Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 12:25

CHAPITRE XIII

De Planguenoual aux Ponts-Neufs, en continuant par le Chemin-Chaussé.

Ponts-Neufs et Moulin Relan.

De la Ville-Gourio, tout en haut de la côte du Chemin-Ferré qui prend à Planguenoual pour aboutir aux hêtres alignés des deux côtés de la route, aux abords de ce château, on descend aux Ponts-Neufs par une voie nouvelle, moins rapide que celle qu’elle remplace : les anciens, pour modérer les pentes n’allaient pas, comme nous, chercher les flancs des collines. La grille de la Ville-Gourio qui borde le grand chemin permet d’entrevoir, à droite, le château ; à gauche, les écuries. Une avenue, plantée de beaux arbres sépare l’habitation des maîtres des autres bâtiments. Les écuries sont des modèles du genre ; elles sont neuves, et le goût qui y a présidé révèle chez les châtelains autant l’amour de l’art que la noble passion du sport. De jeunes pins dont la nuance sombre de leurs profonds massifs tranche déjà avec le vert tendre des autres feuillages feront bientôt du vaste enclos de la Ville-Gourio un des parcs les mieux plantés du pays ; la nature l’a doté d’un avantage auquel le dessinateur ne saurait suppléer, c’est-à-dire d’un superbe horizon.

Les bords des étangs des Ponts-Neufs sont gracieusement découpés par de verdoyants coteaux. La chaussée que l’on traverse pour se rendre à Saint-Brieuc date de 1745 : le duc de Penthièvre la fit construire à ses frais et y établit un péage supprimé en 1789. Elle en remplaçait une autre très ancienne (1237) : celle-ci avait été emportée le 20 juin 1587, par la suite d’un débordement du Gouëssant, la principale rivière dont l’étang s’alimente.

Dès le XVIe siècle, et de longue date déjà (Dossier de la Villepierre), cet endroit s’appelait Ponts Neufs ; c’est un adjectif qu’il a conservé, sans prendre garde qu’il a vieilli, ni plus ni moins que le Pont-Neuf à Paris.

En 1634, Lamballe et ses environs ayant été ravagés par la peste, la juridiction ducale de Penthièvre vint s’établir aux Ponts-Neufs. (Voir Chapitre XII).

« S’il faut en croire la tradition, une dame de la maison de Penthièvre, enlevée par un tourbillon, fut précipitée sous les roues des quatre tournants qui étaient à la suite les uns des autres, et retirée de dessous, broyée ».

Il avait été question, en 1785, de canaliser le Gouëssant, de Lamballe à la mer. Malgré des démarches réitérées et des pétitions couvertes de nombreuses signatures (1844), ce projet semble définitivement abandonné.

La Société « d’Energie Electrique », qui éclaire Saint-Brieuc, a utilisé les forces des chutes de l’étang des Ponts-Neufs. Du côté de l’usine, l’eau tombe en cascades, de rochers en rochers, jusqu’au fond d’un précipice, d’où la rivière reprend, entre les hautes collines, son cours vers le moulin Relan.

A cet endroit, moins encaissé qu’au départ des Ponts-Neufs, on peut dire que l’embouchure commence, car, bien que la mer soit à un kilomètre environ du moulin du Relan, elle y remonte aux grandes marées. Des rocs imposants par leur masse énorme font çà et là obstacle à la rivière, mais après s’en être jouée en les roulant, l’eau les tourne quand elle ne peut plus les déplacer et n’en continue pas moins sa marche. Lorsque la mer se retire, elle laisse souvent auprès d’elle, et presque à sec, les poissons surpris par le reflux. C’est à la fois un lieu de pêche et de promenade, aussi accessible que pittoresque.

On s’y rend aisément, en prenant, avant d’arriver à Planguenoual à la Ville-Gourio, le chemin du bourg de Morieux, lui-même fort bien situé au-dessus de la vallée du moulin Relan. La route y conduisant va vers Hillion et traverse la rivière sur un pont nouvellement construit.

Au bourg d’Hillion (2,700 habitants), les vitraux de l’église sont à visiter. Plus près de la mer, et méritant bien son nom, le château de Bonabry, entouré d’arbres superbes, aujourd’hui à M. le vicomte du Fou de Kerdaniel, du chef de sa femme née Le Corgne de Bonabry, était qualifié dans plusieurs actes du XVIIe siècle (à nos archives) de Baronnye, « Baronnie d’Yffiniac et de Bonabry ». Il appartenait alors à la maison de Crenan.

Sur la grève où il va se perdre, le Gouëssant n’étant plus emprisonné par ses rives s’épand en minces filets d’eau ou « filières ». Il est aisé de les traverser à marée basse, pour aller à Saint-Brieuc par la grève, quand on habite le littoral. C’est abréger beaucoup les distances augmentées, par voie de terre, des détours de la route ; aussi les voyageurs y seraient-ils plus nombreux s’il n’y avait eu de tristes exemples des périls qui les menacent. A la mer montante, les filières se gonflent tout-à-coup, les sables deviennent mouvants, on enfonce quand on veut fuir, et le flux qui semble guetter son heure et qui vous a surpris se glisse sournoisement d’abord, rapidement ensuite, dans le lit de la rivière qu’elle a vite fait de transformer en eau profonde, à mesure que vous vous enliser.

