Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 16:41

Le rolle de la monstre et revue fète à Fougières le 26ème jour de juillet l’an 1488 de deux cent trente deux homme de guerre à pié estant en l’ost et armée que la roy nostre sire fait à présent tenir audit lieu soubz la charge et conduite de Jehan Pigasse, escuier, leur cappitaine, sa personne en ce comprise, par nous François Lucas, chevaliier de la Rochetesson, conseiller et chambellan, et Jehan de la Primaudaye notère et secrétère du roy nostre seigneur. A ce commis et ordonné icelle monstre et revue, servant comme lacquet de sire jehan Legendre, aussi conseiller et trésorier des guerres d’icelui sire, et par là, commis au payement desdits gens à pié, pour 15 jours environ, commençant ledit 26ème jour de juillet, desqels les noms et pénoms çy après s’ensuivent :

et premièrement

 

 ledit Jehan Pigasse, cappitaine

Guillaume Hiron

Guillaume Hubert

Richard de Servantin

Richart Vaulgeart

Geoggroy le Ridelet

Pierre Legoupil

Robert Aguillon

Pierre Chevalier

Jehan Bellantier

Guillaume Carbonnel

Guillaume Quetier

Jehan du Fossey

Pierre du Fossey

Anthoine Fouquet

Martin Marie

Raoulin Bonamy

Guillaume Lemière

Germen Lecornier

Lehan Lemasnier

Rogier Lecoude

Raoulet Pignagues

Thomas Deslandes

Jehan Marion

Jehan Périée

Louys Carbonnel

Odart Consnel

Philbert Lecharreton

Jehan  de la Valecte

Guillaume Martin

Thomas Damier

Gabriel Poullart

Jehan Vallée

Thomas Lesnart

Jehan Leblant

Thomas Panyé

Thomas Agappe

Liger Leroy

Jehan Varin

Guillaume Leconte

Perrin Duchemin

Jehan Hubert

Vincent Depréaulx

Laurens Hamon

Guillaume Letual

Richart Leprovost

Jehan Lefectey

Olivier Chenevielle

Michel Guibert

Jehan Grégoire

Jehan Rogier

Jacob Hubert

Silon Bourdet

Guillaume Bastart

Jehan Bessart

Richart Videlou

André Dubergier

Jehan Lesnart

        59                  

Guillaume Blomer

Jehan Pigasse

Jehan Daquesnay

Jehan Lejemble

Jehan Leveillart

Michel Mesnil

Michel Blomer

Jehan Gillebert

Jehan Lemesnager

Guillaume Guillotin

Guillaume Mouton

Pierre Normant

Michel Lefrançois

Guillaume de Douvre

Jehan Guéry

Jehan Levignereux

Jehan Dufresne

Jehan Lestournel

Thomas Baudin

Christofle Couillart

Michel Dumès

Robin Scelles

Guillaume Lecosturier

Philbert Jarnel

Vigou Gaudin

Guillaume Lejolys

Jehan Liorré

Jehan Coton

Michel Daguerre

Guillaume Lucas

Jehan Roussel

Ancel Marie

Jehan Doynel

Jehan Miton

Pierre Lebagues

Jehan Lebastard

Guillaume Ledur

Girès Ledur

Jehan Vivier

Jehan Hervieu

Thomas Poulart

Jehan Choquer

Giret René

Jehan Godart

Pierre Lelièvre

Pierre lepainblanc

Gillet Aufray

Jehan Deveu

Jehan Alain

Guillaume Jongan

Richart Lerousserel

Nicolas Jolys

Guillaume Grassart

Bertran Moisson

Jehan Tulout

Colin Jardin

Nouel Simon

        57                  

Nouel Lambert

Pierre Pivert

JehanLermicte

Guillaume Desfouls

Jehan Jousselin

Pierre Rivière

Jehan Savary

Jahan Amary

Jehan Passays

Jehan Loysel

Tuffin Delamoire

Guit Routon

Guillaume Berthault

Thomas Lebourgays

Robin Launay

Guillaume Canniout

Jehan Armel

Martin Moysson

Colin Torcher

Joffroy Stames Laisné

Jamet Lepénible

Bellien Bays

Georget Lefranc

Vincent Ysabel

Jacques Avirty

Jehan Seult

Colin Yvon

Guillaume Besier

Vincent Vinecuier

Richart Durant

Thomas Dutout

Raoul Fravont

Jehan Hamon

Jehan Jouhan

Jehan Des Loges

Gervais Lebohier

Jehan Girart

Germain Gallois

Cardot Hays

Pierre Camus

Loys Gallet

Pierre Lecoq

Jehan Aufray

Jehan Giret

Jehan Martin

Noël Bonnepeur

Thomas Bonbon

André Dangey

Michel Duval

Colin Mochon

Geoggroy Rouxel

Colin LemordelayPierre Alain

Richart Hébert

Colas Nobilcan

        57                  

Giret Saliou

Jehan Chevrel

Germain Pommeraie

Estienne Besnart

Colin Lyon

Edouart Fontaine

Geoffroy Leroy

Estienne Rogier

Robin Delaunay

Jehan Lebadays

Jamet Lefèvre

Pierre Picot

Jehan Leconte

Jehan Delisle

Guillaume Plansey

Colin Cause

Robin Legrant

Symon Chiefdevue

Thomas Ravenel

Mathieu Baron

Noel Brian

Perrin Hue

Symon Jouhan

André Baudouyn

Julien de Morcamin (?)

