Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 16:56

 

croquis

Etude généalogique sur la maison Le Nepvou, de l'évêché de Saint-Brieuc,

par le Vte René Le Nepvou de Carfort, Saint-Brieuc, 1913.

 

Nepvou.jpg

Rolland Le Nepvou, écuyer, cité en 1249, épouse peut-être une demoiselle de Crenan, dame dudit lieu au Foeil :

 

Olivier Le Nepvou, écuyer, seigneur de Crapado et de Crenan, clerc, cité en 1271 et 1319, père de :

 

Eon Le Nepvou, chevalier, seigneur de Crapado, de Crenan et des Boullayes, sénéchal du sire de Quintin, cité en 1311 et 1349, épouse Adélice de Coëtquen, fille de Guillaume de Coëtquen et d’Adélice Gouyon, et en secondes noces Marguerite Le Josson, fille de Guillaume Le Josson, écuyer, seigneur de La Couldraye, dont :

 

Sylvestre Le Nepvou, écuyer, seigneur de Crapado, épouse en premières noces Jacqueline du Bournay, fille de Jérôme du Bournay, écuyer, seigneur de La Salle du Bournay, et d’Amice de Châteaubriant, dont :

 

Alain Le Nepvou, chevalier, seigneur de Crapado, né vers 1346 et décédé vers 1422, ratifia le traité de Guérande à Saint Brieuc le 29 avril 1381, secrétaire du Duc Jean V en 1408, épouse Nicole de Kerahuys, fille d’Olivier de Kerahuys, écuyer, seigneur du Coudray, et de Claude de Kercabin, dont :

 

Margilie Le Nepvou, dame de Crapado, née vers 1372, présente parmi les nobles de Trégomeur le 14 juillet 1427, épouse vers 1390 Eon de La Hermoët [Harmoye], écuyer, seigneur dudit lieu, fils de Rolland de La Hermoët, écuyer, seigneur dudit lieu, et de Marguerite de La Garenne, dont :

 

harmoye.jpg

Jeanne de La Hermoët, dame de Crapado, épouse Olivier de Poncallec, chevalier, seigneur des Isles en Kergrist-Moëllou, fille de Pierre de Poncallec, écuyer, seigneur des Isles, décédé le 26 août 1464, et de Marguerite de Quelen, dont :

 

poncallec.jpg

Aliette de Poncallec, dame de Crapado, épouse Jean de La Rivière, chevalier, seigneur dudit lieu en Auverné, de La Chauvelière en Joué, du Houssay et de La Junière en Trans, décédé en juillet 1504, maître d'hôtel ordinaire de la Reine Anne, fils de Gilles de La Rivière, chevalier , seigneur dudit lieu, décédé en 1494, dont :

 riviere-auverne.jpg

Jeanne de La Rivière, dame dudit lieu, de La Chauvelière, de Crapado, du Houssay etde La Juinière, épouse Jean Anger [Anger ou Angier], écuyer, seigneur du Plessix-Anger en Lieuron, décédé en 1525, fils de Jean Anger, écuyer, seigneur du Plessix-Anger, de Montrelais audit lieu, de La Hervetière en Ancenis, de La Grée en Saint-Heblon et autres lieux, décédé le 22 juin 1475, et de Mahaut de Maillé, décédée en 1473, dont :

 

Anger

Histoire généalogique des maisons de Lohéac et du Pleseix-Anger, composée par le Révérend Père Du Pas, fol. 413 et suivants, Inventaires des meubles et des archives de diverses princesses et princes français. (XVe-XVIIe siècle), BnF, Ms Fr 22335.

Histoire généalogique des seigneurs du Plessis-Anger, page 656 et suivantes, Augustin du Paz, Histoire genealogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, Paris, MDCXIX.

 

René Angier, écuyer, seigneur de La Chauvelière, de La Rivière, de Crapado, du Houssay, de La Juinière, né vers 1521, épouse vers 1530 Louise de Scepeaux, fille de Guy de Scepeaux, écuyer, seigneur dudit lieu, baron de Saint-Brice, seigneur de Landevy, de Mausson, et de Jeanne de Longwy, dont :

 

Claude Angier, chevalier, baron de Crapado, seigneur de La Chauvelière, de La Rivière, de La Hermoët, des Isles en Kergrist-Moëllou, du Houssay jusqu'en 1576, de La Juinière, baron de Châteaubriant en Piré, décapité à Rennes le 3 février 1593 et inhumé dans les Cordeliers, gouverneur de Rennes, gentilhomme de la Chambre du Roi et chevalier de l’Ordre du Roi en 1575, présida les Etats de Vannes en 1581 et de Rennes en 1592, ligueur voulant livrer Rennes au duc de Mercoeur, épouse en 1578 Marguerite Le Roux, décédée en 1614, fille de Jean Le Roux écuyer, seigneur de La Roche des Aubiers, de La Tour de Ménive, décédé en 1524, et de Catherine de Saint-Aignan, dont :

 

Claude Angier, écuyer, baron de Crapado, seigneur de La Chauvelière, de La Rivière, de La Hermoët, des Isles et autres lieux, chevalier de l'Ordre du Roi en 1626, épouse en premières noces Charlotte-Marie d'Arconnais, et en secondes noces Diane de Brinou, dont du second lit :

 anger2.jpg

François Angier, écuyer, baron de Crapado et de Lohéac, seigneur de La Chauvelière, de La Rivière, de La Hermoët, des Isles et autres lieux, inhumé à Joué [CY GIST HAUT ET PUISSANT SEIGNEUR MESSIRE FRANCOIS ANGIER VIVANT BARON DE CRAPADO], épouse par contrat du 27 juillet 1642 Renée de La Corbinaye, fille de François de La Corbinaye, écuyer, seigneur de Bourgon, et de Perrine du Chastellier, dont :