C’est à ce danger qu’échappa, au XIVe siècle Guillaume de Tournemine de la Hunaudaye, mais ce ne fut que par miracle, et le miracle, il le dut à saint Yves.

En sa qualité de receveur, au nom du Roi, des tailles de Tréguier, il n’avait pas toujours eu, à l’égard du saint, de bienveillants procédés, et le-saint mort, il le regrettait, lorsqu’il eut, à la filière, la preuve éclatante que les bienheureux n’ont point de rancune. Ses compagnons s’étaient refusés à tenter le passage, car la mer montait. « Lui s’obstina, et piquant des deux, il lança son cheval sur la grève, mais le flot courait plus vite encore, et bientôt le sol manque sous les pieds du cheval. Une vague enleva le cavalier qui coula à fond, et les témoins de cette scène qui ne dura pas moins d’une demi-heure le crurent perdu. Ils le vouèrent à saint Yves, et lui-même au fond de l’eau se recommanda à Dieu et au bienheureux prêtre. Tout aussitôt, sans qu’il put s’expliquer comment cela s’était fait, la mer le souleva, le ramena à la surface et il se trouva sur la croupe de son cheval qui nageait instinctivement vers la terre. Il s’accrocha aux harnais et gagna, sain et sauf le rivage, bien convaincu, comme il l’affirmait aux commissaires de la canonisation de saint Yves, que si Dieu l’avait sauvé de ce péril, c’était grâce aux mérites de ce saint ».

                       

Dans le voisinage du bourg de Morieux, Carivant et ses bois ; un peu plus loin, en se rapprochant de la mer : le Tertre-Rogon, longtemps resté une ruine au berceau, aile achevée d’un château en projet, et qu’une restauration récente à fini par rendre habitable.

Morieux a sa fontaine miraculeuse : Sainte Eugénie. On recommande son eau contre la migraine : à ce titre, nous la signalons à ceux de nos lecteurs auxquels notre petit livre aurait donné l’affreux mal de tête.

Les Ponts-Neufs sont à 13 kilomètres du Val-André.

Rivière de Lamballe.

Le Maout. — Annales Armoricaines.

Relan , ou dernier élan que la rivière fait vers la mer, à la sortie des barrages du moulin.

Au-delà, vis-à-vis de Langueux, la mer laisse à découvrir, en morte eau, de vastes étendues de sable où Alain Barbetorte écrasa les Normands, en 937, et où ont lieu les courses de Saint-Brieuc, en juillet.

Ropartz. — Histoire de Saint Yves. — Saint-Brieuc, L. Prud’homme, 1856.

A la bifurcation de l’ancienne et de la nouvelle route en allant vers Saint-René et Yffiniac, après avoir dépassé les Ponts-Neufs, une autre fontaine bénite, consacrée à Saint-Marc, presque en face de la chapelle Saint-Laurent. Nous ignorons le genre de maladies qu’elle a la spécialité guérir. Y jetterait-on des épingles ? On nous l’a dit, mais les filles en quête d’un fiancé que cette légère offrande a pour vertu de susciter gardent au fond du cœur, comme le saint au fond de sa source, le secret de leurs soupirs et de leurs espérances.

Partager cet article

Repost 0
Published by F du Fou - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Ecole Sainte-Anne

Ecole Sainte-Anne de Ploeuc

43, rue de La Gare

22150 Ploeuc-sur-Lié

02.96.42.10.26

http://ecolesainteanneploeuc.jimdo.com

Recherche

Jouets & Co

​​

Appelez-nous au : 06 67 30 84 51.

Vente locale sur catalogue

Ploeuc-sur-Lié,  Plaintel, Saint-Brieuc

http://www.jouetsandco.fr

La Belle du Lié

Fête de la Pomme de Terre

9/10 septembre 2017

http://www.belledulie.fr/

Château de Bogard

bogard

Un cadre prestigieux dans les Côtes d'Armor (Pays de Moncontour) pour organiser des évènements inoubliables, mariages, réceptions, week-end, séminaires d'entreprises, séjours à la semaine.

Site : http://www.chateau-de-bogard.com

Hôtel de La Rallière

012

Locations saisonnières à Preuilly-sur-Claise au coeur de la Touraine

Site  : http://hoteldelaralliere.jimdo.com/

Météo

Droits d'auteur et de reproductions

Blog personnel : ce blog respecte le droit d'auteur, merci de le respecter à votre tour. Son contenu - sauf images et mention contraire - est utilisable librement, hors cadre commercial, à la condition sine qua non, de me le signaler et d'en indiquer la provenance. Les images ne sont pas toutes miennes, et lorsque c'est le cas, j'ai obtenu l'autorisation de les mettre en ligne sur ce blog. La reproduction des images reste soumise aux autorisations habituelles (me contacter).