Colin Lenoble

Colin Lebonosier

Symon Besnart

Guillaume Denoie

Raoullet Denaye

Robert Noel

Colin Ballay

Thomas Scelle

André Senestre

Thomas Vauquelin

Pierre Davy

Jourdain Papillon

Jehan Du Moustier

Jehan Charles

Robin Harel

Jehan Alix

Geoffroy Desloges

Jehan Bienvenu

Jamet Gellin

Guillaume Auffray

Pierre Legoupil

Gilles Delanoë

Geoffroy Leridelet

Jehan Symon

Gilles Bernier

Colas Delafosse

Robin Duguey

Jehan le Régnelin

Jehan Martel

Pierre Hayer

Guillaume Ler

Perrin Reinier

Simon André

        58                  

Somme totale desdits gens de pié :  232

 

Nous François Lucas, chevalier, seigneur de la Rochetesson, conseiller et chambellean, et Jehan de la Primaudaye, notère et secrétère du roy notre sire, commissaires dessus nommés, certiffions aux gens des comptes dudit sire et autres à qui il appartiendra avoir vu et visiité par forme de monstre et revue les 232 gens de guerre à pié dessus nommés et escripts par nom et prénom estant soubz la charge et conduite dudit Jehan Pigasse, escuier, leur cappitaine, sa personne  en ce comprise : lesquels nous avons trouvés en bon et suffisant estat et habillement de guerre, cappables d’avoir et prendre chacun d’eulx la somme de 15 sous tournois à eulx ordonnés par ledit sire pour leurs gaiges et souldes de 15 jours entre commençant ledit 26ème jour de juillet. En tesmoing d’eulx nous avons signé ce présent rolle de nos noms, les jour et an dessusdits :

FRANCOIS LUCAS

PRIMAUDAYE

 

En la présence de moy, Robert Archambault, commis de maistre Denis Marcel, notère et secrétère du roy et contrôlleur de ses gens de guerre à pié, tous les dessusdits 232 hommes estant soubz la charge et conduite de Jehan Pigasse, escuier, leur cappitaine, sa personne en ce comprise, ont confessé avoir eu et receu de sire Jehan  Legendre, aussi contrôlleur et trésorier des guerres dudit sire et par lui commis au payement desdits gens de guerre  à pié, la somme de 464 livres tournois 13 sous  au feur de 15 sous tournois à chacun d’eulx ordonné par ledit sire pour leurs gaiges et souldes de 15 jours entre commençant ledit 26ème jour de ce mois de juillet. De laquelle somme de 464 livres tournois, les dessus dits et chacun d’eulx particulièrement se sont tenus et tiennent pour contens et bien payés. Et en ont quicté et quictent ledit sire. Tesmpoing, mon seing manuel cy mis à leur requeste, le 27ème jour de ce mois de juillet 1488.

ARCHAMBAULT

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 07:26

025.JPG

Du 2 juillet au 26 août, dans la maison de tisserants (ex Puissance 4), place des Fontaines, exposition « Des hommes, des passions ».

Mardi - Mercredi - Vendredi - Samedi

14h00-18h00

Jeudi

10h00-13h00 et 15h00-18h00

016.JPG

- La passion du vélo par Yves et Françoise Beautrait, avec Robert Pansard spécialiste du Paris-Brest-Paris, du Tour de France cyclo, et Jacky Provost.

023.JPG

- La passion du travail du bois par Armand Boscher, ancien menuisier.

017.JPG

- La passion des jouets en bois par  Juno Bravo.

019.JPG

- La passion des objets de la ferme par Eugène Gouédard, ancien mécanicien agricole.

020.JPG

- La passion du travail du cuir par Pierre Ecobichon, ancien bourrelier.

