'est toujours difficile de découvrir qu'un parent avait un pan de vie caché. » Mais le généalogiste successoral est parfois accueilli à bras ouverts. Comme lorsqu'il apprend à un héritier la mort d'un parent qu'il n'appréciait guère. Ou parce qu'il lui révèle qu'il devient millionnaire, avec le vieux mythe de l'oncle d'Amérique. « Ça m'est arrivé une fois ; avec le décès du dernier membre d'une riche lignée française de médecins, se souvient Nathan Van Waas. Je suis allé à l'étranger après avoir découvert un neveu éloigné, à l'époque, il avait touché neuf milliards de francs... » Et puis tout simplement, il peut aussi y avoir le plaisir de découvrir une famille dont on ignorait l'existence. D'ailleurs, c'est ce que préfère Dominique Masson dans son métier : « Quand on raconte à quelqu'un une histoire qui le concerne et qu'il ne connaissait pas, c'est clairement le moment le plus agréable. »

Article du Nord Eclair

Repost 0
Published by Nord Eclair - dans Presse
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 19:34

Les ruines de Rustéphan en Nizon (29)


 

UN CRI D’ALARME


 

Tous les ans et inlassablement depuis 15 ans, je lance – en vain - un cri d’alarme sur l’état de plus en plus critique des ruines du manoir de Rustéphan à Nizon.

J’ai multiplié des actions dans tous les sens pour alerter les élus, mais aucune n’a ébranlé les municipalités successives de Pont-Aven, pourtant directement et seules responsables du sort de ce monument historique en grand péril.

 

 

La Bretagne est très riche de son patrimoine architectural, mais rien dans toute la diversité de ce patrimoine, n’a d’équivalent avec ces célèbres et tragiques ruines. Depuis au moins trois siècles, le manoir d’origine ne connaît que destructions et pillages de ses pierres. Mais force est de constater avec respect que, de nos jours, les majestueuses ruines de cet ancien édifice du début de la Renaissance (1480) résistent toujours courageusement. S’il est vrai qu’il ne reste plus que deux fragments de l’ensemble (1/10e du tout : ce qui est peu), ils portent en eux un immense potentiel de rêve et d’émotion qui attire irrésistiblement des visiteurs passionnés d’Histoire et de vieilles pierres enchantées. L’erreur souvent commise est d’imaginer la reconstruction de l’édifice alors que se sont les ruines, en tant que telles, qui possèdent une force indescriptible comme l’avait exprimé l’historien CAMBRY en 1794.

Elles sont la plus ancienne et plus belle page de l’histoire des habitants de la commune.

 


Des proches voisins m’ont signalé que depuis quelque temps, ils entendent régulièrement des pierres tomber du haut de l’édifice.

 

C’est nouveau et très inquiétant à ce rythme soutenu.

 

À chaque poussée de vent, le hurlement sourd et lugubre des murs qui tremblent s’amplifie inexorablement.

 

Il y a danger en la demeure. Grand danger pour le public qui fréquente les lieux. Grand danger pour la survie de ce petit bout de choux du patrimoine architectural breton : le chouchou des anciens habitants de Pont-Aven, de Nizon et d’ailleurs, considéré aujourd’hui par les décideurs de la commune comme un vulgaire tas de cailloux : je ne cesse de le répéter.

 

Gérard BERTHELOM 

A lire :

Article OUEST-FRANCE du 17 mai 2011 : Le manoir de Rustéphan dans une situation critique.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Le manoir de Rustéphan attend un miracle.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Gérard Berthelom tire la sonnette d'alarme.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Isabelle Biseau : "une impasse juridique"

 

 

rust1.JPG
Le Rustéphan, reconstitution faite par l'architecte Bigot en 1884
rust3.jpg
vers la fin du XIXème
rust4-copie-1.JPG
au siècle dernier
rust2.jpg
de nos jours...
rust5.jpg
Pont-Aven. - Ruines de Rustéphan
Collection Amaury de la Pinsonnais
Repost 0
Published by Gérard BERTHELOM - dans Presse
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 10:21

009.JPG

157. - Ploeuc. - La Place un jour de foire - L'Eglise 

Collection Lequien-Ravalec, à Moncontour.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 07:50

Joseph Stéphaux, le dernier résistant, s'est éteint - Ploeuc-sur-Lié

vendredi 06 mai 2011
Joseph vient de recevoir sa médaille de porte-drapeau en mai 2009.

 

 

Nécrologie

Avec la disparition de Joseph Stéphaux, rue de la Gare, à l'âge de 86 ans, c'est le dernier grand résistant local et une véritable figure ploeucoise qui vient de nous quitter. Apprenti à la boucherie Boudet avant de tenir la sienne au Bourgneuf, il entre aux salaisons Guilmoto et terminera sa carrière à Sambre et Meuse. Joseph était surtout connu comme sportif, licencié à Quessoy, pendant des décennies. Les Ploeucois ont vu la silhouette gracile de notre crossman parcourant à l'entraînement les routes de la commune.

