Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 09:52

croix-protestante-or-3.png

* Benjamin JOLLIVET - Les Côtes du Nord, Histoire et Géographie de toutes les villes et communes du Département - Guingamp, Imprimerie de B. Jollivet, 1854, tome I.

page 328 : "On connaît aussi, en Ploeuc, l'ancien cimetière des Huguenots"

 

* Paul SEBILLOT - Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne - Paris, Maisonneuve et Cie Editeurs, 1882, tome I. 

page 346 : "Les seuls souvenirs de cette époque, vieille à peine de trois siècles, sont quelques noms de lieux, tels que le cimetière des Huguenots, le Pont aux Huguenots (1), qui attestent encore qu'autrefois le pays était occupé par les protestants.

(1) Les noms de lieux sont ceux qui conservent le mieux le souvenir du passé ; à Plœuc, un champ porte aussi le nom de Cimetière des Huguenots (Jollivet, I, 328)"

 

* MM. HABASQUE, MARIE et de GABARY - Annuaire des Côtes-du-Nord - Saint-Brieuc, Prud'homme, Imprimeur-libraire, 9ème année, 1844.

pages 90-91 : "Ploeuc a eu autrefois un cimetière des huguenots qui, après la révocation de l'édit de Nantes, fut donné aux auteurs du marquis de La Fayette. Cet homme célèbre, si diversement apprécié, mais dont les intentions furent incontestablement bonnes, fit vendre ses biens à Ploeuc et dans les environs pour plusieurs centaines de mille francs, à l'époque de la guerre de l'indépendance, ainsi que nous l'avons dit plus haut, et au nombre des biens qu'il vendit se trouva, croyons-nous, ce cimetière encore connu sous le nom de cimetière des huguenots."

 

Huguenot : ce terme est l'ancienne appellation donnée par leurs ennemis aux protestants français pendant les guerres de religion. À partir du XVIIe siècle, les huguenots seront appelés religionnaires, car les actes royaux employaient le terme de « Religion prétendue réformée » pour désigner le protestantisme.

 

Sites :

Huguenots en France et Huguenots en Bretagne

Huguenots de France et d'ailleurs et Protestants de Bretagne 

Musée virtuel du protestantisme français et Le protestantisme en Bretagne

Le protestantisme en Bretagne aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles

Histoire du protestantisme en Bretagne

Eglise réformée de Rennes

Eglise réformée de France en Côtes d'Armor

Temples protestants de France


Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 00:01

Image3.jpg

Grandes Heures d'Anne de Bretagne

 

 

À l'origine, L'Épiphanie, fait partie du cycle de Noël et tire son fond et son sens des célébrations païennes de la Lumière.

En effet, Noël, avant d'être un jour, est d'abord un cycle.

Celui-ci atteint son apogée au jour marquant le solstice d'hiver (ou en tout cas un des jours associés au solstice) le 25 décembre. Cette nuit du solstice, qui est la plus longue de l'année, annonce le rallongement des jours et -par extension- la renaissance de la Lumière censée être à l'origine de toutes choses.

Puis la célébration se prolonge durant un nombre de jours hautement symbolique : 12 jours. Ainsi Noël est-elle une fête qui dure 12 jours et 12 nuits, le 12 représentant entre autres la Totalité (12 mois, 12 heures, 12 Dieux Olympiens, 12 Tribus d'Israël, 12 Apôtres, etc.)

Le cycle prend fin le 6 janvier. C'est à ce moment que les jours commencent à s'allonger de façon sensible, que la promesse de la nuit solsticiale est tenue. On célèbre alors l'Épiphanie, la manifestation de la Lumière. Par sa forme ronde et sa couleur dorée, la galette symbolise le soleil.

Il est à noter également que c'est ce jour (en tout cas son équivalent, car le calendrier alors en vigueur -le calendrier julien- diffère du nôtre) qu'avait lieu sous la Rome antique la fête des 12 Dieux Épiphanes (autrement dit les 12 Olympiens).