 

Henri-Albert Angier, écuyer, seigneur de Crapado, épouse Louise du Chastelier, inhumée en la paroisse Saint-Etienne de Rennes le 20 avril 1705, fille de François du Chastellier, écuyer, seigneur de La Haultaye, et de Louise de Perrien, dont :

 

Donatien-Rogation Angier de Lohéac, marquis de Crapado, seigneur de La Chauvelière, décédé à La Chauvelière le 4 mai 1742, épouse le 1er juillet 1706 Elisabeth-Charlotte-Françoise du Chastellier, dame dudit lieu, née à Rennes le 21 décembre 1678, décédée en la paroisse Saint-Sauveur de Rennes le 27 septembre 1765 et inhumée à Corps-Nuds le 29, fille de Charles du Chastellier, chevalier, seigneur dudit lieu en Corps-Nuds, et de Françoise Lefebvre, dame de Laubrière, dont :

 

Charlotte-Hermine-Gédéone Angier de Lohéac, décédée le 27 septembre 1765, épouse à La Chevelière le 22 avril 1746 Jean-Amaury Gouyon, comte de Marcé, seigneur de Nort, né et ondoyé le 25 mai 1720, baptisé le 2 juuin suivant, décédé en 1785, autorisé par lettres patentes de décembre 1745 à prendre et porter en toutes occasions le noms et armes d'Angier de Lohéac, fils d'Amaury-Charles Gouyon, baron de Marcé, né en 1688 et décdé en 1740, et de Marguerite-Françoise Boschier, dont postéritéaury-Charles Gouyon, baron de Marcé, né en 1688 et décdé en 1740, et de Marguerite-Françoise Boschier, dont postérité. 

 

 

 

crapado.jpg

Archives Départementales des Côtes d'Armor

Section B, feuille 7, 1841

________________________________________________________________

 

Conspiration du baron de Crapado

Histoire de ce qui s'est passé en Bretagne durant les Guerres de la Ligue et particulièrement dans le diocèse de Cornouaille, par M. le chanoine Jean Moreau, Brest, 1836.

 

Environ ce temps, le prince étant à Auray découvrit une entreprise sur sa personne par une lettre qui fit trouvée sur un religieux cordelier qui allait et venait souvent de Vannes à Auray et de l'un à l'autre, ce qui le fit suspect, et étant fouillé, on lui trouve une lettre de quelqu'un du parti du duc de Mercoeur par laquelle l'on découvrait l'entreprise contre ledit prince. La lettre s'adressait au sieur de Rascol, de Léon, qui était auprès du prince pour le tuer. Ledit sieur de Rascol* est aussitôt appréhendé, et soit qu'il fût coupable ou non, il eut la tête tranchée et le moine fut pendu. 

Cette même année, si bien me souviens, fut aussi découverte une entreprise sur la ville de Rennes, de laquelle le seigneur de Crapado** était le chef, qui était de rendre la ville au seigneur de Mercoeur en saisissant la porte de Toussaint. Les troupes de l'union s'avançaient vers Rennes par divers endroits, et dans vingt-quatre heures se devait jouer la tragédie, lorsque quelqu'un découvrit le tout. Le sieur de Crapado est saisi, mis prisonnier, et la chose étant avérée, il fut trouvé coupable et comme tel condamné à être traîné sur une claie, à la queue d'un cheval, jusque au Champ-Jacquet, et là y avoir la tête tranchée, ce qui fut exécuté. Et encore que l'offense fut grande, néanmoins plusieurs en eurent compassion de voir traîner un vieillard de quatre-vingts ans, des meilleures familles de France, et qui même touchait de parenté au seigneur de Dombes, qui assista à sa mort, auquel il reprocha qu'il le traitait en faquin, quoiqu'il fut son parent, et ne se plaignait pas tant de mourir que d'être ainsi traîné en chemise, pieds et tête nus ; mais le prince ne s'en émut pas pour toute cette remontrance, aussi n'était-il qu'un enfant de vingt ans. Ce qui plongea ce seigneur en ce malheur sur ses vieux jours, ce fut la nécessité, qui est un mal extrême en une personne de condition : voilà cependant la fin de ce brave seigneur.

Notes :

* Le sieur de Rascol se nommait Keraldanet ; cette famille, assez puissante dans l'évêché de Léon, fut éteinte par sa mort.

**Le baron de Crapado se nommait Angier de Lohéac. Il était député de la noblesse des états de Bretagne vers le roi lorsqu'il fut arrêté et jugé par un conseil de guerre. Il avait été chargé de porter au roi les plaintes de la noblesse contre le prince de Dombes. La condamnation du baron de Crapado, prononcée par un conseil de guerre, souleva toute la Bretagne d'indignation lorsque Henri IV l'apprit, il blâma hautement ce déni de justice.

Partager cet article

Repost 0
Published by F du Fou - dans Filiation Plaintel
commenter cet article

commentaires

Ecole Sainte-Anne

esa

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc sur Lié

02.96.42.10.26

013

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

Manoir de La Mare

Mare 6838
Mariages et festivités familiales
Séminaires et événements professionnels
Stages et expositions
Concerts et spectacles

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).