Mais la notoriété de Joseph est due à son passé de résistant. Entré au bataillon de Valmy, il fut l'un des premiers à libérer Lorient. Autre fait marquant, il fut chargé de porter les plis entre les maquis de la région. Son titre de circulation lui permettait de rouler librement et notre homme dissimulait les messages dans le cadre de sa bicyclette, sous la selle : un endroit qui n'attira jamais l'attention des Allemands. Naturellement le porte-drapeau des anciens combattants était bardé de médailles qu'il arborait lors des cérémonies.

Les Ploeucois garderont de lui le souvenir d'un homme intègre, boute-en-train, au commerce agréable, jamais avare d'un bon mot : Joseph, enfin était le météorologue local et en début d'année il avait prévu un printemps chaud et un été caniculaire.

Ses obsèques seront célébrées samedi 7 mai, à 10 h 30, en l'église de Ploeuc-sur-Lié.

Repost 0
Published by Ouest-France - dans Presse
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 18:27

Pâques est à l'origine une fête païenne qui annonçait le solstice de printemps.


La date de Pâques change chaque année. Elle est fixée, depuis l'an 325 (Concile de Nicée), au premier dimanche suivant la première pleine lune de printemps ou plus précisément, le dimanche qui suit le 14ème jour de la pleine lune. Cette date se situe entre le 22 mars et le 25 avril.


- Chez les Chrétiens, Pâques est la célébration de la résurrection de Jésus-Christ. 


- Chez les Juifs, Pâques (Pessa'h) commémore la sortie d'Égypte, la naissance d'Israël en tant que peuple et plus généralement elle est la fête de la liberté.

 

 

La tradition d'offrir des œufs remonte à l'Antiquité. Déjà, les Égyptiens et les Romains offraient des œufs peints au printemps car ils étaient le symbole de la vie et de la renaissance.

 

L'Église ayant instauré au IVème siècle l'interdiction de manger des œufs pendant le Carême et les poules continuant à pondre, les œufs pondus depuis le début du Carême – n'ayant pas été mangés – étaient alors décorés et offerts. De nos jours, le jeûne n'est plus observé aussi strictement mais la tradition d'offrir des œufs (notamment en chocolat) est restée.

 

A la fin de la veillée ou le jour de Pâques, il est coutume de se souhaiter de « Joyeuses Pâques », tandis que dans la majorité des pays de tradition des églises orthodoxes ou orientales on dit  : « Christ est ressuscité ! », et on vous répond « Il est vraiment ressuscité ! »

 

NB : Pâques est un nom masculin singulier lorsqu'on désigne la fête de Pâques, et un nom féminin pluriel lorsque s'y ajoute une épithète.

Repost 0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 07:20

En réalisant une imposante monographie communale de Saint-Jean- Kerdaniel, de 1789 à 1978, Jean-YvesLe Goff et Stéphane Barbier ne s'attendaient pas à exhumer les pittoresques aventures du curé Kerambrun.

1.000 photos, 1.700 manuscrits, des dizaines de cartes et coupures de presse... et 5.000heures de travail. C'est le temps qu'il a fallu à Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier pour réaliser une oeuvre colossale: un double DVD retraçant 200ans d'histoire de Saint-Jean-Kerdaniel, via 2.900documents légendés, classés en 64albums. 

Sauver la mémoire 

«C'est en 1998 que je me suis dit que, bientôt, il n'y aurait plus d'anciens pour indiquer qui se trouve sur les vieilles photos. J'ai donc commencé un travail de collectage dans les familles pour recueillir les témoignages et récupérer les boîtes de photos qui, souvent, partent à la poubelle lors des héritages», explique Jean-Yves Le Goff. Une exposition suivra. Puis, de la rencontre avec Stéphane Barbier, ingénieur informaticien, naîtra l'idée d'un DVD. Clé d'accès à un voyage à travers les âges, il offre l'occasion de mesurer l'évolution des paysages, du patrimoine, des modes et, plus largement, des us et coutumes de l'époque. «Sur ce point, les mariages sont un précieux indicateur. Ainsi, avant guerre, coiffes du Trégor et du "châté" se côtoient, ce qui n'a rien de surprenant dans ce secteur à la frontière du pays bretonnant et du pays gallo. Puis, elles disparaissent petit à petit du paysage». 