Le christianisme a repris tout ce fonds symbolique en assimilant la lumière au Christ, puisqu'il est annoncé comme étant « la parole qui éclaire le monde ».

 

Selon St Matthieu

Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem en disant : "Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu, en effet, son astre à son lever et sommes venus lui rendre hommage."

À la vue de l'astre ils se réjouirent d'une très grande joie. Entrant alors dans le logis, ils virent l'enfant avec Marie sa mère, et, se prosternant, ils lui rendirent hommage ; puis, ouvrant leurs cassettes, ils lui offrirent en présents de l'or, de l'encens et de la myrrhe

Repost 0
Published by F du Fou - dans Manuscrit Epiphanie
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 10:05

Image1.jpg

Grandes Heures d'Anne de Bretagne

 

 

Martyrologe Romain

Depuis la création du monde,

quand Dieu au commencement tira du néant le ciel et la terre,

l'an cinq mille cent quatre-vingt-dix neuf;

depuis le déluge,

l'an deux mille neuf cent cinquante-sept;

depuis la naissance d'Abraham,

l'an deux mille quinze;

depuis Moïse et la sortie du peuple d'Israël de la terre d'Égypte,

l'an quinze cent dix;

depuis le sacre du roi David,

l'an mille trente-deux;

dans la soixante-cinquième des semaines

d'années prédites par le prophète Daniel;

dans la cent quatre-vingt-quatorzième olympiade;

dans la sept cent cinquante-deuxième année de la fondation de Rome

et la quarante-deuxième année de l'empire d'Octavien Auguste;

tout l'univers reposant dans la paix;

au sixième âge du monde,

Jésus-Christ,

Dieu éternel, et Fils du Père éternel,

voulant sanctifier le monde par son miséricordieux avènement,

ayant été conçu du Saint Esprit,

et neuf mois s'étant écoulés depuis sa conception,

naît à Bethléem de Juda,

fait homme de la Vierge Marie :

La Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ selon la chair.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Manuscrit Noël
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 02:07

Image2.jpg

Grandes Heures d'Anne de Bretagne

Repost 0
Published by F du Fou - dans Manuscrit Bergers
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 08:47

micheline

Repost 0
Published by F du Fou - dans Affiches
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 10:06

Deux maires de Ploeuc furent des Souvestre :  1° SOUVESTRE, 1793 - 1794. 2° Pierre SOUVESTRE, fils, septembre 1822 - février 1833. Si vous avez des informations sur ces deux personnages, merci de mon contacter.

 

 

I. Maître André Souvestre, né vers 1580 et décédé à Etriché le 9 juillet 1651, marchand demeurant au moulin d'Ivray en Etriché, épouse vers 1602 Marie Le Roy, née vers 1585 et décédée à Etriché le 23 mars 1654, dont :

 

II. Maître René Souvestre, né à Etriché le 20 mai 1608 et y décède le 30 juillet 1662, marchand au moulin d'Ivray en Etriché, épouse à Etriché le 27 janvier 1637 Urbanne Ouvrard, née à Etriché le 8 janvier 1622, dont :

 

III. Maître René Souvestre, né à Etriché le 7 avril 1638 et décédé à Guingamp le 18 octobre 1708, marchand tanneur, épouse Jeanne Lecomte, née à Guingamp le 4 février 1644 et y décède le 19 décembre 1708, dont :

1) Christophe Souvestre, qui suit ;

2) Hugues Souvestre, né en la paroisse Notre-Dame de Guingamp le 19 octobre 1670 et décédé en la paroisse Saint-Michel de Saint-Brieuc le 16 août 1741, épouse en la paroisse Saint-Michel de Saint-Brieuc le 10 février 1696 Jacquette Odio, dont :

a) Françoise-Marie Souvestre, née en juin 1701 et décédée à Yffiniac le 11 juillet suivant.