018.JPG

Repost 0
Published by ... - dans Exposition
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 19:33

moulingougeon.jpg

Moulin Gougeon en 1842

MoulinGoujon.JPG

Moulin Goujon vers 1970

 

Lors de la Réformation de la noblesse de Ploeuc, le 7 octobre 1426, est cité un Bertrand Goujon.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 21:28

Après avoir fabriqué les drapeaux nantais "Bro an Naoned" et vannetais "Bro Wened", puis le drapeau historique de la Bretagne "kroaz du", la société EMSAVER lance une souscription pour le drapeau des Ducs "Hermine plain"

 

 

EMSAVER : nouvelle marque bretonne, est une marque de vêtement et d'accessoires, destinée aux bretons et aux passionnés de la péninsule armoricaine aux couleurs de la Bretagne. A travers ses modèles, Emsaver, rappelle la Bretagne riche de son identité culturelle, de ses traditions et de ses valeurs de solidarité dans la lutte et de fierté qui ont fait d'elle une nation florissante et prospère.

 Pour plus d'informations : EMSAVERblog d'EMSAVER

Repost 0
Published by ... - dans Presse
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 16:53

I. Julien Guépin, épouse Guillemette Bochet, dont :

 

II. François Guépin, marchand de draps de soie à Rennes, épouse Guillemette Loyer, dont :

 

III. Maître Gilles Guépin, avocat au Parlement de Rennes, épouse Perrine-Louise Belnard, dont :

1) Gabriel-Pierre Guépin, qui suit ;

2) Julienne Guépin.

 

IV. Maître Gabriel-Pierre Guépin, avocat à la Cour, épouse Nicole-Françoise Segaud, dame de Kergjugu, dont :

 

V. Maître Jean-Jacques Guépin, né à Pontivy le 19 décembre 1730 et y décède le 29 octobre 1774, avocat à Pontivy, épouse Marie-Rose Laubé, dont :

1) Victor-Marie-Bonaventure Guépin, qui suit ;

2) Germain-Marie Guépin, qui suivra en VIbis.

 

VI. Maître Victor-Marie-Bonaventure Guépin, né à Pontivy le 30 janvier 1765 et y décède le 17 mars 1818, avocat et homme politique, chef de la Fédération de l'Ouest en 1790, procureur de la commune de Pontivy, administrateur du district en 1791, conseiller municipal de Pontivy sous l'Empire et la Restauration, représentant de la Chambre des Cent-Jours du 10 mai 1815 au 13 juillet suivant, épouse Marie-Reine-Julienne Hervé-Marialla, née à Moncontour en 1765 et décédée à Pontivy le 13 juin 1814, fille de Jean-Baptiste Hervé (du) Marialla, décédé en 1807, enregistreur à Moncontour, et de Reine-Marie Moisan, dont :

1) Jean-Louis-Victor Guépin, qui suit ;

2) Ange-Marie-François Guépin, qui suivra en VIIbis ;

3) Marie-Reine-Louise Guépin, décédée en 1876, épouse René Rabusseau, décédé en 1861, professeur de Réthorique au collège de Pontivy, dont postérité ;

4) Victoire-Marie-Françoise Guépin, née en 1796 ;

5) Jeanne-Louise-Marie Guépin, née à Pontivy le 29 Vendémiaire An III et décédée en 1876, épouse Théophile-François-Michel Boreau, propriétaire à Parthenay ;

6) Victor-Marie Guépin, née à Pontivy le 8 Fuctidor An IV ;

7) Joséphine-Louise-Sainte Guépin, née à Pontivy le 6 Floréal An VI et décédée en 1863, épouse François-Louis Le Moingn, percepteur des Contributions Directes de Pontivy ;

8) Colette-Mélanie-Catherine Guépin, née à Pontivy le 18 Prairial An VIII ;

9) Anonyme Guépin, né à Pontivy le 15 Prairial An X.

 

VII. Maître Jean-Louis-Victor Guépin, né à Pontivy en juin 1802 et décédé à Rennes rue aux Foulons n° 13 le 19 juillet 1869, licencié en Droit, notaire à Ploeuc de 1823 à 1836, juge de paix de l'arrondissement du Marin à La Martinique le 23 novembre 1828, magistrat, conseiller de l'arrondissement de Saint-Brieuc sous la Monarchie de Juillet, conseiller à la Cour Impériale de Rennes de 1854 à 1869, chevalier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur, épouse Joséphine-Marie-Françoise Tiengord de Tréfériou, dont :

1) N Guépin, épouse Louis Leverger, né en 1832, négociant à Loudéac.