 

 

Proche de la comtesse 

Ces passionnantes chroniques communales et paroissiales révèlent aussi un sacré «tempérament»:le curé Kerambrun. Nommé en 1886 à Saint-Jean pour arrondir les angles, il va, en fait, entrer en conflit contre le châtelain pendant de longues années. Ses prédécesseurs ont à peine tenu six mois. Pendant huit ans, tout se passe à merveille. Mais, en 1894, à la mort de la comtesse dont le recteur était le confesseur très proche, les relations se dégradent. Décoration de l'église pour les funérailles puis horaires des messes... tout est prétexte pour opposer ces deux figures de Saint-Jean-Kerdaniel. Une guerre de tranchées sur fond de missives et de déplacements à l'évêché, au grand dam de la hiérarchie du recteur. Les hostilités ne cesseront qu'à la mort du comte, en 1900. 

«L'inventaire sacrilège» 

Mais le curé, lui, restera dans la commune jusqu'en 1922, son caractère et ses combats divers ne plaidant pas en faveur de son avancement. De fait, il se fera aussi remarquer lors de la séparation de l'État et de l'Église, notamment via un violent réquisitoire, en 1905, contre «l'inventaire sacrilège». Par ailleurs, pour récupérer l'héritage de son frère, marié à une lady britannique, il ira jusqu'à faire intervenir le duc d'York via un ami curé devenu cardinal. En vain. Il vivra donc pauvre jusqu'en 1935. Il sera enterré à Tréguier à l'issue d'une vie riche en aventures en pays gallo. PratiqueCommandes sur www.saintjeankerdaniel.com ou à jy.legoff@orange.fr.

  • Hervé Queillé

Article du Télégramme du 18 avril 2011

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/saint-jean-kerdaniel-les-tribulations-d-un-cure-de-choc-18-04-2011-1272179.php

Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier ont compilé 200 ans d'histoire de la commune de Saint-Jean Kerdaniel dans un double DVD. Photo Christian Hamonou

Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier ont compilé 200 ans d'histoire de la commune de Saint-Jean Kerdaniel dans un double DVD. Photo Christian Hamonou

Repost 0
Published by Le Télégramme - dans Presse
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 07:08

L'atelier de la tapissière bien fréquenté - Ploeuc-sur-Lié

mercredi 06 avril 2011
Le maire et les élus locaux sont admiratifs devant le travail de Patricia.

 

 

Organisée dans le cadre des Journées des métiers d'art, la porte ouverte organisée de conserve avec M. Caillet, ébéniste, restaurateur à L'Hermitage, a été très courue : « Je suis la première surprise du résultat et naturellement des retombées qui ne vont pas manquer », précisait Patricia au soir de la 3 e journée. Les visiteurs ont apprécié le travail de ces artistes qui ont de l'or dans les doigts.

Repost 0
Published by ... - dans Presse
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 15:25

 fa.JPG

fb.JPG

Patricia Le Boëtez, tapissière d'ameublement

 

site : Journée des Métiers d'Arts

Repost 0
Published by ... - dans Exposition
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:48

pl1.jpg

pl2.jpg

An Abregé eus an doctrin christen , Da Zisqui é pep Ilis Pares, er Chapelou, da Sul, ha da Oüel, er Scholiou, hag é pep ty. Dre Ordrenanç an Illustrissim, ha Reverendissim Escop à Kemper, ha Comt à Guerné. Composet gant an Tat Julian Maner, Religius à Gompagnunez Jesus - Julien MAUNOIR (1606-1683), commandité par  François-Hyacinthe de PLOEUC du TIMEUR (1661-1739), Quimper entre 1707 et 1732.

sur le site de la BnF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8612078d/f1.image.r

Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, RES-YN-21

Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 16:00

Lot n° 120. Couvert en argent modèle uniplat. La spatule ornée d’armoiries comtales.

Maître orfèvre Philippe Gambart de La Ruelle. (Reçu maître à Saint-Brieuc en 1758).

Poinçons de charge et de décharge pour Saint-Brieuc 1760 - 1774 (usures) - Circa 1771

Poids : 135 grs Est. : 250 à 350 €

(Voir reproduction page 17)

Catherine Emmanuelle de Goyon (née en 1797, décédée en 1805), comtesse de la Noue, épouse à Plémy le 29 octobre 1771, écuyer Godefroy le Nepvou de Carfort et lui donne cinq enfants (tous nés à Saint-Brieuc) dont Jean-François le Nepvou de Carfort, le célèbre chouan. 

Ce couvert peut avoir été offert aux époux en cadeau de mariage.