3) Catherine Souvestre, née en la paroisse Notre-Dame de Guingamp le 19 septembre 1672 ;

4) Françoise Souvestre, née en la paroisse Notre-Dame de Guingamp le 28 octobre 1674 ;

5) Amaury Souvestre, qui suivra en IVbis ;

6) Anne Souvestre, née en la paroisse Notre-Dame de Guingamp le 28 mars 1679 ;

7) Daniel Souvestre.

 

IV. Maître Christophe Souvestre, né en la paroisse Notre-Dame de Guingamp le 3 octobre 1668 et y décède le 27 novembre 1734, marchand tanneur, épouse en la paroisse Notre-Dame de Guingamp le 17 juillet 1698 Marie de Kerangal, née à Châtelaudren, fille de Maurice de Kerangal et de Louise Mahé de La Ville-Héry, dont :

1) Pierre Souvestre, qui suit ;

2) Charles Souvestre, épouse en la paroisse Notre-Dame de Guingamp le 13 février 1734 Renée-Catherine-Gabrielle Suillière, fille de feu Charles Suillière et de Catherine Larsonneur.

 

V. Noble Homme Pierre Souvestre, sieur de La Roche, dit Pierre de La Roche-Souvestre, né à Guingamp le 6 février 1701, décédé à Rocabois en Ploeuc le 13 juin 1773 et inhumé en son enfeu dans l'église paroissiale, fermier-général des terres et seigneurie du Plessis Le Lay, épouse à La Prénessaye le 26 mai 1732 Thérèse-Marguerite Compadre, née à La Prénessaye le 12 février 1707 et décédée à Rocabois en Ploeuc le 19 mars 1781, fille de Louis Compadre, sieur de Launay, né à La Prénessaye le 23 décembre 1674 et y décède le 20 décembre 1719, greffier à La Chèze, et de Marie Moulnier de Guerochou, née à Saint-Thélo le 22 décembre 1673 et décédée à Saint-Brieuc le 26 mars 1746, dont :

1) Marie Souvestre, née à La Prénessaye le 25 octobre 1733 et baptisée le 28 ;

2) Pierre-Julien Souvestre, qui suit ;

3) Catherine-Angélique Souvestre, née à Saint-Carreuc le 22 janvier 1736 et baptisée le lendemain, épouse à Saint-Carreuc le 21 avril 1761 Joseph-Hubert Thierry, fils de noble homme Jean-Joseph Thierry, capitaine des Chasses du duché de Lorge, et de Jeanne-Françoise Rouault ;

4) Louis Souvestre, sieur de La Roche, né et baptisé à Saint-Carreuc le 8 février 1737 et décédé à Port-Louis le 20 décembre 1810, officier de Marine sur le Dauphin en 1767, lieutenant de Port, épouse en premières noces à Pamplemousses le 28 avril 1760 Marie-Angélique Dely, et en secondes noces à Port-Louis le 11 août 1777 Marie-Cécile Drouët, dont postérité des deux lits sous le nom de La Roche-Souvestre ;

5) Jacquemine Souvestre, née à Saint-Carreuc le 29 mars 1738 et bapitsée le lendemain ;

6) Thérèse Souvestre, née à Saint-Carreuc le 16 août 1739 et baptisée le lendemain, épouse à Saint-Carreuc le 14 septembre 1750 noble homme Hervé Habasque, né vers 1719, négociant à Morlaix, fils de feu noble homme François Habasque, négociant, et de feu Marie Keriou ;

7) Mauricette-Cécile Souvestre, demoiselle de La Ville-Benoist, née à Saint-Carreuc le 23 octobre 1740 et baptisée le lendemain, épouse à Saint-Carreuc le 22 juillet 1760 noble maître Guillaume-Julien Bernard, avocat à la Cour, fils de noble maître Jean Bernard, avocat à la Cour, et de Marie-Anne Bernard ;

8) Pétronille-Agathe Souvestre, née et baptisée à Saint-Carreuc le 11 novembre 1742, y est nommée entre le 3 et le 7 février 1743 ;