 

_______________

 

VIIbis. Ange-Marie-François Guépin, né à Pontivy le 30 août 1805, décédé à Nantes le 21 mai 1873 et inhumé au cimetière de La Bouteillerie, franc-maçon en 1867, préfet de Loire-Inférieure le 5 septembre 1870 et démissionnaire le 4 octobre suivant pour raison de santé, épouse en premières noces à Nantes le 15 juin 1830 Adélaïde-Renée Le Sant, née en 1810 et dcoécédée en 1843, fille de Marc-François-Joseph Le Sant, né en 1786 et décédé en 1865, pharmacien, adjoint au maire de Nantes, conseiller-général de 1841 à 1845, et d'Adélaïde-Renée Haubois, en secondes noces à Nantes le 6 avril 1847 Clotilde Maussion, née en 1800 et décédée en 1849 [veuve de Jean-Michel Babin] fille de Pierre Maussion, né en 1770 et décédé en 1814, rentier demeurant à Haute-Goulaine, et de Jeanne-Marie-Josèphe Mailhos, décédée en 1815, et en troisièmes noces au Temple de l'Oratoir de Paris Ier Floreska-Clémentine Leconte, protestante, née en 1813 et décédée en 1889, fille de Pierre-Constant Leconte, né en 1792 et décédé en 1851, manufacturier, et de Louise Griotteray, décédée en 1880, dont du premier lit :

1) Ange-Victor Guépin, qui suit ;

2) Marie-Reine-Louise-Adélaïde Guépin, née en 1838, épouse Jules-Marie Lucas de Peslouan, protestant, notaire à Ploërmel, avocat à Nantes, conseiller-général de la Loire-Inférieure, dont postérité.

 

VIII. Docteur Ange-Victor Guépin, né en 1831 et décédé en 1880, médecin occuliste, conseiller municipal républicain de gauche de Bordeaux de 1870 à 1874, conseiller d'arrondissement en 1876, épouse Elisa-Suzanne-Elodie Mercat, née en 1844, dont :

1) Ange-Jean Guépin, qui suit ;

2) Elodie-Adeline Guépin ;

3) Marie-Suzanne Guépin.

 

AG.jpg
Docteur Guépin

 

IX. Docteur Ange-Jean Guépin, né à Bordeaux le 16 octobre 1866 et décédé en 1929, médecin à Cannes, lauréat de la Faculté de Médecine à Paris, professeur libre de chirurgie spéciale à l'Ecole pratique de la Faculté de Médecine de Paris en 1900, chef du service des voies urinaires à l'hôpital de Péan en 1902, chirurgien consultant du Ministère de la Justice en 1903, chevalier dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur le 31 décembre 1906 et officier le 9 janvier 1914.

 

_______________

 

VIbis. Germain-Marie Guépin, né à Pontivy le 11 juillet 1766 et décédé à Uzel le 6 avril 1809, marchand, épouse en premières noces au Quillio le 24 juin 1790 Françoise-Marie Cognet, fille d'Yves Cognet et de Jeanne-Marie Le Nevedec, et en secondes noces à Loudéac le 18 février 1805 Françoise-Jacquemine Caro Villourmel, née à Lamballe en 1777, ménagère, fille de feu Julien-Joseph Caro Villourmel et de feu Françoise Ruello, dont du premier lit :

1) Françoise-Marie Guépin, née à Uzel le 26 avril 1792

2) Victor-Georges Guépin, qui suit ;

Et du second :

3) Edouard-Jean-François Guépin, né à Uzel le 21 Frimaire An XIV ;

4) Alphonse Guépin, qui suivra en VIIbis.

 

VII. Victor-Georges Guépin, né à Uzel le 31 août 1797 et décédé à Quintin le 4 février 1883conseiller-général des Côtes-du-Nord, chevalier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur le 20 septembre 1869, épouse à Quintin le 13 février 1827 Rodolphine Le Coniac, née à Uzel en 1806, fille d'Hippolyte Le Coniac, et de feu Anne-Marie Baron, dont :

1) Victorine-Cécile Guépin, née à Quintin le 18 novembre 1827 et y décède le 19 mars 1885, sans alliance

2) Victorine-Anne-Marie Guépin, née en janvier 1830 et décédée le 10 novembre suivant ;

3) Victorine-Cécile-Pauline Guépin, née à Ploeuc le 28 février 1831, épouse à Quintin le 19 septembre 1858 Joseph-Ange Martin, né à Auray en 1827, fils de Théophile Martin et de feu Joséphine Fougère ;

4) Jenny Guépin, née en 1833 et décédée à Quintin le 19 juin 1896 ;

5) Alphonse-Marcelin Guépin, qui suit ;

6) Edouard Guépin, qui suivra en VIIIbis ;

7) Rézia Guépin, née à Quintin le 15 novembre 1840 et y décède le 12 avril 1856 ;

8) Rodolphe Guépin, né à Quintin le 16 juillet 1846 et y décède le 24 janvier 1875 ; 

9) Germain-Georges, né à Quintin le 19 février 1851 ;

 

VIII. Alphonse-Marcelin Guépin, né à Quintin le 27 octobre 1836, 

_______________

 

VIIbis. Alphonse Guépin, né à Uzel le 17 février 1808 et décédé à Saint-Brieuc le 8 décembre 1878, architecte du dépôt d'étalons de Lamballe de 1848 à 1859, conservateur des édifices diocésains de Vannes et de Saint-Brieuc de 1850 à 1856, architecte en chef du département des Côtes-du-Nord et de la ville de Saint-Brieuc de 1850 à 1878,  épouse Thérèse-Anne-Marie Martin, dont :