(Nous remercions M. Serge DAVY, expert en livres, pour ses recherches sur l’attribution historique).

gn

Extrait du catalogue des ventes, pages 16 et 17.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 18:00

Dans ce siècle dénommé l'âge d'or, la royauté était exercée par les sages, comme le pense Poseidonios. Ils tenaient la violence en bride et défendaient le faible contrele fort ; ils exhortaient et dissuadaient, ils signalaient l'utile et le nuisible. Leur prudence pourvoyait à ce que rien ne manquât à ceux dont ils avaient la charge ; leur valeur écartaient les périls ; leur bienfaisance améliorait, embellissait l'existence de leurs peuples. Gouverner ce n'était pas régner, c'était servir...

Sénèque, philosophe (-4 / +65)

Lettres à Lucilius

Repost 0
Published by F du Fou - dans Citations
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 08:03

c1

c2.JPG

c3.JPG

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 09:46

Nouveau livre : Louise de Keroual, par Alain Boulaire, aux Editions du Télégramme, 188 pages, 18 euros

Article du Télégramme

 

Louise-Renée de Penancoët, dite Louise de Keroualle ou Keroual, orthographié aussi Kerouazle, était la fille de Guillaume de Penancoët et de Marie-Anne de Ploeuc

Deux pages  : 1 & 2.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Bibliographie
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 17:52

 

 

Estat des noms

 de ceux qui ont esté déboutez

de la Qualité de Noble & d'Ecuyer

 par Arrest de la Chambre

establie pour la Reformation de la

Noblesse en Bretagne.

A Rennes. Chez Iean Vatar, Imprimeur & Libraire ordinaire

du Roy, devant le Palais, à la Palme d'Or.

Avec privilège de Sa Majesté.

 

Du 18. May 1669. Monsieur le Febvre, Rapporteur.

Isaac Gourquet sieur du Tertre, demeurant à S. Eloy, paroisse de Ploëuc, Evesché & Ressort de S. Brieuc, contradictoirement debouté de la qualité d'Escuyer, & condamné en l'amende de 400. liv.

 

Du 21. May 1669. Monsieur le Iacobin, Rapporteur.

Iulien Pellan sieur des Saulveaux y demeurant paroisse de Plemy, Evesché de S. Brieuc, contradictoirement debouté de la qualité d'Escuyer, & condamné en l'amende de 400. liv.

 

Du 12. Juillet 1669.

Hardoüin Cheron sieur de Betoul, demeurant paroisse de Tredaniel, Evesché de S. Brieuc.

 

Du 29. Juillet 1669. Monsieur Lesrat, Rapporteur.

François Paslier sieur du Closneuf, demeurant au bourg de Plemy, Evesché de S. Brieuc.

 

Du 5. Aoust 1669. Monsieur le Feuvre, Rapporteur.

Christophle Houeix sieur de la Forest, demeurant au bourg de Plessala, Evesché de S. Brieuc.

 

Du 14. Aoust 1669. Monsieur Raoul, Rapporteur.

François Bocan, sieur de Bois-Brun, demeurant au bourg de Plessala, Evesché de S. Brieuc.

 

Du 16. Aoust 1669. Monsieur le Iacobin, Rapporteur.

Pierre Pelan sieur de la Garenne, Maurice Pelan sieur des Carnaiz, & Allain Pelan sieur des Landes, & Laurens Pelan sieur de Lespines freres, demeurans paroisse de Plemy, Evesché de S. Brieuc, contradictoirement deboutez de la qualité d'Escuyer, & condamnez chacun en l'amende de 400. liv.

 

Du 4. Septembre 1669. Monsieur de Larlan, Rapporteur.

Iacques Tardivel sieur du Vauhoudy, y demeurant paroisse de Tredaniel, Evesché de S. Brieuc, contradictoirement debouté de la qualité d'Escuyer, & condamné en l'amende de 400. liv.

 

Du 27. Octobre 1670. Monsieur des Cartes, Rapporteur.

François de la Coudre sieur de la Garenne, demeurant paroisse de Plouguenas & de S. Brieuc, Ressort de Rennes.

 

Du 24. Mars 1671. Monsieur des Cartes, Rapporteur.

Rolland Troussais sieur du Clozsuzain, y demeurant paroisse de Henon, Evesché de S. Brieuc, Ressort de Rennes.

 

Du 24. Mars 1671. Monsieur des Cartes, Rapporteur.

Pierre le Venneur sieur de la Hays, & Iean le Venneur sieur de la Chesnays, demeurant en la paroisse de Ploeuc, Evesché & Ressort de S. Brieuc.


Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 18:34

002-copie-1.JPG

9140. - Ploeuc - Fontaine et Croix de St Eloi

Coll. E. Hamonic, st B.

 

Ploeuc, le 6 Octobre 1933, à Monsieur et Madame Lorant

Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

Manoir de La Mare

Mare 6838
Mariages et festivités familiales
Séminaires et événements professionnels
Stages et expositions
Concerts et spectacles

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).