9) Françoise-Anne Souvestre, demoiselle des Noës, née à Saint-Carreuc le 13 avril 1744 et baptisé le lendemain et décédée à La Prénessaye le 23 septembre 1768, épouse à Saint-Carreuc le 6 septembre 1762 François-Marie Morel, sieur de Launay,  fils de feu noble Yves Morel, sieur de Launay, et de Jeanne Le Corgne ;

10) Jacques-Joseph-Marie Souvestre, né à Saint-Carreuc le 22 août 1747 et baptisé le lendemain, décédé à Quintin le 25 décembre 1822, curé du canton de Quintin, ;

 

VI. Pierre-Julien-Valentin Souvestre, sieur de La Roche, né au Plessis Le Lay en Saint-Carreuc le 10 octobre 1734 et baptisé le lendemain, épouse Anne-Françoise-Pétronille-Félicité Pallier, dont :

 

VII. Pierre-François-Amateur Souvestre, sieur de Rocabois en Ploeuc, né au Plessis Le Lay en Saint-Carreuc le 22 août 1762  et baptisé le lendemain, décédé à Ploeuc le 2 octobre 1835, cultivateur et propriétaire, épouse à Ploeuc le 5 août 1783 Anne-Mathurine-Françoise Moy, fille de maître Julien-François Moy (filiation Moy), sieur des Portes, sénéchal de juridiction du Cran de Kercarantel, procureur fiscal de plusieurs juridictions, et de feu Elisabeth-Marguerite Le Goff, dont :

1) Marie-Thérèse Souvestre, rentière, née à Rocabois le 15 août 1784 et baptisée le lendemain et y décède le 5 septembre 1806, épouse à Ploeuc le 19 novembre 1805 (28 brûmaire An XIV) Pierre-Joseph Le Pavoux, né à La Saudrette en Ploeuc le 26 avril 1784 et baptisé le lendemain, cultivateur, fils de feu Pierre Le Pavoux et d'Honorée Morin ;

2) Julienne-Françoise Souvestre, rentière, née à Rocabois le 13 février 1786 et ondoyée le lendemain, baptisée le 22 août suivant, épouse à Ploeuc le 8 novembre 1808 Didier-Marie Cariot, né à Saint-Malo le 6 mars 1783, courtier en commerce, fils de feu Etienne-Joseph Cariot, et de Julienne-Jeanne Feron ;

3) Pierre-François-Mathurin Souvestre, né à Ploeuc le 4 mars 1787 et baptisé le lendemain ;

4) Pélagie-Louise Souvestre, née et baptisée à Ploeuc le 23 février 1788 ;

5) Pierre-Hubert-Mathurin Souvestre, né à Ploeuc le 6 janvier 1790 et baptisé le lendemain ;

6) Pierre-Mathurin-Marie-Désiré Souvestre, né à Ploeuc le 21 juin 1798 (3 messidor An VI) commerçant, épouse à Quintin le 16 janvier 1825 Marie-Françoise Hervé, propriétaire, née à Quintin le 30 mars 1804 (9 germinal An XII), fille de Guillaume Hervé, marchand, et de Marie-Catherine-Noëlle Perreux ;

7) Louise-Marie-Mathurine-Aimée Souvestre, propriétaire, née à Ploeuc le 27 mars 1800 (6 germinal An VIII) et décédée à Binic le 26 janvier 1882, épouse à Ploeuc le 1er juin 1828 Louis-Marie Savenay, né au Hinlé en Trévé le 12 juin 1801 (23 prairial An IX), notaire, fils de Louis-François Savenay, négociant, et d'Anne-Marie Ruello, dont postérité.

 

------------------------------------------------    

IVbis. Maître Amaury Souvestre, né en la paroisse Notre-Dame de Guingamp le 17 avril 1677 et y décède le 17 février 1738, marchand, épouse à Guingamp Françoise Jouan, dont :

1) Jeanne Souvestre, né à Guingamp le 13 septembre 1705 ;

2) Pierre-Daniel Souvestre, qui suit ;

3) Jean Souvestre, qui suivra en Vbis ;

4) René Souvestre, né à Guingamp le 23 janvier 1722 et y décède le 19 mars 1762 ;

4) Charles Souvestre.