1) Elulalie-Marie Guépin, née en 1844, épouse à Saint-Brieuc le 23 avril 1867 Jean-Marie-Paul Even, né en 1842, fils de Jean-Joseph-Mathurin Even et d'Héloïse-Caroline-Marie Carillet ;

2) Résia-Marie Guépin, née à Saint-Brieuc en 1850, épouse à Saint-Brieuc le 19 juin 1872, Arsène-Marie Ruellan, né à Etables en 1844, fils de feu Jean-Marie Ruellan et de Pétronille-Marie Corbel ;

3) Alphonse-Marie-François Guépin, qui suit.

 

VIII. Alphonse-Marie-François Guépin, né en 1852 et décédé en 1917, élève de l'Ecole des Beaux-Arts.

 _______________

 

VIIIbis. Edouard Guépin, né à Quintin le 27 novembre 1837 et y décède le 18 février 1902, épouse Marie Gripat, dont :

1) Edouard-Marie-Georges Guépin, né à Quintin le 14 septembre 1880 et y décède le 21 novembre suivant ;

2) René Guépin, né à Angers en 1870 et décédé à Quintin le 17 février 1871 ;

3) Cécile Guépin, née à Angers en 1871, épouse à Quintin le 28 octobre 1894 Marie-Paul-Armand Gast, né à Voujeau-Coint en 1855, fils de feu Amédée Gast et de Pauline Picquart.

 _______________

dg.jpg

 

Bibliographie :

Les préfets de Gambetta - Vincent Wright, complété par Eric Anceau et Sudhir Hazareesingh, Presse Universitaire Paris-Sorbonne.

Dictionnaire des Parlementaires Français de 1789 à 1889 - Adolphe Robert et Gaston Cougny, Paris, 1889.

Archives Départementales du Morbihan et des Côtes d'Armor.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Filiation maire
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 09:15

VILLE DE PLOEUC-SUR-LIÉ ET SES MAIRES,

de 1790 à aujourd’hui

du 18 au 26 juin 2011

exp.jpg

Entrée gratuite

Médiathèque Louis Guilloux à Ploeuc

Jeudi, samedi, dimanche de 10 à 12 H et de 14 à 18 H

Lundi, mardi, mercredi, vendredi de 14 à 18 H

Organisée par le club de généalogie de Ploeuc, section A.A.M.Y.

Repost 0
Published by ... - dans Exposition
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 14:04

pot.JPG

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 15:43

Dans la famille des généalogistes, il y a le fils aîné, le généalogiste familial, né sous la royauté, qui aide les particuliers à retrouver leurs ancêtres et constituer leur arbre. Mais il y a aussi le cadet, le généalogiste successoral, né au XIX e siècle, chargé de son côté de trouver coûte que coûte l'ensemble des héritiers lorsqu'un ou plusieurs d'entre eux manquent à l'appel. Ce qui est le cas dans 2 à 3 % des successions.

 

phpThumb_generated_thumbnail.jpeg

Leur point commun ? Ils farfouillent, sans relâche, dans les archives municipales, les listes d'état-civil, les fichiers fiscaux, pour trouver des indices et identifier le chaînon manquant. Mais la ressemblance s'arrête là. D'abord, les successoraux sont avant tout des juristes qui connaissent sur le bout des doigts le droit de la succession. « Nous n'avons pas le même métier, même si nous utilisons en partie le même matériau, explique Dominique Masson (notre photo), dont l'étude est à Lille. Le généalogiste familial explore un temps plus ancien. Nous, on remonte jusqu'à six degrés de parenté, qui est le maximum légal pour hériter. On se limite donc aux arrière-grands-parents. » 