 

V. Pierre-Daniel Souvestre, sieur de La Roche, né vers 1715, décédé à Yffiniac le 1er septembre 1781 et inhumé dans le cimetière, épouse Jeanne Le Scrit, dont :

 

VI. Hugues Souvestre.

 

------------------------------------------------

Vbis. Maître Jean Souvestre, né à Guingamp le 30 juin 1716 et y décède le 2 juin 1778, marchand tanneur, épouse à Guingamp le 21 mai 1740 Marguerite Labat, née à Guingamp le 3 mai 1717, fille de Pierre Labat et de Catherine Charles, dont :

1) Jean-Jacques Souvestre, né à Guingamp le 23 janvier 1747 et décédé à Belle-Isle le 12 avril 1819 ;

2) Jean-Baptiste Souvestre, qui suit ;

3) Marie-Gabrielle Souvestre ;

 

VI. Maître Jean-Baptiste Souvestre, né à Guingamp le 28 mars 1757 et décédé à Morlaix le 31 juillet 1823, ingénieur des Ponts et Chaussées, épouse en premières noces à Morlaix le 3 juillet 1787 Perinne Le Goff, née à Morlaix le 27 décembre 1766, fille de Jean-Pierre Le Goff et d'Eléonore Hamon, et en secondes noces à Morlaix le 6 juin 1796 Marie-Françoise Boudier, dont du premier lit :

1) Françoise Souvestre, née à Morlaix le 12 avril 1788, épouse à Morlaix le 5 septembre 1809 François Pinchon, fils de Pierre-Bonaventure Pinchon et de Marie-Adelaïde Peyron, dont postérité ;

2) Marie-Marguerite Souvestre, née à Morlaix le 13 décembre 1789 ;

Et du second :

3) Charles-Emile Souvestre, qui suit. 

 

VII. Maître Charles-Emile Souvestre, né à Morlaix le 15 avril 1806 et décédé à Montmorency le 5 juillet 1854, avocat, écrivain, journaliste et auteur dramatique. 

 

 

 

 

 

------------------------------------------------

NB : 

Le Plessis Le Lay : la Seigneurie du Plessis-Budes, saisie sur Renée Budes, marquise de Molac, fut achetée judiciairement le 6 novembre 1719 par Jean-Bonaventure le Lay de Villemaré, qui obtient, par lettres patentes données à Versailles en mai 1727, que le nom de cette terre soit changé en celui du Plessis Le Lay (ADCA, 1E 2436)

D'autres Souvestre se sont distingués : Claude de La Roche-Souvestre ; Arnol de La Roche-Souvestre ; Albert Souvestre ; Pierre Souvestre ; Albert Souvestre, préfet...

Emile Souvestre (1806-1854)
Emile Souvestre (1806-1854)

Emile Souvestre (1806-1854)

Souvestre : de sinople à l'étoile d'argent, accompagnée de 3 trèfles d'or, posés deux et un.

Souvestre : de sinople à l'étoile d'argent, accompagnée de 3 trèfles d'or, posés deux et un.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Filiation maire
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 08:44

marche

Repost 0
Published by F du Fou - dans Cartes postales Ploeuc
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 12:38

fete.jpg

L'Ouest-Eclair du 5 septembre 1934

Repost 0
Published by F du Fou - dans Presse
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 08:47

gausson.JPG

Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 09:51

004.JPG

 

Photographie faite avec l'aimable autorisation des propriétaires

sur le lien : une assiette du même style

Repost 0
Published by F du Fou - dans Patrimoine
commenter cet article
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 12:22

I. N Hervé, père de :

1) François Hervé, qui suit ;

2) Louis Hervé, écolier en Physique;

3) René Hervé, père de :

  a) Ollivier Hervé, épouse en premières noces à Hénon le 13 février 1738 Marie Ollivier, fille de Pierre Ollivier, et en secondes noces à Hénon le 13 mai 1747 Magdeleine Morin, née à Hénon vers 1723, fille de feu François Morin et de Jacquemine Guiomar.

____________________________

[Ledit René Hervé est peut-être le même que celui qui épousa Marie Ollivier, dont sont issus :

1) Marie Hervé, née à Hénon vers 1715, épous à Hénon le 1er févier 1742 Yves Baudet, né à Hénon vers 1714, fils de Pierre Baudet et de Françoise Pincemin ;

2) Vincent Hervé, né à Hénon vers 1722, épouse à Hénon le 25 février 1745 Marie Galais, née à Hénon vers 1726, fille de François Galais et de Mathurine Souplet, dont postérité ;

3) Jeanne Hervé, née à Hénon vers 1724, épouse à Hénon le 25 février 1745 Mathurin Galais, né à Hénon vers 1724, fils de François Galais et de Mathurine Souplet ;

4) Yves Hervé, né à Hénon vers 1727, épouse à Hénon le 9 février 1747 Jeanne Balais, née à Hénon vers 1727, fille de François Balais et de Mathurine Souplet ;]

____________________________

II. François Hervé, métayer à La Salle en Hénon, épouse à Hénon le 13 février 1714 Hélène-Marie L’Oncle, dont :

1) René Hervé, qui suit ;

2) Marie Hervé, épouse à Hénon le 13 février 1738 Jean Robert, cordonnier à Hénon, fils de Guillaume Robert, cordonnier ;

3) Anne Hervé, née vers 1721, épouse à Hénon le 21 novembre 1742 Jean Baudet, né en 1718, fils de feu Bertrand Baudet et de Péronelle Bertrand ;

4) Louise Hervé, née vers 1729, épouse à Hénon le 18 février 1749 Jean Souplet, né en 1722, fils de feu Jean Souplet et de Magdeleine Doré.

 

III. René Hervé, écolier en philosophie à Saint-Brieuc, décédé avant 1779, épouse à Hénon le 14 février 1738 Noëlle Basset, décédée avant 1788, fille de feu Toussaint Basset et de Françoise David, dont :

1) Louis Hervé, qui suit ;

2) André Hervé, né en 1743, épouse à Hénon le 26 février 1770 Anne Gautier, née en 1749, fille de Jacques Gautier et d’Anne Morin ;

3) Anne Hervé, née en 1750, épouse à Hénon le 19 février 1772 Mathurin Morin, né en 1746, fils de François Morin et de feu Gilette Nivet ;

4) Hélène-Louise Hervé, née et baptisée à Hénon le 7 mars 1752, épouse à Hénon le 17 octobre 1775 Gilles Hélouvry, né en 1747 François Hélouvry et de feu Françoise Guiomart ;

5) Françoise-Marie Hervé, née et baptisée à Hénon le 8 janvier 1754, épouse à Hénon le 13 mars 1779 Pierre Bouétard, né à Plédran en 1753, fils de feu Yves Bouétard et d’Anne Le Moiene ;

6) Toussaint Hervé, né et baptisé à Hénon le 1er août 1756, épouse à Hénon le 5 février 1780 Anne Boinet, fille de Jean Boinet et de feu Marie Gorvel ;

7) Jeanne-Marie Hervé, née et baptisée à Hénon le 30 avril 1759 ;

8) Claude-Pierre Hervé, né et baptisé à Hénon le 14 avril 1761, épouse à Hénon le 12 janvier 1788 Moricette Boinet, fille de Jean Boinet et de feu Marie Gorvel ;

 

IV. Louis-François Hervé, baptisé à Hénon le 4 avril 1739, épouse à Hénon le 28 janvier 1761 Marie Denys, née vers 1745, fille de Noël Denys et de Marguerite Boinet, dont :

1) François Hervé, qui suit ;

2) Noël-Claude Hervé, né et baptisé à Hénon le 26 juillet 1764.