Le mythe de l'oncle d'Amérique 
Ce qui n'empêche pas qu'il y ait un côté détective chez le généalogiste successoral qui, dans 99 % des cas, est saisi par un notaire qui a un doute sur le nombre d'héritiers. « C'est sûr qu'il faut aimer fouiner, et on ne sait jamais sur quoi on va tomber, mais c'est compliqué d'identifier l'ensemble des héritiers et ensuite de trouver leur adresse. On fait d'ailleurs parfois appel à des agences de détectives », souligne Dominique Masson. Il y a des cas où c'est même très difficile, comme lorsqu'il s'agit de trouver les héritiers d'une famille de bateliers...
Et de nous montrer le résultat d'une des enquêtes de son cabinet, résumée sur une feuille A4. Avant d'exhiber la matière première qui a servi à la concocter : des dizaines de mètres d'arbre généalogique. « On ne peut pas se permettre de se tromper, il faut explorer toutes les pistes même si on n'a pas d'obligation de résultat », poursuit Dominique Masson.
Et dans cette enquête, qui dure en moyenne un à deux ans, et parfois jusqu'à cinq ans, les généalogistes successoraux sont amenés à aller aux quatre coins de la France, mais aussi dans le monde entier. Nathan Van Waas, qui dirige l'étude Exode à Aubry-du-Hainaut, dans le Valenciennois, est allé la semaine dernière chez des Anglais dont une partie de la famille avait vécu au Canada et une autre en France. Il va aussi régulièrement en Pologne, avec le nombre important d'immigrés de ce pays présents dans la région.
Et dans cette quête d'héritiers, les « successoraux » peuvent à la fois apporter une bonne nouvelle ou au contraire réveiller des souvenirs enfouis ou des histoires douloureuses... « Des conflits peuvent remontent à la surface, estime Nathan Van Waas. Et il est toujours difficile d'annoncer à quelqu'un, malgré un lien rompu, qu'un parent est décédé, surtout quand il s'agit d'un père ou d'une mère. » 

Secrets de famille 
Et ce n'est pas si rare puisque les enfants en ligne directe représenteraient un tiers des personnes recherchées. Dans ce cas de figure, Dominique Masson a une règle : ne pas annoncer la nouvelle par courrier et éviter de le faire par téléphone. Parfois, son intervention peut aussi révéler des secrets familiaux, toujours complexes à aborder, comme celui des enfants naturels. « Une fois, je cherchais les héritiers d'une dame qui vivait seule avec sa fille, raconte Dominique Masson. On a trouvé d'autres frères et soeurs. Il se trouvait qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette femme avait quitté son foyer car elle était enceinte d'un officier allemand. On a plein d'autres histoires comme ça. Et c'est toujours difficile de découvrir qu'un parent avait un pan de vie caché. » Mais le généalogiste successoral est parfois accueilli à bras ouverts. Comme lorsqu'il apprend à un héritier la mort d'un parent qu'il n'appréciait guère. Ou parce qu'il lui révèle qu'il devient millionnaire, avec le vieux mythe de l'oncle d'Amérique. « Ça m'est arrivé une fois ; avec le décès du dernier membre d'une riche lignée française de médecins, se souvient Nathan Van Waas. Je suis allé à l'étranger après avoir découvert un neveu éloigné, à l'époque, il avait touché neuf milliards de francs... » Et puis tout simplement, il peut aussi y avoir le plaisir de découvrir une famille dont on ignorait l'existence. D'ailleurs, c'est ce que préfère Dominique Masson dans son métier : « Quand on raconte à quelqu'un une histoire qui le concerne et qu'il ne connaissait pas, c'est clairement le moment le plus agréable. »

Article du Nord Eclair

Repost 0
Published by Nord Eclair - dans Presse
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 19:34

Les ruines de Rustéphan en Nizon (29)


 

UN CRI D’ALARME


 

Tous les ans et inlassablement depuis 15 ans, je lance – en vain - un cri d’alarme sur l’état de plus en plus critique des ruines du manoir de Rustéphan à Nizon.

J’ai multiplié des actions dans tous les sens pour alerter les élus, mais aucune n’a ébranlé les municipalités successives de Pont-Aven, pourtant directement et seules responsables du sort de ce monument historique en grand péril.

 

 

La Bretagne est très riche de son patrimoine architectural, mais rien dans toute la diversité de ce patrimoine, n’a d’équivalent avec ces célèbres et tragiques ruines. Depuis au moins trois siècles, le manoir d’origine ne connaît que destructions et pillages de ses pierres. Mais force est de constater avec respect que, de nos jours, les majestueuses ruines de cet ancien édifice du début de la Renaissance (1480) résistent toujours courageusement. S’il est vrai qu’il ne reste plus que deux fragments de l’ensemble (1/10e du tout : ce qui est peu), ils portent en eux un immense potentiel de rêve et d’émotion qui attire irrésistiblement des visiteurs passionnés d’Histoire et de vieilles pierres enchantées. L’erreur souvent commise est d’imaginer la reconstruction de l’édifice alors que se sont les ruines, en tant que telles, qui possèdent une force indescriptible comme l’avait exprimé l’historien CAMBRY en 1794.

Elles sont la plus ancienne et plus belle page de l’histoire des habitants de la commune.

 


Des proches voisins m’ont signalé que depuis quelque temps, ils entendent régulièrement des pierres tomber du haut de l’édifice.

 

C’est nouveau et très inquiétant à ce rythme soutenu.

 

À chaque poussée de vent, le hurlement sourd et lugubre des murs qui tremblent s’amplifie inexorablement.

 

Il y a danger en la demeure. Grand danger pour le public qui fréquente les lieux. Grand danger pour la survie de ce petit bout de choux du patrimoine architectural breton : le chouchou des anciens habitants de Pont-Aven, de Nizon et d’ailleurs, considéré aujourd’hui par les décideurs de la commune comme un vulgaire tas de cailloux : je ne cesse de le répéter.

 

Gérard BERTHELOM 

A lire :

Article OUEST-FRANCE du 17 mai 2011 : Le manoir de Rustéphan dans une situation critique.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Le manoir de Rustéphan attend un miracle.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Gérard Berthelom tire la sonnette d'alarme.

Article OUEST-FRANCE du 23 juillet 2010 : Isabelle Biseau : "une impasse juridique"

 

 

rust1.JPG
Le Rustéphan, reconstitution faite par l'architecte Bigot en 1884
rust3.jpg
vers la fin du XIXème
rust4-copie-1.JPG
au siècle dernier
rust2.jpg
de nos jours...
rust5.jpg
Pont-Aven. - Ruines de Rustéphan
Collection Amaury de la Pinsonnais
Repost 0
Published by Gérard BERTHELOM - dans Presse
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 10:21

009.JPG

157. - Ploeuc. - La Place un jour de foire - L'Eglise 

Collection Lequien-Ravalec, à Moncontour.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 07:50

Joseph Stéphaux, le dernier résistant, s'est éteint - Ploeuc-sur-Lié

vendredi 06 mai 2011
Joseph vient de recevoir sa médaille de porte-drapeau en mai 2009.

 

 

Nécrologie

Avec la disparition de Joseph Stéphaux, rue de la Gare, à l'âge de 86 ans, c'est le dernier grand résistant local et une véritable figure ploeucoise qui vient de nous quitter. Apprenti à la boucherie Boudet avant de tenir la sienne au Bourgneuf, il entre aux salaisons Guilmoto et terminera sa carrière à Sambre et Meuse. Joseph était surtout connu comme sportif, licencié à Quessoy, pendant des décennies. Les Ploeucois ont vu la silhouette gracile de notre crossman parcourant à l'entraînement les routes de la commune.

Mais la notoriété de Joseph est due à son passé de résistant. Entré au bataillon de Valmy, il fut l'un des premiers à libérer Lorient. Autre fait marquant, il fut chargé de porter les plis entre les maquis de la région. Son titre de circulation lui permettait de rouler librement et notre homme dissimulait les messages dans le cadre de sa bicyclette, sous la selle : un endroit qui n'attira jamais l'attention des Allemands. Naturellement le porte-drapeau des anciens combattants était bardé de médailles qu'il arborait lors des cérémonies.

Les Ploeucois garderont de lui le souvenir d'un homme intègre, boute-en-train, au commerce agréable, jamais avare d'un bon mot : Joseph, enfin était le météorologue local et en début d'année il avait prévu un printemps chaud et un été caniculaire.

Ses obsèques seront célébrées samedi 7 mai, à 10 h 30, en l'église de Ploeuc-sur-Lié.

Repost 0
Published by Ouest-France - dans Presse
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 18:27

Pâques est à l'origine une fête païenne qui annonçait le solstice de printemps.


La date de Pâques change chaque année. Elle est fixée, depuis l'an 325 (Concile de Nicée), au premier dimanche suivant la première pleine lune de printemps ou plus précisément, le dimanche qui suit le 14ème jour de la pleine lune. Cette date se situe entre le 22 mars et le 25 avril.


- Chez les Chrétiens, Pâques est la célébration de la résurrection de Jésus-Christ. 


- Chez les Juifs, Pâques (Pessa'h) commémore la sortie d'Égypte, la naissance d'Israël en tant que peuple et plus généralement elle est la fête de la liberté.

 

 

La tradition d'offrir des œufs remonte à l'Antiquité. Déjà, les Égyptiens et les Romains offraient des œufs peints au printemps car ils étaient le symbole de la vie et de la renaissance.

 

L'Église ayant instauré au IVème siècle l'interdiction de manger des œufs pendant le Carême et les poules continuant à pondre, les œufs pondus depuis le début du Carême – n'ayant pas été mangés – étaient alors décorés et offerts. De nos jours, le jeûne n'est plus observé aussi strictement mais la tradition d'offrir des œufs (notamment en chocolat) est restée.

 

A la fin de la veillée ou le jour de Pâques, il est coutume de se souhaiter de « Joyeuses Pâques », tandis que dans la majorité des pays de tradition des églises orthodoxes ou orientales on dit  : « Christ est ressuscité ! », et on vous répond « Il est vraiment ressuscité ! »

 

NB : Pâques est un nom masculin singulier lorsqu'on désigne la fête de Pâques, et un nom féminin pluriel lorsque s'y ajoute une épithète.