 

V. François-Jacques Hervé, habitant Bellevue en Hénon, né et baptisé à Hénon le 27 novembre 1761, cultivateur, épouse à Hénon le 30 juin 1787 Anne Rouxel, née vers 1753, dont :

1) François Hervé, qui suit ;

2) Barthélémy-François Hervé, né à Bellevue le 10 janvier 1794 ;

3) Marie-Jeanne Hervé, née à Bellevue le 3 juin 1796, épouse à Hénon le 17 novembre 1808 Jean Rondel fils de feu Jacques Rondel et d’Hélène Robert ;

4) Marie Hervé, née en 1797, épouse à Hénon le 19 janvier 1814 Jean Pécheur, fils de Jean Pécheur et de feu Julienne Verde ;

 

VI. François Hervé, né à Bellevue le 5 mai 1788 et baptisé le même jour, cultivateur, épouse à Hénon le 5 décembre 1810 Louise Boishardy, née au Chêne-Loyo en Hénon le 31 juillet 1783 et baptisée le même jour, cultivatrice et ménagère, fille de Joseph Boishardy, né vers 1752, cultivateur, et de feu Louise Oisel, dont :

 

VII. Jean-Marie Hervé, né à Bellevue le 29 décembre 1823, laboureur, épouse à Hénon le 21 mai 1848 Marie-Rose Le Ray, née à Hénon le 5 novembre 1822, ménagère, fille de feu Joseph Le Ray, né vers 1782, laboureur, et de Rose Revel, née vers 1785, ménagère, dont :

 

VIII. Jean-Marie Siméon Hervé, né à Bellevue le 5 janvier 1854, laboureur, épouse à Hénon le 13 janvier 1886 Adèle-Marie de Goyon, née aux Granges-Godin en Hénon le 8 juin 1860, ménagère, fille de feu Mathurin Jean Marie de Goyon, né au Chêne-Loyo en Hénon le 9 novembre 1817 et décédé aux Granges-Godin le 26 septembre 1863, laboureur, et de Jeanne Le Marchand, ménagère, née vers 1827, ménagère, dont :

1) Adèle Marie Françoise Hervé, née à Bellevue le 28 janvier 1888 ;

2) Jean-Marie Hervé, qui suit.

 

IX. Jean-Marie Hervé, né à Bellevue le 9 avril 1891 et décédé à Bréhand le 3 septembre 1957, épouse à Hénon le 27 juillet 1919 Marie-Joseph Hercouët, dont postérité.

Repost 0
Published by F du Fou - dans Filiation
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 08:08

fp.jpg

 

pour plus d'informations : http://www.belledulie.fr/

Repost 0
Published by F du Fou - dans Exposition
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 08:02

 

L'émission « X:enius » est le magazine de connaissance d'ARTE, diffusé du lundi au vendredi à 8h45 et 17h40. Pendant 26 minutes, il propose au public un décryptage de notre univers. Dynamique et ludique, « X:enius » est à la fois un road movie, une chasse au trésor et une émission scientifique. 

 

Pommes de terre : un patrimoine bien vivant ?

http://videos.arte.tv/fr/videos/x_enius-4111992.html

Repost 0
Published by X:enius - dans Documentation
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 21:27

hl1.pngFin 2009 est paru, pour le magazine Connaissance des Arts, un hors série concernant l'hôtel de Lamballe actuelle résidence de l'ambassadeur de la Turquie en France. Cet ouvrage documenté et illustré nous fait découvrir l'histoire extraordinaire de cette demeure devenue aujourd'hui l'écrin d'un héritage diplomatique.

L'ouvrage intitulé L'Hôtel de Lamballe, la résidence de la Turquie en France, écrit par Carole Vantroys journaliste, commence par la brève narration de cette amitié si ancienne et des liens entretenus entre les 2 peuples, tant au niveau politique que littéraire ou artistique.