Repost 0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 07:20

En réalisant une imposante monographie communale de Saint-Jean- Kerdaniel, de 1789 à 1978, Jean-YvesLe Goff et Stéphane Barbier ne s'attendaient pas à exhumer les pittoresques aventures du curé Kerambrun.

1.000 photos, 1.700 manuscrits, des dizaines de cartes et coupures de presse... et 5.000heures de travail. C'est le temps qu'il a fallu à Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier pour réaliser une oeuvre colossale: un double DVD retraçant 200ans d'histoire de Saint-Jean-Kerdaniel, via 2.900documents légendés, classés en 64albums. 

Sauver la mémoire 

«C'est en 1998 que je me suis dit que, bientôt, il n'y aurait plus d'anciens pour indiquer qui se trouve sur les vieilles photos. J'ai donc commencé un travail de collectage dans les familles pour recueillir les témoignages et récupérer les boîtes de photos qui, souvent, partent à la poubelle lors des héritages», explique Jean-Yves Le Goff. Une exposition suivra. Puis, de la rencontre avec Stéphane Barbier, ingénieur informaticien, naîtra l'idée d'un DVD. Clé d'accès à un voyage à travers les âges, il offre l'occasion de mesurer l'évolution des paysages, du patrimoine, des modes et, plus largement, des us et coutumes de l'époque. «Sur ce point, les mariages sont un précieux indicateur. Ainsi, avant guerre, coiffes du Trégor et du "châté" se côtoient, ce qui n'a rien de surprenant dans ce secteur à la frontière du pays bretonnant et du pays gallo. Puis, elles disparaissent petit à petit du paysage». 

 

 

Proche de la comtesse 

Ces passionnantes chroniques communales et paroissiales révèlent aussi un sacré «tempérament»:le curé Kerambrun. Nommé en 1886 à Saint-Jean pour arrondir les angles, il va, en fait, entrer en conflit contre le châtelain pendant de longues années. Ses prédécesseurs ont à peine tenu six mois. Pendant huit ans, tout se passe à merveille. Mais, en 1894, à la mort de la comtesse dont le recteur était le confesseur très proche, les relations se dégradent. Décoration de l'église pour les funérailles puis horaires des messes... tout est prétexte pour opposer ces deux figures de Saint-Jean-Kerdaniel. Une guerre de tranchées sur fond de missives et de déplacements à l'évêché, au grand dam de la hiérarchie du recteur. Les hostilités ne cesseront qu'à la mort du comte, en 1900. 

«L'inventaire sacrilège» 

Mais le curé, lui, restera dans la commune jusqu'en 1922, son caractère et ses combats divers ne plaidant pas en faveur de son avancement. De fait, il se fera aussi remarquer lors de la séparation de l'État et de l'Église, notamment via un violent réquisitoire, en 1905, contre «l'inventaire sacrilège». Par ailleurs, pour récupérer l'héritage de son frère, marié à une lady britannique, il ira jusqu'à faire intervenir le duc d'York via un ami curé devenu cardinal. En vain. Il vivra donc pauvre jusqu'en 1935. Il sera enterré à Tréguier à l'issue d'une vie riche en aventures en pays gallo. PratiqueCommandes sur www.saintjeankerdaniel.com ou à jy.legoff@orange.fr.

  • Hervé Queillé

Article du Télégramme du 18 avril 2011

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/saint-jean-kerdaniel-les-tribulations-d-un-cure-de-choc-18-04-2011-1272179.php

Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier ont compilé 200 ans d'histoire de la commune de Saint-Jean Kerdaniel dans un double DVD. Photo Christian Hamonou

Jean-Yves Le Goff et Stéphane Barbier ont compilé 200 ans d'histoire de la commune de Saint-Jean Kerdaniel dans un double DVD. Photo Christian Hamonou

Repost 0
Published by Le Télégramme - dans Presse
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 07:08

L'atelier de la tapissière bien fréquenté - Ploeuc-sur-Lié

mercredi 06 avril 2011
Le maire et les élus locaux sont admiratifs devant le travail de Patricia.

 

 

Organisée dans le cadre des Journées des métiers d'art, la porte ouverte organisée de conserve avec M. Caillet, ébéniste, restaurateur à L'Hermitage, a été très courue : « Je suis la première surprise du résultat et naturellement des retombées qui ne vont pas manquer », précisait Patricia au soir de la 3 e journée. Les visiteurs ont apprécié le travail de ces artistes qui ont de l'or dans les doigts.

Repost 0
Published by ... - dans Presse
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 15:25

 fa.JPG

fb.JPG

Patricia Le Boëtez, tapissière d'ameublement

 

site : Journée des Métiers d'Arts

Repost 0
Published by ... - dans Exposition
commenter cet article

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

Manoir de La Mare

Mare 6838
Mariages et festivités familiales
Séminaires et événements professionnels
Stages et expositions
Concerts et spectacles

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).