Construit au 17e à Passy, l'hôtel acheté en 1653 par Claude Chahu, conseiller du roi. Les différents propriétaires qui s'y succèdent lui ajoutent chacun leur touche personnelle, comme la salle de billard de François Berthelot riche financier. Les plus hautes personnalités de la cour viennent visiter ce palais de campagne (Passy ne fait partie de Paris).

1784 la princesse de Lamballe acquiert la demeure pour la somme de 110000 livres. Le cher cœur de la reine Marie-Antoinette souhaite fuir la cour et ses intrigues et trouve à Passy le remède à ses crises d'anxiété. Elle s'y trouve proche de son beau-père, le duc de Penthièvre avec qui elle s'adonne aux œuvres de bienfaisance. De l'hôtel, elle ne change que la décoration et reste à l'identique de ce qu'indiquait l'acte de vente de 1783 : Une grande maison et ses dépendances sise à Passy, sur la vieille rue Basse dite des Roches, consistant en un grand corps de logis, plusieurs bâtiments joignant et séparés,cour,basse-cour,maison dans ladite cour,réservoir,pompes pour y faire monter l'eau,tuyaux,robinets,bassin et conduite pour les eaux,grande orangerie,terrasses,avenues d'arbres,grand jardin clos de mur descendant jusque sur le grand chemin de Paris à Auteuil, le tout se tenant,statues et bassins dans ledit jardin avec jets d'eau vive.

Finalement, l'hôtel est mis sous séquestre lors de la mort de la princesse en septembre 1792 dont le corps fut dépecé par la foule et la tête promenée au bout d'une pique. La demeure accueille différents occupants avant de devenir en 1846 la clinique psychiatrique 5 étoiles du docteur Blanche. Celui-ci soigne toute l'élite de l'aliénation mentale du poète Gérard de Nerval au stambouliote Ismaïl Bey en passant par Juliette Grévy sœur du président de la République, ou Charles Gounod musicien. Sont organisés des dîners philosophiques, artistiques, ou les personnes saines et malades se mêlent. Guy de Maupassant sera l'un des derniers patients de la clinique. Il y meurt en juillet 1893 peu avant la mort du docteur Blanche.

1922, la propriété est rachetée par André de Limur, pilote de guerre et diplomate x Ethel Crocker américaine et confie la restauration du palais de Lamballe à l'architecte Jacques Gréber. Celui-ci découvre que la demeure est sur le point de s'écrouler. Elle est rasée et reconstruite à l'identique en pierre de taille. La comtesse Ethel de Limur espère meubler et décorer le nouveau bâtiment tel qu'il l'était à l'origine et dans ce but ne ménage ni ses efforts ni son argent, se sentant moins propriétaire que dépositaire de cette demeure chargée d'histoire.

Pendant la 2e Guerre Mondiale, alors que Jacques de Limur rejoint De Gaulle à Londres, c'est son frère Jean qui s'installe dans le château Il y reçoit des amis acteurs, et c'est dans cette demeure que Danielle Darrieux fera la connaissance de son mari le dominicain Porfirio Rubirosa. À la libération, André de Limur vient retrouver son frère à l'hôtel de Lamballe et en ouvre les portes au général Eisenhower qui y établit son quartier général.

En 1946, la demeure est louée puis rachetée par la Turquie qui y installe son ambassade, grâce à l'insistance de Nevin Menemencioglu, fille du ministre des Affaires étrangères turc. Nevin y passera toute sa vie, en tant qu'attachée culturelle de l'ambassade.

hl.jpg

Repost 0
Published by ... - dans Presse
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 07:45

Très loin de Ploeuc et de sa région, mais à garder dans nos mémoires : Nancy Wake, dite "la souris blanche", vient de s'éteindre à 99 ans.

Nacy Wake était la résistante la plus décorée de la Seconde Guerre Mondiale...

suite sur le lien : Nancy Wake

 

Repost 0
Published by Le Figaro - dans Presse
commenter cet article

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

Manoir de La Mare

Mare 6838
Mariages et festivités familiales
Séminaires et événements professionnels
Stages et expositions
Concerts et spectacles

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).